AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2081343681
Éditeur : Flammarion (25/02/2015)

Note moyenne : 2.69/5 (sur 27 notes)
Résumé :
A sa mort, Aymar de Fortjoie laisse à ses filles un château délabré. Puisque sa dernière volonté les enjoint de continuer à y abriter les artistes désargentés, les orphelines cherchent une solution pour éviter la déroute financière. En proposant aux riches dames de la région de poser pour leurs protégés, elles ne se doutent pas qu'un scandale va éclater.
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
sevm57
  09 juillet 2017
A la mort d'Aymar de Fortjoie, ses 3 filles vont essayer de sauver son château dans lequel il accueillait de jeunes peintres. Pour lever des fonds, elles ont alors l'idée d'organiser des séances de pose au cours desquelles les dames de la bourgeoisie locales vont se faire faire leur portrait, et plus si affinités....
Dans ce roman tendre et presque un peu coquin, Janine Boissard vante le plaisir d'aimer, mais livre aussi une vision assez lucide et acérée de la vie des femmes d'un certain âge dans la bourgeoisie de province.
A noter également qu'on retrouve dans les 2 dernières pages des passages qui font beaucoup penser à la fin de l'Esprit de famille, le futur roman de Filippa faisant penser à celui de Pauline.
Commenter  J’apprécie          140
denisarnoud
  19 février 2015
Aymar de Fortjoie, vient de décéder à l'âge de 76 ans. Ses trois filles sont appelées au château. le défunt les laisse dans l'embarras avec un château, gouffre financier qui aurait bien besoin de travaux. Mais là n'est pas le seul problème auquel les trois filles doivent faire face. Passionné d'art contemporain, le vieux mécène avait décidé d'ouvrir les portes de sa demeure à quatre jeunes artistes en qui il croyait beaucoup. Les dernières volontés d'Aymar sont claires, garder le château dans la famille et continuer à abriter et à aider les quatre peintres.

Rose-Marie, la présidente de l'association des Amis de Fortjoie et ancienne maîtresse aux longs cours d'Aymar, Diane, Filippa, et Margot, ses trois filles, se heurtent à un problème de taille : comment faire face au coûts des travaux et aux droits de successions qui s'annoncent astronomiques. Très vite l'idée de faire visiter le château et de créer des ateliers de découverte de l'art contemporain apparaît comme une solution. Les vieux tableaux (dont quelques belles pièces) sont vendus, les travaux et les visites peuvent commencer. Mais tout cela ne rapporte pas assez. C'est alors que la bonne idée germe dans l'esprit de ces dames. Proposer aux femmes de la bonne société de Poitiers de poser pour des portraits qu'elles achèteraient, le bénéfice des ventes allant directement dans les caisses de l'association. L'idée paraît bonne. Ces dames trompées par leurs maris, devenues transparentes à leurs yeux se sont déjà entichées de ces jeunes peintre considérés comme des marginaux par leurs époux. Les jeunes peintres, quant à eux, cloîtrés au château sont sevrés de présence féminine.

le projet démarre sur les chapeaux de roues. Très vite les commandes affluent et de tendres liens, plus ou moins étroits selon les cas, se nouent entre peintres et modèles. Les dames prennent confiance en elles. Leur grisaille se pare de chatoyantes couleurs, elles semblent revivre. Cela met la puce à l'oreille de Guy Ardoin, député, dont Aude l'épouse, fut la première volontaire empressée. Il débarque au château, lui le coureur de jupons, et trouve sa femme dans les bras de Joseph, son portraitiste. le scandale éclate. Comment vont faire Rose-Marie et les trois filles pour désamorcer la bombe et conserver Fortjoie?

Avec Au plaisir d'aimerJanine Boissard nous livre un roman pétillant, plein d'humour, de polissonnerie. Un roman qui montre que le plaisir de vivre, le plaisir d'aimer est possible à tout âge. Dans les mûrs de Fortjoie, le bien nommé, ces dames d'âge mûr reprennent goût à la vie, au plaisir, parce qu'on les regarde, qu'on s'intéresse à elle. le roman est porté par un style alerte, plein d'humour, de verve, une plume par moments jubilatoire et insolente. Un agréable moment de lecture plein de légèreté.
Date de parution : le 25/02/15
Lien : http://leslecturesduhibou.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Ender09
  14 avril 2015
A l'heure où l'on parle de beaucoup de 50 Nuances de Grey l'amour n'est ni tendre ni sensuel. L'auteur Janine Boissard parle de l'amour de manière insolente et joyeuse. L'amour c'est beau, l'amour ça se vit avec le sourire comme elle nous le livre dans Au Plaisir d'aimer.
Aux environs de Poitiers… Au sein d'un château passablement en ruine le maître des lieux décède (dans les bras de sa maîtresse, la femme du Préfet). Aymar de Fortjoie avait 76 ans. Suite à l'enterrement, c'est chez le notaire que le couperet final tombe. Ses trois filles éplorées se retrouvent à la tête d'un casse-tête. Conserver Fortjoie oui, mais comment faire face aux coûts de réparation et régler des droits de succession totalement affolants ? D'autant qu'au château vivent quatre jeunes et beaux peintres hébergés par leur père qui ne souhaiterait pas les voir expulser. Les idées et les projets germent mais ne rapportent rien. Les visites du château ne font pas recette. Alors que les caisses de l'association restent désespérément vides, surgit une idée un peu folle lancée par Rose-Marie, la présidente de l'association et surtout la maitresse de feu Aymar de Fortjoie. Et si elles proposaient aux riches bourgeoises de la région de commander leur portrait auprès des beaux peintres ? C'est un véritable coup de génie. Ces femmes de plus de cinquante ans, délaissées par des maris qui ne les regardent plus que comme des maîtresses de maison ou des grands-mères gâteau, y trouvent une occasion de revivre en tant que femme. Empressées, ces dame de la haute société verront les bénéficient de leur commande reverser aux caisses de l'association. Elles se retrouvent au coeur des attentions sous le regard d'un peintre. Chacun des peintres sont différents et à la recherche de leur propre style. Les femmes vont se révéler et vont voir le regard de leurs époux se transformer. Lorsqu'une d'entre elles, Aude, se refuse à son mari Guy Ardouin, un député, il n'a plus qu'une obsession et va tout faire pour faire fermer le château. Car dans le secret de l'atelier dont on ne ferme jamais la porte, se déroule des instants de grâce et d'intimité. le scandale éclate.
Le nouveau roman de Janine Boissard croque les femmes avec toujours autant de vie et de ferveur. le monde décrit par l'auteur est injuste. Les hommes, qui voient en Fortjoie un lien de débauches et condamnent le château à la fermeture, ont leur propre lieu de réunion. Ces messieurs fréquentent un établissement à hôtesses et ne se privent pas de mener une vie extraconjugale au mépris de leurs épouses. Ces dames, chez qui la fermeture du château va provoquer un émoi sans précédent, vont tout faire pour se défendre et défendre ce lieu d'épanouissement. Cette bataille pour la vie, l'amour et la liberté.
Insolente, impertinente, l'histoire vante l'amour avec la femme au centre de la relation. L'érotisme et la sensualité de ces femmes sont particulièrement touchants. Ces femmes d'âge mûr sont belles. A mesure que les pages se tournent, elles resplendissent à nouveau et pétillent. Elles croquent la vie à pleines dents, goûtent aux plaisirs interdits et s'autorisent avec humour et pertinence à remettre tout le monde à sa place. Avec Au Plaisir d'aimer, Janine Boissard livre un roman à la plume agile et emportent ses lecteurs dans un joli moment de lecture.

