AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2221203216
Éditeur : Robert Laffont (04/01/2018)

Note moyenne : 3.36/5 (sur 46 notes)
Résumé :
" Ma mère, comme dans un conte cruel pour enfants, s'était transformée en livres. " Ainsi s'exprime le narrateur, né sous X, bibliothécaire de profession, qui voit sa vie bouleversée par la lettre d'un notaire. Il y apprend que sa mère biologique, dont il ignore absolument tout, vient de mourir et lui laisse un héritage singulier : 1 144 livres. Que penser de ce geste ? Faut-il accepter l'héritage de quelqu'un qui vous a abandonné ? Qui était la femme cachée derriè... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (25) Voir plus Ajouter une critique
fanfanouche24
  20 janvier 2018
Pris connaissance de ce roman très récent, en parcourant la dernière sélection de " Masse Critique", ce mercredi 17 janvier 2018 !
Je me suis précipitée pour en faire l'acquisition: des thèmes qui m'ont aussitôt interpellée, avec le double sujet des origines, de la filiation, et d'une éloge inconditionnelle de la lecture, des livres , rempart contre toutes les adversités et toutes les douleurs !!
Le héros, bibliothécaire, né sous X... reçoit la lettre d'un notaire, lui apprenant que sa mère biologique lui a laissé, par testament, un millier de livres, le reste de sa bibliothèque allant à une association, celle D'A. Follereau (contre la lèpre) ?!!!....
Héritage aussi émotionnant que déconcertant... d'abord rempli de réticences, notre narrateur se décidera, sous l'impulsion d'une curiosité irrépressible , d'ouvrir ces fatidiques 38 cartons" de livres, trop intrigué... par leur contenu, et ce que ce legs de livres pourrait lui apprendre de cette femme inconnue, à qui il doit la Vie !!?
Un petit trésor de pudeur... où tout est suggéré avec délicatesse et simplicité !
Un ouvrage qui pourrait paraître anodin, que je trouve bien précieux... pour les amoureux des livres et tous les "orphelins de leurs origines" !!! tout cela écrit avec élégance, et sans le moindre pathos. Une belle émotion pour tous les lecteurs très attentifs !!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          469
AudreyT
  07 février 2018
****
Orphelin, abandonné à la naissance, le narrateur n'a jamais connu sa mère, elle a accouché sous X. Il ne l'a jamais cherché, il n'a jamais éprouvé le besoin de la rencontrer. Il a été élevé par des parents adoptifs aimants et qui l'ont entouré de tout ce dont il avait besoin. Et c'est au milieu des livres qu'il vit désormais. Devenu bibliothécaire, il voue une véritable passion pour la lecture. Quand un jour il reçoit une lettre d'un notaire, il apprend que sa mère biologique lui a légué à sa mort 1144 livres. Que va-t-il en faire ?
Jean Berthier nous offre ici un premier roman doux et tendre. Avec des mots pesés et étudiés, il parle avec passion et justesse des livres, de la lecture, de ce monde à part... Il évoque également des sentiments très forts pour une mère, un abandon, une origine qu'on ne recherche pas, ou qu'on rejette inconsciemment pour ne pas être déçu ou blessé...
Merci à NetGalley et aux éditions Robert Laffont pour le partage de ce roman.
Commenter  J’apprécie          410
prune42
  10 octobre 2018
Bibliothécaire, le narrateur de ce livre reçoit un jour un courrier d'un notaire l'informant que sa mère naturelle, qui l'a abandonné à la naissance, lui a légué 38 cartons de livres à sa mort, soit 1144 livres. Très étonné, il commence par refuser cet étrange héritage mais impossible, il faut qu'il en prenne possession avant de le refuser. Il se rend en province chez Maître Noblecourt qui a disposé les cartons de livres dans une chambre d'hôtel. le narrateur ne veut pas y toucher, persuadé que cela ne lui apprendra rien sur l'identité de sa mère puis il cède à la tentation et ouvre les cartons. Il découvre une bibliographie variée, composée d'éditions rares parfois mais très peu d'indices personnels sur sa génitrice. Que faire de cet étrange héritage ?
