AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2259213952
Éditeur : Plon (07/03/2013)

Note moyenne : 4.07/5 (sur 14 notes)
Résumé :
C’est au casino d'Houlgate, en Normandie, dans les années 60, que tout a commencé. C’est là que Dominique Besnehard a découvert le cinéma et les actrices. C’est là qu’il est tombé fou d’amour, et pour toujours, de Sylvie Vartan dont il est devenu plus tard l’ami et l’agent. C’est lui qui a découvert quelques belles inconnues nommées Juliette Binoche ou Béatrice Dalle et défendu les intérêts de nombreuses stars : Jeanne Moreau, Isabelle Adjani, Charlotte Gainsbourg, ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
carre
  01 juin 2014

Pialat, Berri (Claude), Granier-Deferre (Pierre), Beauvois, Ozon, Signoret, Aimée, Brialy, Vartan, Baye, Trintignant (J.L., N., Marie), Benchétrit, Renaud (Line), Marceau (Sophie), Chabat, Gainsbourg (Charlotte), Berry (Richard), Cottençon, Richard (Pierre) etc …
Ca fait un sacré générique, non ?
La soixantaine venue, Maitre Besnehard décida de nous conter son magnifique parcours. Et il faut bien l'avouer pour le passionné de cinéma et des acteurs que je suis, ce long flashback est bien agréable à suivre. On y découvre un homme animé par une passion dévorante, découvreur de talents (Ah! Béatrice Dalle dans « 37°2 le matin »), un amoureux inconditionnel de spectacles, de films, de concerts.
Tantôt confident, tantôt souffre-douleur, tantôt assistant social, tantôt père fouettard,
Dominique Besnehard s'est retrouvé dans chacun de ces rôles. Au-delà du strass et des paillettes, on découvre un métier stressant, ou le directeur de casting puis l'agent doit trouver les mots pour ne pas heurter les susceptibilités de chacun. Il faut s'armer de patience, faire le dos rond aux caprices des uns et des autres. D'ailleurs, Besnehard n'hésite pas à révéler certains défauts, certains comportements peu flatteurs.
Le monde du cinéma est loin d'être un long fleuve tranquille.
Casino d'hiver est une belle ballade que l'on referme avec une certaine mélancolie.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          562
Bazart
  09 mai 2014
En lisant "Casino d'hiver", les mémoires de Dominique Besnehard, je me suis aperçu que j'avais au moins un point commun avec cet illustre (ex) agent de star et (ex) découvreur de casting.
En effet, comme lui, pendant une bonne partie de ma jeunesse, j'avais une passion équivalente à la sienne pour la culture et en particulier pour le cinéma et le théâtre et surtout, à son instar, je tenais des milliers de fiches sur les acteurs et les actrices avec une longue description de leurs rôles, leurs caractéristiques, leurs points faibles et leurs points forts, et moi aussi je passais mon temps à écrire de longues lettres enflammées aux actrices- avec les coordonnées de leurs agents présents sur la première page du magazine Première, et si peu d'entre elles prenaient le temps de me répondre, lorsqu'elles le faisaient c'était, comme pour Besnehard, une joie indescriptible.
Hélas, si Besnehard s'est très vite mis à les cotoyer, ces comédiennes et ces comédiens, moi je continue à les admirer de très très loin.
Et en même temps, il n'est pas sur, au bout du compte, que je l'envie tant que cela, Dominique Besnehard, car même s'il raconte avec énormément de passion sa vie dans l'ombre de ses stars, on aurait tendance à un peu le plaindre, tant ce n'est pas évident de gérer cette somme d'égos surdimensionnés et de devoir leur faire comprendre pour quelles raisons ils ne jouent pas les rôles qu'ils aimeraient tous jouer.
Comme il le prétend, "Etre agent, c'est aussi être psychanalyste. Je n'ai pas besoin de faire une analyse, j'en ai fait vingt-trois ans en écoutant les autres". Car il faut se les farcir quand même ces acteurs, quand ils refusent de jouer avec untel sur un tournage et qu'il faut débarquer direct en plein Moyen Orient pour éteindre le feu, ou quand ils viennent en furie dans notre bureau et menacer de tout casser car un superbe rôle leur est passé sous le nez et que c'est nous qui sommes jugés le seul responsable...
Et quand ces acteurs- ou réalisateurs car il a également été l'agent de cinéaste en question s'appellent Béatrice Dalle, Sophie Marceau, Maurice Pialat, Claude Berri, Jean Claude Brialy, Marlène Jobert, bref des stars avec une énorme personnalité et des hauts et des bas dans leurs carrières, on imagine que la vie de Besnehard n'a pas toujours été des plus tranquilles et que les kilos qu'il a pris au fil des années- on voit des photos de lui à 20 ans dans le livre, il apparait tout fin- sont souvent, comme il le dit lui même du au stress.
Mais malgré ces moments un peu durs à tenter de réconforter es égos endoloris de ces stars, on sent tout le long de ce passionnant témoignage- écrit avec l'excellent Jean Pierre Lavoignat, ancien directeur de la rédaction de Studio, un véritable amour et attachement pour elles leurs relations dépassant largement le cadre professionnel dans la plupart des cas ( il est notamment resté très très proche de Nathalie Baye, dont il dresse un portrait très avantageux de cette actrice que j'aimais déjà énormément avant de lire ce livre).
