AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2723489469
Éditeur : Glénat (04/09/2013)

Note moyenne : 3.48/5 (sur 47 notes)
Résumé :
"Tu vois la rambarde, là, qui forme une ligne ? Ça, mon pote, c'est la deadline ! Le doigt de Dieu..."»

Camp d'Anderson, Georgie, août 1864. Dans cette gigantesque prison à ciel ouvert, alors que la guerre de Sécession fait rage, le monde se divise en deux catégories : les geôliers sudistes et les captifs nordistes. Entre les deux, la deadline. Le prisonnier qui franchit cette ligne gagne un aller simple pour l'enfer. Parmi eux, un soldat noir au calm... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (19) Voir plus Ajouter une critique
Alfaric
  13 mars 2016
Décembre 1901, le loup solitaire Louis Paugham assassine John C. Lester, co-fondateur du Ku Klux Klan…
Août 1864, la jeune recrue sudiste Louis Paugham est gardien dans un camp où s'entassent les prisonniers nordistes…
1855, l'enfant Louis Paugham assiste au meurtre de ses parents par des bandits noirs avant d'être recueilli et élevé par un érudit prêchant l'abolition de l'esclavage…
Cette bande dessinée de 82 pages jouent sur les allers-retours entre le présent et le passé pour nous conter comment l'orphelin est devenu soldat et comment le soldat est devenu déserteur avant de devenir meurtrier, mais elle aussi centrée sur la Guerre de Sécession qui opposa mortellement une oligarchie industrielle exploitant un prolétariat immigré et une oligarchie agricole exploitant des esclaves importés (plus les choses changent et plus elles restent les mêmes : class warfare of course… MDM). Tout est allégorie, un peu trop d'ailleurs, autour de la deadline séparant :
- la paix de la guerre
- les Blancs des Noirs
- les bourreaux des victimes
- les gardiens des prisonniers
- la civilisation de la barbarie
- les hétérosexuels des homosexuels
- les gens jugés « normaux » des gens jugés « anormaux »
C'est à la fin de son parcours que Louis Paugham franchit enfin les lignes imaginaires dressées par les crevards qui ont toujours voulu diviser pour mieux régner : il s'accepte enfin et accepte enfin le monde qui l'entoure avant de quitter la puanteur mixophobe du Vieux Sud pour gagner en paix l'usine à rêves californienne…
La belle histoire de Laurent-Frédéric Bollée reprend les thèmes engagés, un peu trop d'ailleurs, des westerns des années 1970 avec les méthodes de narration du western sergioleornien des années 1960. Pour ne rien gâcher, on reconnaît bien le talent de Christian Rossi qui ici associe joliment dessins presque photoréalistes et couleurs délavées (reste juste quelques cases où le recours au DAO est un peu trop visible dans le détourage, car ne j'ose parler d'encrage…). 4,5 étoiles et merci bien messieurs les artistes !

PS : par contre les BD éditées par Glénat continuent à mettre dans les phylactères absolument toutes les majuscules en gras et c’est désagréable voir pénible à la lecture…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          350
trust_me
  13 septembre 2013
Ça commence par un meurtre. En 1901. Un meurtre commis de sang froid sur un vieillard. Pas d'autres explications avant un bond dans le temps. Des années en arrière. En pleine guerre de sécession. Petit à petit on va remonter le fil de cette pelote et comprendre le pourquoi du comment. Pourquoi ce meurtre, pourquoi cette victime. L'histoire est celle du meurtrier, un gamin enrôlé de force dans l'armée sudiste. Un gamin qui va tomber amoureux d'un prisonnier. Noir. Un gamin qui va découvrir l'horreur de la guerre et garder chevillé au corps le souvenir de ce prisonnier et une rancoeur, une haine même. Tenace. Impossible à évacuer…
Un western sans cowboys et sans indiens mais un western quand même. Tendu, nerveux, crépusculaire. Beaucoup de flash-backs qui demandent au lecteur une certaine attention pour ne pas se perdre en route mais le récit est tricoté au cordeau et chaque élément trouve sa place naturellement.
Après on peut trouver que la barque de Louis Paugham, le personnage principal, est un peu chargée. Orphelin très jeune suite à l'assassinat de ses parents, il voit mourir son père adoptif sous ses yeux à l'adolescence. Homo refoulé qui a le coup de foudre pour un noir alors qu'il vient d'être enrôlé dans l'armée sudiste, il va enchaîner les désillusions et les tragédies… tout ça fait peut-être un peu beaucoup. Mais son terrible destin permet de mettre en lumière cette période complexe de l'après-guerre de sécession aux États-Unis. Sa vie d'errance et de solitude est confrontée au racisme prégnant malgré la victoire nordiste, à un idéalisme qui restait souvent de façade et une homosexualité inacceptable pour la société de l'époque.
Graphiquement c'est beau, très beau. Christian Rossi s'était déjà frotté au western en reprenant la série Jim Cutlass scénarisée par Jean Giraud et surtout avec l'inclassable W.E.S.T qui, elle aussi, se déroule aux USA dans les années 1900. Ici, il alterne entre l'acrylique et l'aquarelle et son travail sur la lumière et les couleurs est magnifique. Sans compter que son découpage très cinématographique sied parfaitement à un récit de ce genre.
Si je devais souligner un bémol c'est que le héros subit trop les événements et n'est pas assez charismatique. Pas qu'il soit transparent mais il lui manque un petit quelque chose pour endosser l'image d'écorché vif à laquelle il était en droit d'aspirer. Disons qu'il avait tout pour être inoubliable et malheureusement ce n'est pas tout à fait le cas.
J'ai quand même passé un bon moment avec ce one shot qui sort un peu des sentiers battus. Et je félicite au passage l'éditeur pour ne pas avoir cédé à la tentation d'en faire un diptyque plus intéressant commercialement mais beaucoup moins cohérent d'un point de vue narratif. Ça devient tellement rare de penser au lecteur avant de penser à la rentabilité…

Lien : http://litterature-a-blog.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
henrimesquida
  31 août 2016
La quatrième de couverture nous offre les mots suivants : « Août 1864. La Guerre de Sécession. Une garde de nuit. Un soldat, des prisonniers. Entre eux, une ligne. Une simple ligne. Une ligne de mort… qui change une vie. »
Deadline est un one shot. Il permet donc de découvrir de nouveaux personnages et de nouveaux lieux. Cette plongée dans l'inconnu est agréable au premier abord. Cette période de l'Histoire américaine m'intrigue et j'étais donc curieux de savoir où tout cela allait me mener. L'album s'adresse à un public adulte du fait de son ton et de sa thématique. Christian Rossi avait déjà travaillé dans le même type d'univers graphique dans W.E.S.T. J'étais donc assez impatience de découvrir une nouvelle facette de son talent de dessinateur.
L'histoire se construit autour d'un unique personnage. Il se prénomme Louis Paugham. On le suit sur presque cinquante ans de sa vie. On le découvre jeune soldat sudiste chargé d'encadrer des prisonniers yankee. Des flashbacks nous plongent dans son enfance. Les pages défilent au gré des ans. Les événements sont vécus à travers le regard du héros. Ce ton subjectif permet une immersion plus forte dans le propos. Je me suis laissé porter à suivre ses pas au gré de ses pérégrinations.
La thématique est intéressante. Louis Paugham est attiré physiquement par un prisonnier noir qu'il doit surveiller. Ce dernier se fait assassiner au cours d'une de ses gardes. Il restera hanté par ce sentiment obsédant toute sa vie. Entre l'homosexualité et la dimension raciale, l'auteur offre plusieurs pans à son intrigue. En effet, ce type de relation dans le Sud américain dans la deuxième partie du dix-neuvième siècle était bien loin d'être acceptée. Je trouve malgré tout dommage la manière avec laquelle l'auteur exploite tout cela. En effet, je trouve que les réflexions du personnage principal sont répétitives. Il évolue relativement peu. La narration s'avère un petit peu diluée à mes yeux.
Le fil conducteur se construit également autour du sentiment de vengeance de Louis à l'encontre des bourreaux de son bel ébène. Ces derniers sont des soldats confédérés fidèles au Ku Klux Klan. Cet aspect historique est intéressant. Assister aux premiers pas de cette organisation raciste qui a marqué l'Histoire des Etats-Unis. Mais là encore, le développement n'est pas aussi poussé que je l'aurais espéré. C'est dommage. de plus, cette quête du héros donne lieu à peu de rebondissements. Sa chasse est finalement assez linéaire.
Christian Rossi était le principal argument qui m'a attiré vers Deadline. Je n'ai pas été déçu sur ce plan-là. J'ai pris du plaisir à retrouver le style de W.E.S.T. La qualité graphique est une nouvelle fois au rendez-vous. Les décors et les personnages sont toujours aussi travaillés. Néanmoins, le dessin n'arrive pas à générer une atmosphère suffisante pour sublimer le scénario et lui offrir une profondeur supplémentaire. Malgré tout, les illustrations font voyager et le dépaysement existe.
Au final, mon sentiment est mitigé. Deadline offre une histoire intéressante dans un univers graphique travaillé. Les thématiques sont intéressantes et le personnage principal possède une réelle identité. Néanmoins, l'ensemble ne prend jamais réellement son envol. A défaut d'avoir été complètement conquis, j'ai pris du plaisir à savourer un moment de lecture agréable. Ce n'est déjà pas si mal…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Livresse_des_Mots
  24 septembre 2013
« Deadline » de Bollée et Rossi est une bande-dessinée de grande qualité qui a su me charmer et me toucher. J'ai longuement hésité avant de me lancer dans cette oeuvre, j'étais déchirée entre mon attirance pour sa magnifique couverture et mon indifférence face au résumé. Finalement, j'ai cédé à mon impulsion première, faisant fi de la quatrième de couverture peu tentante, et grand bien m'en a pris ! Car le scénario est à la hauteur du dessin, les deux se complètent à merveille et ont donné naissance à un très bel album.
Parlons un peu de cette histoire qui, justement, ne me tentait guère, mais s'est révélée passionnante. Elle s'attache au parcours d'un homme, Louis Paugham, et s'intéresse en particulier à trois époques différentes de sa vie. Son enfance auprès de son père adoptif, sa vie de jeune homme et de soldat lors de la Guerre de Sécession, et sa vie d'homme mûr, meurtri par son passé et habité d'une rancoeur tenace. le scénario alterne ces trois temps et nous éclaire peu à peu sur le personnage central, sur les fantômes qui le hantent, sur ses douleurs et ses envies de vengeance.
L'histoire s'ouvre en 1901, nous suivons cet homme mystérieux et errant dont on ne sait encore rien. Il semble se rendre dans un village du Tennessee afin de faire justice lui-même d'un événement grave survenu dans le passé. Mais la véritable intrigue se déroule en 1864, lors de la Guerre de Sécession. Nous retrouvons ce même homme, plus jeune, aux côtés des Sudistes, il est soldat et surveille un camp de prisonniers Nordistes. Un camp qui, devant l'approche imminente des ennemis doit être évacué d'urgence. Se met alors en marche une petite troupe composée de prisonniers et de gardiens, séparés seulement par la Deadline – une ligne dessinée sur le sol délimitant une prison imaginaire. Une ligne qui coûterait la vie au prisonnier qui tenterait de la franchir. Une ligne de mort. Et dernière cette ligne, il y a lui, cet homme Noir inaccessible, impénétrable, distant et envoûtant. Cet homme qui fascine et attire Paugham d'une manière tout à fait singulière.
Cet album historique parle de la vie, de l'amour, de la justice, de la guerre et de la mort. Autant de thèmes dont on nous a déjà rebattu les oreilles maintes fois, me direz-vous. Mais ces lieux communs sont abordés ici avec beaucoup de finesse. Toute l'originalité, l'intelligence et la force de cette bande-dessinée résident en son scénario solide et audacieux, en la forme étonnante que prennent les sentiments amoureux dans cette histoire, et se manifestent dans les valeurs, peut être consensuelles mais nobles, qu'elle défend. Cette oeuvre, brutale, tragique et percutante exacerbe les émotions du lecteur, décuple ses impressions. le dessin de Rossi est superbe et illustre parfaitement les propos de Bollée. Ses traits fins, ses cases fortement colorées et lumineuses traduisent cette histoire d'amour insaisissable, mais les nombreux contres-jours et les forts contrastes auxquels a recours Rossi révèlent les difficultés et les horreurs liées à cette époque de haine, de souffrance et d'intolérance.
Pas un coup de coeur, mais une belle découverte.
Lien : http://www.livressedesmots.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
badpx
  26 août 2018
J'ai d'abord été dérouté par le début du récit : j'avais a peine le temps de comprendre ce qu'il se passait qu'il y a eu un flash-back... puis très rapidement un second.
Mais malgré cela j'ai bien aimé cette histoire. L'histoire d'un homme assez jeune qui subit son époque. Une époque très rude puisque c'est la guerre de sécession Américaine. Un jeune homme qui va être fasciné et tombé amoureux d'un prisonnier noir, puis vivre toute sa vie sur ce souvenir.
Cette ligne que les prisonniers ne doivent pas passer, la deadline, est ici très symbolique. C'est aussi cette ligne que ce personnage ne passera : prisonnier de ses peurs.
J'ai trouve cette histoire rude, mais aussi très touchante.
Et j'ai beaucoup aimé le dessin... et là, je ne sais pas en dire plus !
Commenter  J’apprécie          91

critiques presse (4)
BulledEncre   15 novembre 2013
Si la perfection n’existe pas, les planches de Deadline s’en approchent, le traitement graphique devrait en ravir plus d’un. Un western véhiculant des idées fortes, une bonne raison de franchir la ligne et de foncer chez son libraire.
Lire la critique sur le site : BulledEncre
BoDoi   08 octobre 2013
Vibrantes, vivantes, sensorielles, ses pages font naître l’émotion au détour de chaque case, de chaque posture, de chaque regard. Pour une bande dessinée de facture plutôt classique en apparence, et donc à destination de tous les publics, Deadline possède une vraie grâce.
Lire la critique sur le site : BoDoi
BDGest   24 septembre 2013
Au final, Deadline se démarque de la pléthore de bandes dessinées disponibles en magasin par son dessin et sa mise en scène.
Lire la critique sur le site : BDGest
Sceneario   28 août 2013
Deadline est un très beau récit que je vous recommande sans hésiter.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
AlfaricAlfaric   16 mars 2016
- Je devine que vous vous apprêtez à faire un long voyage ?
- Exact, M’sieur ! On a envie d’aller voir à l’Ouest ! Y a des terres, là-bas, et même de l’or à ce qu’il paraît.
- L’or, toujours l’or ! Le rêve ultime des braves gens, bien sûr.
Commenter  J’apprécie          140
AlfaricAlfaric   16 mars 2016
Je compte beaucoup sur la propagation des idées, qui sont comme le chemin de fer : la marche en avant est inexorable.
Commenter  J’apprécie          150
AlfaricAlfaric   19 mars 2016
Un désastre supporté avec vaillance, puis surmonté avec honneur, n’est pas une tragédie mais un triomphe !
Commenter  J’apprécie          150
AlfaricAlfaric   26 mars 2016
Le regard des autres, les lignes impossible à franchir. Il n’était pas trop tard… il suffisait juste de faire un choix.
Commenter  J’apprécie          130
AlfaricAlfaric   20 mars 2016
Les mots sont comme nous : ils ont leur identité propre.
Commenter  J’apprécie          270
Lire un extrait
Videos de Laurent-Frédéric Bollée (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Laurent-Frédéric Bollée
#imperium #glenat #bd
Le pouvoir est le seul poison auquel nul ne peut résister
Grèce. 85 avant JC. Alors qu?il vient de vaincre les armées du mythique roi grec Mithridate VI, Sylla, consul de Rome, exige de son adversaire un tribut un peu particulier : qu?il lui livre son médecin personnel, Narcès. Créateur de la médecine par le poison, il serait à l?origine de la résistance surnaturelle de Mithridate. Sylla sait très bien le sacrifice personnel qu'une telle force exige en retour, mais pour l'obtenir, il doit se montrer prêt à risquer sa vie. Pour le général romain, le trajet de retour à Rome devient alors jalonné d?épreuves aussi bien physiques, par le traitement qu?il s?inflige, que mentales, par les doutes qu?il se met alors à avoir sur le monde et sur sa propre existence. Dans quel état Rome accueillera-t-elle l?un des plus grands conquérants de son histoire ?
Et si le destin du puissant Sylla avait failli basculer quelques semaines avant son retour triomphal à la tête de la cité ? À partir de cette fascinante hypothèse, LF Bollée et Régis Penet nous plongent dans l?intimité d?un être hors-du-commun. Après avoir revisité le western pour Christian Rossi, le scénariste de Deadline offre sa vision personnelle du péplum et nous livre une réflexion profonde sur le pouvoir et la quête de gloire.
Disponible en librairie le 12 Septembre !
+ Lire la suite
autres livres classés : guerre de sécessionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
3407 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre
.. ..