AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782266298629
264 pages
Éditeur : Pocket (02/01/2020)

Note moyenne : 3.35/5 (sur 101 notes)
Résumé :
Un voleur de livres rares, un libraire obstiné, l'histoire d'une traque haletante entre deux amoureux du livre.

Jusqu'où iriez-vous pour mettre la main sur le livre de vos rêves ? Mieux encore, jusqu'où iriez-vous pour avoir une bibliothèque remplie de vos livres préférés ?
L'Américain John Gilkey a dérobé pour 200 000 dollars de livres anciens. Son but, réunir une collection à son image. C'était compter sans la ténacité de Ken Sanders, libra... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (53) Voir plus Ajouter une critique
fanfanouche24
  22 novembre 2018
Un très bon moment de lecture qui offre une einième hommage aux Livres , et plus insolite un Hommage ambigu envers les collectionneurs-voleurs !!!
Une sarabande rocambolesque entre un libraire d'ancien, transformé en
enquêteur pour poursuivre un "Arsène Lupin" des Livres, et entre les
deux, une amoureuse des livres, l'auteure, journaliste qui se plonge dans la planète des bibliophiles et aussi des bibliomanes , pour nous offrir ce récit, prodigue en anecdotes et rebondissements !!

"Les livres ne sont pas des objets inertes mais portent en eux autant de vie que l'âme qui les a fait naître, en effet ils conservent, comme dans une fiole, la puissance et l'essence de l'intellect qui leur a donné le jour." Presque trois cents ans après lui , en 1900, Walt Whitman faisait écho à ce sentiment : " Camarade ! Ceci n'est pas un livre , / Qui touche ceci touche un homme." (p. 156)
Toujours joyeuse de dénicher des ouvrages dont on parle moins, qui me plongent de plus dans des domaines me tenant à coeur : le Livre ancien et le monde des collectionneurs, où j'ai exercé quelques années comme catalographe !
Notre narratrice, journaliste [ l'auteure] s'est immergée dans cet univers si spécifique de l'Antiquariat, des collections de livres et des collectionneurs,; elle s'est documentée, a beaucoup lu, questionné libraires, experts, et fascinée par ce sujet, étend sa "fascination" aux "voleurs de livres"... Et dans cet objectif, elle rencontre un célèbre voleur de livres précieux, essaye de comprendre cette "addiction "ainsi que ses motivations !!
Des anecdotes multiples sur les manies des bibliomanes et des bibliophiles... de nombreux renseignements sur l'histoire du Livre, la justification de la rareté de certains tirages...les différents profils de collectionneurs, comme d'experts , les mises en garde aussi sur les tromperies des experts et sur e.bay, vaste fourre-tout d'ouvrages
à la provenance pas toujours fiable, etc.!!
J'ai abondamment souligné ce livre... et vais tenter de me limiter dans mon choix d'extraits les plus significatifs
"Plus je piochais dans mes piles de livres consacrés à des collectionneurs, plus je pensais au rôle que ces hommes (et quelques rares femmes) avaient joué pour préserver notre héritage culturel. Pour reprendre les mots de Wilmarth Sheldon Lewis, un collectionneur décédé en 1979. "Sains d'esprit ou fantasques. Ils sauvegardent la civilisation ". Ils me fascinaient tous." (p. 231)
"Plus j'en apprenais sur les collectionneurs, plus je me considérais comme l'un d'entre eux : pas une collectionneuse de livres, mais des histoires que je récoltais au cours de mon enquête. A l'image de ceux qui sont gagnés par la frénésie à mesure que leur collection prend forme, plus j'obtenais des informations plus j'en demandais. Je découvris ce qu'était le vélin, le bougran, les errata et les tranches à témoins. Mes carnets de notes se multipliaient pour former une pile haute comme dix - Kraütterbuchs- En accumulant des anecdotes sur des voleurs, des libraires, et le monde du livre ancien, j'en vins à comprendre que cette histoire n'était pas une simple compilation de délits mais bout à bout, mais qu'elle parlait aussi de la relation intime, complexe et parfois dangereuse que les gens ont avec les livres. "(Prologue, p. 17)
Ce récit se termine par une sélection bibliographique en anglais, intéressante, sur les livres rares et précieux, ainsi que sur certains célèbres collectionneurs...
En lisant cet ouvrage, l'agréable sensation physique de l'odeur des vieux livres...de l'atmosphère si unique des librairies anciennes, chacune avec leur cachet, la personnalité unique de chaque libraire, son accueil, ses bavardages , silences ou secrets !!! ...
J'ai pris le temps de lire doucement cet ouvrage qui regorge d'histoires d' hommes (peu de femmes bibliophiles !!) qui aiment trop les livres dont ce comte Guglielmo Libri, dont j'ai entendu parler lors d'une de mes missions de catalogage dans le fonds ancien de la Bibliothèque Mazarine, où il a dû aussi sévir... Une histoire incroyable !!
Cette auteure m'a rappelé le destin peu banal de ce collectionneur -savant... et un peu voleur sur les bords !!
"Une histoire qui me tenait en haleine tard le soir était celle de Guglielmo Libri (1803-1860), l'un des plus éminents gardiens de notre héritage culturel, qui a probablement autant pillé que préservé. Libri était un comte italien (...)
Il était mathématicien, journaliste, enseignant, conseiller du gouvernement français. C'était une référence en histoire des sciences et il naviguait dans les milieux académiques aussi bien français qu'italiens et anglais. En 1841, on lui confia la responsabilité d'inventorier tous les manuscrits anciens des bibliothèques publiques de France. Cette mission l'autorisait à entrer dans toutes les réserves à n'importe quelle heure. (...) En tant que catalogueur des bibliothèques de France, il savait exactement quels manuscrits n'avaient pas été encore inventoriés, et il ne put résister à la tentation. "(p. 132)
Une lecture doublement appréciée, par ses thèmes... et second plaisir : la découverte de cette petite maison d'édition indépendante... [**** voir ma liste avec les premiers titres de leur catalogue, intitulée avec ce titre trop réjouissant...; "L'Homme qui aimait trop les livres"....]
Récréation des plus plaisantes et instructives... pour tous les passionnés de livres, ayant, ceci dit, un minimum d'intérêt pour les livres anciens , la bibliophilie, les ventes aux enchères et ces drôles de spécimens: "Les Collectionneurs ", dont on a un très pittoresque et joyeux catalogue !!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          500
Annette55
  27 février 2020
Seriez - vous prêt à tout pour mettre la main sur le livre de vos rêves ?
Mieux encore jusqu'où iriez vous pour posséder une bibliothèque remplie de vos livres préférés ?
Drôles de questions direz- vous ?
Ceci n'est pas un roman , pas un thriller mais une enquête parfaitement documentée, un récit rédigé à la manière d'un article mené de main de maître par une journaliste américaine passionnée , elle même amoureuse des livres : Allison Hoover Bartlett qui écrit pour le New- York Times .
Elle conte l'histoire passionnante ,étayée , convaincante et érudite d'un des plus grands voleurs de livres anciens.: l'américain John Gilkey , amoureux des livres, collectionneur acharné qui a dérobé pour 200 000 dollars de livres anciens.
Son but : réunir une collection à son image, un sacré personnage : toujours entre deux chasses aux livres rares avec son père, fausses adresses, chèques sans provision, arnaques et séjours en prison réguliers ...
C'est sans compter sur l'activisme, la ténacité , l'obstination d'un autre amoureux des livres : Ken Sanders, libraire de livres anciens irascible, déterminé qui traquera J' Gilkey sans relâche et mènera l'enquête ..
A travers le récit riche , insolite, érudit, de cette traque mouvementée, haletante, l'auteure, collectionneuse d'histoires , notamment celle du Kräuterbuch,( herbier ) publié en 1630, pétri d'anciens remèdes de la médecine traditionnelle , évoque longuement avec finesse et subtilité( elle a mené d'incroyables recherches ) la relation intime complexe, parfois dangereuse que les gens ont avec les livres.
Elle nous apprend que le vol,de livres anciens était un phénomène très répandu plus courant que le vol d'oeuvres rares .
Pourquoi GIlkey aimait - il tant les livres rares ?
Pourquoi prenait- il le risque d'être privé de liberté ?
Il volait par amour des livres, il les voulait pour lui, ces collectionneurs comme Ken Sanders , d'ailleurs, étaient passionnés , animés par le désir , plutôt l'obsession maladive de posséder quelque chose , d'unique de merveilleux .: par exemple les papiers personnels de Flaubert , Lewis Carroll, Edgar Allan Poe, Mawfild Parrish, bibliophiles et collectionneurs pouvaient aussi collectionner des objets de différentes natures: tabatières, , objets en cristal, cartes de base- ball...
Un récit écrit en hommage à tous les amoureux des livres, les passionnés de bibliothèque, de libraires et de livres anciens ....
Reportage fabuleux , et belle réflexion sur notre rapport aux livres,...
«  Ce livre n'appartient à nul autre que moi
Car c'est mon nom que vous lisez à l'intérieur .
Si vous vous risquez à le voler
Vous vous retrouverez pendu par la gorge
Les corbeaux, alors, vous entoureront,
Pour chercher vos yeux et les piquer.
Et en criant :
«  Oh, Oh, Oh » ,
Souvenez - vous que vous méritez ce châtiment » ...
Mise en garde écrite par un scribe allemand
Au Moyen Âge .


