AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782882505934
Éditeur : Noir sur blanc (15/08/2019)

Note moyenne : 3.59/5 (sur 11 notes)
Résumé :
Adrien Blouët nous embarque dans un récit où son héros, Hennes Van Veldes, est un jeune étudiant en cinéma à Berlin, vaguement artiste-vidéaste. Pour trouver de l’argent autant que pour donner un sens à une vie post-étudiante désœuvrée, il se présente comme « documentariste free-lance ». C’est à ce titre qu’un vieil écrivain, Cornelius Düler, le contacte et lui demande de réaliser un film sur Wolfgang Laib, un artiste du sud de l’Allemagne.Cet étrange commanditaire ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
viou1108
  01 août 2019
Hennes van Veldes vient d'obtenir son diplôme en cinéma. Après ces quelques années d'études dans le cocon douillet d'une université berlinoise, le voilà confronté à la vraie vie et à la nécessité de gagner sa croûte. Après avoir réalisé deux documentaires plus ou moins confidentiels, il décide de se créer un site internet et de se lancer en tant que documentariste free-lance. C'est ainsi qu'il est contacté par un obscur écrivain allemand vivant au Danemark, Cornelius Düler. Celui-ci, qui semble avoir connu ses cinq minutes de célébrité quelques décennies auparavant, commande à Hennes un film sur Wolfgang Laib, un artiste plasticien à peine plus mémorable et vivant désormais en reclus au fin fond du sud de l'Allemagne. Les consignes de Düler sont assez étranges (Hennes doit filmer sans être vu et sans entrer en contact avec Laib, et le film n'est destiné qu'à l'usage personnel de Düler),  mais Hennes, arrogant et sûr de lui, accepte le challenge. Le voilà parti sac au dos et caméra au poing, s'installant dans une auberge de jeunesse lugubre, dans la région tout aussi sinistre où se trouve la maison de Laib. Pataugeant seul pendant des jours dans la boue et le froid entre champs et forêts aux abords de l'habitation qui semble déserte, Hennes perd peu à peu tout repère, s'isole dans un abri de chasse et se perd à la marge de l'humanité: "Difficile de dire si l'isolement et la solitude l'amenèrent à la folie ou, dans une moindre mesure, à l'égarement, ou si ces états se trouvaient déjà en lui, attendant un prétexte pour prendre le dessus sur tout autre sentiment raisonnable".
En effet, difficile à dire, et le texte n'apporte pas de réponse à cette interrogation. Le roman, jusque là plutôt contemplatif et émaillé de réflexions philosophiques, change brutalement de rythme pour se terminer en enquête policière rondement menée.
Conclusion : j'en reste perplexe : est-ce une histoire de manipulation et de vengeance ? le portrait d'une jeunesse sans repères à qui on n'a pas appris à s'adapter aux réalités de la vie? Une critique d'un certain art contemporain perçu comme une arnaque parce que vide de sens ? Un peu de tout cela, peut-être.
"L'absence de ciel" est porté par une belle écriture classique mais me laisse sur ma faim. Si le ciel est absent, quelques étoiles dans ma note le sont aussi.
En partenariat avec les Editions Noir sur Blanc via Netgalley.
#LabsenceDeCiel #NetGalleyFrance
Lien : https://voyagesaufildespages..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          532
mariech
  02 juillet 2019
Hennes van Veldes est un jeune berlinois qui vient d'obtenir son diplôme dans une école de cinéma .
L'avenir lui semble prometteur même s'il n'a aucun projet actuel , il a bien réalisé un court métrage sur un groupe de musiciens , court métrage qui n'a pas eu le succès escompté , il accepte d'aider une amie et va filmer un camp de réfugiés dans le but d'obtenir des subsides .
Encore une fois , ce film ne tient pas ses promesses et ne permet pas la levée de fonds tant espérée .
Notre jeune héros ne se décourage pas du tout et se lance dans un projet un peu fumeux de cinéaste free lance .
Quelques jours après le lancement de son site internet , il reçoit une demande assez étrange d'un écrivain qui vit actuellement au Danemark, Hennes se rend compte qu'il ne peut pas se permettre de faire le difficile , il faut bien payer son loyer et accepte sans trop réfléchir .
Commence alors son voyage au Danemark où il va en apprendre un peu plus sur le film qu'il doit réaliser , projet qui semble complètement loufouque .
Hennes va devoir filmer les environs de la propriété d'un artiste dont on a presque perdu la trace , tout en prenant soin de ne pas attirer l'attention des habitants du village .
L'absence de ciel est un premier roman prometteur , j'ai ai vu la critique d'une société où les jeunes sont perdus , livrés à eux - mêmes dans une société dépourvue de sens , où les diplômes obtenus ne tiennent pas leur promesse .
Hennes va se donner à fond dans cette aventure , il va vivre dans la nature comme Robinson sur son île , loin des autres hommes , loin de toutes les technologies et va être confronté à ses limites , il s'engage corps et âme jusqu'à côtoyer l'abîme .
La fin du roman très surprenante est une véritable réussite .
Je souhaite beaucoup de succès à Adrien Blouët , j'ai vraiment apprécié son livre et cerise sur le gâteau l'écriture est très belle .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
AMR_La_Pirate
  22 juin 2020
Merci à NetGalley et aux Éditions Noir sur Blanc pour ce premier roman d'Adrien Blouët, L'Absence de ciel
Adrien Blouët nous raconte l'histoire d'un « documentariste free-lance », un jeune homme qui vient de terminer des études de cinéma à Berlin et qui cherche à donner un sens à sa vie, à son travail, à ses projets… En fait, Hennes van Veldes a surtout besoin de gagner sa vie ; aussi quand un vieil écrivain lui demande de réaliser un film sur un artiste, il n'est pas trop regardant.
Pourtant, le documentaire n'aura aucun retentissement, sensé seulement servir de base de travail pour l'écriture d'un livre. Nous allons suivre Hennes dans le sud de l'Allemagne au coeur de la froidure hivernale et des aléas de son enquête filmée.
C'est plutôt bien écrit, très narratif.
Les différents personnages sont empreints d'une bizarre étrangeté…
Hennes semble prédisposé à une éventuelle perte de contrôle.
Les intentions du commanditaire du film intrigue, son éloignement interroge ; la mise en abyme de la lecture d'un de ses livres par Hennes apporte plus de questions que de réponses. L'attitude de son épouse est ambivalente.
L'artiste demeure invisible, son art difficile à interpréter, à base de pollen de fleurs.
Les lieux visités par Hennes deviennent personnages à part entière : auberges de jeunesse, miradors de chasse, cafés ou pizzerias. La maison de l'artiste campe un décor à la fois déserté et menaçant. L'hiver et le froid ralentissent les êtres et les choses…
Le titre du livre fait référence à la manière dont l'écrivain entre en contact avec Hennes, par l'envoi d'une carte postale représentant un paysage dont le ciel est absent.
Il est question ici de solitude et de folie, d'isolement mental confronté à l'isolement physique, d'engourdissement…
La caméra devient un moyen d'expression à sens unique puisque le film n'est pas destiné à être vu : Hennes passe du documentaire sur l'artiste à sa propre introspection hallucinée… Il m'a un peu perdue en route, dans son retour à l'état primitif.
Ce court roman, environ 170 pages, se lit assez vite. La narration omnisciente donne un effet de distanciation par rapport au parcours décrit. J'ai eu du mal a entrer dans cette histoire, à m'intéresser au parcours de Hennes.
Un livre qui n'était manifestement pas pour moi !
#LabsenceDeCiel #NetGalleyFrance
https://www.facebook.com/piratedespal/
https://www.instagram.com/la_pirate_des_pal/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Waterlyly
  12 août 2019
Nous sommes ici avec Hennes, fraîchement diplômé, qui doit trouver un travail. Il décide alors de passer une annonce, en tant que documentariste free-lance. Il va alors se faire contacter par un vieil écrivain, Cornelius Düler, qui lui demandera, et cela sous des conditions particulières, d'effectuer un film au sujet d'un artiste tombé dans l'oubli, Wolfgang Laib.
J'avoue être ressortie très mitigée de ma lecture et je ne m'attendais pas vraiment à cela. le postulat de départ me plaisait énormément, je voulais vraiment en savoir plus, notamment pour quelle raison Düler ne veut le reportage réalisé par Hennes que pour lui seul. C'est donc très intriguée que j'ai commencé ce court roman, et finalement, je n'ai pas trouvé ce que j'en attendais.
Effectivement, l'auteur est parti dans une toute autre direction. Je dirai que cette histoire de film à réaliser n'est qu'un prétexte pour partir sur une réflexion liée à la solitude. En effet, ce roman propose une approche intéressante à ce niveau, puisque peu à peu, Hennes va vivre en retrait de la société, lors de son expédition. Même si c'est très bien décrit et bien mené, j'avoue m'être ennuyée quelque peu. le tout reste très contemplatif et il ne se passe pas grand chose.
Là où j'ai été surprise, c'est lorsque l'auteur a fini par aborder son intrigue sous un côté thriller. Je ne m'y attendais pas, et j'ai vraiment apprécié, ayant l'impression que cela devenait plus dynamique. Malheureusement, j'ai rapidement été déçue, n'ayant eu aucune réponse à mes interrogations et à la part du mystère instaurée par l'auteur. Je suis donc très perplexe.
L'écriture est très belle. Pourtant, j'ai eu un peu d'appréhension au départ. En effet, ici, aucun dialogue, de longues phrases et pas de chapitres sont les éléments qui composent l'intrigue. Pourtant, je dois m'avouer conquise par la plume de l'auteur.
Un roman qui me laisse donc perplexe, ne sachant pas trop où a voulu m'emmener l'auteur, mais qui reste une découverte intéressante, de par la belle plume et les réflexions interessante qui y parsèment le récit.
Lien : https://mavoixauchapitre.hom..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Lencreuse
  01 août 2019
Voilà un étrange roman bien difficile à situer...
Au menu : un début très réaliste (un jeune homme fraîchement sorti des études se lance comme documentariste free-lance), un événement à l'ambiance étrange (un ancien auteur à succès lui commande un film dont on comprend peu la finalité), une plongée contemplative dans une ambiance où l'on s'attend à surgir un brin d'irréel (une coupure progressive du monde comme si quelque chose d'inexplicable influait sur le jeune homme) et puis une chute inattendue où tout se précipite, très, trop rapidement. Et qui, si elle livre quelques suggestions quant aux motivations du commanditaire, ne donne aucune raison à l'attitude de ce jeune garçon qui s'est soudain retiré du monde.
Contemplatif mais pas introspectif, frisant croit-on avec l'étrange sans jamais y verser, L'absence de ciel tient son lecteur toujours (un peu trop) à bonne distance à force de sembler rester toujours en surface. On ressort de cette lecture dubitatif, sans vraiment comprendre où a voulu nous mener l'auteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   27 octobre 2019
Au moment de basculer dans le sommeil, les dernières manifestations de sa conscience lui faisaient souvent miroiter des lendemains glorieux et fertiles où chaque problème aurait une solution, où le travail avancerait sans effort, comme une légère caravelle aux voiles gonflées de sirocco. Mais les réveils étaient chaque jour plus difficiles, plus nébuleux et décevants, et tous les rêves de Hennes semblaient avoir pris la fuite avec l’aube. Ce matin-là, il se leva, tira l’inutile rideau de tulle et se campa devant la fenêtre. L’humidité se savait à l’œil nu. Il alla déjeuner non loin des jeunes déjà debout mais encore somnolents, s’habilla et partit sans attendre. L’atmosphère s’était imperceptiblement réchauffée, mais pas suffisamment pour rendre le climat agréable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   27 octobre 2019
L’intérêt pour son film l’emportait sur le reste, et son goût pour le bien-être matériel s’estompa vite, comme il l’avait prédit. Certaines de ses prises de vues étaient confuses, mais cette confusion se voyait rattrapée par quelques plans objectivement somptueux, truffés de détails chargés de symboles variés, porteurs de multiples significations. Hennes le savait et prévoyait déjà comment les combiner avec d’autres, cartographiant d’instinct la polysémie des images.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   27 octobre 2019
souvenirs, à revivre avec lui une histoire qui s’annonçait comme une romance adolescente, avec une amante dont on ne savait pas grand-chose, ni d’elle ni de son arrivée dans la vie du protagoniste. On comprenait vite qu’elle avait fini par disparaître mystérieusement et le héros, considérant toutes les pistes, de la noyade par inadvertance jusqu’à l’enlèvement par les extraterrestres en passant par le complot gouvernemental, se montrait bien décidé à la retrouver. Floutant la rencontre, il revenait sur la cosmogonie de leur aventure, et ce qui commençait comme une histoire d’amour finissait par n’être plus raconté qu’à travers le prisme d’une sexualité impétueuse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   27 octobre 2019
Le documentaire lui apparaissait désormais comme un art tourné vers le monde, ou au moins qui pouvait être tourné vers le monde, avec une certaine humilité qui permettait au réalisateur de s’effacer derrière les sujets qui lui tenaient à cœur. D’ailleurs, les documentaristes n’étaient pas connus pour attirer les groupies ou pour amasser des fortunes colossales dissimulées dans des paradis fiscaux : ils opéraient plutôt comme une guérilla d’espions solitaires, une petite clique de passionnés ne vivant que pour des festivals indépendants, et il était plutôt rare que le nom d’un individu quitte la sphère qui l’avait façonné pour atteindre l’oreille du grand public.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   27 octobre 2019
Selon Line, rendre compte des réalités du désastre, faire prendre conscience à l’opinion publique de la logique de haine et de violence qui gouvernait l’humanité, là étaient les seules raisons valables de tourner des films aujourd’hui, mais elle se retint de faire part de ces réflexions à Hennes.
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : isolementVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Pas de sciences sans savoir (quiz complètement loufoque)

Présent - 1ère personne du pluriel :

Nous savons.
Nous savonnons (surtout à Marseille).

10 questions
338 lecteurs ont répondu
Thèmes : science , savoir , conjugaison , humourCréer un quiz sur ce livre