AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9791033908951
768 pages
Harper Collins (12/01/2022)
4.22/5   552 notes
Résumé :
L’histoire nous a failli, mais qu’importe.

Début des années 1930.

Dans un petit village coréen, la jeune Sunja se laisse séduire par les belles paroles et tendres attentions d’un riche étranger. Lorsqu’elle découvre qu’elle est enceinte et que son amant est déjà marié, elle est confrontée à un choix : devenir, comme tant d’autres jeunes femmes dans sa situation, une seconde épouse, une « épouse coréenne » ou couvrir sa famille de déshon... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (183) Voir plus Ajouter une critique
4,22

sur 552 notes

Ladybirdy
  16 avril 2021
Beaucoup décrive Pachinko comme une sublime fresque coréenne. C'était ma foi, assez bien parti pour que je rejoigne ces avis enjoués. Un style des plus agréables et surtout très fluide.
Dans les années trente, Yangjin et sa fille Sunja s'occupent seules d'un pensionnaire pour les travailleurs d'un petit recoin coréen. Leur vie va être chamboulée par l'arrivée d'Isak puis de Hansu qui vivra une idylle avec la jeune Sunja.
On apprend avec réserve les difficultés coréennes liées à la colonisation japonaise des années 30. Combien le peuple coréen a souffert sur des décennies de l'emprise japonaise.
Là où le bas blesse selon moi c'est que ces 700 pages sont pour moi tout en surface et superficialité.
Trois livres découpent ce roman où chaque livre s'attelle à dresser le portrait de chaque génération. Les mères (I). Les fils (II). le petit fils (III). le livre premier est pour moi le meilleur car on rentre très vite et très bien dans le quotidien de ces jeunes femmes. On les suit même avec entrain dans leurs efforts pour survivre malgré les tensions politiques et économiques. Je m'étais imaginée suivre ces femmes par la suite. Frustration quand les autres livres adviennent et que les précédents protagonistes sont quasiment occultés. Très peu de corrélations entre les personnages. C'est du « au suivant ! ». Grosse déception donc. Seconde déception sur l'absence d'ancrage émotionnel et temporel. Tout défile très vite ici sans que personne ne semble ni souffrir ni ressentir grand chose. Plus on avance, plus j'ai l'impression que ce pavé est un fourre tout avec un manque évident d'ancrage à tous niveaux et un basculement surréaliste livre III dans un livre érotique avec une revisite en long et large du kamasutra.
Pourtant, le plaisir lecture était là. du moins au début (I). En perdition au milieu (II). Plus du tout au final (III).
En conclusion, une lecture donc mitigée avec de bons moments et d'autres plus anodins. Un roman qui aurait mérité des personnages plus travaillés faisant sens entre eux. Et avec un fond historique beaucoup plus évident et percutant. Tout dans ce livre reste trop en surface malheureusement et beaucoup trop standard et américanisé avec une ambiance asiatique quasi inexistante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10918
palamede
  11 mars 2022
La colonisation de la Corée par le Japon a commencé en 1905 par l'établissement d'un protectorat, suivi par un traité d'annexion en août 1910. Date à laquelle l'Empire du Japon y a commencé une domination souvent qualifiée d'impitoyable — la Corée servant de réservoir aux Japonais, qui y puisaient matières premières, denrées agricoles, et, durant la Seconde Guerre mondiale, de la main-d'oeuvre bon marché pour leurs usines.
Pour ces raisons de nombreux Coréens, de force ou volontairement (parce qu'ils n'avaient plus de quoi vivre), sont arrivés au Japon, où leur situation ne fut guère enviable. Ils ont peiné à se loger, à trouver un travail décent et subi des discriminations raciales. Quelques-uns pourtant ont réussi à vivre mieux que les autres. Ils travaillaient dans les pachinko, salles de jeux dont la mauvaise réputation était liée aux yakuzas.
À travers le destin de quatre générations (de 1930 à 1989) d'une famille de Coréens émigrés au Japon, c'est l'histoire de ces Zainichi, littéralement « étrangers résidant au Japon », qui pour certains sont devenus des citoyens japonais mais ont continué à cacher leurs origines pour éviter la discrimination, que raconte avec empathie et des recherches historiques solides sur les yakuzas, l'histoire coloniale de la chrétienté, l'immigration, et bien sûr l'industrie du pachinko, l'américaine d'origine coréenne Min Jin Lee.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          720
Mimeko
  02 novembre 2021
Dans les années 1930, dans le petit village de Yeongdo, près de Busan, la jeune Sunja, séduite par Hansu, tombe enceinte et, pour laver le déshonneur sur sa famille, accepte d'épouser Isak Baek, un pasteur chrétien qui élève l'enfant - Noa - comme son fils. le couple s'installe à Osaka chez Yozeb, le frère d'Izak et accueille quelques années plus tard, un deuxième fils Mozasu. Devenue veuve, Sunja doit multiplier les petits travaux pour survivre et subvenir aux besoins et à l'éducation de ses fils, l'ainé réussissant des études brillantes, le cadet, plus sociable et commerçant, se dirigeant dans la gestion d'un pachinko. Les destins des membres de la famille vont étroitement évoluer en fonction de la situation politique du Japon et de la Corée.
Une grosse déception après la lecture de Pachinko, un roman dont le sujet semblait séduisant mais dont le traitement s'est vite révélé ennuyeux...
Cette saga coréenne, qui se déroule sur plus cinquante ans, est intéressante sur le plan historique, elle aborde l'exil des Coréens au Japon, quand la Corée est sous domination japonaise, mais ces exilés ne sont jamais intégrés par le Japon, et ne peuvent plus retourner en Corée, en guerre dans les années cinquante. le problème est que la petite histoire dans la grande Histoire est mal écrite ou mal traduite, - des phrases en japonais ne sont pas traduites -, une narration qui passe de la naïveté à la trivialité, la mort d'un des personnages principaux - Noa - scellée en une seule phrase, sans aucun développement, d'autres personnages sans intérêt étant développés dans des pages et des pages. Je n'ai jamais réussi à me projeter dans le destin ou le caractère des personnages et les longueurs et redites dans le récit ralentissaient tellement le rythme de la narration, que j'en ai terminé la lecture en diagonale, pour en finir avec ce roman.
Pachinko partait d'une bonne intention et d'une bonne idée, mais le roman se perd dans des digressions sans intérêt, avec des personnages qui perdent de leur force au fur et à mesure des développements qui deviennent confus.
Une déception.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          450
Zephirine
  06 février 2022
Le titre du roman est emprunté à ce jeu très populaire au Japon, sorte de flipper auquel on joue avec des billes d'acier. C'est un jeu de hasard avec ses incertitudes, comme la vie de ces milliers de coréens émigrés économiques au Japon, pays colonisateur qui a confisqué leurs terres.
Le roman débute donc en 1910 quand le Japon annexe la Corée. Sunja est la fille unique d'un couple qui tient une modeste pension. A la mort de son père, elle poursuivra la tâche avec sa mère.
Enceinte d'un homme riche et marié, Sunja n'a d'autre alternative que d'épouser Isak, un pasteur chrétien prêt à donner son nom à l'enfant à naitre.
Sunja va suivre son mari au Japon où les attendent son frère Yoseb et son épouse. La vie est difficile pour les coréens dont le pays est colonisé par le Japon. Émigrés économiques, ils ne trouvent que des emplois précaires et sous-payés, et logent dans des quartiers insalubres. Ils sont des zainichi, c'est-à-dire des résidents du Japon sans en avoir la citoyenneté et ils doivent affronter le racisme, l'humiliation et le mépris des habitants légitimes. C'est dans ce climat d'incertitude, de pauvreté et de peur que Sunja et Isak vont élever leurs deux garçons.
Roman dense et divisé en trois parties et qui va nous mener jusqu'en 1989 en suivant le destin de plusieurs personnages de cette famille coréenne. Chaque génération devra affronter des difficultés et le racisme des japonais, même lorsqu'ils accèdent aux études supérieures. Un homme influent et riche, lié à la famille, va les aider mais il sera rejeté par les siens à cause de son activité liée à la corruption puisqu'il est Yakusa.
Après l'histoire de la mère, c'est à celle des deux fils que la romancière s'attache plus particulièrement pour terminer par celle de Solomon, petit-fils de Sunja et élève brillant promis à un grand avenir. A travers lui, on découvre la diaspora coréenne aux États-Unis et la confrontation d'une même culture divisée et vécue aux antipodes. En 1952, Solomon vivra l'humiliation des Coréens Zainichi déchus de la citoyenneté japonaise alors qu'il est la troisième génération à vivre dans ce pays.
Dans un style fluide et alerte grâce, notamment, à de nombreux dialogues, Min Jin Lee nous livre une grande saga familiale et historique dans une période troublée.
J'ai apprécié la découverte de cette période historique en Corée et au Japon que je ne connaissais pas. Mais je regrette toutefois que l'autrice ne creuse pas assez l'aspect historique et ses répercussions. La période de la guerre est peu évoquée par les protagonistes, alors qu'ils en supportent les conséquences désastreuses de plein fouet. Autant j'ai été tout de suite passionnée par l'histoire de Sunja, autant les péripéties de ses enfants et de leurs proches m'ont moins intéressée. Bien que palpitant, j'ai trouvé ce roman de qualité inégale.
Je remercie les éditions Harper Collins et Lecteurs.com pour la lecture de ce roman.


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          420
Labibliothequedemarjorie
  10 septembre 2021
1930. Corée.
Sunja a dix-sept ans lorsqu'elle tombe amoureuse de Hansu, un riche étranger. Il a vingt ans de plus. le jour où elle lui annonce sa grossesse, il lui révèle qu'il est marié et a trois enfants. Sa famille vit au Japon. Il ne peut donc pas l'épouser mais propose de subvenir à ses besoins en Corée.
Sunja ne peut concevoir cette idée. Pour ne pas déshonorer sa famille, elle accepte d'épouser Isak, un pasteur chrétien, coréen, en partance pour Osaka. Cet homme s'engage à reconnaître et à élever l'enfant avec elle. Gravement malade, il sait qu'il ne pourra de toute façon jamais être père. Les noces avec Sunja lui offre ainsi l'occasion de profiter d'une vie familiale qu'il n'espérait plus.
Le départ au Japon est douloureux et difficile. Sunja doit quitter sa mère et sait qu'elle ne la reverra certainement plus.
L'avenir de la jeune femme commence avec ce voyage vers l'inconnu, un nouveau pays qu'elle ne connaît pas et dont elle ne parle pas la langue. C'est l'histoire de son exil.
"Pachinko" est une saga familiale qui s'étend sur quatre générations. On y suit l'histoire de Yangji, la mère de Sunja, puis celle de Sunja et d'Isak, celle de leurs enfants et de leurs petits-enfants.
A travers tous ces personnages, Min Jin Lee raconte l'histoire de la Corée et celle du Japon. L'auteure balaie tous les grands évènements qui se sont produits en Asie et dans le monde depuis les années 1910. A cette date, la Corée est une péninsule se trouvant sous l'emprise du Japon. La péninsule est montagneuse et entourée de mer. On y trouve plusieurs îles. La pauvreté sévit. On survit et on se nourrit de ses propres cultures. On assiste à la Guerre Mondiale en 1939, lorsque le Japon s'associe à l'Allemagne, convaincue qu'elle sortira victorieuse du conflit. Mais c'est tout l'inverse. le pays avec ses idées expansionnistes a tout perdu. C'est une défaite. Les conséquences se ressentiront sur plusieurs décennies. de son côté, la Corée est divisée en deux zones d'occupation, l'une au nord et l'autre au sud. S'ensuit une fervente opposition qui mène à la guerre de Corée durant trois années et aboutit à la création de deux pays. Les coréens exilés ne pourront plus y retourner, risquant de se faire tuer par le nouveau régime.
C'est dans ce contexte qu'évoluent Yangji puis Sunja. Lorsque cette dernière arrive au Japon, elle est confrontée à la dure réalité de l'immigration des coréens et aux rapports conflictuels avec les japonais qui ne leur reconnaissent aucun droit. Maltraitance, vol, violence, injustice sont monnaies courantes. Se créent alors de nouveaux quartiers. Au fil des ans, les yakusas prennent la direction de ces lieux sensibles et dangereux. Ils y créent des établissements de jeux et de plaisir dont les "pachinkos".
Les pachinkos sont des jeux d'argent situés dans de grands établissements dirigés par la mafia et où il n'est jamais très bon de s'y trouvé. Pourtant, pour beaucoup de coréens, ce sera le seul moyen de sortir de la pauvreté et de gagner de l'argent.
Ce livre est une belle brique qui peut faire peur mais finalement il se lit tout seul. C'est très bien écrit. le côté historique est vraiment fascinant. Je connaissais très peu de choses sur la Corée avant de démarrer cette lecture.
J'ai aussi beaucoup aimé l'ensemble des personnages, tous aussi sensibles et meurtris par la vie. "Pachinko" est une histoire de femmes, d'exil, de sacrifices et surtout de résilience. Je recommande ce roman à 100 %. Il est extrêmement riche et poignant.

Lien : http://labibliothequedemarjo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          432


critiques presse (1)
OuestFrance   03 mai 2021
Roman attachant que « Pachinko » écrit par Min Jin Lee. Sous sa plume, nous suivons l’histoire de Sunja, des années 1930 à 1989, en Corée, pays livré à la guerre contre le Japon puis subissant une scission politique.
Lire la critique sur le site : OuestFrance
Citations et extraits (42) Voir plus Ajouter une citation
palamedepalamede   05 mars 2022
[…] aux yeux de tous les Coréens de sa connaissance, la guerre du Japon qui s’étendait en Asie semblait absurde. La Chine n’était pas la Corée ; la Chine n’était pas Taïwan ; la Chine pouvait perdre un million d’habitants et continuer à tourner. Des petites villes pouvaient tomber, mais c’était une nation immensément vaste ; elle souffrirait des pertes et s’en relèverait. Les Coréens souhaitaient-ils la victoire du Japon ? Certainement pas. Mais qu’adviendrait-il si les ennemis du Japon l’emportaient ? Les Coréens parviendraient-ils à tirer leur épingle du jeu ? Vraisemblablement pas. Il fallait sauver sa peau – c’était l’intime conviction des Coréens. 
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
MimekoMimeko   31 octobre 2021
La plupart des Coréens au Japon ne pouvaient pas voyager. Pour obtenir un passeport japonais, il fallait devenir un citoyen japonais, ce qui était presque impossible, et il ne connaissait personne qui le souhaitait, de toute façon. Sinon, pour voyager, on pouvait toujours mettre la main sur un passeport coréen en passant par la Mindan, mais peu de gens voulaient être affiliés à la République de Corée depuis que le pays appauvri était dirigé par un dictateur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
palamedepalamede   06 mars 2022
Pour chaque patriote qui se battait pour une Corée libre, ou pour chaque malheureux Coréen forcé de combattre pour le Japon, dix mille compatriotes dans les campagnes tentaient simplement de trouver à manger. Au bout du compte, l’estomac était roi. 
Commenter  J’apprécie          280
palamedepalamede   06 mars 2022
Si Yoseb comprenait sa colère, il voulait une nouvelle chance de lui parler, de lui dire qu’un homme doit apprendre à pardonner, à reconnaître ce qui est vraiment important, et que vivre sans miséricorde est une forme de mort. 
Commenter  J’apprécie          220
collectifpolarcollectifpolar   12 avril 2021
Yeongdo, Busan, Corée

L’Histoire nous a failli, mais qu’importe.

Au tournant du siècle, leur revenu diminuant, un vieux pêcheur et sa femme décidèrent d’accueillir des pensionnaires au sein de leur foyer. Tous deux étaient nés dans le village de Yeongdo – un îlot de huit kilomètres au large de la ville portuaire de Busan – et ne l’avaient jamais quitté. Au cours de leurs longues années de mariage, la femme donna naissance à trois fils, mais seul l’aîné, qui se trouvait être le plus fragile, survécut. Si Hoonie était né avec un bec-de-lièvre et un pied bot, il était en revanche doté d’épaules larges, d’une carrure solide, d’un teint doré et avait, en grandissant, conservé son tempérament doux et pensif d’enfant. Quand Hoonie dissimulait sa bouche tordue derrière ses mains – un geste devenu machinal à chaque nouvelle rencontre –, il ressemblait à son père, un homme séduisant dont il avait hérité les grands yeux rieurs. Des sourcils noir d’encre se dessinaient élégamment sous son large front dont la peau dorée avait pris une teinte bronze à force de travail en extérieur. Comme ses parents, Hoonie n’était pas volubile, ce qui poussait certains à croire que, parce que son discours n’était pas vif, quelque chose devait clocher dans son esprit. Ils avaient tort.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Min Jin Lee (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Min Jin Lee
COFFRET DÉTENTE GRAND FORMAT • Petite de Edward Carey et Jean-Luc Piningre aux éditions du Cherche Midi L'Étoile brisée de Nadeije Laneyrie-Dagen aux éditions Gallimard Pachinko de Min Jin Lee et Laura Bourgeois aux éditions Charleston https://www.lagriffenoire.com/100810-coffrets-coffret-roman-historique.html • • • Chinez & découvrez nos livres coups d'coeur dans notre librairie en ligne lagriffenoire.com • Notre chaîne Youtube : Griffenoiretv • Notre Newsletter https://www.lagriffenoire.com/?fond=newsletter • Vos libraires passionnés, Gérard Collard & Jean-Edgar Casel • • • #lagriffenoire #bookish #bookgeek #bookhoarder #igbooks #bookstagram #instabook #booklover #novel #lire #livres #conseillecture #editionscherchemidi #editionsgallimard #editionscharleston
+ Lire la suite
autres livres classés : coréeVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2582 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre