AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266287540
Éditeur : Pocket (21/02/2019)

Note moyenne : 4.32/5 (sur 219 notes)
Résumé :
Il est parfois plus difficile de respirer en dehors de l'eau que dans les profondeurs des vastes océans...

Sur l'île de Jeju, au sud de la Corée, Hana et sa petite soeur Emi appartiennent à la communauté haenyeo, au sein de laquelle ce sont les femmes qui font vivre leur famille en pêchant en apnée.

Un jour, alors qu'Hana est en mer, elle aperçoit un soldat japonais sur la plage qui se dirige vers Emi. Aux deux filles on a maintes fois ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (89) Voir plus Ajouter une critique
Jeanfrancoislemoine
  03 mars 2019
La première remarque que je voudrais faire est qu'un ouvrage qui obtient une note moyenne de 4,29 sur 5 pour 80 commentaires mérite forcément toute notre attention .
La deuxième remarque , à la fin de ma lecture , est que ce livre pourrait faire partie de ma sélection pour une île déserte.
La troisième remarque est qu'il est dur , vraiment dur , mais qu'on ne peut pas toujours fermer les yeux quand une auteure , brillante au demeurant , nous place parmi des jeunes filles dont le seul tort est d'être femmes dans un pays en guerre.
Voilà. 1943. Corée. Hana , jeune "haenyeo ",plongeuse en mer sur l'ile de Jeju est au travail, dans l'eau , en quête de nourriture. Sa petite soeur ,Emi , trop jeune , garde les prises sur la plage en attendant....Ces deux jeunes filles ignorent que , bientôt , leurs jolis prénoms de fleurs seront souillés au point de leur faire détester à jamais les fleurs....Sur la plage surgit une silhouette menaçante , celle d'un caporal japonais , un ennemi dont on doit absolument s'éloigner.....Hana se précipite, réussit à dissimuler sa soeur mais doit suivre l' homme .Dès lors le sort des deux jeunes filles est scellé , le nôtre aussi.
On va suivre Hana pas à pas ," partager" avec elle , c'est le mot qui convient , les terribles épreuves qu'elle aura à subir en Mandchourie , Hanah , " femme de réconfort " comme nombre de ses concitoyennes coréennes.... Emi , on la retrouvera à Séoul en 2011 . Sauvée par sa soeur ,on saura si l'abnégation et le sacrifice d'Hana lui auront permis d'échapper au pire ,peut -être que oui , elle qui est entourée de ses enfants et petits enfants....Une belle vie ? Sans culpabilité ? Hum , pas si sûr , enfin vous verrez bien car , oui , vous verrez puisque ce livre vous allez le lire , il n'y a aucun doute ou alors ..... vous risquez passer à côté d'une grande émotion .........,,,,,,,, En tout cas , une construction brillante , très prenante...
Ce livre est remarquable par son contenu atypique . En effet , les livres d'histoire n'ont pas l'habitude de nous montrer le calvaire vécu par les femmes et jeunes femmes en temps de guerre , leur difficulté aussi à retrouver leur honneur à la fin des hostilités .Les sentiments de ces femmes bafouées , humiliées , souillées , flétries , objets de plaisir brutal ou de soulagement purement physique sont analysés avec finesse et avec un réalisme à peine croyable , un réalisme qui nous fait désespérer de la nature humaine ....Heureusement , vers la fin ...mais c'est une autre histoire.
Oui , il faut lire ce livre , que l'on soit homme ou femme , sensible , émotif , émotive ou pas. Un devoir de mémoire, une réflexion pour l'avenir . Un livre dont l'intensité dramatique ne laisse pas un moment de répit.
Je reprends enfin pied , content qu'hier , le temps suffisamment gris , ne m ' ait pas incité à sortir ....Aujourd'hui , il y a du soleil ... Ouf , on va " y aller " pour " récupérer ".....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          738
Annette55
  13 septembre 2018
Je ne ferai pas un trop long commentaire car ce livre magnifique, poignant et prenant délivre un devoir de mémoire "essentiel" que chacun, à mon sens, devrait découvrir....
Ce roman historique s'inspirant de faits réels-----l'auteur est américaine d'origine sud- coréenne -----alterne d'une manière harmonieuse les allers et retours entre l'île de Jeju , au Sud de la Corée,, à l'été 43, la Mongolie en automne de la même année, et Séoul en décembre 2011.
L'histoire de deux soeurs violemment séparées, le récit d'Hana, 16 ans en 1943 et celui d'Emi en 2011 .
Sur l'île de Jeju , Hana , Emi et leur mére font partie de la communauté "hanenyeo" , au sein de laquelle ce sont les femmes qui font vivre leur famille en pêchant en apnée....
Au fil du récit l'auteur dévoile un pan oublié, très sombre de la deuxième guerre mondiale en Asie.
Depuis l'invasion de la Corée en 1931 jusqu'à la fin de la guerre,en 1945 nombre de vies ont été détruites ou perdues .
L'auteur rend un hommage vibrant à ces " femmes de réconfort" exploitées par les japonais, kidnappées, piégées, vendues comme "esclaves sexuelles "par l'armée japonaise durant la période de --- l'assimilation---- de la Corée par le Japon.
La pratique des coutumes coréennes -----langue, culte, art , musique ---- devient illégale!
Ces femmes sont violées jour après jour par les soldats dans des bordels dans l'indifférence la plus totale, éloignées de force de leurs régions natales sans aucun espoir de retour , des lieux inimaginables d'horreurs et de souffrances. L'auteur influencée par les souffrances endurées par sa mère et des milliers d'autres femmes expatriées met en lumière ces faits trop longtemps ignorés....Un accord a été trouvé en décembre 2015 seulement entre la Corée du Sud et le Japon à ce sujet.......Un jour, alors qu'Hana est en mer, elle aperçoit un soldat japonais sur la plage qui se dirige vers Emi, or, elle sait, on le lui a maintes fois répété de ne jamais se retrouver seule avec un soldat ......
Elle se précipite , se sacrifie pour sa petite soeur Emi.....est emmenée en Mandchourie dans des conditions horribles. ...Je n'en dirai pas plus,....
Destins brisés, conditions de vie de ces femmes qui ,pour beaucoup sont mortes loin de chez elles . Celles qui sont revenues , se sont retrouvées à souffrir en silence: problèmes de santé, stress post - traumatique , difficultés à réintégrer la société ....seules 44 survivantes purent témoigner lors de l'écriture de ce livre.....
C'est un ouvrage remarquable,bien écrit, impressionnant de bout en bout , bouleversant , à la fois lumineux et époustouflant rappelant ce destin de femmes victimes, incroyables , exemplaires, ces deux héroïnes qui nous ramènent vers la lumière , et où l'espoir triomphe des horreurs de la guerre.
Roman essentiel, fort , touchant, marquant et symbolique des souffrances faites aux femmes en temps de guerre, rarement dénoncées dans les livres d'histoire ou si peu .....
" Tu pars ?
Tu pars?
Comment vivre sans toi?
M'abandonnes- tu?
Je voudrais m'accrocher à toi
Mais si je le fais, tu ne reviendras pas
Je dois te laisser partir, mon amour!
Alors, pars et reviens - moi vite ....."
Poème Coréen interdit sous "l'assimilation susurré" par Hana .....mots interdits ......
"Filles de la mer" est un premier roman traduit de l'anglais par Sarah Tardy chez Robert Laffont .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          6210
rabanne
  22 mai 2019
Ce roman (le premier de l'auteure américaine, d'origine sud-coréenne) est une fiction, construite sur les bases d'une effroyable, et bien réelle, tragédie humaine.
Deux héroïnes, deux soeurs, deux destinées, à 68 ans d'intervalle.
1943 : Hana, 16 ans, se fait enlever par des soldats, sur la plage où elle a l'habitude de plonger en mer et de pêcher (c'est une haenyeo) avec sa mère.
Voulant protéger sa petite soeur Emiko d'un kidnapping imminent, elle honore ainsi sa promesse tout en se sacrifiant.
Et quel sacrifice !!
Celui de son innocence, de son identité, de sa joie de vivre, arrachée à sa terre, aux siens, et emprisonnée dans un bordel au fin fond de la Mandchourie...
2011 : Emiko, 77 ans, prend part aux manifestations annuelles devant l'ambassade du Japon, pour soutenir les rares "femmes de réconfort" survivantes, qui réclament depuis 10 ans au gouvernement Japonais reconnaissance et réparation.
Elle garde le fol espoir d'y reconnaître peut-être sa soeur Hana, après s'être "réveillée" d'une trop longue période de cauchemars, de déni et de deuil...
Un récit prégnant, parfois insoutenable, souvent poignant et, évidemment, nécessaire.
Mais je n'ai pas tellement adhéré au parti pris de l'auteure, celui de "romancer" la destinée finale de Hana, bien que j'en comprenne l'intention. (cf : Note de l'auteur).
Sinon, la force incroyable des femmes, à travers notamment la relation mère-fille, prend aussi une grande place dans ce récit, via l'émaillage des souvenirs, dans la bouche de Hana en 1943, comme dans celle de Emiko en 2011.
C'est, enfin, le cheminement intime de Emiko qui m'a surtout touchée... Vers la prise de conscience (personnelle et collective), le travail de déculpabilisation, la libération de la parole.
L'acte sexuel était censé donner "force et courage" aux combattants de l'empereur...
Le viol est toujours une arme de guerre.
N'oubliez JAMAIS.

[ 2015... Près de 70 ans (!) se sont écoulés avant que le Japon demande pardon officiellement à la Corée du Sud, et accepte d'indemniser les rares survivantes d'une tragédie sans nom.
Honte, culpabilité et déshonneur.
C'est ce qui a muré dans le silence des milliers de femmes pendant plus de 45 ans... Jusqu'à ce courageux témoignage en 1991 d'une certaine Kim Hak-sun, enlevée à l'âge de 16 ans à l'époque des faits.
Filles de la mer raconte cette effroyable exploitation humaine que fut celle des "femmes de réconfort" : près de 200 000 jeunes filles et femmes kidnappées par l'armée japonaise, principalement en Corée, en Chine et aux Philippines.
Ainsi s'est constitué cet immense réseau d'esclaves sexuelles destinées aux soldats, réparties dans de sordides maisons de passe - gratuite - à travers les territoires occupés.]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          6230
Stelphique
  03 mars 2019
Ce que j'ai ressenti:
***Je n'étais pas prête…
Je n'étais pas prête à faire face à tant de souffrances, à la bestialité des hommes, à l'horreur d'une guerre. Je n'étais pas prête à voir des fleurs meurtries, à regarder en face la réalité de l'Histoire, à ressentir dans la chair la douleur des femmes. Filles de la mer est un roman déchirant qui dénonce le destin tragique des femmes coréennes, en pleine occupation japonaise. Des milliers de vies brisées, volées, violentées. Et le pire, c'est quand on les appelle « Femmes de réconfort », certaines n'étaient que des enfants…Derrière la douceur de ce titre, Filles de la mer , Mary Lynn Bracht revient sur un pan de l'histoire que certains essayent de camoufler, de renier, d'effacer comme si, ce phénomène n'avait jamais eu lieu…Alors, l'auteure ne nous épargne rien des violences et des scènes atroces, pour que le devoir de mémoire fasse entendre son chant malheureux, au-delà des frontières et des mers…Bouleversant. Je n'étais pas prête, mais comment aurais-je pu l'être?!
"-Nous portions toutes des noms de fleur à la place de nos vrais prénoms."
***La force de la mer…
Hana et Emi sont deux soeurs, unies par un lien fusionnel, élevées par une tradition aux valeurs fortes. Haenyeo, c'est une chance pour les femmes de ce pays, d'acquérir une certaine forme d'indépendance et d'entraide qui se transmet de mères en filles. Filles de la mer et femmes de coeur. le charme de cette communauté matriarcale tient à ses rituels folkloriques et la beauté de leurs efforts à tirer le meilleur de la mer, à vivre en harmonie avec cet environnement insulaire. J'ai été fascinée par ses plongeuses et leurs vies faites de simplicité, mais plus encore par leurs forces de caractère. Malgré le thème difficile de ce temps de guerre en toile de fond, Mary Lynn Bracht apporte un esprit de liberté et des vents marins qui soufflent un peu de légèreté dans ses pages.
"Les mouettes crient dans le ciel, ignorant tout ce qui se joue en dessous d'elles. Comme Hana aimerait que des ailes lui poussent pour s'envoler avec elles."
***Et l'amour dans le silence…
Le plus souvent, j'ai lu ces pages en apnée, comme un lien invisible avec ses haenyeo. de Emi à Hana, de ces soeurs de coeur, de ces femmes-fleurs, j'ai été touchée par le message de paix et le silence résilient qui les anime. Les guerres, les souffrances, les violences n'auront pas de prises sur Elles, puisque l'amour triomphe de tout, et Mary Lynn Bracht , dans ce premier roman, nous touche en plein coeur, en leur rendant un si bel hommage. Maintenant, je suis prête. Je suis prête à vous dire que cette histoire est un coup de coeur, et mérite une attention particulière, pour que ce drame ne soit plus jamais nié ou reproduit…Et, ce matin, dans un moment de recueillement, j'ouvrirai bien mes bras pour recueillir tous ces pétales de fleurs froissées, et les disperserai dans les vagues du net, pour que l'histoire de Filles de la mer arrive jusqu'à vous…
"Les mots sont un pouvoir, lui avait dit un jour son père après lui avoir récité l'un de ses poèmes au message politique. Plus tu en connaîtras, plus tu auras de pouvoir. C'est pour cette raison que les Japonais ont banni notre langue natale. Ils limitent notre pouvoir en limitant nos mots."

Ma note Plaisir de Lecture 10/10
Lien : https://fairystelphique.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4510
Mimeko
  16 juin 2019
Hana seize ans est haenyeo - plongeuse dans les eaux de l'île de Jeju, au sud de la Corée - et avec sa mère elle permet à la famille de survivre en cette période de guerre avec le Japon. Quand elle aperçoit sur la plage Emiko, sa petite soeur, être sur le point d'être enlevée par un officier japonais, elle regagne la rive et se fait emmenée à sa place.
Filles de la mer est un récit intéressant du point de vue historique car il traite d'un sujet encore douloureux à l'heure actuelle, celui des femmes de réconfort, envoyées très souvent en Chine pour satisfaire les besoins sexuels des soldats japonais. En suivant en alternance le destin d'Hana et d'Emi c'est l'histoire de la Corée dont on prend connaissance, c'est en premier lieu une Corée dominée par le Japon qui s'approvisionne de femmes coréennes pour le réconfort du soldat japonais dans des conditions de violences physiques et de maltraitances psychiques dans les maisons de réconfort - une histoire illustrée par le destin d'Hana et en deuxième lieu, l'histoire intérieure avec la guerre civile qui aboutit à la séparation des deux Corées, vue grâce au regard d'Emi.
J'ai beaucoup appréciée le récit d'Emi , qui, une fois grand-mère, se décide à manifester pour connaître la vérité et la reconnaissance par le Japon de la souffrance et du statut de victimes des guerres des femmes de réconfort. En revanche j'ai été moins séduite (paradoxalement) par le destin d'Hana, une femme de réconfort, dont j'ai trouvé le récit final peu crédible et desservi par des maladresses de traduction - ou un style moins fluide...
Ce roman reste un témoignage édifiant qui par sa forme - évoquer le destin des deux sœurs - rend vivante et palpable la souffrance de toutes ces femmes.
Filles de la mer est un premier roman de Mary Lynn Bracht instructif et attachant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          370

critiques presse (2)
Elle   09 avril 2019
La fiction a ce pouvoir de nous faire appréhender des sujets ou des pans de l'Histoire qui nous étaient méconnus, ou qu'on n'aurait peut-être pas abordés d'une autre manière. Filles de la mer, un roman âpre, fort et prenant désormais disponible au format poche aux éditions Pocket, aborde le sort abject de celles qu'on appela pendant la seconde guerre mondiale les "femmes de réconfort" (celles qui "devaient donner force et courage aux soldats").
Lire la critique sur le site : Elle
LeJournaldeQuebec   16 avril 2018
Grâce aux Jeux d’hiver de PyeongChang, on en sait aujourd’hui beaucoup plus sur la Corée. Mais pour découvrir l’envers de la médaille, on vous invite à lire ce roman historique, qui se penche adroitement sur son passé...
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
Citations et extraits (47) Voir plus Ajouter une citation
rabannerabanne   21 mai 2019
Hana ne crie pas. Si sa sœur tentait de l'aider, les soldats l'enlèveraient également. Hana refuse de rompre sa promesse. Elle se laisse ainsi emmener sans mot dire, même si ses jambes protestent en silence en refusant de la porter. Ses jambes pendent inutilement comme deux bûches attachées à son corps, l'entraînant vers le sol, mais les soldats ne s'en soucient guère. Ils l'agrippent plus fort et la traînent sur le sable, laissant derrière eux les fins sillons creusés par ses doigts de pied.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
ZilizZiliz   14 juillet 2019
[ dans un bordel militaire ]
- Ne dis rien aux autres [filles], lui souffle H***, les yeux baissés.
- Pourquoi ? répond K***. Mieux vaudrait les mettre en garde contre lui.
- Je t'en supplie, je leur fais déjà assez pitié comme ça.
(…)
- La pitié est un bon sentiment, lui [répond]-elle d'une voix pleine d'autorité. Chacune de nous mérite qu'on ait pitié d'elle, mais personne dans ce maudit pays n'a suffisamment de compassion pour nous faire cette faveur. Voilà pourquoi nous sommes ici à vivre dans l'humiliation, torturées chaque jour. Que nous reste-t-il, sinon le peu de bienveillance que nous pouvons nous montrer entre nous ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Annette55Annette55   13 septembre 2018
"Les mots sont un pouvoir, lui avait dit un jour son pére aprés lui avoir récité l'un de ses poèmes au message politique."


"Plus tu en connaîtras, plus tu auras de pouvoir."
"C'est pour cette raison que les Japonais ont " banni " notre langue natale.
Ils limitent notre pouvoir en limitant nos mots ...."
Commenter  J’apprécie          271
ZilizZiliz   15 juillet 2019
Séoul, décembre 2011.
Les manifestants scandent des slogans devant l'ambassade du Japon. Emmitouflés dans leurs manteaux les plus chauds, bonnets sur la tête, brandissant des banderoles de leurs mains gantées, ils crient : 'Le Japon doit reconnaître ses crimes. Justice pour les grand-mères.' La voix d'un homme résonne dans un mégaphone : 'Reconnaissez vos crimes de guerre, pas de paix tant que le Japon n'admettra pas sa culpabilité !' Près du portail, quelqu'un crie à son tour : 'Toutes les guerres sont des crimes contre les filles et les femmes de ce monde [violées] !'
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
rabannerabanne   22 mai 2019
Il n'y a rien au monde qu'elle ne désirerait davantage que de voir sa petite sœur, Emiko, faire son entrée parmi les haenyeo. Alors elle retourne vers Morimoto. Tout en s'allongeant auprès de lui, elle prend une décision : si elle doit mourir, elle mourra en tentant de retourner chez elle et non en se jetant dans un puits. Éveillée toute la nuit, elle imagine son évasion.
Commenter  J’apprécie          170
Videos de Mary Lynn Bracht (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Mary Lynn Bracht
Retrouvez vos "Live Books" du onzième numéro saison 2 de Gérard Part En Live ici :
Ping pong - Édition prestige 01 de Taiyou Matsumoto aux éditions Delcourt 9782413017073
Amer beton - Intégrale de Taiyô Matsumoto aux éditions Delcourt https://www.lagriffenoire.com/41513-bd-amer-beton---integrale.html
Filles de la mer de Mary Lynn Bracht et Sarah Tardy aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/142013-divers-litterature-filles-de-la-mer.html
Je vais m'y mettre de Florent Oiseau aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/90782-divers-litterature-je-vais-m-y-mettre.html
Paris-Venisede Florent Oiseau aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/138397-divers-litterature-paris-venise.html
Akû, le chasseur maudit T01 de Muneyuki Kaneshiro et Akeji Fujimura aux éditions Pika https://www.lagriffenoire.com/140184-livres-mangas-aku--le-chasseur-maudit-t01.html
Le cercle des femmes de Sophie Brocas aux éditions J'ai Lu https://www.lagriffenoire.com/38013-divers-litterature-le-cercle-des-femmes.html
Le Baiser de Sophie Brocas aux éditions Julliard https://www.lagriffenoire.com/136843-divers-litterature-le-baiser.html
L'homme aux deux ombres de Steven Price et Pierre Ménard aux éditions Folio https://www.lagriffenoire.com/142179-nouveautes-polar-l-homme-aux-deux-ombres.html
Scott Pilgrim Perfect Edition, T1 de Bryan Lee O'Malley aux éditions HiComics https://www.lagriffenoire.com/141875-achat-bd-scott-pilgrim-perfect-edition--t1.html
November Road de Lou Berney aux éditions HarperCollins https://www.lagriffenoire.com/140166-nouveautes-polar-november-road.html
L'Erreur de Susi Fox et Héloïse Esquié aux éditions Fleuve Noir https://www.lagriffenoire.com/138417-nouveautes-polar-l-erreur.html
Chevauche-brumes de Thibaud Latil-Nicolas aux éditions Mnémos https://www.lagriffenoire.com/141740-livres-de-science-fiction--chevauche-brumes.html
Bad Man de Dathan Auerbach et Nathalie Peronny aux éditions Belfond https://www.lagriffenoire.com/142091-nouveautes-polar-bad-man.html
Au revoir là-haut de Pierre Lemaitre aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/6993-divers-litterature-au-revoir-la-haut.html
Couleurs de l'incendie de Pierre Lemaître aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/142037-divers-lit
+ Lire la suite
autres livres classés : coréeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1740 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre
.. ..