Dominique Besnehard au 60 ans début février 2014, et c'était donc l'occasion idéale pour retracer près de quarante ans passés dans les coulisses du cinéma, avec sa habtude de ne jamais utiliser la langue de bois et une auto dérision qui fait du bien dans ce milieu qui en manque trop souvent. Besnehard égratigne parfois certains acteurs, de manière plus ou moins affirmée ( notamment Gérard Klein et Richard Borhinger, assez étonnament), et on apprend quelques potins sur la vie des stars, mais on est jamais ni dans chez Nicolas Bedos pour le coté méchant ni chez Voici pour le coté people, car le type possède une humanité et un amour pour les acteurs qui ne fait jamais défaut, malgré les coups de crasse que ceux ci peuvent parfois lui faire.
Besnehard nous parle également de ses expériences d'acteur – dont "A nos amours", de Maurice Pialat –, les hauts et les bas à Artmedia, les amitiés fortes, les coups de coeur, la création du Festival du Film francophone d'Angoulême, et comment il est devenu producteur, en 2006, pour "enfin réaliser mes rêves et vivre pleinement ma (sa) vie".
Le plus amer dans cette belle confession est certainement le tout dernier chapitre du livre dans lequel il relate son expérience malheureuse en politique auprès de Ségolène Royal, lors de la campagne présidentielle de 2007, amitié qui a tourné au vinaigre. Incontestablement, le monde politique décrit par Besnehard apparait alors 100 fois plus cruel et sans états dâmes que le milieu du 7ème art..... Bref, heureusement que ce n'était pas sur les élus de la république que je les tenais à 15 balais, ces petites fiches !! :o)
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          122
willymjg
  23 juin 2014
L'homme en a l'allure mais en plus il est le nounours de ses dames. Leur chouchou aussi. Trois ans de cogitation pour penser ce livre avant d'oublier ce qu'il a à raconter sur ses quarante ans de vie de cinéma. Accompagné de la complicité de Jean-Pierre Lavoignat, il jette un regard dans le miroir de sa vie. Ce dont l'homme se souvient, c'est de l'enfant de 10 ans qui, au retour des vacances d'été passées dans les colonies de vacances avec frère et soeur, retrouvera la plage et le casino de la station balnéaire d'Houlgate où ses parents exploitent un commerce. L'hiver, ce temple des loisirs est défraîchi, les affiches de la saison estivale flottent à tous vents. L'enfant n'a plus que ses rêves, ses fantasmes. Il échafaude des défilés de mode, des concerts, des spectacles, des films avec les actrices belles comme des coeurs. Ce n'est pas un grain de sable qu'il a sur la langue, mais un cheveu. Cette petite différence, parmi tant d'autres, ne sera pas un obstacle à la réalisation de ses ambitions. Tout ébloui par ces étoiles, l'enfant qu'il est dans les années soixante, muni du dernier vinyle acheté, sera plus préoccupé d'obtenir un autographe de l'idole passant en vedette américaine que du groupe de jeunes anglais faisant la une de l'affiche.
Après des études techniques, et les premiers petits métiers dans le monde du cinéma, il fait du casting sauvage à la sortie des écoles, à la recherche d'enfants pour tourner entre autre « Sac de billes » où il tiendra un rôle de moniteur. Il a la curiosité de tout. Ses conversations de culture avec sa professeure de français, les connaissances qu'il accumule et les fouilles qu'il entame pour engranger le maximum de l'histoire des gens qui créent et font du cinéma, vont l'amener, au fil du temps, à faire du casting et à devenir ensuite agent d'acteurs et d'actrices, producteur et occasionnellement acteur lui-même, en Louis XVI ou dans des rôles de pourris…
Grâce au hasard, aux rendez-vous osés, aux rencontres décisives, il animera cette grande course au rêve. Faire et faire faire du cinéma. A des jeunes qu'il découvre, à des acteurs chevronnés qu'il accompagne, à des plus âgés, oubliés par la profession, qu'il fera rejouer ou du moins tenter de leur remettre pied à l'étrier. Un jour, il raccrochera le téléphone au nez de Marlène Dietrich, pensant ouïr une plaisanterie. Traitant la vieille dame d'idiote, alors que cette dernière lui quémandait un des magazines « Variety » que l'agence pouvait lui fournir !
Dans son carnet d'adresses foisonnent plus de noms propres que dans la bible. Comprenez alors pourquoi je n'en ai cité qu'un dans cette chronique. Les plus belles femmes sont à son bras pour gravir le tapis rouge. Plus manager que patron, il met un point d'orgue à respecter les gens. Même lorsqu'un vieux singe lui saute dessus..., il franchira le ruisseau d'un pas honorable ! Il se pliera aux caprices de l'une ou l'autre star, gaffera aussi, mais persuadera aussi l'acteur d'une mauvaise pièce qu'il arrivera à la maîtriser…
Dans ses bureaux, sur les tournages, il partage des moments de vie, de joie, de tristesse grâce à son sens inné de la fidélité.
L'homme aurait pût être un extraordinaire jardinier. Sa sélection de graines et de plantes aurait créé de magnifiques jardins. Fleuriste aussi, car l'art du bouquet il l'a pratiqué durant toute sa carrière même si quelquefois les picots d'une rose rouge l'ont blessé…

Lien : http://lesplaisirsdemarcpage..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
yann-frat
  22 avril 2014
En gros ça parle de :
Les anecdotes de Dominique Besnehard, casteur puis agent puis producteur....Vous vous souvenez de Brialy ? Et bien le revoilà !
Mon avis à moi que j'ai :
J'en parle histoire de faire une note (et qu'on ne me croit pas mort) mais ça ne le mérite pas. C'est un recueil de vieilles anecdotes sur le cinéma des années 80 qui n'intéresse plus personne, c'est plat, mal écrit et donc fastidieux.
Ceci dit :
Avantage 1 j'ai eu l'impression de lire 1200 pages tellement c'est sans intérêt, ce qui au fond est économique
Avantage 2 Pour une fois je vais pouvoir filer un de mes livres à ma belle mère, elle a 67 ans, c'est toute sa jeunesse donc elle va adorer je pense.
Commenter  J’apprécie          66
chocoladdict
  30 avril 2014
Je ne savais pas grand chose de la vie de Dominique Besnehard si ce n'est qu'il a été agent de nombreuses actrices et acteurs et qu'il joue aussi de temps en temps, la dernière fois que je l'ai vu sur grand écran c'était dans le film Casse tête chinois.
Si vous aimez le cinéma et que vous avez envie de vivre un peu par procuration avec ceux qui vous étonnent, vous émerveillent, vous agacent, vous font frissonner ou rêver sur les écrans alors ce livre devrait vous plaire.
Lien : http://www.chocoladdict.fr/2..
Commenter  J’apprécie          30

critiques presse (1)
Bibliobs   23 mai 2014
Pialat l'appelait "le marchand de chair humaine". Il publie ses Mémoires, où l'on croise aussi bien Béatrice Dalle que Ségolène Royal.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
carrecarre   29 mai 2014
Etre chômeur pour un acteur, ce n'est pas seulement ne pas avoir de travail, c'est manquer d'amour. Une fois encore, il n'y a rien de pire que de ne pas être désiré.
Commenter  J’apprécie          330
BazartBazart   30 avril 2014
Les politiques sont encore plus narcissiques et cyniques que les acteurs. Un acteur qui n’aime pas un autre acteur ne déjeune pas avec lui, un politique si.
Commenter  J’apprécie          140
BazartBazart   30 avril 2014
Etre agent, c’est aussi être psychanalyste. Je n’ai pas besoin de faire une analyse, j’en ai fait vingt-trois ans en écoutant les autres.
Commenter  J’apprécie          40
BazartBazart   30 avril 2014
’Jadore composer les couples et faire le bonheur des gens. Si je n’avais pas été agent, j’aurais pu ouvrir une agence matrimoniale.
Commenter  J’apprécie          30
BazartBazart   30 avril 2014
Je ne crois pas à l’acteur génial méconnu. Si on veut réussir dans ce métier, il faut avoir le feu sacré et ne penser qu’à ça.
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Dominique Besnehard (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Dominique Besnehard
Le comédien François Morel a pris la voix de Dominique Besnehard, ancien agent de nombreuses stars de cinéma, connu pour son cheveu sur la langue, annonce le thème de l'émission à venir entre cinéma et littérature.
autres livres classés : coulissesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr

Autres livres de Dominique Besnehard (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Livres et Films

Quel livre a inspiré le film "La piel que habito" de Pedro Almodovar ?

'Double peau'
'La mygale'
'La mue du serpent'
'Peau à peau'

10 questions
5298 lecteurs ont répondu
Thèmes : Cinéma et littérature , films , adaptation , littérature , cinemaCréer un quiz sur ce livre