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          302
fertiti65
  22 mars 2020
Il y avait pourtant tous les ingrédients pour me plaire : le thème du livre et de la lecture, l'amour du livre ancien, une histoire du voleur et des volés, les nombreuses librairies de livres anciens aux États-Unis et de nombreuses références de lecture. La forme du roman me plaisait aussi : une femme enquête et rencontre John Gilkey le voleur, ses principales motivations et arnaques en tout genres. Elle rencontre également Ken Sanders, amoureux des beaux livres et suit depuis des années, Gilkey, pour le faire coffrer. Je m'attendais un peu à une ambiance à la Arsène Lupin de l'auteur Maurice Leblanc. Bien que ce roman soit bien documenté, la sauce n'a pas pris. Quelques chapitres m'ont bien plu, d'autres, plus nombreux m'ont ennuyé. J'ai lu les 3/4 du livre et j'ai capitulé. Je n'ai pas pour habitude de mettre une critique d'un livre que je n'ai pas terminé mais j'avais quand même envie de vous en dire quelques mots.
Commenter  J’apprécie          366
manU17
  05 mars 2020
John Gilkey adore les livres anciens, passionnément, follement, exagérément. Il les recherche, les chasse, les traque, les collectionne, les accumule. Leurs prix élevés ne lui permettant pas de les acheter, il les vole !
Lui trouve ça tout à fait normal, comme un juste retour des choses. Pourquoi ne jouirait-il pas du plaisir de les posséder quand bien même il n'a pas les moyens de se les offrir ? Et puis les libraires n'ont qu'à faire preuve de plus de vigilance !
Une logique fort discutable vous en conviendrez mais qui vous donne une idée de la personnalité de l'individu.
Tout au long du récit de ses méfaits, on reste pantois devant son culot et sa facilité d'action. Au fil des ans, le type a tout de même volé pour 200 000 dollars de livres anciens. Juste incroyable !
En amateur et chineur de livres que je suis, même si je ne suis pas collectionneur de livres anciens, toutes les anecdotes et détails sur les livres m'ont évidemment intéressé mais je dois bien reconnaitre que ça alourdit le récit.
Enfin, je trouve la 4ème de couverture un peu trompeuse, la notion de traque plutôt abusive. Même si le flic voudrait bien lui mettre le grappin dessus, on est loin du thriller. de plus, alors que je pensais avoir à faire à un roman, j'ai réalisé qu'il s'agissait d'un témoignage.
L'Homme qui aimait trop les livres reste une lecture plaisante mais tout de même un peu décevante.
Merci à Babelio et Pocket !

Lien : http://bouquins-de-poches-en..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          375
Stelphique
  23 avril 2020
Ce que j'ai ressenti:
En tant que passionnée de livres, lire cette aventure palpitante au coeur des livres, c'est un peu comme un feu d'artifice, une joie dans la joie. Allison Hoover Bartlett, avec son enquête nous pousse à nous remettre en question et à réfléchir sur nos propres comportements de bibliophiles et de bibliomanes. Jusqu'où iriez-vous pour votre passion des livres? Parce que si l'on comprend aisément, l'idée qu'un homme puisse « aimer trop les livres », qu'en est-il si cet amour le pousse à les voler? Jusqu'à quel point peut-on aimer ces petits carrés de magie?
"On en apprend beaucoup sur une personne en regardant sa bibliothèque."
John Gilkey est un voleur de livres. C'est un homme qui m'a laissée perplexe tout autant que cette écrivaine qui va consacrer des années à compiler des preuves, des entretiens et des heures à essayer de comprendre l'esprit perturbé de ce cleptomane endurci. Cette collection de livres anciens dans laquelle il se jette à corps perdu avec un idéal de grandeur, le dépasse tellement qu'il en oublie la frontière entre le bien et le mal. Mais l'amour des livres est puissant, nous savons bien cela, et d'autres amoureux de la littérature vont s'associer pour déjouer les plans de la frénésie de John Gilkey en essayant de rétablir l'equlibre et la justice, notamment grâce à un libraire tenace Ken Sanders.
« Tout livre rare est un livre volé. »
J'ai adoré cette lecture! C'était passionnant! Toute cette énergie déployée pour protéger la culture, les trésors de la littérature, la magie d'une belle histoire, la puissance ensorcelante d'un livre, tout est fascinant dans cet univers des livres anciens . Allison Hoover Bartlett nous emmène à l'intérieur de cet univers de collectionneurs chevronnés pour nous enivrer de cette odeur caractéristique du pouvoir de la lecture. Il y a vraiment des passionnés en ce monde et ça fait plaisir à lire! C'était un reportage et une enquête vraiment édifiante, j'ai appris tellement sur les livres et ceux qui les aiment TROP…Je recommande vivement cette lecture à tous ceux qui aiment les livres, un peu, beaucoup, passionnément, à la folie…
"Les livres ne sont pas des objets inertes mais portent en eux autant de vie que l'âme qui les a fait naître, en effet ils conservent, comme dans une fiole, la puissance et l'essence de l'intellect qui leur a donné le jour."

Ma note Plaisir de Lecture 9/10

Lien : https://fairystelphique.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          322


critiques presse (2)
Actualitte   06 décembre 2018
Absolument formidable.
Public : les bibliophiles, les amateurs de polar, et tous ceux qui aiment les histoires épatamment rocambolesques.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Liberation   18 octobre 2018
Telle une chasse au trésor, la journaliste Allison Hoover Bartlett a menée son enquête sur John Gilkey, un Américain voleur d’ouvrages rares dans les années 2000.
Lire la critique sur le site : Liberation
Citations et extraits (80) Voir plus Ajouter une citation
fanfanouche24fanfanouche24   17 novembre 2018
Je commençais à comprendre que la différence entre celui qui aime les livres et celui qui va jusqu'à les collectionner n'est pas qu'une simple question de degré. Pour le premier, le livre est une sorte de souvenir : il y a ses livres d'enfance, ses livres de fac, ses romans préférés, ses choix incongrus. De nombreux réseaux sociaux nous proposent de lister nos lectures pour cette raison précise : les livres en disent long sur votre personnalité. Ce qui est particulièrement pour les collectionneurs, dont les étagères ne reflètent pas seulement les lectures, mais leur intériorité: "La possession est la relation la plus profonde que l'on puisse entretenir avec les choses : non qu'alors elles soient vivantes en lui [Le collectionneur ], c'est lui-même au contraire qui habite en elles" , écrit Walter Benjamin. (p. 86-87)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
fanfanouche24fanfanouche24   20 novembre 2018
Lors de mon dernier entretien avec Gilkey, j'eus une révélation. Je compris que celui dont je croyais qu'il volait des livres pour passer pour un gentleman, qui se construisait une image toute faite, une identité de façade, était en fait -véritablement- en train de devenir un gentleman. Il étudiait la philosophie, faisait des recherches sur de grands auteurs, lisait de la littérature, il écrivait même des essais et des pièces de théâtre. A travers tous ces efforts, il cherchait à se construire une personne idéalisée. Et l'autre manière de faire naître cette personnalité était de me raconter son histoire. (p. 291-292)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
fanfanouche24fanfanouche24   09 novembre 2018
Plus j'en apprenais sur les collectionneurs, plus je me considérais comme l'un d'entre eux : pas une collectionneuse de livres, mais des histoires que je récoltais au cours de mon enquête. A l'image de ceux qui sont gagnés par la frénésie à mesure que leur collection prend forme, plus j'obtenais des informations plus j'en demandais. Je découvris ce qu'était le vélin, le bougran, les errata et les tranches à témoins. Mes carnets de notes se multipliaient pour former une pile haute comme dix - Kraütterbuchs- En accumulant des anecdotes sur des voleurs, des libraires, et le monde du livre ancien, j'en vins à comprendre que cette histoire n'était pas une simple compilation de délits mais bout à bout, mais qu'elle parlait aussi de la relation intime, complexe et parfois dangereuse que les gens ont avec les livres. (Prologue, p. 17)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
fanfanouche24fanfanouche24   19 novembre 2018
"Les livres ne sont pas des objets inertes mais portent en eux autant de vie que l'âme qui les a fait naître, en effet ils conservent, comme dans une fiole, la puissance et l'essence de l'intellect qui leur a donné le jour." Presque trois cents ans après lui , en 1900, Walt Whitman faisait écho à ce sentiment : " Camarade ! Ceci n'est pas un livre , / Qui touche ceci touche un homme." (p. 156)
Commenter  J’apprécie          250
fanfanouche24fanfanouche24   10 novembre 2018
L'admiration que sa collection provoquait semblait bien être au centre des motivations de Gilkey. Ce n'était pas tant l'amour des livres qui l'animait que ce que sa collection disait de lui. C'était une ambition tout à fait commune-donner une image de nous-mêmes grâce à nos chaussures, notre voiture ou la musique que l'on écoute- mais poussée à l'extrême. Après avoir passé quelques jours parmi les collectionneurs du salon de New-York, je compris que nombre d'entre eux cherchaient à se construire une identité, achetant des livres comme s'il s'agissait de trophées en l'honneur de leur bon goût, de leur savoir, et de leur influence. (p. 66)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120

autres livres classés : bibliophilieVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Dead or Alive ?

Harlan Coben

Alive (vivant)
Dead (mort)

20 questions
1374 lecteurs ont répondu
Thèmes : auteur américain , littérature américaine , états-unisCréer un quiz sur ce livre

.. ..