AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782858153510
54 pages
Éditeur : Audie-Fluide glacial (04/11/2002)

Note moyenne : 3.46/5 (sur 57 notes)
Résumé :
Lui, c'est Robert. On le reconnaît facilement : béret, bretelles, bedaine. Elle, c'est Raymonde, sa femme. À eux deux, ils forment un couple déprimant : les Bidochon. Déprimant, mais furieusement drôle. Depuis que Binet, l'un des auteurs du magazine d'humourFluide glacial, raconte leur quotidien conjugal dans ses bandes dessinées, ils ont goûté à toutes les expériences du français moyen contemporain. Soit, entre autres, les habitations à loyer modéré, l'accession à ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
Presence
  19 juin 2019
Ce tome fait suite à Les Bidochon, tome 17 : Les Bidochon usent le forfait (2000) qu'il n'est pas nécessaire d'avoir vu avant. La première parution date de 2002. Il est écrit, dessiné, et encré par Christian Binet. Il s'agit d'une bande dessinée en noir & blanc qui compte 45 planches.
Cette bande dessinée comprend 8 histoires courtes, ayant toute pour thème les capacités surnaturelles. Binet a choisi de ne pas donner de titre à ces saynètes dont 4 comptent 5 pages, 1 dure 7 pages, et les 3 autres en comprennent 6. Raymonde et Robert Bidochon sont couchés dans leur lit, s'apprêtant à s'endormir. Robert indique à sa femme qu'il a l'impression qu'il y a quelqu'un à côté de lui, en plus d'elle. Il se demande s'il ne dispose pas de pouvoirs parapsychiques. Il se met à se dire qu'il doit être capable de déplacer des objets par la seule force de sa volonté. Il tente d'envoyer le lit dans le jardin par la force de sa pensée. Ça ne marche pas. Raymonde finit par se lasser et lui demande d'éteindre. Deuxième histoire : Robert a pris conscience de l'existence de voyantes. Il se dit que ce serait trop bête de passer à côté de leur don, de continuer à vivre en aveugle, alors qu'elles peuvent lui prédire son avenir. Il décide d'aller consulter une voyante. Elle lui propose une prédiction en utilisant 17 mancies différentes : il accepte ainsi assuré de la qualité de la prédiction. Troisième histoire : Robert a la conviction qu'il capte bien les ondes émanant de Raymonde, il lui tire les cartes, avec un tarot. Cela l'amène à faire une découverte incroyable sur sa propre sexualité.
Quatrième histoire : Robert a décidé de s'adonner à la radiesthésie, avec un pendule. Ça tombe bien : Raymonde vient de perdre son porte-monnaie dans la rue. Robert suit son pendule qui accuse formellement con voisin Lampatin : le pendule gire, c'est formel. Cinquième histoire : Raymonde ouvre la porte du salon et découvre une traînée de sable. Elle se dit que Robert a encore oublié de s'essuyer les pieds et commence à ramasser tout ça avec sa pelle de ménage et sa balayette. Robert pousse des cris d'orfraie en voyant sa précieuse poudre sacrée ainsi souillée par son épouse. Il ne lui en reste plus assez que pour faire le tour du canapé et protéger l'endroit des forces manipulées. Les 3 autres histoires abordent d'autres aspects de la vie psychique et occulte.
S'il a déjà un lu un tome de cette série, le lecteur sait à quoi s'attendre : la beauferie suffisante de Robert Eugène Louis Bidochon, ainsi que la gentillesse et la crédulité de Raymonde Jeanne Martine Bidochon (née Galopin). Robert porte toujours son béret vissé sur le crâne, même dans le lit. Son apparence n'a pas changé : un gros nez, une surcharge pondérale, son pantalon à rayure maintenu par des bretelles, ses cernes sous les yeux, son sourire suffisant, ses mines énervées ou condescendantes, et ses expressions de déception avec parfois une pointe d'inquiétude. Raymonde est toujours aussi patiente, son visage exprimant souvent la résignation devant les déclarations à l'emporte-pièce de son mari, l'énervement quand il pousse le bouchon trop loin, parfois de l'exaspération quand Robert persiste dans ses démarches qu'elle juge idiotes (le tirage des cartes). Plus que d'habitude, elle apparaît excédée par les expériences De Robert. Même habitué au couple, le lecteur ne peut pas résister à la tête de Raymonde au lever après une nuit trop courte et sans beaucoup de sommeil.
Au cours de ces 8 histoires, Binet fait apparaître d'autres personnages : Gisèle & René, les amis des Bidochon, plus jeunes qu'eux, mais avec les mêmes expressions d'ahuris. le lecteur peut également apercevoir madame et monsieur Lampatin (plus âgés que les Bidochon) prendre le thé dans leur jardin. Monsieur est en costume avec un canotier, et madame en robe, avec un chapeau à fleurs. Comme souvent, les environnements sont peu différents : la chambre, la cuisine, la salle de bains (Raymonde prend un bain) le salon du pavillon des Bidochon, la pièce noire dans laquelle la voyante consulte, le jardin des Lampatin et la porte d'entrée du pavillon. La narration visuelle repose donc essentiellement sur les gestes que font les personnages, leur langage corporel, et les expressions des visages. du fait de l'approche choisie pour les thèmes abordés, les dessins semblent plus cruels envers les personnages, qu'il s'agisse de la crédulité De Robert, de l'exaspération de Raymonde, du professionnalisme bidon de la voyante. Seuls les Lampatin apparaissent agréables, malgré les ravages de l'âge sur leur physique.
Ce n'est pas une surprise de découvrir que Binet effectue une attaque en règle sur tous les aspects de la voyance et du spiritisme que Robert peut essayer. Toutes les scènes sont à charge. L'auteur a eu l'idée d'agrémenter sa mise en scène de petites étiquettes reprenant les déclarations de voyants ou de marabouts, telles qu'elles apparaissent sur les cartes de visite, ou leurs flyers pour boîte aux lettres. La juxtaposition entre le texte et la pratique de Robert Bidochon produit un effet de massacre ridiculisant sans appel ces pratiques d'un spiritisme de pacotille, faisant effet d'une magie infantile et sans fondement. Il passe en revue de nombreuses pratiques, et les tourne toutes en dérision. Pour commencer, Robert se ridiculise en estimant pouvoir utiliser son cerveau pour déplacer les objets. Il cite l'idée reçue que l'être humain n'utilise que 10% de son cerveau, pourcentage prouvé scientifiquement faux. Binet poursuit ensuite avec l'idée que le sommeil favorise la remontée de mots clefs dont l'association dans le bon ordre peut déclencher des capacités extraordinaires. Impossible de résister à la formule : le gigot de pingouin fait du pédalo.
Le lecteur ne résiste pas non plus à la charge féroce de la deuxième histoire qui passe en revue 17 mancies différentes : cristallomancie (ou art béryllistique), caféomancie, alomancie, aleuromancie, botanomancie, ciromancie, claviculomancie, gyromancie, crommyomancie, cosquinomancie, cléromancie, encromancie, aéromancie ou aéroscopie, clédonsimancie, acutomancie, ooscopie. Régulièrement il apparaît le symbole de la carte bleue dans la case, faisant bien comprendre ce qu'en pense l'auteur. Il passe ainsi en revue la divination par les tarots (Robert se référant systématiquement à son livre pour interpréter le symbole), la radiesthésie, la protection d'influences surnaturelles par l'épandage d'une poudre aux vertus magiques, le voyage astral, la poupée vaudou, et la séance médiumnique pour convoquer l'esprit des morts. Binet ne réalise pas une analyse de ces pratiques, ni ne prend de recul sur le sujet. Ces différentes saynètes présentent chacune de ces pratiques comme étant bidons et relevant de la charlatanerie pure et simple, ce qu'en attestent les prédictions creuses de la voyante. D'un autre côté, ces pratiques génèrent des situations drôles dans la manière dont Robert les met en oeuvre, avec un échec systématique.
Le principal humour de ces histoires provient donc de la volonté de Robert de tester chacune de ces pratiques, convaincu de leur bienfondé, même si ça ne marche jamais. le décalage entre sa conviction dans ces pratiques et son incapacité à produire quoi que ce soit de concret produit un effet comique. Robert se montre enthousiaste à chaque fois, à commencer par l'éventualité de déplacer son lit par la force de sa pensée. Dans cette situation, l'humour provient à la fois de l'échec, à la fois de l'objet sur lequel Robert exerce sa volonté, du fait son caractère banal. Il en va de même quand les personnages s'habillent chaudement pour se préparer au voyage astral, réputé frigorifiant. Dans l'histoire suivante, le passage en revue des différentes mancies accumule les objets improbables et accentue encore l'absurdité de ces pratiques par la manière très littérale dont la voyante les met en oeuvre. le lecteur sourit également à la manière dont Robert induit lui-même les résultats de son expérience : sa conviction de la réalité de la prédiction de la voyante (je vois un grand malheur), le résultat du tirage de tarot remettant en cause sa sexualité, la croyance qu'il existe réellement des forces manipulées, les effets présumés de la poupée vaudou. Outre les tronches impayables des personnages, Binet réalise également d'autres moments d'humour visuels : les Bidochon avançant accroupis pour ne pas être repérés par Les Lampatin, les Bidochon, Gisèle et René assis sur des chaises avec des gros vêtements d'hiver, les caractéristiques outrageusement sexuées de la poupée vaudou, les défunts qui apparaissent lors de la séance de spiritisme.
Dans ce tome, le lecteur retrouve toutes les spécificités de la série : le caractère de Raymonde et celui De Robert, la banalité des situations du quotidien, es visages très expressifs, le ridicule généré par les convictions inébranlables De Robert, et la patience de Raymonde mise à rude épreuve. Sur la base de la thématique, Binet réalise des histoires à charge qui neutralise la sympathie que le lecteur éprouve généralement pour les personnages, malgré leurs défauts.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
LydiaB
  08 septembre 2014
S'il y a bien un domaine dans lequel on n'attendait pas nos deux énergumènes, c'est celui du paranormal. Voilà Robert chez Madame Irma ! Mais comme il y prend goût, il se procure toute la panoplie pour jouer au parfait petit voyant. le pendule n'a plus de secret pour lui, pas plus que le fait de faire tourner les tables. Mais comment va t-il pouvoir faire s'investir Raymonde, qui n'y croit pas pour un sou ?
Amis charlatans, une petite dédicace !!!
Lien : http://www.lydiabonnaventure..
Commenter  J’apprécie          380
colimasson
  08 février 2014
Robert Bidochon n'a jamais cru à l'amour conjugal. Il n'a jamais cru aux joies d'un dîner aux chandelles avec sa douce Raymonde, pas plus qu'il n'a cru à la possibilité de s'entendre avec des semblables rencontrés tantôt au supermarché, tantôt dans des camps de vacances, tantôt au salon de l'auto. En revanche, Robert Bidochon croit aux forces surnaturelles dont est capable son cerveau. La révélation lui est venue au cours d'une nuit : « PINGOUIN ! » hurla-t-il, réveillant sa commune Raymonde endormie. « Qu'est-ce que ça veut dire ? » lui demanda-t-elle de sa voix encore toute pâteuse. Et Robert de lui répondre : « Je sais pas ! Ça m'est venu comme ça ! Ca a jailli ! C'est sûrement un fragment de formule magique !! ».

Depuis, Robert Bidochon a essayé d'exalter les 90% inutilisés de son cerveau par tous les moyens : pendule, divination par les cartes, cercles de protection et poupées vaudou, s'essayant même à convoquer les morts autour d'une table ronde. Comme toujours, Robert et Raymonde ne sont pas d'accord et lorsque l'un s'enthousiasme, l'autre déchante, rabaissant toujours les rares envols de joie à de tristes considérations sceptiques qui s'apparenteraient presque à de la lucidité, si l'indifférence à l'autre n'était pas l'enjeu principal de cette pose méprisante.

Christian Binet est un peu moins surprenant dans ce volume des Bidochon que dans les précédents. Il utilise une thématique propice à toutes les railleries et malheureusement, la plupart de celles que nous lirons nous donnerons un goût de déjà-connu. Est-ce à dire que nous avons le don du troisième oeil ?...
Lien : http://colimasson.over-blog...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          235
marina53
  07 août 2012
Dans ce nouvel album, Robert bidochon tente de se lancer dans le paranormal, en pratiquant des rites sorciers, en se ruinant chez la cartomancienne, en essayant de déplacer les objets, sans oublier les tortures sur la brave Raymonde par le biais de la poupée "patate".
Un album que j'ai trouvé bien en dessous de certains autres.
Binet a tenté de nous faire croire à certaines choses, mais je ne l'ai pas suivi cette fois-ci!
Je prédis alors que le prochain sera meilleur...ou pas...
Commenter  J’apprécie          160
lyoko
  23 mars 2015
Quand Robert et Raymonde se mèlent de paranormal : voyance, vaudou, spiritisme.. ils nous envoient dans la quatrième dimension.
Toujours aussi drôle avec des supers loupés, de la frayeur, un peu de chait de poule .. et moi j'adore ça voir la famille Bisochon dans des situations cocasses
Les dessins sont égaux a eux meme et les BD en noir et blanc ça changent et ça fait du bien !!
Commenter  J’apprécie          140

Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
marina53marina53   07 août 2012
- Mais....t'es pas homosexuel!!
- Pour l'instant, non, mais dans l'avenir, oui!
- Tu dis toi-même qu'il faut tirer plusieurs cartes de suite avant d'avoir une réponse claire!
- Sauf que, là, c'est suffisamment clair!
Commenter  J’apprécie          110
colimassoncolimasson   08 février 2014
- PINGOUIN !!
- Qu’est-ce que ça veut dire ?
- Je sais pas ! Ça m’est venu comme ça ! Ca a jailli ! C’est sûrement un fragment de formule magique !!
Commenter  J’apprécie          130
ZilizZiliz   09 octobre 2012
Si ça se trouve, j'ai des pouvoirs surnaturels ! Puisqu'il paraît qu'on n'utilise que 10% de son cerveau, si ça se trouve, dans les 90% qui me restent, j'ai des pouvoirs surnaturels à revendre ! (p. 7)
Commenter  J’apprécie          90
PresencePresence   23 juin 2019
Puisqu'il paraît qu'on utilise que 10% de son cerveau, si ça se trouve, dans les 90% qui me restent, j'ai des pouvoirs surnaturels à revendre. Si ça se trouve, je peux déplacer des objets par la seule force de ma volonté.
Commenter  J’apprécie          50
colimassoncolimasson   11 février 2014
- Tu veux dire que tu vas faire apparaître des morts !!
- Oui, oh ben, ils sont pas encore là !! Déjà on sait même pas qui on va faire apparaître !!
- Napoléon !! D’habitude c’est toujours Napoléon qu’on fait apparaître !!
- Non ! Non ! Ca y est j’ai trouvé. On va prendre l’exemple du bouquin, ça sera encore mieux. On va faire apparaître untel.
- Untel ???
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Christian Binet (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Christian Binet
Christian Binet publie le 22e opus des aventures De Robert et Raymonde : "Les Bidochon relancent leur couple". Il explique ici comment il s'y est pris pour les dessiner : Plus d'informations sur la BD : https://www.franceinter.fr/livres/christian-binet-dessinateur-des-bidochon-enfant-le-dessin-etait-mon-seul-echappatoire Plus de vidéos : https://www.youtube.com/playlist?list=PL43OynbWaTMLSUzMpmqwuKcJNbTeC5GhD
autres livres classés : voyanceVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Au pays merveilleux des Bidochon.

Les Bidochon apparaissent pour la 1ère fois comme personnages secondaires dans quel magazine (n° 11) ?

Charlie Hebdo
Pif Gadget
L'Echo des Savanes
Fluide glacial
Le Chasseur français

10 questions
32 lecteurs ont répondu
Thème : Christian BinetCréer un quiz sur ce livre