AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
La Société tome 1 sur 11
EAN : 9782290143773
1 pages
J'ai Lu (01/03/2017)
3.64/5   102 notes
Résumé :
Un élève aussi farouche que séduisant, une société secrète, un lent apprentissage mené de main de maître qui éveille son corps et comble ses désirs les plus inavouables, Mickaëlla Valmur est loin d'imaginer ce que lui réserve cette étrange rentrée scolaire au goût amer.
Critiques, Analyses et Avis (37) Voir plus Ajouter une critique
3,64

sur 102 notes

MissJZB
  24 septembre 2012
Commençons par l'essentiel. Ce livre est évidemment à ne pas mettre entre toutes les mains ! Il brûle les doigts par son audace, car l'auteure aborde, ici, le sexe sans tabou aucun. Mais elle le fait avec intelligence, préparant ses lecteurs en même temps que Micky à accepter toujours plus dans cette surenchère du plaisir. Je dois l'avouer, j'ai repoussé mes limites en lisant ce texte et soyons honnêtes, j'ai appris bon nombre de choses. C'est donc un livre osé, qui est en quelque sorte pédagogique (oui, oui !), transformant le lecteur en un gentil pervers qui s'assume.
Je ne suis pas une habituée des romans érotiques, que je fuis normalement comme la peste, mais j'ai été ravie de découvrir un livre bien ficelé et bien écrit qui a le mérite d'atteindre son but : faire monter notre température interne. Vous le verrez dans la seconde partie de ma chronique, il y a tout de même certaines choses qui m'ont déplu.
Nous avons donc, ici, une relation inconvenante entre un professeur et son élève, qui débute d'emblée sur un affrontement spirituel. Toute cette phase d'approche est ingénieusement pensée. J'ai été agréablement surprise que les dialogues soient aussi bons, plaidant en faveur du fantasme incarné en la personne D Alexis. L'auteure a vraiment réussi à rendre ce jeune homme intriguant, machiavélique au possible, mais terriblement excitant. Sa maîtrise des jeux érotiques, et de la tension sexuelle associée, est diabolique. On le maudit autant qu'on le désire, en cela, l'identification au personnage féminin est parfaite.
Tout au long de ce tome, on va crescendo vers un accomplissement sexuel, une éducation dispensée par l'élève qui devient le maître. Cette relation scandaleuse a le don de nous faire suffoquer, on se rebelle un peu pour mieux se soumettre. Car ici, c'est bien de cela qu'il est question : de rapports dominant-dominé.
En termes de psychologie, je suis assez soufflée, car Angela a vraiment souhaité conférer une justification aux comportements et réactions de ses personnages. Et cet aspect bien exploité apporte une surprenante profondeur au récit.
Passons à ce qui m'a déplu. Si au début de ce tome, les dialogues étaient vraiment bons : directs et percutants, ils ont perdu en intensité à mesure que les deux personnages explosaient les niveaux de la volupté. Il y a ainsi une répétition de « tu es surprenante », de je-ne-veux-pas-pour-la-forme qui perdent en conviction dès la seconde suivante. J'ai trouvé que le texte en lui-même perdait en panache alors qu'à côté, les scènes érotiques gagnaient en intensité. Ceci explique peut-être cela. À certains moments, on perd en pertinence (ha ha).
J'ai eu un peu de mal avec le fait que la recherche du plaisir se fasse sur le malheur de certains autres personnages. Je pense notamment à Julia, une pauvre lycéenne qui sert de dérivatif sexuel à Alexis, qui ne s'en cache pas. La rendre un peu plus méchante aurait suffi à (presque) justifier qu'elle soit utilisée de la sorte. Cette connivence dans la mesquinerie entre les deux amants m'a déplu.
J'ai aussi décroché pendant les passages BDSM « jouets sexuels », sans doute parce que ce n'est pas mon truc. Préférences mises à part, je trouve que cela a « mécanisé » les scènes érotiques, leur ôtant la spontanéité du début.
Je relève également une prévisibilité dans le scénario, notamment sur le pourquoi du comment Alexis atterrit dans la classe de Micky pour l'inviter à ce jeu érotique savamment orchestré. À défaut d'être surprise, à la fin, j'ai trouvé la manière de justifier tout cela très bonne avec des dialogues explicatifs qui ne manquaient pas d'intérêt. Ainsi, la boucle est bouclée.
En fin de tome, on est quand même un peu étonnés que le sexe puisse mener à l'amour sans signes avant-coureurs plus romantiques. Cet amour-possession revêt la forme d'une dépendance, mais après tout, l'amour, c'est aussi un peu ça.
Enfin, je terminerai par la chose que j'ai trouvé déplacée, et ce même si elle colle à la personnalité de nos deux amants et que l'auteure la justifie textuellement. L'hommage sexuel rendu au mari de Micky m'a mise mal à l'aise, mais encore une fois, il s'agit d'un avis personnel. J'aurais juste préféré que le tome se termine sur les dialogues explicatifs plutôt touchants.
Qui de nous deux ? nous dévoile l'existence d'une société du plaisir, qui a pour vocation d'épanouir ses membres, de les faire assumer pleinement leurs désirs. Et cette première incursion est réussie. On a chaud, très chaud et on se complaît à se glisser dans la peau de Micky à chaque nouvelle étape imposée par un Alexis diaboliquement tentateur. le sexe est décrit sans tabou, de manière directe sans que cela soit cru. Il n'est pas avillissant, car chaque partenaire est consentant. À noter qu'il y a même un renversement dans les rapports de domination sur la fin, qui compense un peu le parcours de soumission de Micky, qui, par moments, m'a fait grincer des dents.
Lien : http://truebloodaddict.net/2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          111
Kamana
  24 août 2012
Avertissement important : ce livre est pour un public majeur et plus qu'averti. Des scènes de BDSM sont présentes ainsi que des descriptions qui pourraient choquer certaines personnes.
Mickaëlla Valmur, veuve discrète et richissime de vingt-sept ans, professeur de philosophie dans un établissement privé réservé à l'élite, est priée de s'occuper en particulier d'un nouvel élève au caractère apparemment singulier. Alexis Duivel, dix-sept ans, n'a eu que des précepteurs et une éducation adaptée à son tempérament. Ses parents devant partir pour New York, ils préfèrent qu'il suive un cursus normal pour obtenir son bac. Ils s'en remettent donc entièrement aux mains de la jeune femme chez qui ils pressentent une capacité spéciale pour s'occuper du cas que représente leur fils. Bien qu'interpelée par le fait qu'ils veulent que ce soit spécifiquement elle qui s'emploie à cette tâche, Mickaëlla accepte le défi : Alexis doit s'adapter à son école et obtenir son diplôme.
Lorsque le jeune Duivel daigne se joindre à sa classe quelques jours après la rentrée, Mickaëlla doit bien admettre que cet élève d'une intelligence rare et d'une beauté stupéfiante n'est pas comme les autres. Sa repartie et son assurance la troublent énormément. Une relation particulière se met petit à petit en place alors qu'à chaque fin de cours, Alexis s'impose à elle en fermant la porte de la classe et restant pour discuter. Très vite le rapport professeur/élève se dissout pour finalement s'inverser, le jeune Duivel devenant le maître d'un jeu auquel Mickaëlla va se prêter avec délice.
Angela Behelle nous convie dans un univers sensuel, où le sexe n'a aucun tabou. Les faits commencent doucement, gentiment, et l'auteur nous amène petit à petit vers des jeux érotiques des plus osés. Elle joue sur la corde de la domination et de la soumission avec finesse et perspicacité. C'est avec un crescendo douloureusement lent qu'elle amène ses personnages à repousser leurs limites et qu'elle tient le lecteur en haleine.
L'histoire est finement menée et ficelée. A plusieurs reprises, on se pose des questions ne comprenant pas la finalité de toute cette profusion de scènes sexuelles. Car, il faut le dire, arrivés à la moitié du livre, vous serez servis et ce, à outrance. Cette abondance de volupté trouve son sens à la fin, puis notons qu'on entame ce roman pour ça, soyons honnêtes ! Heureusement, c'est avec subtilité que la trame nous est donnée petit à petit et qu'en dernier lieu nous aurons la vision globale de l'histoire.
La psychologie des personnages est très intéressante. Alexis est maître dans l'art de faire monter le désir chez sa partenaire, jouant sur l'attente, l'absence et la jalousie. C'est cruellement délicieux ! Mickaëlla est une femme touchante et intelligente. Effacée au départ elle se découvre et s'épanouit sous les ordres de son jeune élève. le feu qu'elle couve va bientôt s'embraser. Attention les yeux chers futurs lecteurs tout de même.
Pour finir, Angela Behelle avec une plume fluide, sensuelle mais directe quand c'est nécessaire, nous amène aux abords d'un brasier que vous aurez bien du mal à éteindre une fois le roman achevé. du désir à des jeux très osés, la jouissance est reine et livrée dans son intégralité.
Lien : http://kamanaschronicles.blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Chabouquine38
  30 mai 2019
Que dire sur ce roman, déjà que je l'ai lu d'une traite et ce malgré le thème érotique et BDSM. Alors oui ma chronique est longue, mais ce genre de roman me fait toujours réfléchir et surtout beaucoup parler. J'essaye de comprendre comment des femmes, ou hommes, arrivent à de telles extrémités dans leur rapport sexuel. Ça me dépasse. En tout cas ce qu'il faut savoir en premier, c'est qu'il n'y a pas de trame. Ce n'est que romance et découverte de soi. Ensuite que c'est de l'érotisme, ce qui veut dire, du sexe à gogo. Donc pour public averti.
"Enfant, j'étais triste lorsque la rentrée scolaire se faisait sous un soleil estival."
On débute le livre avec l'héroïne, Mickaella, une jeune professeur de 27 ans. Nous la rencontrons lors de la nouvelle année scolaire, peu de temps après le décès de son mari. On en sait peut sur lui, hormis qu'il était connu et que leur relation a créé une sorte de polémique. Connu de quoi ? Une polémique pour quoi ? Tels sont les questions qui nous habitent dès les premières lignes. Nous suivons donc Mickaella, dit Micky, qui va apprendre de par son directeur, qu'elle va être responsable d'un jeune homme fortuné. En effet ce dernier rentre au lycée pour la première fois et il est... intelligent et hautin dirons-nous. Leur première rencontre est assez... comment dire... explosive. Alexis est un jeune homme qui aime pensée pour les autres. Par chance pour lui, Micky est de ce bord-là.
Le début est léger, bien que l'attirance soit quasi immédiate. La romance commence en douceur, même si Alexis semble jouer avec Micky, au début. Il s'amuse à la relooker, quitte à lui payer vêtement et coiffeur, pour ensuite sortir avec une fille de son âge. Ce qui rend notre héroïne jalouse, même si elle n'a vraiment aucune raison, de l'être.
Bref quoique leur relation soit un peu craignos, j'ai été captivé par le roman. Je voulais savoir jusqu'où ils allaient aller. Si le couple allait se former et surtout en apprendre plus sur le mystérieux Alexis.
Du coté des personnages, j'ai bien Aimé Mickaella. Elle est intelligente et sait comment ce faire désiré. J'ai bien aimé voir son évolution au fil des pages, comment elle apprend son rôle de soumise. Un rôle qui n'en est pas vraiment un, pour comprendre je vous laisse le lire.
Alexis lui est ce qu'on appelle un nez. Il a un odorat ne beaucoup plus développer que nous autre humain. Il est quelque peu bipolaire par moments, ce qui le rend quelque peu difficile à cerner. J'aurais bien aimé avoir son point de vue afin de plus le comprendre, car parfois il avait des réactions quelque peu extrême. Comme par exemple, il avait une peur bleue de blesser Micky, il lui répétait sans cesse de le prévenir si un jour il lui fessait mal. Là aussi ont cet demande pourquoi et ce pendant un long moment. Car il est étrange d'avoir ce genre de réaction quand on est un maître.
Côté négatif, seules deux choses mon fait grincer des dents. Bien qu'elles soient expliqué et justifié. La première c'était que les 3/4 du temps. Il la prenait sans préliminaire. Certes ça semblait pas utile vue comme elle mouillait, mais être pris à sec par l'anus doit être douloureux. La seconde est une scène sur la fin. Je l'ai trouvé injuste mais nécessaire pour l'évolution du couple. Pour certaines choses il faut lire le livre pour comprendre
Du coté de l'auteur, je n'ai pas été déçue par sa plume. Au contraire elle m'a ravie. Elle est agréable, simple et prenante. Elle nous plonge dans le roman sans forcément être vulgaire, ce qui est un bon point pour moi. C'est tellement rare ce genre de roman sans que ça soit vulgaire.
En conclusion : une bonne petite découverte. C'est un roman léger en BDSM et bien que certain truc m'ont rebuté, notamment le côté pris à sec sans préliminaire. J'ai passé un agréable moment avec ce roman. Les personnages sont sympas, l'histoire est bien menée et ce, même s'il n'y a pas de trame, autre que la découverte de l'autre et de soi. L'auteure a une plume agréable et mène son univers sans nous plomber de vulgarité. Je vous le conseille fortement si vous aimez ce genre de roman. Il y a une
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
lisamclivres
  26 septembre 2012
Lorsque Mickaëlla Valmur, jeune veuve et professeur de philo dans un lycée, s'engage à s'occuper personnellement d'un nouvel élève de terminale, Alexis Duivel, et à le guider sur le bon chemin jusqu'à son Bac, elle est loin de s'imaginer que c'est elle qui va le suivre et se soumettre à tous ses désirs.
Une jeune femme réservée, avec peu d'expérience de la séxualité, un jeune garçon attirant et énigmatique et, disons-le qui fait plus que ses 17 ans, une relation non conforme, voici les ingrédients de base qu'Angela Behelle utilise pour nous concocter une histoire aux petits oignons.
Elle nous entraîne lentement sur un chemin vers la sensualité et les jeux sexuels que vont partager les 2 personnages. Les choses démarrent par un jeu d'approche érotique rudement bien mené qui nous invite à continuer cette route vers des sommets insoupçonnés. En effet, cette histoire va nous conduire à des situations de plus en plus sensuelles, de plus en plus extrêmes. le jeu de la séduction va se transformer en plan sexuel mené de mains de maître par Alexis qui ne tolère aucuns écarts.
Outre cet aspect de l'histoire, nous sommes également interpellés par certains détails de l'intrigue et on comprend vite que cette domination et cette dépendance sexuelles ont une origine et une finalité. L'auteure mène très bien sa barque et nos attentes sont satisfaites.
J'ai pour ma part (mais c'est mon point de vue personnel qui n'a rien à voir avec la qualité du livre) toujours un peu de mal à comprendre comment le personnage féminin dans ce genre d'histoire se "convertit" aussi vite aux jeux de maître à élève (ou esclave). Mais bon dans ce genre littéraire on ne va pas tourner autour du pot trop longtemps non plus!
Ce livre est effectivement pour un public avertit car même si les scènes de sexe progressent lentement, elles atteignent un niveau assez violent et sans tabous, ce qui m'a parfois mis assez mal à l'aise n'étant pas spécialement fan de BDSM dans la littérature érotique.
Reste à savoir si avec ce tome 1 j'ai envie d'en connaître plus sur cette fameuse Société.... la réponse est oui!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Nyx
  27 mai 2013
Une fois n'est pas coutume je regroupe les quatre chroniques sur un même billet. Pourquoi changer ainsi mes habitudes ? Parce que j'ai lu ces histoires presque coup sur coup et que du coup j'avais un autre regard sur mes lectures que si j'avais fait durer. J'avais non seulement tout les éléments en tête mais je tirait en plus des liens entre les différentes histoires, etc. Pas facile pour moi dans ces conditions de faire une chronique par tome sans digresser sur les tomes suivants !
La Société c'est un groupe de personne qui a décidé de monter un réseau offrant des prestations de hautes qualités et très particulières pour des clients ultra-sélectionnés. Allant de la "simple" coupe de cheveux au massage relaxant, très relaxant, la Société vous permettra de vous épanouir sensuellement dans le luxe le plus total.
Tout repose sur des façades innocentes et légitimes et, outre l'argent qui coule à flot, une loi du silence.
Dans le tome 1 nous suivons Mickaëlla Valmur. Jeune veuve depuis peu, elle fait sa rentrée au lycée en tant que prof de philo. Mais outre le regard que portent sur elle ses collègues (jalousie ? envie ? incompréhension ?) Michaëlla va devoir faire face à un défi de taille qu'elle n'aurait jamais pensé affronter. La voilà tutrice d'un élève très particulier. Alexis Duivel semble avoir décidé de s'amuser avec sa prof et est prêt à tout pour arriver à ses fins.
Ce qui a choqué la plupart des lecteurs c'est moins la relation de domination/soumission (j'ai presque envie de dire que le public commence à s'habituer et ne se choque plus de ce genre de chose) mais plus la "relation" prof/élève. Etant prof moi-même j'avoue que ça fait drôle.
Alexis ne se comporte pas comme un élève mais surtout Mickaëlla ne se comporte pas en prof ! (d'ailleurs s'il était possible de relâcher ses élèves avant la fin d'un cours dans le secondaire je serai pour !). A aucun moment elle ne tente réellement de prendre le dessus sur Alexis. Alors outre la relation de dominant/soumis qu'ils instaurent rapidement, le fait qu'au début au moins elle soit sa prof aurait du jouer, lui donner les moyens de résister un peu. C'est ça qui, à mon sens, dérange le plus. Mickaëlla dit amen à tout sans jamais réellement se débattre. La fin elle m'a plutôt parue un peu légère, limite trop rapide/bâclée. J'avoue que je n'ai pas un instant adhéré à l'idée de l'auteur pour justifier tout le jeu.
Les scènes érotiques sont nombreuses. Elles ne sont pas vulgaires en soi, mais certaines sont un peu desservies par le style d'écriture qui donne une impression de malaise et de vulgarité. C'est le seul tome où j'ai eu cette sensation de surenchère d'ailleurs. Quelques détails sont étranges et dérangeant pour la lectrice que je suis (comme la scène de clôture du roman, le "prêt" de Micky, ou encore les boules de Geisha) mais je pense qu'il ne faut pas s'appesantir dessus et vite passer outre. Heureusement, l'auteur s'est reprise et n'a pas continuée dans cette veine pour la suite.

Le point commun de toutes ces histoires, outre les trames classiques des romances érotiques, c'est bien le style de l'auteur. le vocabulaire est toujours le même, les tournures de phrases et les expressions se retrouvent toutes les 20 pages en moyenne ce qui fait qu'après 4 tomes je n'en pouvais juste plus. Outre le fait que ce soit d'un niveau familier et cru, j'ai eu beaucoup de mal avec le fait que l'auteur insiste lourdement sur certains points. Parler de relations sexuelles, orales ou non, ce n'est pas évident parce qu'il faut éviter de faire toujours la même chose et de sombrer dans la routine. Mais ce qui est valable dans le couple l'est aussi dans une série. du coup les héroïne qui "s'ouvrent" à la sodomie, avec les mêmes mots/expressions, les descriptions de fellations qui se ressemblent toutes etc. (le pire ? toutes les héroïnes sont des femmes fontaines et trop d'insistance sur ce fait m'ont fait remarqué que d'un point de vue technique, ça mouille et que si l'auteur essaye de s'occuper de ce détail parfois, c'est souvent qu'elle l'oublie !). J'avoue que ça fait beaucoup. Il n'y a pas de variété et cette insistance lourde a plus eu tendance à m'agacer qu'autre chose. le style est assez simple et directe mais je pense que le but principal de ce genre de littérature ce n'est pas ça non plus, mais plutôt les scènes sensuelles, qui, en elles-mêmes, tiennent leurs promesses.
Pourtant en soi ce sont des histoires qui ne sont pas "mal" et qui ont des bons points (j'avoue avoir préférée l'histoire n°3 pour son héroïne plus assumée et prête à faire ce qu'il faut, quitte à souffrir, en restant réaliste et lucide sur le monde et sa place dans ce monde).
Lien : http://nyx-shadow.blogspot.f..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          35

