AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2203048468
Éditeur : Casterman (05/09/2012)

Note moyenne : 3.84/5 (sur 35 notes)
Résumé :
NOM : Green
PRENOM : Penelope
SITUATION FAMILIALE : orpheline,
unique héritière du journaliste James Ales Green
SITUATION PROFESSIONNELLE / journaliste de choc au Early Morning News
SIGNES PARTICULIERS : une maîtrise très approximative de la langue chinoise, une étonnante capacité à désobéir à son patron et un goût prononcé pour l'aventure et le danger

A force de s'attirer des ennuis, Penelope est contrainte de quitt... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
Freelfe
  07 avril 2013
Sans spoiler pour ceux n'ayant pas lu les tomes précédents
Dans ce troisième volume de Pénélope Green, L'éventail de Madame Li, de Béatrice Bottet et publié aux Editions Casterman, nous retrouvons notre héroïne en direction de la Chine, pour une nouvelle aventure.
Alors que les deux premiers tomes étaient haletants et prenants, avec pas mal d'actions et de rebondissements, ce nouvel opus est plutôt mou à côté… La moitié du roman est centrée sur le voyage de Pénélope vers la Chine et durant ce trajet, il ne se passe pas grand-chose. L'enquête démarre à peine et se termine sans qu'il ne se soit pas passé une véritable enquête, avec du suspens, de l'actions et des rebondissements. L'histoire se déroule sans vraiment nous captiver, mais nous continuons tout de même en attendant quelque-chose… qui n'arrive pas.
Notre héroïne demeure fidèle à elle-même. Entre le premier et ce troisième tome, nous n'avons pas franchement l'impression d'une évolution. Elle m'a même plutôt énervé, à foncer tête baissée dans les dangers, naïvement et stupidement à certains moments.
Je ne trouve pas vraiment de point positif dans ce roman, et je suis plutôt déçue par ce tome. le style de l'auteure demeure le même, fluide et bien écrit, mais l'histoire est plutôt vide. Je lui mets un 2,5/5 de déception…
Que conclure de ce roman ?
Ce troisième tome est très décevant, par rapport aux deux. J'ai trouvé qu'il ne se passait pas grand-chose dans ce roman, l'enquête ne démarrant seulement qu'à la seconde moitié et se terminant sans vraiment de suspens, d'action et d'enquête. La non-évolution de notre héroïne m'a un peu énervée… J'espère que le prochain tome remontera le niveau pour rejoindre celui des deux premiers livres.
Lien : http://freelfe.blogspot.fr/2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
cyan
  13 mai 2015
Après leurs dernières aventures à New York dans L'Affaire Bluewaters, Penelope et Cyprien ont dû se séparer quelques temps. le second a repris son emploi de marin, tandis que la première continue d'écrire des articles pour son journal, ce qui lui vaut quelques ennuis: elle doit quitter Londres pour échapper à un patron furieux qu'elle ait révélé au grand public les conditions de travail de ses ouvrières. ça tombe bien, Cyprien a justement une enquête à lui proposer sur des trafiquants qui partent pour la Chine. Nos deux compères n'hésitent pas une minute et ils s'en vont bien vite caracoler vers l'Empire du Milieu, où de nouvelles aventures les attendent.
Ce troisième tome, légèrement en deçà des précédents, nous permet de découvrir succinctement la Chine, ses coutumes et sa situation politique. Succinctement, parce que ce n'est pas autant développé que ça aurait pu l'être, mais c'est un bon début pour inciter un public jeunesse à en découvrir davantage. Ce qu'il y avait de glauque dans les précédentes aventures de Penny et Cyprien a disparu, au profit d'une comparaison plus poussée entre la vie des Chinoises et des Anglaises. On entre donc un peu plus dans le vif du sujet qui est après tout un tour d'horizon de la condition des femmes à cette époque.
Comme toujours, Beatrice Bottet laisse suffisamment d'indices au lecteur pour lui permettre de deviner le plus gros de l'affaire, l'histoire reste donc assez prévisible. Ce tome 3 m'a aussi semblé moins haletant, du fait que jamais les personnages ne semblent risquer grand chose, contrairement à ce qui se passait dans les précédents tomes. La lecture reste plaisante, mais les enjeux semblent moins importants.
Lien : https://bienvenueducotedeche..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
orbe
  03 septembre 2012
Pénélope mène l'enquête dans la Chine de la fin du 19ème siècle alors que ce pays commence à se révolter contre les étrangers. Cyprien, son ancien garde du corps a repéré un trafic et décidé aussitôt de s'engager comme marin pour suivre les suspects. Que contiennent les caisses que son bateau transporte? D'où proviennent les bijoux qui servent de monnaie d'échange?
Pendant ce temps, Pénélope voyage comme passagère et intègre peu à peu les coutumes de cet étrange pays, notamment celle du bandage des pieds des jeunes filles...
Entre roman d'aventure et initiation à la Chine, ce troisième volet des aventures de Miss Green se lit avec plaisir, même sans avoir lu les tomes précédents.

Lien : http://0z.fr/Jho84
Commenter  J’apprécie          70
darko
  25 mai 2013
Grosse déception et agacement à la fermeture de ce tome 3. Absence d'enquête, de suspense, Pénélope m'a semblé pénible, immature, irréfléchi, impatiente. Elle n'a rien appris de ses précédentes enquêtes. Tout ce qui faisait le charme des deux premiers tomes a disparu.
Pourtant le sujet aurait pu être très intéressant mais là je me suis ennuyée.
Commenter  J’apprécie          41
DocBird
  24 novembre 2013
Résumé : Penelope Green est jeune femme femme anglaise journaliste, indépendante d'esprit. Elle a déjà vécu des aventures et résolu des enquêtes en compagnie de son amie Cyprien. Dans ce tome 3, Cyprien entend dans une taverne un groupe d'hommes passer un contrat : en échange d'une cargaison à transporter en Chine, ils seront payés en bijoux précieux. Un acompte en babioles et joyaux leur est donné. Cyprien en parle à Penelope qui n'hésite pas à se lancer dans l'aventure, faussant compagnie à un garde du corps qui devait l'accompagner en Ecosse. Passagère à bord du navire des trafiquants, Penelope se rend avec Cyprien, déguisé en marin, vers la Chine. Ils essayent d'en savoir plus sur le bateau. Une fois arrivés en Chine, leurs chemins se séparent, et ils vont tout mettre en oeuvre pour faire la lumière sur cette affaire, entre rencontres inattendues et retrouvailles temporaires.
Mon avis : Un très bon roman servi par une écriture de qualité. L'aventure nous emmène à la découverte de la civilisation chinoise, de ses coutumes et traditions. le regard européen de Penelope nous montre ce qui est fascinant dans ce pays, ainsi que ses côtés plus sombres, notamment en ce qui concerne la condition féminine. Les femmes doivent souffrir avec leurs pieds bandés pour être des femmes respectables et trouver un riche parti, elles sont enfermés dans une cage dorée, et finalement, leur condition n'est pas si différente de celle de la femme anglaise à l'époque : respect des traditions, obéissance au père et au mari, absence de liberté. La révolte de Nuage, jeune femme chinoise mêlée au trafic, n'est pas sans rappeler celle de Penelope, les armes en moins.
Lien : http://docbird.over-blog.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
CielvariableCielvariable   17 janvier 2019
Le Havre, une soirée de fin d'automne pluvieuse et sombre. Dans une petite rue encombrée de tonneaux et de charrettes, derrière le port, les tavernes succédaient aux cabarets et les lieux de plaisir aux gargotes. Un homme entra au Pélican Noir - envahi de pénombre, à peine éclairé par trois ou quatre quinquets - et se fit aussitôt héler par quelques buveurs rassemblés autour d'une table de bois.

- Hé ! Ici !

- On n'attendait plus que vous.

L'homme était bien mieux mis que ceux qui avaient attiré son attention, apparemment de simples matelots attendant le départ de leur bateau. Tout en se dirigeant vers eux, il ôta son manteau humide et le secoua pour en chasser un peu les gouttes d'eau qui perlaient sur le drap. Puis il écarta les verres d'un revers de main et posa sur la place ainsi dégagée son chapeau et un grand baluchon fait d'une épaisse couverture. A l'intérieur du baluchon se fit un bruit de métal et de petits objets entrechoqués.

Une humidité épaisse régnait sur les lieux, et ça sentait le café, la vinasse, le rhum et la fumée. Au Pélican Noir, les clients se répartissaient en deux catégories : ceux qui, en petits groupes, buvaient sec, parlaient fort, braillaient des chansons sans queue ni tête et ne faisaient pas attention aux autres, et ceux qui, solitaires, à demi écroulés sur les bancs face à des verres vides, semblaient dormir ou cuver et ne faisaient pas attention aux autres.

L'homme bien mis était un Anglais du nom de James Howell. Il tira une chaise de bois face à la table, l'épousseta de son mouchoir et s'assit. Les marins qui l'attendaient se penchèrent vers lui, au-dessus du gros baluchon, en un cercle tout à coup muet et attentif.

- C'est pour demain. J'aimerais pouvoir compter sur vous, messieurs, annonça Howell.

- Sûr, vous pouvez, dit un homme plus vieux que les autres, aux cheveux et à la barbe poivre et sel, et qui semblait leur porte-parole.

Les autres approuvèrent en hochant vigoureusement du chef, l'air concentré, mais sans ajouter un mot. Ils savaient qu'ils devaient bien se tenir s'ils ne voulaient pas rater l'affaire.

- Il y a cinquante caisses à monter discrètement à bord.

- Discrètement ? s'étonna un des gars, Benedict. Ça veut dire quoi ? Clandestinement ?

- Chuuuut..., firent tous les autres en jetant des regards à droite et à gauche.

- Crétin ! fit remarquer Rigaut le poivre et sel en lui lançant une beigne sur la tête.

Rigaut avait environ quarante ou quarante-cinq ans. Comme tous les gens de mer qui avaient atteint cet âge, il semblait à la fois robuste et fatigué. Robuste grâce à son métier qui forge une musculature d'acier, fatigué par une vie de besogne éreintante où l'on ne mange jamais assez bien, où l'on ne dort jamais assez, où l'on doit affronter alternativement le calme plat ou la tempête, les icebergs ou le dur soleil des tropiques, les rixes dans les bars ou l'autorité bornée du capitaine ou du bosco. Comme les autres, Rigaut aimait assez l'idée de se retirer bientôt pour se reposer enfin d'une vie de corvées. Une petite maison de pierre sur une côte bien française, et qui sait, une femme bien soucieuse de lui être agréable. Mais pour ça, il avait besoin d'argent. Heureusement, il avait trouvé cette affaire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
orbeorbe   03 septembre 2012
- Qui sait, dit Pénélope, l'anglais leur servira peut-être, un jour ou l'autre.
- Je ne crois pas, mademoiselle. C'est juste un langage amusant et spécial et bizarre. Mais nos filles sont destinées au mariage et à la vie à la maison. Elles savent leur extrême devoir : procurer des enfants, pour la plus grande gloire de leur belle-famille.
Commenter  J’apprécie          130
CielvariableCielvariable   17 janvier 2019
— Comment avez-vous obtenu cela ?

Le professeur Egerton déploya avec mille soins l’éventail chinois et l’examina sous toutes ses coutures, lançant de temps à autre à Penelope un regard suspicieux. Il avait de longues moustaches tombantes, des yeux tristes et des lorgnons.

— Est-ce une pièce volée par nos barbares soldats lors de la mise à sac du palais d’Été? Ces vandales ont tous trouvé bon d’emporter quelques précieux petits souvenirs de leur pillage et de leurs exactions.

Il traitait l’éventail avec des gestes bien plus précautionneux que Penelope tout à l’heure, comme s’il craignait de l’endommager.

— Un ami vient de me le faire parvenir, répondit Penny, vaguement gênée. C’est un cadeau.

— Et lui ? Comment l’a-t-il obtenu ?

— Je ne sais pas.

— C’est sans doute une pièce de contrebande, si cela ne vient pas du palais d’Été. Dans tous les cas, j’ai bien envie de vous la confisquer.

— Vraiment, professeur ? En avez-vous le pouvoir ? interrogea Penny d’un ton pointu.

Elle craignait que le professeur ne cherche à faire disparaître l’éventail dans un tiroir bien bouclé, voire dans un coffre-fort, et elle était prête à bondir pour le lui reprendre avant qu’il ne soit trop tard.

— Non, hélas. Je ne suis qu’un modeste sinologue. Mais je n’en pense pas moins…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
CielvariableCielvariable   17 janvier 2019
Enfin elle se décida à ouvrir la lettre. Selon toute apparence, Cyprien avait jeté les mots sur le papier à toute vitesse.

« Chère Penelope,

Je n’ai pas beaucoup de temps, j’embarque dans quelques heures pour la Chine… »

Penelope s’étrangla. Pour la Chine ?! De surprise, elle faillit en laisser tomber à la fois la missive et l’éventail. Le bateau de Cyprien ne devait aller qu’en Norvège et en Finlande pour rapporter du bois ! Six semaines en tout et pour tout ! Il devait être à Londres pour Noël ! Qu’est-ce que c’était que cette histoire ?

« J’embarque dans quelques heures pour la Chine, relut-elle. Je sais, je devais revenir à Londres, mais je crois que je suis tombé sur quelque chose d’assez étrange. Je suis sûr que ça va t’intéresser (et intéresser Grayson). »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
CielvariableCielvariable   17 janvier 2019
L’Association pour la Recherche Psychique et les Études Spirites ressemblait comme deux gouttes d’eau à la Société de Parapsychisme appliqué qu’elle avait vue à New York quelques mois auparavant. Un établissement sérieux, à la limite de l’austérité, des étagères pleines de livres bien rangés, quelques chaises dans un bout de couloir servant de salle d’attente, et un va-et-vient de secrétaires, de clients, de chercheurs dans les diverses branches de la parapsychologie. Maître Lucidus Eusebius – dont le véritable nom était Pemberton –, revenu des États-Unis, y œuvrait avec enthousiasme. Il ne tarda pas à recevoir Penelope dès qu’elle se fut annoncée au secrétariat.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Béatrice Bottet (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Béatrice Bottet
Conférence Prix Imaginales des collégiens - La sélection 2018... à la question enregistrée aux Imaginales 2018 Avec Johan Heliot, Béatrice Bottet, Pauline Pucciano et Carina Rozenfeld
autres livres classés : chineVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Peneloppe Green T1

Quel est la passion de Peneloppe ??

enquétrice
journaliste
musicienne

5 questions
13 lecteurs ont répondu
Thème : Penelope Green, tome 1 : La chanson des enfants perdus de Béatrice BottetCréer un quiz sur ce livre