AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782213701264
72 pages
Éditeur : Fayard (18/05/2016)
4.29/5   7 notes
Résumé :
CHAIRE D’HISTOIRE DES POUVOIRS EN EUROPE OCCIDENTALE, XIIIe-XVIe SIÈCLE

« Nous avons besoin d’histoire car il nous faut du repos. Une halte pour reposer la conscience, pour que demeure la possibilité d’une conscience – non pas seulement le siège d’une pensée, mais d’une raison pratique, donnant toute latitude d’agir. Sauver le passé, sauver le temps de la frénésie du présent : les poètes s’y consacrent avec exactitude. Il faut pour cela travailler à ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
som
  26 janvier 2018
Texte intégral de la leçon inaugurale prononcée au Collège de France par Patrick Boucheron, le 17 décembre 2015.
Respectant la forme canonique de la leçon, l'historien brosse un tableau synthétique de l'historiographie française. Ce plaidoyer pro domo s'ouvre sur l'effroi et la peur déclenchés par les attentats de Paris pour se conclure par une vibrante définition de l'histoire envisagée comme « une halte pour reposer la conscience » et un « art de la pensée », sans totalement en écarter l'aspect ludique, jouissif voire créatif de sa pratique.
Ainsi, l'auteur invite son lecteur à s'emparer du passé pour réinventer le monde d'aujourd'hui. Cette proposition est aussi audacieuse que le propos limpide et profond.
Commenter  J’apprécie          50
Frederic524
  27 août 2018
Depuis sa fondation en 1530, le Collège de France a pour principale mission d'enseigner, non des savoirs constitués, mais le « savoir en train de se faire » : la recherche scientifique et intellectuelle elle-même. le premier cours d'un nouveau professeur est sa leçon inaugurale. Patrick Boucheron a prononcé sa leçon inaugurale le jeudi 17 décembre 2015. L'ouvrage présenté ici s'intitule « Ce que peut l'histoire« . La problématique est celle-ci : Que peut l'histoire aujourd'hui ? Que doit-elle tenter pour persister et rester fidèle à elle-même ? Il nous présente le sujet de ses leçons au Collège de France avec la chaire d'histoire des pouvoirs en Europe Occidentale, XIIIème – XVIème siècle. Un texte très court mais riche en substance donnant matière à réfléchir. Sa perception de l'histoire est débattue et c'est une bonne chose. Je ne souscris pas à toutes les idées émises ici, mais là encore, l'historien s'engage quitte à déplaire. Je vous cite un passage qui m'a beaucoup plu « (…) la fin de l'histoire, on le sait bien, a fait long feu. Aussi devons nous du même élan revendiquer une histoire sans fin (parce que toujours ouverte à ce qui la déborde et la transporte) et sans finalités. Une histoire que l'on pourrait traverser de part en part, librement, gaiement, visiter en tous ses lieux possibles, désirer comme un corps offert aux caresses, pour ainsi, oui, demeurer en mouvement. » A méditer.
Lien : https://thedude524.com/2018/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
lehibook
  24 novembre 2019
Leçon inaugurale au Collège de France par un des esprits les plus authentiquement profond de notre époque qui abonde en fausses gloires intellectuelles. Un homme fort aimable qui plus est (je l'ai croisé trois fois) et qui manie une langue limpide loin de tout jargon. Une remarquable réflexion sur le rôle de l'étude historique et son lien indispensable avec le présent
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
deuxquatredeuxdeuxquatredeux   04 février 2017
Nous avons besoin d’histoire, car il nous faut du repos. Une halte pour reposer la conscience, pour que demeure la possibilité d’une conscience – non pas seulement le siège d’une pensée, mais d’une raison pratique, donnant toute latitude d’agir. Sauver le passé, sauver le temps de la frénésie du présent : les poètes s’y consacrent avec exactitude. Il faut pour cela travailler à s’affaiblir, à se désœuvrer, à rendre inopérante cette mise en péril de la temporalité qui saccage l’expérience et méprise l’enfance. « Étonner la catastrophe » , disait Victor Hugo, ou avec Walter Benjamin, se mettre à corps perdu en travers de cette catastrophe lente à venir, qui est de continuation davantage que de soudaine rupture.
Voici pourquoi cette histoire n’a, par définition, ni commencement ni fin. Il faut sans se lasser et sans faiblir opposer une fin de non-recevoir à tous ceux qui attendent des historiens qu’ils les rassurent sur leurs certitudes, cultivant sagement le petit lopin des continuités. L’accomplissement du rêve des origines est la fin de l’histoire – elle rejoindrait ainsi ce qu’elle était, ou devait être, depuis ces commencements qui n’ont jamais eu lieu nulle part sinon dans le rêve mortifère d’en stopper le cours.
Car la fin de l’histoire, on le sait bien, a fait long feu. Aussi devons-nous du même élan revendiquer une histoire sans fin – parce que toujours ouverte à ce qui la déborde et la transporte – et sans finalités. Une histoire que l’on pourrait traverser de part en part, librement, gaiement, visiter en tous ses lieux possibles, désirer, comme un corps offert aux caresses, pour ainsi demeurer en mouvement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          61
AlzieAlzie   13 octobre 2016
Nous sommes au coeur de la tourmente, car qui ne voit aujourd'hui qu'elle prend deux formes également assourdissantes : celle des bavardages incessants et celle du grand silence apeuré ? Nous ne pourrons les affronter que par une conjuration de patience, de travail, d'amitié, d'invention, de courage - bref une conjuration d'intelligences qui trouve sa forme dans l'ordre des livres dont je veux défendre la cause. Lire, c'est s'exercer à la gratitude. (p. 28)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
deuxquatredeuxdeuxquatredeux   04 février 2017
Il y a un mois, je suis retourné place de la République. Comme tant d’autres, avec tant d’autres, incrédules et tristes. Le soleil de novembre jetait une clarté presque insolente, scandaleuse dans sa souveraine indifférence à la peine des hommes. Depuis janvier 2015, comme une houle battant la falaise, le temps passait sur le socle de pierres blanches qui fait un piédestal à la statue de Marianne.
Le temps passait, les nuits et les jours, la pluie, le vent, qui délavait les dessins d’enfants, éparpillait les objets, effaçait les slogans, estompant leur colère. Et l’on se disait : c’est cela, un monument, qui brandit haut dans le ciel une mémoire active, vivante, fragile ; ce n’est que cela, une ville, cette manière de rendre le passé habitable et de conjoindre sous nos pas ses fragments épars ; c’est tout cela l’histoire, pourvu qu’elle sache accueillir du même front les lenteurs apaisantes de la durée et la brusquerie des événements.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
AlzieAlzie   13 octobre 2016
Il y a toujours un pléonasme un peu comique à parler du déclin de l'occident puisque son nom ne recouvre rien d'autre que les "pays de la nuit qui vient". (p. 62)
Commenter  J’apprécie          80
AlzieAlzie   13 octobre 2016
Qui ne voit aujourd'hui combien sont sinistres les idéologies de la séparation ? Qui ne saisit désormais les effets désastreux d'une vision religieuse du monde où chacun est assigné à une identité définie par essence ? (p. 39)
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Patrick Boucheron (55) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Patrick Boucheron
JOURNÉE ITALISSIMO : « DANTE, LE LIEU OÙ NOUS… »
Par Patrick Boucheron & Mélanie Traversier Italissimo ce sera début juillet et – toute l'équipe du festival croise les doigts – en présence du fidèle public de la manifestation. Dans cette attente, le festival adresse un signe à ses spectateurs : une journée de rencontres et de lectures construites autour Dante et Goliarda Sapienza, deux piliers de la culture italienne, que réunit un pont de cinq siècles.

De Dante Alighieri, le « père de la langue italienne », cette année marque le 700e anniversaire de la mort. Sa Divine Comédie, chef d'oeuvre parmi les chefs d'oeuvre, célèbre en trois chants, de l'Enfer au Paradis, en passant par le Purgatoire, la représentation du monde catholique au Moyen-Âge. le texte est devenu une référence incontournable de la culture occidentale, son influence est incommensurable.
Au dernier chant du Paradis, Dante s'écrie : « veder voleva come si convenne/l'imago al cerchio e come vi s'indova », « Je voulais voir comment se joint/l'image au cercle et comment elle s'y… » Elle s'y quoi ? Elle s'y noue ? Que désigne indovarsi, néologisme désignant l'élan, l'élan de se mettre dans le lieu où… ? Et ce lieu, y sommes-nous encore ? Comment traduire ce vers ? Dante guide son lecteur dans le périple de l'invention poétique. La comédienne Mélanie Traversier, et l'historien Patrick Boucheron proposent de prêter l'oreille à cette politique d'un parler commun, pour que la langue souveraine et maternelle renaisse sous nos pas.

Avec le soutien de l'Ambassade d'Italie en France et du Consulat italien.
+ Lire la suite
autres livres classés : collège de franceVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2335 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre