AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 284172767X
Éditeur : L'Atalante (23/06/2016)

Note moyenne : 3.68/5 (sur 14 notes)
Résumé :
"J'inspecte les rayonnages de ma bibliothèque, je n'y trouve aucun livre d'Homère, pas la moindre trace du grand inspirateur. Qu'ai-je bien pu faire du vieux bouquin tant de fois corné qu'il avait fini par renoncer à sa forme livresque ? Comment ai-je pu le laisser s'exiler de chez moi ? Qui me l'a volé ? Puis je souris. Quelle importance ? Ces oeuvres qui ,ont vivifié, nourri, enchanté, ne sont-elles pas mieux dans des mains avides que sur des planches de bois gris... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
lyoko
  02 février 2017
Un petit recueil de différentes nouvelles de Pierre Bordage ; certaines sont inédites d'autres non. On y retrouve d'ailleurs un écrit sorti des guerriers du silence.. pour ceux qui l'ont lu ils le reconnaitront sans problème.
En tout cas on y retrouve Bordage avec ses thématiques habituelles : l'humanité, l'écologie, l'évolution,... Certaines très franches et très directes, d'autres plus poétiques, plus douces et plus édulcorées.
Mais une chose est certaine, c'est que Bordage reste le conteur qui m'a plu et qui me transporte encore et pourtant j'ai lu plus des 3/4 de ses écrits. Je suis toujours très étonnée de me rendre compte qu'il arrive encore a me faire avoir la chair de poule (du a une forte émotion je précise) lorsque je le lis. A le lire comme si c'était la première fois et pourtant je sais pertinemment ou il va, ou il veut m'emmener. Je reste conquise et sous le charme de l'auteur et de sa prose.
Pour finir j'ai trouvé quelques nouvelles "frolant" la fantasy... que j'ai franchement beaucoup aimé.. ce qui ne laisse présager que du bon (voir du très bon) pour son nouveau roman Arkane.
J'oubliais de dire que Pierre Bordage se livre dans son prologue et que que je suis entièrement de son avis sur les livres qui ne doivent pas moisir sur une étagère.. ils doivent vivre , être touchés , être pretés , être donnés.. (enfin pour moi c'est plus une question de place que de choix véritable, quoique..).
Mais également que nous avons un amour véritable pour le même roman : celui qui se passe "sur un monde désertique et épicé où les autochtones aux yeux entièrement bleus récupéraient la moindre goutte de leur corps dans leurs combinaisons réservoires" (sic).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          7121
Le_chien_critique
  03 juillet 2017
De Pierre Bordage, je n'ai lu que Les dames blanches que je vous conseille. J'avais abandonné le feu de dieu qui à mon sens aligné poncifs et stéréotypes. Donc un partout, la balle au centre.
Je voulais découvrir différentes facettes de l'auteur. Ce recueil comprenant des textes fantastique, de fantasy et de science fiction, il était tout indiqué. Quinze nouvelles, toute inédite pour moi, mais dont seuls quatre le sont réellement, les réeditions étant le fait d'anthologie eu de commande de journaux. L'éditeur a fait le choix de rendre visible en début de chaque nouvelle si celle ci est inédite ou pas et le cas échéant, d'indiquer sa date de parution et son origine. Merci à lui.
Une lecture mitigée au final, je n'y ai rien trouvé de Wouah ni de Mouaih. Il m'a manqué ce fameux sense of wonder, je suis donc resté paisiblement à lire sur mon canapé. Une belle plume, cela est indéniable, des personnages bien campés, des thématiques sociétales et l'envie de l'auteur d'avoir une approche différente de nos genres de prédilection, voilà ce qui me restera en mémoire de ce recueil. Et ce n'est déjà pas si mal. Après, les gouts et les couleurs ne se discutant pas, vous pourrez y trouver votre bonheur.
Un recueil permettant d'aborder plusieurs facettes de l'auteur et de sujets : changement climatique, immigration, lutins, elfe, dragon, société, post-humanité, biotechnnologie, ...
Petit tour rapide de l'ensemble :
Le recueil s'ouvre sur un prologue de 2013 sur ce que l'auteur entend pas littérature populaire.
Hier je vous donnerai de mes nouvelles.
Ici voyage dans le temps, la machine spatiotemporel est équipé d'un camouflage en fonction de l'environnement extérieur et il s'appelle le cameleon (Bonjour docteur qui). le voyageur de 2086 se rend à diverses époques pour découvrir son passé. Ca fricote sec en explorant son historie familialle. Et où on remarque que le progrès est une notion bien complexe, surtout en manière de fraternité. Sans plus.
En suspens.
Un gars de la ville échoue dans un village paumé après un crash aérien dont il est le seul survivant. Une nouvelle fantastique classique qui apporte un petit plus par son univers SF.
L'autre bord.
Un grand père part initier son petit fils aux monstres de l'autre bord. Changement de paradigme ici. Une fantasy simple mais charmante en compagnie de zoreils, de malins et de zoms.
Le pacte.
Un pape aux pensées impures se retrouve au milieu d'intrigue de pouvoirs. Il se voit proposer un pacte par une espèce extra terrestre. Ou comment vendre son âme au diable en version SF. Sans plus.
La petite fille au regard perçant.
Courte nouvelle en forme de constat d'une espèce alien en observateur des humains. Je ne peux que partager ce constat sauf sur la morale : ce qui compte c'est la beauté intérieure un peu trop gnangnan. N'apporte rien mais la chute sur la fille au regard perçant vaut à mon sens la lecture de ce texte. Cela tombent bien, elle est dispo en ligne gratuitement sur le site de Télérama http://www.telerama.fr/livre/la-petite-fille-au-regard-percant,37514.php
Terre promise.
Des juifs sont sommés d'aller voir ailleurs si ils y sont. Ils traversent l'Atlantique afin de goûter à l'accueil européen offert aux réfugiés climatiques. Vaut surtout pour la vision d'une post-humanité ou plutôt de son évolution. Complète La petite fille au regard perçant sur ce point.
La dernière affaire de Sagamor.
Ou le blues de l'assassin : un assassin vieillissant se demande si il ne va pas changer de métier. La dernière proposition faite est de celle qu'on ne refuse pourtant pas. Intéressante dans le fait que l'assassin soit face à un choix de vie. le reste est assez banal.
L'enfant et l'amer.
Le pendant de la terre promise. Nous sommes ici en compagnie de l'autre camp, celui des méchants. Enfin, méchants, question de point de vue. Banale.
Disponible en ligne avec un autre titre L'enfant et la mer ! un changement judicieux. http://www.liberation.fr/planete/2015/11/25/pierre-bordage-l-enfant-et-la-mer_1416104
Morflam.
Un dragon ravage les terres d'un royaume, sa reine part au combat. L'auteur traite ici le sujet d'une manière différente que dans ce que j'ai déjà lu.
La ligne.
Un groupe migrants accompagnés d'un passeur tentent un passage vers une vie meilleure. Ici les causes de leur fuite ne sont pas la dictature, la violence, le racisme, le climat, la faim, la pauvreté ou l'espoir d'une vie meilleure mais l'apparition d'une espèce végétale envahissante et nouvelle lancée dans un grand combat pour l'hégémonie de la vie sur terre. Ma préférée.
Le chant du solstice.
Kwan le barde tente de retrouver l'inspiration auprès d'une sirène. Pas une bonne idée. que ce soit pour le personnage ou pour le lecteur.
Césium 137.
Trois enfants décident d'aller affronter les monstres de leurs vallées, le démon Césium 137 et son compère, Strontium 90. le récit combine les légendes fantasy dans un monde post apo. Une très belle manière d'aborder les conséquences du nucléaire. Une réussite. En outre, la distinction entre les individus ne se fait plus sur la base de la couleur des cheveux ou de la peau, mais des malformations congénitales. Bien aimé.
L'Autre.
Des ragots auto-réalisateurs. Il est toujours plus simple d'accuser l'autre de l'origine de tous les maux. Amusant et effrayant à la fois.
Qui sera le bourreau ?
Le procès d'un tyran déchu. Mais comment devient-on un tyran ? Qui est le bourreau ? Vaste question. Amusant, mais répétitif.
Origo.
Pierre Bordage nous refait le big bang. Une hypothèse quantique pleine de stupre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
WillyTheGeek
  19 septembre 2016
Hier je vous donnerai de mes nouvelles, paru chez L'Atalante, est le dernier des trois recueils de nouvelles de l'écrivain vendéen Pierre Bordage. L'auteur vient d'ailleurs de remporter le prix Cyrano pour son engagement dans le domaine des littératures de l'imaginaire. Passionné de science-fiction et connu pour sa superbe trilogie des guerriers du silence, l'auteur nous livre ici 15 nouvelles, dont quatre inédites. du conte au post-apocalyptique, vous trouverez votre bonheur.

La première nouvelle, qui donne son titre au recueil, Hier je vous donnerai de mes nouvelles, aborde le voyage dans le temps. Jason, homme à l'esprit curieux, décide de voyager à reculons. Il visite plusieurs époques du passé et à chaque fois, nous explique son point de vue. Un point de vue souvent sévère, critique et juste. C'est justement ce que j'apprécie dans la science-fiction. C'est une petite nouvelle concise qui nous pousse à réfléchir sur le monde que nous laisserons à nos descendants. L'autre Bord suit les pérégrinations d'un grand-père et son fils à la recherche des gens de l'Autre Bord. Cette nouvelle est une belle ode à l'enfance et à l'imaginaire et sur l'importance de rêver. le pacte, située dans l'univers des guerriers du silence, nous montre qu'une seule et unique décision peut être lourde de conséquences.
La petite fille au regard perçant est la plus courte du recueil. Ce qui ne l'empêche d'être réflexive. Bien ciselée, celle-ci nous offre…un regard perçant sur la société. Terre Promise dépeint un monde post-apocalyptique. L'Amérique n'est plus qu'une zone de guerre où les humains s'affrontent pour survivre. Une famille très pieuse tente de fuir vers la nouvelle terre promise. le ton est résolument pessimiste. Pas de chichi dans cette nouvelle percutante ! Pierre Bordage aime également jouer avec le temps et nous propose L'enfant et l'amer écrite pour Libération à la date du 26 novembre 2016 ! L'auteur n'oublie pas les amateurs de fantasy. Ils se régaleront avec Morflam, un conte proche du merveilleux, La dernière affaire de Sagamor, le chant du solstice, nouvelle parfumée de poésie, et l'Autre.
Le recueil est donc bien équilibré. Pierre Bordage aborde avec finesse et humanité de nombreux sujets d'actualité (la guerre, la religion, le nucléaire…etc.), les intégrant dans une science-fiction riche et minutieuse, et posant de réelles questions sur l'avenir de notre monde. L'écriture est fluide, les pages se tournent rapidement. Encore une fois, Pierre Bordage nous prouve son talent de conteur.
Lien : http://lemontdesreves.fr
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Vermer
  29 mai 2017
Je termine ça… Bon, bon, Bordage est un professionnel qui sait écrire, aucun doute, l'écriture est donc toujours solide et fluide. Mais voilà, il faut aussi du contenu. Dans ce recueil de 15 nouvelles on retrouve principalement des textes de commande qu'il a écrit pour des salons ou des journaux ; et cela se sent. En effet, malgré une bonne narration, les textes ont peu de contenu, d'originalité ou d'âme. On re trouve pas mal de textes de fantasy sur les thèmes des salons de SFFF ainsi que des textes dans son univers postapo qui lui permet de parler politique et environnement (sans grande finesse d'ailleurs).
Il faut aussi noter que Bordage est plutôt un romancier et qu'il ne maitrise pas toujours le format de la nouvelle au niveau de la construction de l'histoire.
Au final, aucun mauvais texte ici, mais rien des vraiment bon non plus. Principalement des textes de commande bien écrits mais hélas sans grand ampleur ni intérêt.
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
lyokolyoko   31 janvier 2017
Je devrais sans doute vous expliquer ce que sont l'argent, la finance, la bourse , les spéculateurs, les subprimes (une invention que j'ai mis plus de trente jours locaux à comprendre), je me contenterai de vous dire que certains,une infime minorité, amassent les richesses tandis que d'autres, une écrasante majorité, croupissent dans une misère exagérée. Avant, leurs sociétés étaient réparties en maîtres et esclaves, en seigneurs et serfs, elles se divisent désormais en possédant et en démunis. La rage de posséder des uns nourrit la haine des autres, et il est fort probable que ce déséquilibre leur fournira un excellent prétexte pour déclencher une nouvelle guerre meurtrière. Ainsi, en 2008 les uns se sont enrichis en spéculant sur le grain tandis que les autres, privés de nourriture, mouraient de faim. Bien sûr, ils ne vivent pas dans les mêmes endroits, mais, avec leurs systèmes de communication, ils sont parfaitement informés de ce qui se trame autour d'eux. Ils se fichent déjà de ceux qui agonisent sur les trottoirs de leurs villes; quel intérêt montreraient-ils pour ceux qui périssent par leur faute à plusieurs milliers de kilomètres de leurs domiciles ?


(La petite fille au regard perçant)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          538
lyokolyoko   30 janvier 2017
Depuis ma dernière communication, les hommes sont sortis de l'ombreprofonde des forêts et des superstitions, ils soignent avec des molécules chimiques et l'énergie nucléaire, ils se déplacent à bord d'appareils à moteur atrocement bruyants, ils sont reliés par un réseau informatique rudimentaire, ils explorent les couches profondes de la matière, ils sont désormais capables de remodeler l'infiniment petit... Ils affirment que la modification génétique offrira un avenir radieux à leurs semblables, mais il n'est guère difficile d'en deviner les véritables enjeux : la domination de quelques castes économiques sur le reste de l'humanité. La malédiction de la possession à travers le temps. Avec la guerre, elle semble être l'unique préoccupation des hommes, possesssion des terres et richesses, évidemment mais également des honneurs, du vivant, des âmes et même des morts.

(La petite fille au regard perçant)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          340
lyokolyoko   29 janvier 2017
Je passe rapidement sur les guerres qui se déplacent sans cesse d'un continent à l'autre. Elles se déroulent actuellement sur des terres riches en ressources convoitées par les grandes puissances, les régions du Moyen-Orient et d'Afrique principalement. Qu'il me soit permis ici d'expliquer le concept de grande puissance : un endroit délimité par des frontières (ou pays) qui renferme un certain nombre d'humains et dont l'armée (la capacité de puissance) inspire la plus grande frayeur aux autres. La guerre est le loisir favori des êtres humains. Depuis l'an I de cette ère, je n'ai pas souvenance d'une période, même brève, sans conflit. On torture et massacre souvent au nom d'un dieu qu'on présente comme un créateur infiniment aimant. d'ailleurs, plus le dieu en question est bon et juste, plus les tueries sont féroces. J'ai entendu les paroles de paix du prophète crucifié et j'ai vu à quelles atrocités se sont livrés ses adorateurs au long des siècles. de la colline où il a expiré, le sang continue de couler et de se répandre sur la terre.

(La petite fille au regard perçant)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          232
lyokolyoko   27 janvier 2017
J'ai assisté à d'autres scènes de ce genre dans les villes et les campagnes françaises. Le pays tout entier résonnait des vociférations des épurateurs et des foules grondantes, des cris et des pleurs des femmes tondues. Le goût amer de la vengeance avait rapidement supplanté la liesse et l'enthousiasme ayant accueilli les divisions alliées et les Forces françaises libres. J'ai repensé aux hommes qui avaient tenté de m'agresser dans le café en 2017 : d'une époque à l'autre, les êtres humains étaient étrangement frères.

Hier je vous donnerai de mes nouvelles
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          360
lyokolyoko   01 février 2017
Si les humains progressent à pas de géant sur le plan technologique, ils n'ont toujours pas appris, ni par les religions ni par la science, que le regard sur la matière est la clef, et non la matière elle-même. Que la beauté est en eux, et non autour d'eux. En négligeant l'incroyable puissance de leur pensée, ils se soumettent à la fatalité du temps et nient leur propre souveraineté. ils ne prêtent aucune attention aux autres espèces vivantes qui disparaissent à un rythme effréné, ne se rendent pas compte qu'ils pourraient être les prochains sur la liste, ils gaspillent l'eau, ils jouent avec des énergies incontrôlables, ils épuisent les sols et les ressources avec une inconscience sidérante. Sur les autres mondes, ce seraient là les signes d'une extinction inéluctable, mais, avec cette curieuse espèce, je n'en jurerais pas. Elle a survécu aux grandes épidémies et autres fléaux qui ont traversé le dernier millénaire, elle a survécu aux guerres dévastatrices du XXè siècle, elle a survéçu à tant de destructions, tant de souffrances, que je nourris sans doute à son égard des inquiétudes superflues.

(la petite fille au regard perçant)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Videos de Pierre Bordage (56) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pierre Bordage
Pierre Bordage, Inkarmations, chez Leha Editions : https://editions-leha.com/catalogue-details/inkarmations/ Retrouver un extrait inédit = https://chapitres.actualitte.com/extrait/inkarmations-pierre-bordage/7175
autres livres classés : nouvellesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Mort d'un clone de Pierre Bordage

Quel âge a Martial Bonneteau ?

47 ans
48 ans
49 ans
50 ans

15 questions
23 lecteurs ont répondu
Thème : Mort d'un clone de Pierre BordageCréer un quiz sur ce livre