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
NinieWorldNinieWorld   15 août 2014
Chaque femme vit plusieurs existences à la fois. Tour à tour une fille, une amie, une sœur, une mère, une compagne, elle est, selon le moment, une enseignante, une infirmière, une ménagère, une mère… une amante.
Derrière la façade lisse d’un quotidien presque banal se cache bien souvent l’autre femme, celle de l’ombre, de la nuit, celle qui rêve, celle qui fantasme… celle qui aime.
C’est cette femme-là que j’ai choisi de révéler en écrivant des histoires qui font vibrer l’imaginaire, éveillent les sens, donnent l’envie de réaliser ses rêves.
Pour toutes celles qui n’osent pas, celles qui s’ignorent, pour celles qui savent déjà ou pour ceux qui cherchent encore à comprendre.
Qu’importe qui je suis vraiment, je suis une femme comme toutes les autres, tranquille et sage… en apparence.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Pixie-GirlPixie-Girl   29 octobre 2012
Ferme les yeux, écoute ton sexe ! Il
réclame, il supplie tout comme ma verge
tendue m’ordonne de lui donner le plaisir.
J’ai besoin de ton aide Micky
Commenter  J’apprécie          130
LaChroniquedesPassionsLaChroniquedesPassions   01 juillet 2014
– Prends-moi Micky ! Souffle-t-il. Fais-moi découvrir ce que je t’ai infligé hier soir.
Mon sang ne fait qu’un tour. Je le repousse contre les oreillers et je récupère à la salle de bain le matériel qu’il a pris soin de nettoyer le matin. Dans mon sac, je retrouve mon cadeau précédent. Je savoure d’avance le plaisir que je vais lui donner. Je le jalouse presque. Il me regarde verser lentement l’huile sur son ventre et en masser longuement le chapelet de boules.


http://lachroniquedespassions.blogspot.fr/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Pixie-GirlPixie-Girl   29 octobre 2012
Profite de ce que je viens de te donner.
Murmure-t-il. Savoures-en le souvenir
jusqu’à la douleur!
Commenter  J’apprécie          50
Pixie-GirlPixie-Girl   29 octobre 2012
Je suis sur un nuage, aimée d’un ange qui cache parfois sous sa divine apparence un véritable démon.
Commenter  J’apprécie          50

autres livres classés : érotiqueVoir plus
Notre sélection Roman d'amour Voir plus





Quiz Voir plus

L'érotisme en littérature

Lequel de ces romans de Diderot, publié anonymement, est un roman libertin ?

Le Neveu de Rameau
Les Bijoux indiscrets
Le Rêve de D'Alembert
La Religieuse

6 questions
328 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature libertine , érotisme , érotiqueCréer un quiz sur ce livre