Lien : http://www.adam-et-ender.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Florellia
  21 mars 2017
Dans cette fiction sur le mode réaliste, Janine Boissard met en scène tout un microcosme. D'un ton enjoué, elle nous offre une description pertinente des moeurs conjugales de notre société (genre « le déclin de l'empire américain ») avec quelques dialogues bien tapés et un parfum de libération de la femme.
Par rapport aux quelques livres que j'ai lu de l'auteur, ce roman est d'un style à part et, pour moi, le plus amusant de tous. Un scénario jubilatoire, un brin de satire sociale : une « comédie tendrement libertine » réjouissante ! La version audio est très bien servie par Marie-Christine Letort.
Commenter  J’apprécie          80
sld09
  28 juin 2017
J'ai eu plaisir à retrouver le style si vivant et pétillant de Janine Boissard, par contre l'histoire en elle-même ne m'a pas vraiment séduite.Tout au long du roman, j'ai eu l'impression qu'il manquait quelque chose, que le récit servait de toile de fond à une intrigue principale qui ne démarrait jamais. En effet, j'ai trouvé qu'il y avait beaucoup de distance entre la narratrice (l'une des trois soeurs héritières du château) et ce qu'elle raconte alors qu'elle est sensée être au coeur des événements. On a aussi l'impression qu'elle se trouve à un carrefour de son existence et on attend qu'il lui "arrive quelque chose" (une rencontre amoureuse ? un changement professionnel ?), mais l'évolution est beaucoup plus subtile que cela, tellement plus subtile qu'on se rend à peine compte qu'il se passe bel et bien quelque chose pour elle.Au plaisir d'aimer c'est aussi une réflexion sur l'amour et le couple. Janine Boissard nous propose une vision peu reluisante du mariage et de la bourgeoisie provinciale : les hommes sont volages et peu attentifs à leurs épouses, les femmes subissent sans broncher et s'effacent, le mariage n'apparaissant que comme un arrangement pratique, une façade sociale. Cet aspect de l'histoire, tout comme les relations des peintres et de leurs "muses", m'a paru un peu trop caricaturale et trop systématique pour ne pas me laisser dubitative...Au final, j'ai passé un assez bon moment avec ce roman qui sonne plus comme une fable...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
Annabelle31Annabelle31   30 avril 2015
Enfin Enzo la libère, se tourne vers une étagère, attrape une sorte de bol éclaboussé de peinture, le fait miroiter devant ses yeux.
- Tu ne le reconnais pas ? Toi et tes copines, vous êtes passées cent fois devant quand je dessinais sur les trottoirs. Cent fois, vous vous êtes détournées ou vous avez traversé la rue pour ne pas avoir à y laisser tomber votre pièce, croiser mon regard, qui sait, vous faire insulter.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
sevm57sevm57   28 juin 2017
A Fortjoie, nous nous apprêtons à passer notre premier Noël sans lui. Rien qu'un mauvais moment à passer en le déguisant en bon.
Commenter  J’apprécie          80
sevm57sevm57   29 juin 2017
Sans se douter qu'elle resterait une parvenue aux yeux de ceux qui, ayant reçu les bonnes manières en héritage, peuvent s'en autoriser de mauvaises et, possédant dès le berceau un langage châtié, emprunter sans complexe celui du charretier.
Commenter  J’apprécie          30
Annabelle31Annabelle31   30 avril 2015
Bien souvent, c'est afin d'éviter que la descendance ne s'étripe pour une commode ou un guéridon, que l'on fait un testament. Fort de la bonne entente de ses filles, notre père, son client et ami, ainsi que nous l'a expliqué avec émotion maître Gonzague Barbier, n'y avait même pas songé. Par ailleurs, son héritage se limitait à château et parc, rien de plus.
Commenter  J’apprécie          10
sld09sld09   08 septembre 2017
Cette dernière nuit sur l'île du fils d'Hestia et de Poséidon, dieu de la Mer, j'ai longuement interrogé les étoiles du balcon de la chambre. Elles m'ont dit que ceux que l'on appelle "les hommes", faits d'eau salée, de chair, de souffle et de lumière, ne changeraient jamais. Tirés par leurs désirs, dont le plus fort s'appelle l'amour, un amour que certains, faute de pouvoir l'exprimer, transforment en haine, ils ne cessent de chercher à s'inscrire dans l'éternité, avec les colonnes de leurs temples, les tours de leurs châteaux, les clochers de leurs églises, les phrases de leurs livres, les couleurs de leurs tableaux, les mots de leurs chansons.Dieu en chaque homme et chaque homme dieu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Janine Boissard (28) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Janine Boissard
Lors de la neuvième éditions de Saint-Maur en Poche qui s'est déroulée les 24 & 25 juin 2017, Gérard Collard a reçu sur le plateau de la Griffe Noire deux auteurs françaises Peggy d'Hahier et Janine Boissard pour parler de leurs derniers ouvrages...
Les petites histoires de Mademoiselle Peggy : Brèves de vies ordinaires de Peggy d' Hahier et Régis Boyer aux éditions Digobar
Peggy est infirmière libérale. Elle exerce son activité au sein de son cabinet infirmier qu'elle a créé il y a maintenant 10 ans et se déplace également à domicile. Peggy a bien les deux pieds dans la vie. Elle n?est pas qu?infirmière, elle est aussi mère de famille et épouse. Les brèves de vie que vous allez lire viennent de l?expérience vécue au quotidien. Parfois avec bonheur, parfois avec douleur. Cette expérience dans laquelle vous allez plonger est profonde.
» La maladie frappe n?importe qui, à tous les âges, tous les milieux, l?objectif est de ratisser large. j'utilise souvent une artillerie lourde en vue d?une destruction massive, qui tue en quelques semaines, quelques mois, détruit des familles, abrège prématurément des histoires? et chacun d?entre nous est une cible potentielle. J'utilise les moyens qui me sont donnés pour aider ces victimes, au-delà de la maîtrise des gestes et de la technicité, l?empathie et l?humanité sont mes meilleures armes. »
La lanterne des morts de Janine Boissard aux éditions Fayard
Lila et Adèle sont s?urs. Belle, brillante, passionnée, Lila ne rêve que de mener la grande vie. Hélas elle est victime de bipolarité, cette terrible maladie où le meilleur côtoie le pire. Adèle est douce, tendre, responsable. Les années passant, de lourds soupçons pèsent sur Lila. Autour d?elle, plusieurs événements tragiques, toujours liés à des affaires d?argent. Mais sans jamais la moindre preuve. Voyant sa s?ur s?attaquer à celui qu?elle aime, les yeux d?Adèle s?ouvrent enfin. Menant une discrète enquête, elle découvre la vérité. Mais cela suffira-t-il à sauver Vivien ? C?est dans les beaux paysages du Périgord Noir, où flottent les arômes de truffe et de bon vin, que se passe cette histoire de famille comme Janine Boissard excelle à les raconter, mêlée d?un suspense qui ne faiblit jamais. Janine Boissard est l?une des romancières françaises les plus populaires. Elle a signé plus de quarante romans qui ont été autant de succès.
http://www.lagriffenoire.com/75247-divers-polar-la-lanterne-des-morts.html
Vous pouvez commander Les petites histoires de Mademoiselle Peggy sur le site de la librairie en ligne www.lagriffenoire.com
+ Lire la suite
autres livres classés : poitiersVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
2655 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre