AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Frédéric Boyer (Traducteur)Jean-Pierre Prévost (Traducteur)Marc Sevin (Traducteur)
ISBN : 2227358009
Éditeur : Bayard (29/08/2001)

Note moyenne : 4.21/5 (sur 19 notes)
Résumé :
Le lecteur, croyant ou non, disposait jusqu'à présent de nombreuses traductions de la Bible émanées d'univers religieux et répondant à des objectifs divers : Bible à destination de fidèles catholiques (dites de Maredsous, de Jérusalem, d'Osty), Bible protestante, bible résultant de la lecture de croyant non-catholique, telle cellede l'écrivain juif André Chouraqui, Bible oecuménique (la célèbre TOB) associant toutes les confessions chrétiennes.À cette impressionnant... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
ChristianAttard
  15 mars 2018
Il se trouve que je connais l'un des exégètes qui a participé à cette nouvelle traduction de la Bible. L'idée des éditeurs était intéressante : confronter des hommes de lettres à une nouvelle traduction.
Mais lorsque l'on lit :
Premiers
Dieu crée ciel et terre
terre vide solitude ...
Soir et matin
Un jour
On se demande si ce n'est pas un gamin qui a composé le texte. Volonté d'épuration certes !
Dieu dit à Noé
Fin de toute chair
avec eux la violence est partout
avec la terre je vais les ruiner
Fais-toi une boîte
Une boîte ??? L'arche de Noé est devenu une boîte !!
Risible, ridicule et tout est ainsi à l'avenant. Toute la beauté et la poésie du texte rendues par les plus grands traducteurs avec talent s'est évanouie.
Style télégraphique ! Bible SMS entre Dieu et les hommes !!
Alors, on laisse très vite tomber ce colosse ratage pour ne ressortir cette nouvelle traduction que pour la qualité de ses notes en complément d'une bonne vieille traduction de Louis Segond !
Commenter  J’apprécie          60
ensial
  01 août 2015
Je n'ai pas aimé cette nouvelle traduction. Elle s'appuie sur des auteurs contemporains qui font une réécriture moderne sous le contrôle de bibliste. On s'éloigne parfois trop des canons habituels, et je trouve très inutilement.
Commenter  J’apprécie          90
Piling
  25 juillet 2010
"– Tu te débarrasserais de tous, innocents ou coupables ? Il y a peut-être cinquante innocents dans cette ville, et tu te débarrasserais de tout le monde, sans pardonner à cette ville pour les cinquante innocents qu'elle abrite ?
Pas toi, pas ça : faire mourir l'innocent avec le coupable.
Confondre l'innocent et le coupable : pas toi, pas ça.
Le juge du monde entier ne serait pas équitable ?
Yhwh dit :
– Si je trouve cinquante innocents dans Sodome, je pardonnerai pour eux à toute la ville.
Abraham répond :
– Tu vois, malgré tout, j'ose insister, te parler.
Moi poussière et cendre.
Sur les cinquante innocents, il en manquera peut-être cinq. Et pour cinq tu détruirais toute la ville ?
Réponse :
– Je ne la détruirais pas si j'en trouve quarante-cinq.
Il poursuit.
– Il n'y en aura peut-être que quarante ?
Réponse :
– Je ne ferai rien s'il y en a quarante.
– Allons, ne te fâche pas, dit-il, si j'ose encore insister : on n'en trouvera peut-être que trente.
Réponse :
– Je ne ferai rien si j'en trouve trente.
– J'ose encore insister, te parler. On n'en trouvera peut-être que vingt !
Réponse :
– Je ne détruirai pas la ville pour les vingt.
– Allons, ne te fâche pas ! Une dernière fois j'insiste auprès de toi. On n'en trouvera peut-être pas plus de dix !
Réponse :
– Je ne détruirai rien pour les dix."
C'est une des plus jolies paroles de la Genèse je trouve, quand Abraham dit deux fois " "pas toi, pas ça". C'est de la confiance, l'homme dit au Créateur, allons, tu me fais marcher, de toi je ne peux le croire, tu vaux mieux que ça, j'ai confiance (…)

Lien : http://vitanova.blogspot.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Piling
  14 novembre 2010
Ce que j'aime dans l'Ancien testament ce sont ses dialogues saisissants, directs, avec Yhwh. Après le Nouveau Testament, ce n'est plus pareil. le Christ s'interpose toujours entre l'homme et Yhwh. S'il y a controverse, c'est avec lui, le dieu incarné dans une figure humaine, et c'est lui l'intercesseur et le juge à la fois et ce n'est donc plus la même chose. Il n'y a plus, dans le christianisme, ce vertige de la parole directe entre notre humanité et l'inimaginable, comme cela peut être encore en islam, par exemple avec Niffari.
Mais avant cela, avant la "nouvelle Alliance", depuis la Genèse, depuis Adam, Yhwh parle, discute, argumente, gronde, colère, avec Abraham, Job, Jonas, etc. La passe d'armes verbales que je préfère, je crois, c'est celle résumée dans Malachie : "Tu es trop dur, rien ne va comme il faut"et "Revenez-moi et je vous pardonnerai"; mais ici, Yhwh ne menace guère, pas comme dans Isaïe ou Jérémie, ou Job, d'emblée, il y a cette déclaration suivie de la réplique de celui qui ne s'en laisse pas compter, cela pourrait être aussi la coquetterie humaine, celle de l'aimé(e) qui veut s'assurer du coeur de l'amant : "Paroles, paroles, tout ça…", mais au fur et à mesure du dialogue, on voit que l'homme fait plutôt penser à un enfant boudeur, maussade d'être puni et décidé à être encore plus "méchant", pour lui apprendre, à l'Autre…
(…)
Lien : http://sohrawardi.blogspot.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
LaurentTreves
  13 janvier 2015
Pour les commentaires et pour picorer
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
PilingPiling   06 septembre 2009
tous ces sacrifices pour moi
à quoi bon ? dit Yhwh, ils m'écœurent
ces holocaustes de béliers
ce graillon de veau gras
ce sang de taureaux et d'agneaux et de boucs
je n'y prends pas plaisir –
quand vous paraissez devant moi
qui demande à vos mains de fouler mon enceinte ?
n'en jetez plus, de ces offrandes creuses
j'ai horreur de l'encens –
et la nouvelle lune
et le shabbat
et le rappel qu'on bat :
culte contraint et criminel
je n'en peux plus
et vos nouvelles lunes
et vos jours fériés
je les abhorre
ils m'épuisent, je les ai assez supportés –
tendez les paumes de vos mains
je détourne les yeux
moulinez vos prières
je n'y suis plus, je n'écoute plus
vos mains trempées de sang –
allez donc vous laver
allez vous nettoyer
détachez le mal de vos actes
que je ne le voie plus
mettez fin aux méfaits
apprenez le bien
recherchez le droit
corrigez la brute
défendez la veuve
les droits de l'orphelin

Très bien, expliquons-nous, dit Yhwh :
vos erreurs écarlates
blanchiront comme neige
comme laine blanchiront les plus rouges
si vous vous décidez
et si vous m'avez écouté
vous mordrez dans les biens de la terre
si vous vous arc-boutez
si vous m'avez résisté
c'est l'épée qui vous mordra
– oui la bouche de Yhwh a parlé

Comment a-t-elle fini putain
la ville indéfectible où le droit fleurissait ?
la justice va loger à l'enseigne des assassins –
ton argent n'est plus que raclure
ton vin est coupé d'eau
tes meneurs ? des crapules
une bande de voleurs
ils ne crachent pas sur les pots-de-vin
ils profitent des faveurs
ils déboutent l'orphelin
et la cause de la veuve
n'arrive pas jusqu'à eux

Isaïe, 1, 11-24.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
PilingPiling   07 septembre 2009
Comme elles prennent de grands airs, les filles de Sion
comme elles déambulent en haussant le menton
elles font les yeux doux
vont d'un pas chaloupé
trottinant font tinter les grelots de leurs pieds –
mais le Maître va couvrir de croûtes
le crâne des filles de Sion
Yhwh va exhiber leur sexe.

Ce jour-là, Yhwh les dépouillera de leurs charmes : de leurs grelots, bandeaux, anneaux, de leurs breloques et pendeloques, de leurs voilettes, de leurs agrafes, bracelets d'orfèvres, ceintures d'étoffe, flacons d'essence, fétiches de chance, de leurs bagues et boucles de nez, de leurs mantes, de leurs capelines, leurs houppelandes, leurs sacs à main, de leurs miroirs et leurs mantilles, de leurs tiares et leurs mantelets. Sous le parfum, la pourriture, sous le casaquin le carcan, sous le chignon le crâne chauve, sous le corsage le sac de chanvre. Oui, sous la beauté la brûlure.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
PilingPiling   26 août 2009
...Oh ta merveilleuse compréhension de moi
Hauteur
que je n'atteindrai jamais

Où aller loin de ton souffle ?

Où partir
loin de ta face ?

Si je monte au ciel tu es là

Si je m'étends chez les morts
tu es déjà là

Je prends les ailes de l'aurore
Je me pose à l'extrémité des mers

Même là c'est ta main qui m'emmène

Ta poigne
me tient

Si je dis oh les ombres m'emportent

Même la nuit
c'est la lumière autour de moi

Pour toi les ombres n'ont pas d'ombres

La nuit éclaire comme le jour

Comme l'ombre
comme la lumière

C'est toi qui as fabriqué mes reins

Tu m'as tissé
au cœur de ma mère

Merci je suis merveilleux
et de manière très étonnante...

Psaume 139 (138) 6-14. trad. O. Cadiot, M. Sevin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
DLNDLN   01 avril 2018
Qu'est-ce que la vérité ? dit Pilate.

Evangile de Jean, 18 (38)
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Frédéric Boyer (36) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Frédéric Boyer
lecture musicale des Yeux noirs, POL, de Frédéric Boyer accompagné par le saxophoniste Leandro Guffanti à l'Auditorium du conservatoire de Manosque à l'occasion des Correspondances de Manosque. Réalisation : Ludovic Fortin/TIMEDIA pour les Correspondances de Manosque
>Bible>Géographie, Histoire, Chronologie, Personnes des pays et des zépoques>Versions et traductions modernes (36)
autres livres classés : araméenVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Jésus qui est-il ?

Jésus était-il Juif ?

Oui
Non
il était Zen
Catholique

10 questions
1122 lecteurs ont répondu
Thèmes : christianisme , religion , bibleCréer un quiz sur ce livre