AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 274852490X
Éditeur : Syros (01/02/2018)

Note moyenne : 4.15/5 (sur 23 notes)
Résumé :
L'histoire d'amour que vous n'oublierez jamais, un roman qui répare et un hymne à Paris
Inès a 17 ans et un objectif : être admise à Sciences Po après le bac. Elle vient de trouver un job de femme de ménage chez les Brissac, dans le 7e arrondissement de Paris, mais elle n'avait pas prévu le coup de foudre intense entre elle et Gabin, le fils aîné de ses employeurs.
" Paris est tout petit pour ceux qui s'aiment, comme nous, d'un aussi grand amour. " <... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
Ichirin-No-Hana
  27 mars 2018
Inès est une jeune lycéenne de milieu modeste qui rêve d'intégrer Science Po Paris. Pour gagner un peu d'argent, elle va faire le ménage chez les Brissac, une famille très aisée parisienne. Très vite, c'est le coup de foudre entre elle et Gabin, le fils aîné. Pas facile d'oublier leurs différences culturelles, mais les deux vont beaucoup apprendre l'un de l'autre. Malheureusement, nous sommes en 2015 et un certain 13 novembre approche à grands pas.
En nous proposant une intrigue assez romantique et clichée au départ, l'auteure Maïté Bernard va cependant très vite nous prouver son intelligence et nous faire passer un message très fort. En pleine adolescence, Inés et Gabin sont des personnages adolescents normaux. Ils débordent d'hormones et n'ont envie que d'une chose : profiter de leur vie et de leur jeunesse pour découvrir de nombreuses choses. Leurs différents milieux sociaux ? on s'en fiche. le fait qu'Inès soit musulmane ? Encore plus. Ils vont se découvrir et apprendre beaucoup de choses l'un de l'autre. Et là bam, le 13 novembre. Et l'adolescence est terminée. L'auteure se penche sur l'événement du point de vue d'une famille qui attend des nouvelles. C'est un passage extrêmement prenant et ce fut assez dur émotionnellement à lire car malheureusement criant de vérité. A partir de ce moment, l'histoire prend un nouveau chemin, l'écriture de l'auteure fait même plus travaillée et les réflexions beaucoup plus adultes. Les deux protagonistes, avec leurs nombreux défauts, sont crédibles tout comme leurs réactions.
Malgré la dureté des événements qu'il décrit, Paris est tout petit est une véritable déclaration d'amour à la ville de Paris. Gabin est un véritable passionné de sa ville. Il emmènera beaucoup Inés au cinéma, dans des bars ou encore dans des musées. Son amour de la ville transpire entre les pages. Et c'est aussi cette ville qui le sauvera. Malgré les nombreux drames, Paris reste une ville qui a beaucoup à apporter et qui déborde de vie et d'amour, et c'est ce message fort que l'on retient de ce roman, merci Maïté Bernard !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          182
Clemocien
  13 juin 2018
Je remercie Babelio et les éditions Syros pour l'envoi de Paris est tout petit suite à la dernière masse critique jeunesse. Cette lecture m'a permis de découvrir une auteure et une ME que je ne connaissais pas du tout et la rencontre est plutôt positive ! C'est tout d'abord la couverture du roman qui m'a attirée, puis le résumé : une histoire d'amour entre deux jeunes-gens de classes sociales différentes, impactés par les évènements du 13/11 au Bataclan. le sujet était délicat et méritait beaucoup de tact de délicatesse pour le traiter. Charlotte Bernard a réussi avec brio l'exercice et a su m'émouvoir dans sa façon de traiter ses personnages. J'ai également beaucoup apprécié la petite brochure accompagnant le livre, expliquant notamment comment le projet d'écriture de Charlotte s'est construit.
Paris est tout petit c'est une ode à la vie, à l'amour et avant tout une ode à Paris. N'étant moi-même pas Parisienne et n'imaginant pas pouvoir y vivre, elle a tout de même su m'entrainer dans les pas de Gabin à la découverte d'un Paris enchanteur.
J'ai énormément apprécié ma lecture qui a été très chargée en émotions. Les personnages sont extrêmement réalistes et très fouillés. L'entièreté du roman est retranscrite du point de vue d'Inès, qui est donc le personnage le plus décrit et analysé psychologiquement. On s'identifie totalement à ses questionnements, ses découvertes, ses doutes… J'ai trouvé ces ados/jeunes-adultes particulièrement matures et cultivés ; pourtant, chacun étudie dans des conditions particulières puisque Gabin suit des cours à domicile et Inès et ses amis sont dans une zone défavorisée, bien qu'ils aient intégré un programme spécialisé sciences po. Ils sont tous très impliqués dans leur éducation, pour que leurs parents soient fiers, pour avoir un avenir. Leurs connaissances littéraires et culturelles sont impressionnantes mais cela leur est « nécessaire » pour pouvoir s'intégrer. Ainsi, ces ados musulmans, d'origine étrangère, mais pourtant français puisque ce sont leurs grands-parents les immigrés, sont obligés de s'instruire deux fois plus que les autres pour justifier une appartenance à un pays aux yeux des autres ; c'est du moins ce que leur rabâchent leurs enseignants et, même si j'en ai été révoltée, je suis persuadée que ce genre de situation est monnaie courante. Pourtant, Inès ne remet à aucun moment en cause sa situation et fait avec. Je l'ai trouvé particulièrement touchante, jeune-fille qui découvre ses premiers émois, remettant en question les principes de son éducation mais assez ouverte d'esprit pour faire la part des choses. Au fil du livre, Inès s'affirme, se cherche, se découvre et apprend à s'écouter ; sa relation avec Gabin est belle et émouvante. Si elle se sent décalée dans son monde bourgeois, lui ne la juge pas et l'aime comme elle est.
Lorsqu'arrive le passage sur le Bataclan, je dois avouer que j'ai dû interrompre ma lecture ; afin de me préparer psychologiquement, car rien que de lire l'échange entre Gabin et son petit frère m'a donné la chair de poule. Et si, à la lecture du résumé, j'avais compris qu'il y serait fait mention, je n'avais pas conscience que ce serait dans ces proportions. Mais je n'en dirai pas plus pour ne pas spoiler ; sachez juste que les mots de Maïté Bernard sonnent juste et que, si je me suis retrouvée propulsée en arrière, avec ma propre vision de provinciale, j'ai apprécié le discours de l'auteure. Elle touche, elle réfléchit, elle cherche à comprendre. Comme tout le monde en fait. Mais à aucun moment elle ne tombe dans le mélo ou le sentimentalisme et elle amène également son lecteur à s'interroger.
La seconde partie du roman se déroule donc post-bataclan et nous pouvons sentir le désarroi des personnages. Pourtant il faut continuer à avancer, à vivre. Et cela, encore une fois, Maïté le retranscrit parfaitement. Paris est tout petit est un concentré de références littéraires et cinématographiques, qui campe des personnages avec les pieds sur terre, presque trop matures pour leur âge, qui se retrouvent face à l'affreuse réalité du terrorisme. Saviez-vous qu'il n'y avait pas eu autant de victimes simultanées dans Paris depuis la seconde guerre mondiale ? J'ai été touchée par tout, Inès et Gabin, les sentiments, les réflexions (dont j'en ai noté certaines) et, si la fin pourrait décevoir, je la trouve simplement parfaite, et je suis ravie que l'auteure ait choisi l'accomplissement d'Inès, même si cela peut se faire dans la douleur. Et puis, qui sait ce qui se passera dans 10 ans ?
Lien : https://sawisa.wixsite.com/y..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Jangelis
  14 février 2018
Un livre dont on en sort pas indemne.
Un petit bijou où chaque mot compte, facile à lire, facile à aimer.
D'abord une belle histoire d'amour partagée, surprenante mais évidente.
Et soudain ... 13 novembre 2015, le Bataclan. Qui vient détruire bien au-delà des personnes présentes ce soir-là.
C'est bien sûr l'essentiel de la trame de l'histoire.
Mais autour de ça, on a une merveilleuse découverte, de Paris, Paris intime, Paris hors des circuits touristiques, Paris et toutes ses beautés.
Mais ce n'est pas tout ce que Gabin va faire découvrir à Inès. Il y a aussi toute une culture assez étonnante, puisqu'ils vont passer des films "de cinémathèque" à la musique en tout genre, des albums de Tintin aux Comics. autant de découvertes pour une fille qui jusque là, dans son besoin de se cultiver pour les études qu'elle ambitionne, s'était surtout cantonnée aux lectures classiques.
Malgré le sujet, c'est toujours léger, agréable à lire.
Tout est analysé très finement, sans parti-pris ni haine.
La difficulté de la rencontre entre deux mondes, une jeune fille musulmane, d'une commune peu favorisée, avec les gens plus riches, plus cultivés, de Paris intra-muros. Dit comme cela, ça semble un peu caricature, et ça ne l'est vraiment pas, on réfléchit avec chacun, on admire la force et la volonté d'un côté, la gentillesse et la tolérance de l'autre.
Beaucoup de personnages sont sympathiques et émouvants.
Et les réflexions sur l'après attentat sont terriblement importantes, toutes en délicatesse et en vérité.
Je crois que la phrase qui m'a le plus marquée est :
"Marie-Castille est morte dès les premières minutes et nous l'avons aimé vivante jusqu'au lendemain."
Je la dédie aux parents de Matthieu.
Matthieu dont j'ai appris qu'il était au Bataclan par les appels sur Internet, qui disaient qu'on ne le trouvait pas, mais que des personnes l'avaient vu, oui, il était forcément vivant, caché ou blessé, mais on espérait puisque il était certain qu'on l'avait vu.
Hélas non, il n'y avait plus rien à espérer.
Je ne connaissais pas Matthieu, je connaissais ses parents, je ne connaîtrai sans doute jamais ses enfants, même sa fille née quatre mois plus tard, mais je ne les oublierai pas, et je remercie Maïté Bernard de donner à tous ces disparus une vraie présence, au-delà de l'émotion des premiers jours, des chiffres et de la colère.
Je me suis un peu attardée, ce livre remue tellement de choses, mais passé le choc des attentats, ce n'est pas un livre triste, mais un texte vraiment superbe, à lire absolument.
Lien : https://livresjeunessejangel..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Analire
  10 juin 2018
Un grand merci à l'opération Masse Critique Babelio, ainsi qu'aux éditions Syros, de m'avoir offert l'opportunité de découvrir ce livre. Paris est tout petit, c'est l'histoire d'amour entre Gabin, un jeune garçon aisé, et Inès, une jeune femme ambitieuse mais qui provient d'un milieu moins favorisé. Malgré leurs différences de classe, les deux ados vont se rencontrer et s'aimer…. jusqu'au 13 novembre 2015, où leur vie va basculer !
Le roman avait mal commencé pour moi. Cette relation qui s'est liée trop rapidement entre la jeune femme de ménage et ce fils de riche, c'était trop simple, trop bâclé, trop évident. J'étais déçue de ce début d'histoire, que je pensais voir perdurer tout au lieu du récit. Mais il n'en est rien, puisque Maïté Bernard a réservée de nombreuses surprises à ses lecteurs. Tout bascule, la petite histoire trop prévisible et un peu gnangnan entre Inès et Gabin se transforme en une véritable tragédie des temps modernes. La vie entière des deux adolescents se voit transformée : alors qu'ils étaient insouciants, amoureux et pleins de vie, l'horreur du Bataclan va les transformer.
C'est une histoire tragique et émouvante que nous raconte l'auteure. La façon dont des vies entières peuvent être brisées en un rien de temps. Famille, amis, collègues… quand l'horreur s'abat sur quelqu'un, la tristesse touche tout le monde. Nous nous glissons dans la peau des victimes, et découvrons comment leur vie a changée, seulement quelques mois après le drame du Bataclan.
Malgré l'horreur des événements décrits, l'histoire n'en reste pas moins gaie et lumineuse. L'amour et Paris restent plus forts que tout ce qu'on peut leur faire subir. Jacques Prévert le disait très bien : « Paris est tout petit pour ceux qui s'aiment comme nous d'un si grand amour« .
Un récit plein d'émotions, qui raconte l'histoire d'une famille brisée par les attentats du Bataclan. Leur quotidien se voit transformé à jamais, mais la vie continue, malgré tout. Un roman rempli d'espoir, qui vous fera passer du rire aux larmes !
Lien : https://analire.wordpress.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
EternelAdo
  29 janvier 2018
🚨 💗💗💗 Alerte coup de coeur 💗💗💗 🚨
Attendez-vous a passer par tout un tas d'émotions à la lecture de ce roman. Une lecture commune avec ma moitié et un méga-coup de coeur à deux! Maïté BERNARD balaie les différences de goût ou de sensibilité pour toucher tout le monde. Elle nous embarque dans cette histoire d'amour qui semble commencer trop vite pour devenir une évidence, une nécessité... Une libération aussi pour Inès qui jusque là ne vivait qu'à travers les yeux de sa mère, que pour elle. Une relation qui va l'éveiller, lui apprendre à s'écouter pour s'épanouir et grandir. C'est ce que j'ai adoré dans ce roman! Inès est une belle personne, à l'écoute des autres, dévouée. le soucis c'est qu'elle a tendance à s'oublier et cette relation et les événements qui vont s'y ajouter vont complètement changer la donne...
Un avant et un après les événements du 13 novembre... Beaucoup de changements forcément et une lutte pour se raccrocher à l'immuable. Ce qui passionnait avant : le cinéma et la ville de Paris avec ses monuments, ses parcs, ses musées... Nous revivons cette nuit avec beaucoup d'émotions, celles déjà ressenties. C'est le traitement de l'après que j'ai le plus aimé. L'empathie d'Inès, ses questionnements, résonnent avec force. Par bien des aspects, ses origines modestes et étrangères l'amènent à se poser les bonnes questions et à y répondre avec justesse. Les notions de victimes et de deuil sont au coeur de cette deuxième partie. Comment vivre la perte d'un être cher? Y survivre? Panser une plaie? Apaiser une douleur qui semble trop profonde?
La capitale qui a une place particulière, comme nous l'indique le titre, est un personnage fidèle, solide et rassurant. Pour le qualificatif petit, je dirai que c'est une question de point de vue... Par le hublot de l'avion, je suis d'accord, en étant plus terre à terre et notamment dans le RER, c'est plutôt le contraire! 😜 Une lecture commune avec un même verdict mais des raisons différentes. Elle a été très touchée par cette histoire d'amour quand j'ai préféré suivre l'évolution d'Inès, ses réflexions. C'est bien l'une des forces de ce roman, Maïté BERNARD lui a donné plusieurs niveaux de lecture pour un public plus vaste. C'est beau, c'est réussi, bravo et merci pour ce coup de coeur qui fait réfléchir et donne aussi très envie de découvrir Paris. 😉
"Paris est tout petit pour ceux qui s'aiment comme nous d'un si grand amour" (Jacques PREVERT)

Vous pouvez aussi retrouver toute l'actualité de mon blog sur ma page Facebook : https://www.facebook.com/eternelAdo
Lien : https://journalduneternelado..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
LucilliusLucillius   05 février 2018
Et je sais que je peux compter sur toi, que je peux te retrouver n'importe où dans Paris parce que...
Il va sûrement dire "Parce que tu es toujours là quand j'ai besoin de toi" mais, je ne sais pas pourquoi, je lance :
-Parce que "Paris est tout petit pour ceux qui, comme nous, s'aiment d'un aussi grand amour".
Il me regarde sans comprendre. Gênée, j'explique:
-C'est une réplique que tu avais dite dans le métro quand on revenait du musée Carnavalet...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
SioSio   16 avril 2018
- C'est quoi, le malaise ?
J'ai un petit rire :
- C'est marrant, comme question...
Il me regarde sans trop voir ce qu'il y a de marrant.
- Non, dis-je, c'est que vous êtes le seul à l'avoir posée. Tout le monde a mis ça sur le compte de l'adolescence et d'une année difficile...
Nous savons à quel point cet adjectif est en-dessous de ce que nous avons vécu et vivons toujours, et je lui dis soudain ce que je n'ai réussi à dire personne :
- Je ne supporte plus qu'on attende de moi que je sois un exemple. Je ne supporte plus d'avoir à prouver que si on donne une chance aux "gamins de banlieue", ils réussissent, que si on tend la main aux musulmans, ils ne se font pas sauter dans les lieux publics. Je ne supporte plus qu'on attende de moi que je prouve que le "modèle républicain" fonctionne. Je n'en peux plus de ces expectatives qui m'étouffent et m'empêchent de réfléchir pour moi-même. On ne peut pas réfléchir quand on ne peut même pas respirer !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
AnalireAnalire   26 mai 2018
Lisez tous les jours un petit peu. C'est-à-dire : pratiquez, pratiquez, pratiquez. Comme un concertiste. Le jour du concert, le morceau est tellement inscrit dans son corps que ses émotions parasites ne peuvent pas l'empêcher de l'exécuter. De cette manière vous rayonnerez malgré vous.
Commenter  J’apprécie          50
SioSio   16 avril 2018
J'ai à nouveau besoin d'une pause. Les terroristes sont entrés au Bataclan et Marie-Castille est morte. Elle fait partie des premiers touchés, ceux pour qui ça s'est terminé en moins de cinq minutes. Il n'était même pas 22 heures. Depuis nous nous sommes trompés. Parce que, de notre côté, nous avons patienté, nous avons espéré, nous nous sommes démenés, sans savoir que notre vie d'avant avait pris fin. Je ne comprends pas celle qui nous attend maintenant. J'ai l'impression qu'elle est comme ces fermetures Eclair que l'on n'arrive pas à remettre sur leurs rails. On hésite à jeter la trousse ou le vêtement parce qu'on y tenait, et puis peut-être que quelqu'un va arriver à réparer la fermeture, mais personne n'y arrive, ou ça ne tient pas longtemps. Mais on ne peut pas poser une vie de côté comme on le fait d'un vêtement. Non, vraiment, je ne comprends pas ce qu'il va falloir faire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
AnalireAnalire   28 mai 2018
Tu veux savoir si on continue ou si on arrête, mais on aurait dû arrêter dès qu'on a su qu'elle était morte ! Tout aurait dû s'arrêter ! Ce n'est pas normal que la vie continue ! Tout le monde me dit ça, "la vie continue", je sais que c'est bien intentionné, mais la vie ne continue pas pour elle, alors qu'elle continue pour ceux qui ont commandité les attentats ! Ce n'est pas normal !
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Maïté Bernard (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Maïté Bernard
Un après-midi au @Salon du livre et de la presse jeunesse en Seine-Saint-Denis : « le plein de découvertes, de rencontres et sourires. » Merci à tous. Rendez-vous l?année prochaine ! Merci aux auteurs présents sur le stand Syros du @Salon du livre et de la presse jeunesse en Seine-Saint-Denis le samedi 3 décembre après-midi de s?être prêtés au jeu de la caméra de Stanislas J @Florence Hinckel, @Yves Grevet, Maïté Bernard, @Nathalie Stragier, @Marie Leymarie, @Sam VanSteen, @Laurence Schack, @Carina Rozenfeld (les TipTongeurs @Tip Tongue, l?anglais and me).
autres livres classés : bataclanVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Quiz du livre Ava préfère les fantômes

Où Ava passe t'elle ses vacances ?

En Afrique
Sur l'ile de Jersey
En Amérique
Elle ne part pas en vacances

7 questions
7 lecteurs ont répondu
Thème : Ava préfère les fantômes de Maïté BernardCréer un quiz sur ce livre
. .