AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Autant en emporte le vent (3 vol... tome 3 sur 3
EAN : 9782070367429
453 pages
Gallimard (26/05/1976)
4.5/5   479 notes
Résumé :
Pendant la guerre de Sécession, alors que le Sud esclavagiste auquel ils appartiennent tous les deux est en train de perdre ses dernières batailles contre le Nord, Rhett Butler et Scarlett O'Hara s'aiment et se déchirent.
- Il doit y avoir de la place pour moi dans votre coeur. Cessez de vous tortiller comme un ver. Je vous fais une déclaration d'amour. Je vous ai désirée dès que je vous ai vue pour la première fois [...] lorsque vous étiez en train d'ensorce... >Voir plus
Que lire après Autant en emporte le vent, tome 3Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (29) Voir plus Ajouter une critique
4,5

sur 479 notes
5
20 avis
4
6 avis
3
2 avis
2
0 avis
1
0 avis
Je serai brève, si, je le serai.
Pour la simple et bonne raison que les mots me manquent pour décrire la profusion et la diversité des émotions qui se bousculent en moi à l'heure de refermer le dernier tome de ce monument littéraire.

Je laisserai d'ailleurs la parole à Scarlett qui, un peu tard - est-il jamais trop tard ? - découvre que sa vie n'a été qu'une vaste fumisterie, une mascarade endiablée où elle a cru danser de bonne foi au bal de la vie. Ce ne fut que le bal des illusions. "Quelle insensée j'ai été ! se dit-elle avec amertume"...

Cette chronique est décousue mais peu importe.

Margaret Mitchell fait partie de ces rares auteurs peu prolifiques pour lesquels on se sent partagé entre le regret de ce qu'ils aient écrit si peu et la reconnaissance de ce qu'ils n'aient pas écrit davantage, de peur de ne pas retrouver dans leurs autres oeuvres l'éclat, le génie et la virtuosité de leur oeuvre maîtresse.

Il y a un peu de Scarlett O'Hara dans toutes les femmes, depuis la nuit des temps, et aussi dans beaucoup d'hommes.

Malgré un dénouement poignant, l'espoir n'est pas éteint. Après tout, Scarlett n'a que vingt-huit ans et demain, le soleil luira encore.


Challenge PAVES 2015 - 2016
Challenge XXème siècle
Challenge A TOUT PRIX 2015 - 2016
Challenge TOTEM
Challenge de lecture 2015 - Un livre qui a obtenu le prix Pulitzer
Commenter  J’apprécie          502
Je tente mon doux billet pour Autant en Emporte le Vent... "Gone with the wind". Je l'ai lu 2 fois, adolescente puis jeune adulte, dans les années 1990. J'ai vu le film plusieurs fois... en version originale souvent.
Le tout est une totale réussite, l'exemple même de l'oeuvre culte.

Un livre historique choc, au sens profond de la dramaturgie pendant la guerre de Sécession.

Je vais d'abord parler de Mélanie. J'aime cette femme pour sa candeur, sa patience, sa douceur et son soutien pour Scarlett envers et contre tous. Elle a un respect et une admiration pour Scarlett sans bornes. Elle aimerait avoir sa confiance et sa ténacité. Mélanie, la grande courageuse qui ne renoncera jamais à cette amitié à sens unique, et bravera les mauvais esprits pour toujours défendre la femme qu'elle ne pourra jamais être.

Scarlett, justement, m'y voilà. Je l'aime avec les yeux de Mélanie et de Rhett Butler. Scarlett est la femme par qui tout arrive, sans qui cette histoire ne serait possible.

Scarlett, la calculatrice, l'impétueuse, la vaniteuse et l'égoïste. Certes. Elle finira par le payer très cher à la fin de son histoire. Tout a un prix.
Scarlett, le soldat, la guerrière, l'avant-gardiste. Scarlett la très grande.
Scarlett, je vous aime d'avoir mis au monde seule, l'enfant de Mélanie puis de braver le feu pour les sauver, dans une calèche, parmi les combats.
Scarlett, je vous aime pour votre courage à affronter la sombre vie qui a fait de vous une orpheline et une mère endeuillée. Je vous aime de vous voir vous battre pour Tara.
Scarlett, je vous aime pour surmonter toutes les fatigues, les souffrances et les dangers ...
Scarlett, j'ai pleuré de vous voir aimer une chimère, un homme qui n'eut existé que dans vos rêves d'enfant, à ne jamais vouloir grandir de votre amour...
Ce mensonge que vous vous êtes infligé trop longtemps. J'ai pleuré de vous voir découvrir qui se cachait derrière le brouillard d'un cauchemar récurrent... et de vous être à ce point égarée ...
Il est trop tard, cet homme que vous avez rejeté et qui vous a aimée comme nul autre ne pourrait vous aimer, finit par s'éclipser dans la brume...
Rhett Butler est emporté par le vent.

Certaines erreurs ne peuvent pardonner. L'aveuglement conduira à votre perte.
Après avoir vécu et franchi les défis les plus lourds qu'un être humain puisse supporter, vous voilà malade d'amour, brisée, seule avec vos larmes et vos regrets.

Scarlett, c'est aussi pour ça que je vous aime. Pour vos désillusions et votre vulnérabilité.

Lu en août 1990
Lu en septembre 1996
Commenter  J’apprécie          253
Oh j'aurais eu Margaret Mitchell face à moi, je l'aurais maudite. Elle m'a tenue en haleine pendant 1656 pages et j'en voulais encore des péripéties de Scarlett. Autant en emporte le vent, c'est plus qu'une histoire d'amour tortueux et malmené, c'est aussi l'évolution d'une femme. Une jeune fille qui avait des rêves fous mais qui devait faire face aux moeurs de son époque. C'est l'histoire d'une femme qui a vécu pendant 12 ans avec une chimère dans la tête. C'est l'histoire d'un homme fou amoureux qui va attendre patiemment que sa belle ouvre enfin les yeux. Je m'attendais à une très belle histoire d'amour mais pas à un combat de coqs acharnés. On est loin de la romance gran gnan.
Margaret Mitchell nous brosse des portraits bien développés, élaborés, des personnalités complexes. C'est du grand art car on attend patiemment que Rhett et Scarlett trouvent enfin leur paix intérieur. 1656 pages de rebondissements où les Sudistes vont subir des changements politiques et faire face au féminisme de Scarlett, vont devoir oublier leurs anciennes moeurs. Margaret Mitchell met en avant l'attente du bonheur de ses personnages : ne pas avoir de regrets, se battre et passer outre les conventions. Margaret Mitchell nous garde captive dans cette trilogie entre les comportements outrageux de Scarlett, les disputes incessants de ce couple atypique, l'amitié tendancieuse Ashley/Scarlett et surtout l'évolution admirable de la douce Mélanie.
En plus des événements historiques l'auteure ne va pas faire de cadeaux à son héroïne et va la pousser à l'extrême pour que cette femme grandisse une bonne fois pour toute.
Scarlett/Rhett des héros qu'on peut retrouver dans toutes new romances actuelles. Leurs états d'âmes traversent toutes les époques. Des femmes vénales qui veulent briller et oublie le bonheur simple. Des hommes qui ne s'épanchent pas sur leur sentiment de peur d'être à nu et perdre leur virilité. Un roman qui peut encore parler au lecteur à l'heure actuelle car Scarlett peut être n'importe quelle femme d'entre nous.
Une très belle histoire de femmes, je ne parlerais pas d'amour car cette fin m'a fait hurler. Pas en colère contre l'auteure mais le choix de Scarlett… Une fin qui nous montre que parfois il est trop tard pour ouvrir les yeux. Une fin qui aurait mérité une suite ou pas car il véhicule un message très fort et n'offre pas un happy end comme on a l'habitude d'avoir.
Un immense coup de coeur pour cette trilogie que j'ai eu la chance de partager avec ma binôme. Il me tarde de voir le film!!!!
Commenter  J’apprécie          233

Troisième et dernier tome de cet immense roman.
Dans cette partie, on s'éloigne un peu du contexte historique pour entrer plus avant dans l'intimité de Scarlett et de ses pensées. Et j'avoue qu'elle a fini par m'agacer tant elle aime mal ce pauvre Rhett qu'en parallèle j'ai de plus en plus apprécié tant je l'ai trouvé touchant, jusqu'à la dernière page.

Ainsi se termine cette magnifique fresque qui m'aura procuré des heures de plaisir de lecture. Et quelle fin bouleversante !
Je pense que j'ai tout aimé dans ce roman.
La plume de l'autrice pour commencer, sa façon d'ancrer ses personnages dans les décors et dans l'histoire, sa manière de beaucoup suggérer en quelques phrases, ses personnages éminemment bien construits, son intrigue si réaliste et son humour auquel je ne m'attendais pas.
Un roman qui restera gravé pendant longtemps je pense et qui me donne terriblement envie de revoir le film, déjà pourtant vu et revu.
Commenter  J’apprécie          190
J'ai la larme assez facile quand je regarde un film , et ça a été le cas chaque fois que j'ai regardé une rediffusion d'Autant en emporte le vent.
Cependant, je ne pensais pas que cela m'arriverait en lisant la fin du livre, car après tout, je connaissais parfaitement l'histoire et sa fin...
Et pourtant...l'émotion était au rendez-vous...
Margaret Mitchell a non seulement dressé un magnifique portrait de femme, mais n'oublions pas les personnages secondaires qui sont tellement attachants. Que ce soit la douce Mélanie, la pétillante petite Bonnie, et bien sur Rhett Butler, sans compter tous les autres. Elle rattache aussi l'histoire de Scarlett aux contextes et événements politiques de la Géorgie post-guerre de Sécession et j'ai trouvé cela fort intéressante.
Margaret Mitchell est une formidable raconteuse d'histoires,quand je pense qu'il s'agit d'un roman unique...
J'ai adoré ce roman, et puis c'est tout...
Commenter  J’apprécie          182