J'ai découvert la première fois ce roman sur une Masse Critique et j'ai trouvé l'idée de départ intéressante et originale. Effectivement, recevoir un tel héritage n'est pas quelque chose de courant et a un aspect énigmatique, ceci a alimenté ma curiosité.
J'ai été malheureusement un peu déçue par le style du roman en lui-même qui n'est pas simple mais assez alambiqué et recherché, j'avais parfois l'impression de lire un livre écrit un siècle auparavant en raison de son style.
Ce roman de 150 pages se lit vite, c'est suffisant car on n'évolue guère dans l'histoire et on risquerait de tourner en rond avec plus de pages.
J'ai trouvé l'abondance de détails donnés sur les livres découverts par le narrateur (maisons d'édition, années de parution, couvertures) assez inutile et donc ne présentant pas beaucoup d'intérêt. J'aurais préféré à la place de ces détails une présentation rapide du livre en une phrase ou deux qui nous aurait vraiment fait partager l'amour des livres par son auteur.
J'ai l'impression d'être passée un peu à côté de ce livre sur les livres, je le regrette car ç'aurait pu être une belle découverte mais pour moi, le style y est pour beaucoup.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
LiliGalipette
  01 février 2018
Né sous X, le narrateur a été adopté par les très aimants Henri et Mariette. Devenu adulte, mari et père, il n'a jamais cherché à retrouver ses parents. C'est donc avec étonnement que ce bibliothécaire passionné de livres hérite de la bibliothèque de sa mère biologique. « Ma mère, comme dans un conte cruel pour enfants, s'était transformée en livres. Plus rien ne subsistait d'elle que ces innombrables pages serrées les unes contre les autres. C'était son faire-part de décès. » (p. 75) Face aux 38 cartons qui contiennent les 1144 livres de cette inconnue, l'homme s'interroge. Faut-il garder ces livres ou s'en défaire ? Comment accepter ce don fait par une mère ignorée, qui n'est même pas une mère et ne le sera jamais ? Retrouvé par cette génitrice désormais pour toujours inaccessible, l'enfant devenu homme ne veut pourtant pas remonter ses origines et se retrouve bien encombré de cette génitrice qui ne lui manquait pas. Cependant, les cartons se vident peu à peu, sans donner de réponses, sans dessiner les contours de cette femme. « Desser le portrait d'un lecteur d'après ses livres, [...], est une entreprise par bonheur vouée à l'échec. » (p. 89) Pourtant, l'homme cherche des traces, des indices, jusqu'à décider de ne prendre ces livres que pour ce qu'ils sont.
Superbe déclaration d'amour aux livres qui nous fascinent et nous façonnent, ce roman célèbre la littérature et le lien invisible qu'il crée entre des inconnus. le de Jean Berthier est puissant, très beau et il se déploie amplement, emportant le lecteur dans une balade suave au fil des livres. Je retiens les très doux mots qu'il a pour décrire la beauté de la relation mère-fils, surtout quand elle est choisie par la première et embrassée par le second. Et qu'elle est étrange et particulière, la poésie des indications d'éditeur que personne ne lit dans les premières et les dernières pages des livres : nombre de tirages, achevé d'imprimé, dépôt légal... Ce sont presque des incantations mystiques, tellement précieuses et lourdes de sens pour les amoureux des livres et des belles éditions.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
MadameTapioca
  14 octobre 2018
Vous êtes-vous déjà demandé ce que deviendra votre bibliothèque quand vous ne serez plus de ce monde ?
J'avoue que c'est une question que je me pose souvent. Ces livres que j'ai choisi, qui me semble être précieux bien que sans valeur marchande, qui sont une partie de moi, ma fille aura-t-elle envie de les garder en souvenir, de les lire ou au contraire finiront-ils chez Emmaüs ? Dans « 1144 livres » il en est un peu question…
Né sous X, le narrateur du roman reçoit en héritage de sa mère biologique un lot mystérieux de 1144 livres.
Bibliothécaire et amoureux des livres, cet héritage pourrait être l'héritage idéal pour lui mais ce legs vient d'une femme qu'il n'a jamais pu connaître, qui ne lui a jamais manqué, qui est une étrangère. Décidé dans un premier temps à refuser, il va se laisser convaincre par le notaire en charge de cette donation. Enfermé dans une chambre d'hôtel, il découvre les cartons contenant ces livres et se retrouve malgré lui à mener l'enquête sur ses origines au gré des indices glanés au fil des pages. Que disent ces livres de sa vraie mère ? Une bibliothèque est-elle le reflet de la personnalité de son propriétaire ? Son amour des livres viendrait-il de cette mère biologique ?
A travers le thème de la recherche de ses origines, « 1144 livres » est un véritable hymne à la littérature et à la lecture. J'ai dévoré ce court roman en une journée et noté un grand nombre de passages. L'écriture très soignée - parfois un peu alambiquée - et la lenteur de l'histoire m'ont enveloppé. Un moment tout en douceur et pudeur auquel on peut bien évidemment trouver quelques défauts mais qui séduira le rat de bibliothèque que vous êtes
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120

critiques presse (1)
Actualitte   04 janvier 2018
C’est un voyage de plus en livre, confort idéal et langue audacieuse autant que svelte et légère. Un récit qui ouvre la rentrée de janvier avec grâce et bonheur.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Citations et extraits (44) Voir plus Ajouter une citation
prune42prune42   10 octobre 2018
Lire ne promet rien, ne protège de rien, ne garantit rien : les barbares aussi ont leurs œuvres préférées et leurs poèmes d'amour ; on connaît de grands imbéciles qui ont beaucoup lu ; on sait des bourreaux adossés à de somptueuses bibliothèques.
Commenter  J’apprécie          70
MadameTapiocaMadameTapioca   09 octobre 2018
Ces cartons contenaient-ils d'autres livres de Bernanos? Et quels autres livres encore? Quelle femme est-on quand on achète "La Joie" ou qu'on vous l'offre en se doutant qu'il va vous plaire? Mais dresser le portrait d'un lecteur d'après ses livres, à fortiori ici une seul est une entreprise par bonheur vouée à l'échec. Certes, cinquante ouvrages dans une bibliothèque sur les scarabées, hannetons et charançons indiquent sans doute un lecteur porté sur les coléoptères. Mais faux lecteur que celui qu'on identifie au premier coup d'œil tant sa bibliothèque est simple. Le philosophe qui ne lit que des livres de philosophie ne lit pas, ni le cuisinier qui ne lit que des ouvrages de cuisine. Nous devrions lire pour nous quitter autant que pour nous retrouver. Dis-moi ce que tu lis et je ne te dirai rien de ce que tu es ou crois être. Connais-toi toi-même: parole de sage. Le lecteur, lui, est d'une autre nature. Déprends-toi de toi-même, telle devrait être sa maxime.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
prune42prune42   10 octobre 2018
Lire est sans partage, lire est exclusif ; l'esprit est occupé, les mains sont occupées ; aucune parcelle de notre être ne peut s'évader pour porter son attention ailleurs. Il n'y a pas plus contraignant que cette activité à laquelle rien n'oblige.
Commenter  J’apprécie          10
MadameTapiocaMadameTapioca   09 octobre 2018
Les lecteurs ne forment pas une communauté soudée par quelque Souverain Bien de la lecture. Lire ne promet rien, ne protège de rien, ne garantit rien: les barbares aussi ont leurs œuvres préférées et leurs poèmes d'amour; on connait de grands imbéciles qui ont beaucoup lu; on sait des bourreaux adossés à de somptueuses bibliothèques.
Commenter  J’apprécie          30
prune42prune42   10 octobre 2018
Arpenter la bibliothèque d'un autre, c'est traverser un pays dont on connaît la langue mais dont l'étrangeté grandit à mesure qu'on y pénètre.
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : livresVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
1823 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre
.. ..