AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 978B076NX2JHX
373 pages
Éditeur : (22/11/2017)

Note moyenne : 4.44/5 (sur 35 notes)
Résumé :
Alejandro n’a eu d’autre choix que de suivre ses parents qui ont décidé de quitter l’Espagne pour s’installer en France. Taciturne et introverti, il a peur de ne pas réussir à trouver sa place dans ce nouvel environnement et s’inquiète que ses différences l’empêchent de se faire des amis.

Mais ses craintes se meurent lorsqu’il rencontre son voisin, Hugo. Jovial et chaleureux, ce dernier aime l’accent hispanique du garçon d’en face, tout autant que son... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (32) Voir plus Ajouter une critique
Chrichrilecture
  28 mars 2019
Assez originale
Une histoire assez originale qui est très longue a se mettre en place et qui est un peu niées au début surtout la patie adolescent. Dommage que l'on passe 9 ans de la vie du couple sans rien ou presque rien savoir. J'ai bien aimé la fin même si elle est un peu triste et manque un peu de cohérence cependant je n'ai pas aimé la façon d'agir d'Alejendro qui a trahi la grand-mère d'Hugo
Commenter  J’apprécie          370
coquinnette1974
  11 avril 2018
Je remercie chaleureusement Erika Boyer pour l'envoi de son magnifique roman : Sous le même ciel.
En commençant ce roman, je ne m'attendait vraiment pas à ça !
Alejandro est un adolescent qui doit suivre ses parents. Au revoir L'Espagne, bonjour La France, et plus précisément Arcachon. le jeune garçon est taciturne, introverti, il a du mal à se faire des amis et n'est pas ravi de ce changement de vie. Il sait qu'il est différent des autres, et craint (à raison) le comportement des autres, au collège.
Heureusement, à son arrivée, il croise son voisin : Hugo. Ils ont le même age, et vont de suite devenir amis.
Une amitié que Alejandro aimerait voir évoluer car il est amoureux de son meilleur ami...
Sous le même ciel est un roman absolument magnifique, que j'ai adoré de la première à la dernière page.
Les deux garçons sont très attachants. Hugo est de premier abord hétérosexuel, il sort avec Isabelle. Mais Cupidon égare parfois sa flèche ;)
Cette histoire d'amour est magnifique et j'ai aimé quand Hugo explique qu'il ne se considère pas homosexuel, il aime les femmes mais il aime aussi Alejandro, tout simplement ! Et il n'est pas sur qu'il aimerait un autre homme que lui...
Surtout, ne vous arrêtez pas au fait que cette romance soit homosexuelle car c'est avant tout une très jolie histoire d'amour. Cela pourrait être entre un homme et une femme, deux femmes, mais non c'est tombé sur eux, deux hommes.
C'est écrit très joliment, il y a beaucoup de pudeur, de bons sentiments. J'ai adoré partager un moment de leur vie.
Cette histoire est belle, et triste car tout n'est pas rose dans la vie, comme nos deux jeunes gens vont s'en rendre malheureusement compte.
Je pleure moins actuellement, il est rare que j'ai les larmes qui coulent en lisant un roman, mais là si !
Ce livre est beau, triste, mais malgré tout positif.
J'avais deviné un des éléments de l'histoire, en lisant attentivement j'avais compris un truc. Car l'auteure distille de petits indices. Mais cela ne m'a pas dérangé d'avoir eu raison car ça ne gâche rien.
J'ai adoré ma lecture, j'ai passé un joli moment avec les personnages, et j'ai du mal à lire autre chose car je suis encore avec eux, alors que j'ai refermé ce roman hier soir !
Premier roman que je lis de cette romancière, mais j'espère bien avoir le plaisir d'en lire d'autres.
Un gros coup de cœur donc, et un immense cinq étoiles. Je pourrais, je mettrais plus :)
A lire pour les amateurs de joli roman d'amour :)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Sourisetdeslivres
  14 décembre 2017
Alejandro, 11 ans, déménage à contrecoeur à Arcachon, dans le quartier Ville d'hiver (n'étant pas française j'ai été voir sur Google qu'est-ce que c'est beau !!) il n'a aucune envie de quitter son Espagne natale. Lors de leur emménagement, la dame âgée d'en face vient leur souhaiter la bienvenue en compagnie de son petit-fils Hugo.
Hugo arrive rapidement à dérider l'introverti Alejandro grâce à un tour de magie.
Peu à peu, ces deux-là deviennent inséparables.
Ils passent souvent leur temps à observer le ciel en silence.
Tu vas suivre Hugo et Alejandro à partir de cet âge-là jusqu'à ce qu'ils soient adultes.
Tu vas faire la connaissance de Benito, le petit frère d'Alejandro, de Simon et Greenie, les meilleurs amis de Hugo, de Melody, leur amie, Clara la mère de Melody, plus tard de Laurent, des parents des garçons à l'origine du dérangement Federico et Maria ; de Camilla la grand-mère de Hugo. Certains protagonistes, tu les rencontreras beaucoup, d'autres seront là en pointillé, mais tous ont leur importance.
J'aurais bien envie de ne pas le dévoiler pour te laisser le plaisir de la découverte, mais, sache que c'est une romance M/M, mais que l'auteure évite, à mon sens, tous les pièges et clichés du genre pour nous livrer une magnifique et poignante histoire d'amour entre deux âmes soeurs.
J'ai grandement apprécié que l'histoire se dévoile peu à peu, Erika Boyer utilise un procédé très intéressant ; sous forme d'écrit d'Alejandro, que l'on lit en italique, (qui a bien plus facile de s'exprimer sur papier qu'à l'oral) tu vas voir en lisant, année après année, la relation des personnages principaux, évoluer.
Tu devras faire preuve de patience avant que la romance commence, mais crois-moi quand elle commence, c'en est fini de ton coeur.
Les larmes coulent, le coeur se serre et toi, tu ne veux qu'une chose : connaître le dénouement.
Mon personnage préféré du roman est sans aucun doute Alejandro, ce garçon timide qui ne se sent pas normal ; qui a difficile à s'intégrer ; qui subit des brimades de la part de ses camarades au collège, car oui c'est toujours plus facile de s'attaquer aux personnes « faibles » il a de suite pénétré mon âme de lectrice, il est entré dans mon coeur pour y rester.
J'ai aimé chacune de ses failles, j'aurais tant voulu pouvoir le serrer dans mes bras à certains passages du livre.
Hugo est lui aussi très attachant, il est le contraire de Alejandro, populaire, joueur reconnu de football, blagueur, à l'aise partout où il va. Il fait partie des personnes populaires du collège et du lycée, plus d'une fois il aidera son ami.
Si j'ai eu un doute dès le départ sur l'orientation sexuelle de Alejandro pour Hugo, il n'en a pas été de même. L'auteure a réussi à me faire douter.
Leur histoire à tous les deux est absolument magnifique en tout point.
Les doutes d'Alejandro, la souffrance et la peur de perdre son meilleur ami m'ont fortement touchée. Deux êtres qui n'ont pas besoin de paroles pour se comprendre.
Au début du livre, tu lis cette profonde amitié qui lie les deux garçons, si Alejandro se sent mal dans sa peau, Hugo souffre aussi, mais ne le montre pas.
Ils se comprennent tous les deux.
Peu à peu, tu commences à lire les doutes sur les sentiments émergeants d'abord d'Alejandro puis d'Hugo enfin l'auteure s'attarde sur leur vie, d'abord leurs études supérieures puis leurs vies d'adultes.
J'ai tellement aimé lire leurs sentiments, j'ai tellement ressenti l'émotion de Alejandro surtout, mais aussi d'Hugo, tellement romantique. C'est beau, c'est poignant et bouleversant.
J'omets volontairement de te cacher une partie du roman que tu devras découvrir seul (e), une partie qui m'a secouée, qui a le mérite d'avoir été exploitée et surtout de cette façon, si belle et tragique à la fois. Je ne m'y attendais pas même si j'ai eu quelques doutes, lire cette dernière partie a été un ascenseur émotionnel.
J'ai compris les choix de l'auteure et les respecte, je n'aurais pas envisagé cela autrement même si cela m'a déchiré le coeur.
Elle fait de Alejandro un personnage inoubliable, tendre, simple, amoureux des mots et des livres, toujours là pour ses proches. Un être plein d'empathie qui sait ce que c'est qu'aimer.
Ce personnage, à mon sens, porte le roman même si tous les personnages secondaires m'ont tous plu. Que cela soit le petit frère Benito, les amis comme Greenie, le petit chien Sky ou la famille.
Erika Boyer construit une romance M/M sublime, elle transmet un message de tolérance et de respect. Les scènes qu'il y a entre les deux personnages sont belles à lire.
N'aie pas peur, il y en a, mais elle évite encore une fois le piège de tomber dans l'excès. Tout dans son roman est savamment dosé. Les relations, les révélations comme les retournements de situations qui arrivent au bon moment.
Que te dire de la plume de l'auteure ? Elle est sublime, j'ai mis de nombreux post-its pour noter à la fin de ma lecture toutes les citations qui m'ont fait vibrer, pleurer, serrer le coeur et aussi sourire.
Elle a un talent exceptionnel pour mettre des mots sur des émotions pas toujours évidentes. Une plume qui même si je t'ai dit plus haut que je l'avais aimé comme certaines auteures américaines elle a son propre style.
Je dirais épuré, en peu de mots elle va te faire sentir une montagne d'émotion.
C'est une lecture entraînante ; tu n'as envie que d'une chose tourner et tourner les pages pour connaître le dénouement. Je n'aurais pas su m'arrêter de le lire, il me fallait le terminer.
L'alchimie qu'elle crée entre ses deux héros est magique. Puissante, poignante, réelle, vibrante.
Malgré les thèmes abordés qui sont durs, mais non, je ne te dirai rien ; elle arrive à écrire tout en légèreté, ça ne te tombe pas comme un pavé dans le ventre.
Épure et poétique.
C'est ce que je retiens le plus du livre l'écriture et Alejandro, oui je vais te saouler avec lui.
Hugo n'est pas en reste, crois-moi, ce garçon te fera battre lui aussi le coeur, il te fera verser énormément de larmes, mais je me suis sentie plus proche du caractère de Alejandro.
J'ai aimé lire l'acceptation de la famille, des amis qui les entourent.
J'ai aimé tous les autres thèmes abordés dans ce roman je ne peux pas te les dire, mais ils sont traités intelligemment et avec beaucoup de justesse et de pudeur.
Erika te narre son histoire, aborde des thèmes sensibles, mais reste toujours dans le juste. On n'a pas le trop-plein. Il me tarde de parler de ces thèmes pertinents et importants en littérature avec d'autres lecteurs. Si toi tu le lis, mon cher lecteur vient voir souris
J'aime voir que les auteurs et auteures osent écrire des romans LGTB, que le mot d'ordre est le respect et la tolérance, que l'on évite tous les clichés.
Que l'amour entre deux hommes, dans ce cas, est le même que l'amour entre un homme et une femme.
Pour moi ça tombe sous le sens, mais je vois encore tellement de méchancetés et de clichés circuler sur les réseaux qu'il est important, je crois, qu'il existe des romans comme celui-ci
Deux héros ordinaires qui vont s'aimer d'une façon extraordinaire.
Une puissance de sentiments exceptionnels et beaux. Douce et sans fioriture.
Des moments légers, d'autres plus durs, des moments attendrissants et d'autres plus chaud, c'est tout simplement une histoire d'amour. L'amour avec un grand A celui qu'on ne rencontre qu'une fois dans sa vie.
Leurs coeurs, leurs corps et leurs âmes sont réunis pour nous offrir un sublime moment de lecture.

Lien : http://luciebook.blogspot.be..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Loryane
  02 avril 2018
Avant tout, je suis reconnaissante envers Erika Boyer de m'avoir permise de lire ce roman, de tout mon coeur. Au début, j'ai vibré avec « Sous le même ciel », une belle histoire d'amitié où l'amour se forme. Et puis, la joie des premiers émois, de la vie ; pendant une bonne partie de l'oeuvre. Sauf, que le bonheur avec un grand « B » n'existe pas et l'auteur le fait exceptionnellement bien comprendre. Je ne vais pas révéler le thème du livre, le vrai sujet ; tout simplement pour que vous ressentiez le même choc, les mêmes bouleversements que moi. Prenez des mouchoirs, je n'ai pas seulement pleuré avec ce bijou ; j'ai craqué, comme un raz-de-marée. Pour le coup, j'aime et je déteste ce livre. Tellement beau, vivant, palpitant d'amour, donnant de l'espoir ; jusqu'au moment où le drame se passe, jusqu'à la révélation qui m'a détruite le coeur. C'est difficile d'expliquer à quel point un récit peut vous toucher, vous émouvoir ; tout le monde ne ressent pas la même chose pour la même oeuvre. Moi, Erika m'a tout bonnement anéanti de l'intérieur, mais ce n'est pas négatif, bien au contraire. C'est ça que je veux dans un roman, toutes ces émotions, tout ce bonheur, toute cette tristesse – en même temps, dans un équilibre, où les sentiments deviennent précaires.
Alejandro quitte l'Espagne pour la France, toujours enfant ; à la limite de l'adolescence, il doit suivre ses parents. Pour lui, ce n'est pas une bonne nouvelle, timide et mal dans sa peau ; avec une profonde souffrance sur le fait de savoir s'intégrer. En effet, ce jeune garçon est plutôt calme, ne faisant pas de sport et possède un style efféminé. C'est sûr, avec les mentalités d'aujourd'hui ; on se fait vite maltraiter. Que ce soit au primaire, collège et lycée. Les autres ont peur de la différence. Et, il rencontre son voisin ; du même âge. À partir de là, il devient son meilleur ami, son centre, son axe. Avec lui, Alejandro est lui-même, du moins en grande partie. Puisqu'il en tombe amoureux, peut-être dès leur première rencontre. C'est un amour pure et simple au début, jusqu'au moment où la puberté apparaît et que le désir se fait ressentir. Il n'ose pas dire à son meilleur ami qu'il aime un garçon et qu'en plus c'est « LUI ». Il se révèle pendant un jeu de confidence, avec une panique certaine ; on sent son coeur battre à mille à l'heure, sa respiration coupé. Un jeune homme charmant, pour lequel je me suis attachée sincèrement. Un vrai coup de coeur, je me suis légèrement retrouvé dans son histoire personnelle.
Hugo est le garçon populaire, connu de tout le monde dans la ville d'Hiver. C'est un garçon adorable, confiant sans trop l'être. Pourtant, il n'est pas toujours lui-même ; sauf avec Alejandro. Ses besoins de solitudes, à admirer le ciel m'ont touché. C'est un personnage pour lequel je me suis pris d'affection au fil de ma lecture. de plus, ses erreurs le rendent entièrement humain, c'est cette réalité sur lui qui est belle. Sa douceur, sa compréhension, son ambition ; chaque qualité le met indubitablement en valeur ; tout comme ses petits défauts dont la peur, une certaine fuite et une difficulté à s'exprimer sur le plan émotionnel. C'est un grand homme, un héros moderne et pourtant saisissant. Il n'est aucunement idéalisé par Alejandro, il est juste ce qu'il est, avec ses particularité et ses imperfections. Tous l'admirent et l'aiment.
Benito, est le frère d'Alex. J'ai beaucoup aimé ce protagoniste secondaire, sage dans sa tête et d'une bienveillance émouvante. Un petit frère soutenant et protégeant son aîné, c'est tellement beau l'amour fraternel. Entre eux, il n'y a pas de jalousie, juste de la fierté. Melody, est la meilleure amie d'Hugo. Difficile de ne pas apprécier cette héroïne ; elle est forte et drôle. Malgré tout, on n'en sait peu sur elle, toutefois ça ne m'empêche pas de faire une brève parenthèse sur sa personnalité. Différente et plutôt proche des garçons, sans pour autant être dans la séduction avec eux, puisqu'elle est de préférence intéressée par les filles. Greenie est un géant, un homme sûr de lui et de ses armes pour mettre les femmes dans son lit. En dehors de ça, c'est quelqu'un de très gentil, plaisant. Quand il est là, dans l'histoire ; il rajoute une note légère. Pour Laurent, c'est différent ; je me suis attachée à lui. Vraiment. Ses sentiments m'ont plu et fait mal. Je ne saurai expliquer cette émotion que j'ai ressentie avec lui. Simple, naturel et son récit sur le fait qu'il n'est jamais tombé amoureux est étrange, tout en étant poignant.
Le récit se découpe en 3 parties, au début le déménagement et les rencontres, avec la construction de l'amitié entre Alejandro et Hugo. Ensuite, un intermédiaire se ressent, comme une pause dans l'histoire. Cette parenthèse donne de la joie puisque la relation entre nos deux héros est enfin réelle et très heureuse. Et puis, le dernier épisode ; le dénouement. Dans celui-ci, c'est intense, nous sommes emmenés à pleurer avec les personnages. Pour moi, c'est une synopsis originale mais surtout authentique. Une grande sincérité et un beau sujet sont abordés dans cette oeuvre. Avec une romance pleine de pureté, d'une beauté sans nom. C'est un livre sur l'espoir, sur les doutes, sur la différence, sur le bonheur, sur l'existence. En effet, « Sous le même ciel » est un tout, un univers de sentiments.
Erika Boyer est impressionnante avec ce roman, c'est son meilleur évidemment ! Celui qui pour moi est le mieux abouti, que ce soit dans la construction de nos héros et de leur développement à chacun, ainsi que l'évolution de leur vie. Tout en ayant une richesse inouï dans les émotions. Sa plume est magnifique, mise en valeur avec l'histoire en elle-même. Une écriture fluide, avec des « lettres » avant chaque début de chapitre ; donnant un vrai plus. Elle ne favorise aucunement les thèmes simples à aborder, elle cherche sans cesse plus haut et plus fort que précédemment.
En quittant Alejandro et Hugo, j'ai eu mal au coeur. Je me suis réellement prise d'affection pour eux et pour leur amour. Un récit tout simplement sublime, avec des bouleversements inattendus où les larmes ne peuvent s'empêcher de couler. Je ne pensais pas pleurer autant avec ce livre, j'en suis encore toute retournée de cette lecture. Un coup de coeur, les sentiments sont comme un boomerang, ils nous reviennent en pleine face. Déjà, le début est captivant ; le côté amitié contre amour. Et la suite n'est peut-être pas à la hauteur du commencement et du dénouement, toutefois on l'aime quand même. Ce milieu, cette seconde partie est le répit, le petit soleil avant l'orage. « Sous le même ciel » possède cette harmonie parfaite, le dosage idéal entre légèreté et gravité, beauté contre horreur. le mélange extraordinaire, une histoire d'amour exceptionnelle et émouvante, une plume où la poésie rencontre la magie et des péripéties surprenantes.
Lien : https://lesfaceslitteraires...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
LireEnBulles
  14 mars 2020
Ce récit est l'histoire de deux êtres qui ne vont cesser d'être lié l'un à l'autre par le destin, drôle de manège parfois, mais si bienveillant à notre égard. Si d'habitude je n'ai que des mots d'éloges pour parler de la capacité d'Erika à écrire des histoires belles, puissantes, et bouleversantes, je dois avouer que Sous le même ciel m'a surprise d'une manière que je ne pensais pas être possible. Il est fascinant de voir à quel point l'écriture d'Erika a évolué. Lire son premier roman, le suivant puis passer au dernier avant de revenir un peu en arrière avec Sous le même ciel. C'est étrange car ici elle rassemble toutes les plumes qu'elle possède et qui définissent son talent pour en faire naître une autre. Plus forte, plus émouvante, plus étincelante. Comment décrire cela en une image concrète qui puisse vous parler ? Prenez un ciel de nuit sans étoiles, sans nuages, et uniquement coloré d'un noir sombre angoissant et intriguant. Maintenant imaginez une luciole faire son chemin là où la brise la porte. Elle semble errer sans but, et pourtant elle en possède un. de sa douce lumière, faible mais précise, elle laisse son empreinte tout autour de nous. C'est votre point de repère. Ça ne veut rien dire pour vous ? Pour moi si. Ce que j'essaye de dire c'est tout simplement que décrire le style d'Erika dépend de votre coeur et de vos émotions. Chacun de vous y verra une autre image, un autre tableau. Erika est l'architecte d'un monde qui n'est ni tout blanc ni tout noir, elle y mettra toujours des couleurs, des nuances, de la brillance, de la vie et de la douleur. Peu importe l'histoire qu'elle raconte, elle possède une manière unique de dire les choses, de conter ce qu'elle veut, ses messages, ses émotions et aussi des bribes d'elle-même. Nul doute que Hugo et Alejandro sont des personnages inspirés de gens qui l'entourent, mais aussi beaucoup d'elle. Je n'ai pas la prétention de la connaître, j'en suis très loin, mais je suis persuadée que chacun des traits de ses deux jeunes hommes forment une seule et même entité. Des morceaux d'elle-même aussi bien celle du passé que celle du présent. Peut-être.
Le lien entre ces deux garçons est magnifique, poignant, bouleversant. J'ai beaucoup vécu avec eux, j'ai compris énormément de choses, et partagés avec eux de manière inconsciente. Cheveux longs pour Alejandro, rires et espiègleries pour Hugo, rêveur le regard perdu dans le ciel pour l'un, et insouciance pour l'autre. Deux faces d'une seule et même pièce ? Il y a des liens qui, parfois, ne peuvent s'expliquer. Celui qui unit ces deux garçons en est un exemple. de l'enfance, à l'adolescence et jusqu'à l'âge adulte nous les suivons à des moments importants de la vie. L'aisance dans l'écriture de l'auteure permet de ne pas nous perdre dans le temps. Les transitions sont bien amenées, alors pas de craintes pour ceux qui ne sauraient pas très à l'aise avec les sauts dans le temps. Comme depuis son premier roman, Pardon, Erika aborde de nombreux thèmes. de la question identitaire, de l'importance d'être soi et de se trouver alors que l'on se sent comme un Calimero parmi les autres, etc. Chaque point est traité avec beaucoup de réalisme, de sensibilité et de passion. C'est bien simple, le jour où la passion ne se décèle plus dans l'un des écrits d'Erika c'est qu'elle aura perdu cette étincelle en elle, qu'elle n'existera plus.
Je n'ai pas la prétention ni l'intelligence de savoir déchiffrer la poésie mais je l'apprécie énormément. Elle me parle d'une manière différente de la vôtre, par exemple. Mais avec Erika c'est complexe, et ça me fait aussi bien sourciller que sourire. Elle a su être à l'écoute de ce qu'elle voulait transmettre, encore et toujours sans artifices même si elle saura être discrète dans sa vie personnelle. À la lecture les émotions qui jaillissent des mots se glissent sous notre peau, on trésaille, on se laisse emporter et bercer, même si on sait que l'on risque de se retrouver en morceaux à la fin. On ne bronche pas et ne proteste pas. On vit simplement avec Hugo, Alejandro, mais aussi avec le frère de ce dernier, Benito, ou encore Melody. Personnages secondaires ? Erika, elle ne connaît pas ça. Chacun est traité avec tendresse et sérieux. Ainsi pas de jaloux. le ciel tient une place particulière dans ce récit, mais aussi dans la vie d'Erika. Chacun a son propre ressenti concernant cette immensité qui semble ne pas avoir de point de chute. Enfin, si pour vous il ne veut rien dire, c'est triste. Vraiment, prenez le temps de le regarder un peu plus.
Encore une fois, je ne le répéterai pas assez, jamais. Erika Boyer est une maîtresse de cérémonie qui crée avec ses émotions et son imaginaire des récits qui sembleront, au premier regard, comme les autres, mais qui quand on se lance dans leur lecture, deviendront à jamais singulier. Un peu comme à l'image de Mickey dans le film Fantasia. Elle manie les mots, elle les modèles à son image parfaitement imparfaits mais tellement flamboyants.
En conclusion, Sous le même ciel est sans aucune doute mon roman préféré d'Erika à ce jour. Un coup de coeur, encore oui, mais que voulez-vous ? le coeur à sa raison que la raison ignore. Personnages incroyablement touchants, sincères et que l'on a envie de protéger et d'encourager. On les aime, on les laisses nous emmener loin avec eux mais aussi en nous-même. Alors, oui, des mots d'éloges j'en aurais toujours, mais ils ne seront jamais les mêmes. Si pour le monde de la joaillerie et des pierres précieuses, le diamant rouge est le plus rare et le plus inestimable, alors Erika Boyer est certainement celui de la littérature contemporaine.
Lien : https://lireenbulles.wordpre..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
ChrichrilectureChrichrilecture   28 mars 2019
Les deux femmes étaient trop sensibles et si la première pouvait expliquer son émotion par le fait de voir son plus grand fils se marier, la seconde n’avait que son fort attachement pour les mariés afin de justifier les deux ruisseaux sur ses joues. A eux tous, ils formaient une famille recomposée ou les liens du cœur se mêlaient à ceux du sang et ou la seule attache qui avait de l’importance était celle de leur amour mutuel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
ChrichrilectureChrichrilecture   19 mars 2019
Bien sûr, je suis différent, mais ne le sommes-nous pas tous d’une façon ou d’une autre ? N’est-il pas dommage que les gens accordent tant d’importance négative à ce qui nous sépare, alors qu’il serait bien plus simple de noter ce qui nous rassemble ?
Commenter  J’apprécie          190
BiblioFoxyBiblioFoxy   11 novembre 2017
Ce n'est pas forcément ce que les gens sont initialement, leurs qualités ou leurs capacités de base, ce qui importe dans une relation, c'est ce que l'autre fait de nous, ce que l'on devient à son contact.
Commenter  J’apprécie          40
plumkreole973plumkreole973   17 novembre 2017
Le plus fou c'est que je crois l'avoir aimé dès le début, bien avant que mon corps s'épanouisse et se mette à le vouloir, peut-être quand il m'a chanté sa chanson étrange mais touchante, ou bien quand il m'a offert la lune. À moins que la simple vue de ses yeux verts m'ait suffi.
Commenter  J’apprécie          10
BiblioFoxyBiblioFoxy   11 novembre 2017
De toute ma vie, je crois n'avoir jamais vu deux personnes s'aimer autant. Cette manière de se regarder, de se toucher, parfois juste de se tenir l'un à côté de l'autre...
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Erika Boyer (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Erika Boyer
Vidéo de Erika Boyer
autres livres classés : homosexualitéVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





.. ..