Citations et extraits (166) Voir plus Ajouter une citation
- Scarlett O'Hara, vous êtes une imbécile !
Sans lui laisser le temps de revenir de son rêve lointain, Rhett la prit dans ses bras. Son étreinte était aussi précise, aussi vigoureuse que sur la route sombre de Tara, il y avait si longtemps de cela. De nouveau, Scarlett sentit toute résistance l'abandonner. Elle cédait. Une vague tiède l'emportait. L'image sereine d'Ashley Wilkes se brouillait, s'enfonçait dans le flot, disparaissait. Rhett lui appuya la tête contre son bras et la renversa en arrière. Alors il se mit à l'embrasser doucement pour commencer puis, de plus en plus vite et avec une intensité qui la fit se cramponner à lui comme au seul élément solide dans un monde qui vacillait.
Commenter  J’apprécie          300
- [...] Il m'arrive de penser que les seules grandes dames que vous ayez connues ont été votre mère et Mme Melly, mais je crains que ni l'une ni l'autre n'aient eu d'influence sur vous.
- Melly ! mais voyons, elle est bête comme ses pieds, et elle ne sait pas s'habiller, elle n'a pas une seule idée originale !
- Évitez-moi une scène de jalousie, madame. La beauté ne fait pas une grande dame, pas plus que les habits ne font une très grande dame.
- Ah ! non ! Eh bien ! attendez un peu, Rhett Butler, et vous allez voir ! Maintenant que j'ai... que nous avons de l'argent, je vais devenir la femme du monde la plus accomplie que vous ayez jamais rencontrée !
- Je suivrai cette expérience avec intérêt, fit Rhett.
Commenter  J’apprécie          240
- Qu'est-ce qui ne va pas, mon chou ?
Personne au monde ne savait prononcer ce mot stupide et tendre d'une manière aussi caressante que Rhett, même lorsqu'il plaisantait ; pourtant, en ce moment il n'avait pas l'air de plaisanter du tout. Scarlett leva sur lui un regard éperdu et puisa un certain réconfort dans l'incrustabilité même de ses traits. Elle ignorait à quoi cela tenait. Rhett était un être si hermétique, si insensible. Cela provenait peut-être de ce qu'ils se ressemblaient beaucoup tous les deux, ainsi que Rhett l'avait souvent prétendu. Parfois, Scarlett pensait qu'en dehors de lui les gens qu'elle connaissait lui paraissaient des étrangers.
Commenter  J’apprécie          210
- Je vous serais gré de ne raconter cela à personne, finit-il par dire. Et pourtant j'ai l'impression que demander à une femme de ne pas ouvrir la bouche, c'est lui demander l'impossible.
- Je sais garder un secret, répondit Scarlett avec dignité.
- Vraiment ? Ça fait plaisir de découvrir des qualités insoupçonnées chez ses amis. [...]
Commenter  J’apprécie          340
L'enfant de Scarlett fut une fille, un petit être maigrichon et chauve, laid comme un singe sans poil et qui ressemblait à Frank d'une manière absurde. A l'exception du père, fou de joie, personne ne trouvait belle la nouvelle-née, mais les gens étaient assez charitables pour dire que les vilains bébés devenaient fort jolis, parfois.
Commenter  J’apprécie          310

Videos de Margaret Mitchell (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Margaret Mitchell
Gone with the wind 1
autres livres classés : guerre de sécessionVoir plus
Les plus populaires : Littérature étrangère Voir plus


Lecteurs (1312) Voir plus



Quiz Voir plus

Autant en emporte le vent : les personnages

Quel est le nom complet de l'héroïne du roman de Margaret Mitchell ?

Scarlett O'Hara
Pansy Scarlett O'Hara
Katie Scarlett O'Hara
Sue Ellen O'Hara

12 questions
230 lecteurs ont répondu
Thème : Autant en emporte le vent - Intégrale de Margaret MitchellCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..