AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782756420028
766 pages
Éditeur : Pygmalion-Gérard Watelet (25/05/2016)
4.06/5   45 notes
Résumé :
"Jadis on m'a donné les noms les plus divers : ceux de sœur, d'amante, de prêtresse, de mage et de reine."Morgane la Fée, prêtresse d'Avalon.Quand Viviane, prêtresse d'Avalon, arrive accompagnée du grand sage Merlin, Ygerne, femme du duc de Tintagel, ne peut contenir la joie de revoir sa sœur. Mais elle est de courte durée. La Dame du Lac lui annonce sa prochaine grossesse ? fruit d'une union avec un autre homme ? et le destin de l'enfant qu'elle portera : futur Hau... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
4,06

sur 45 notes
5
7 avis
4
3 avis
3
0 avis
2
0 avis
1
0 avis

Kenehan
  19 novembre 2020
Le tome tant attendu de la saga, celui par lequel j'aurai du commencer, le point d'origine. « Les dames du lac » est le récit qui relate la légende arthurienne avec la caractéristique originale qu'il privilégie le point de vue des femmes. Une excellente idée qui permet de décaler la narration, de l'éloigner de l'action pour la ramener vers une approche plus psychologique.
Bien que toutes les femmes du mythe soient à l'honneur, le rôle central est attribué à Morgane. C'est elle qui porte le récit de bout en bout avec efficacité et surtout magnificence. Elle représente l'ordre ancien, la tradition, les vieilles croyances et se dresse face à la montée du christianisme qui diabolise tous les rites païens et le monde qui s'y rattache. Pourtant, elle n'est pas l'ennemie. Conciliante, elle tente de faire le lien et de maintenir une cordiale entente. Sauf que les hommes deviennent de plus en plus sourd aux paroles des femmes et s'accaparent le pouvoir.
Au-delà du règne d'Arthur et de ses origines, ce roman s'attarde sur une époque charnière durant laquelle s'opère un basculement des croyances ainsi que des rôles sociaux genrés. Il met en valeur toute la richesse du féminin rattachée à ce mythe.
L'accès à Morgane est si privilégié, par sa prédominance et par la présence de sa voix interne, que l'on prend aisément fait et cause pour sa quête de préservation d'Avalon. L'évolution de son personnage est parmi les plus appréciables. A contrario, Guenièvre déçoit, agace au fur et à mesure que le temps passe et que sa ferveur chrétienne s'impose. D'autres figures ne sont pas en reste telles que Viviane, Morgause, Nimue pour ne citer qu'elles.
Dans son ensemble, cette réécriture, au-delà du plaisir de lecture procuré, a été un bon moyen de démêler plusieurs éléments du mythe, de resituer certains protagonistes, de chronologiser la légende et de lui rendre une dimension humaine. C'est rare que je l'envisage, mais il y aura certainement une relecture à programmer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
ReadLookHear
  08 juillet 2021
Il y avait longtemps que je ne m'étais pas lancé dans un roman de fantasy et franchement que cela fait du bien, en plus une Légende Arthurienne que demander de plus pour passer de bons moments ?
Il faut savoir que j'adore toutes les histoires sur le Roi Arthur, sur La Table Ronde et sur ses chevaliers depuis tout petit, il y a quelque chose de fascinant dans ces légendes et c'est vraiment une époque dans laquelle j'aurais aimé vivre, la chevalerie, la magie et les robes des femmes, pfff je m'égare mais vous l'aurez compris, dès le départ, il y avait peu de chance que ce roman ne me plaise pas.
Dans cet intégrale de Les Dames du Lac de Marion Zimmer Bradley, l'histoire du Roi Arthur est racontée par les femmes, ce qui est pour le coup super original et ce qui change de tout ce que j'ai déjà pu lire sur le sujet. En plus nous suivons la dynastie des prêtresses d'Avalon, lieu de mystère et de magie. Celle qui est tout de même vraiment mise en avant est Morgane, soeur du Roi Arthur et donc prêtresse d'Avalon.
L'introduction de ce roman est d'ailleurs top avec les mots de Morgane. Ensuite tout le long c'est donc son histoire qui nous est racontée. Et quand nous suivons le point de vue d'autres protagonistes, j'ai aimé la façon dont cela est raconté, comme une sorte de songe, un peu comme si Morgane voyait les évènements à travers l'eau du Puit Sacré sur Avalon.
L'auteure dans son roman à donc pris le parti de mettre en retrait les fabuleuses batailles des Chevaliers de la Table Ronde contre les saxons et autres armées pour plus se concentrer sur les arcanes du pouvoir et sur l'influence des femmes sur chaque homme qu'il soit roi, chevalier, barde ou même jeune garçon, il est dit que nous sommes tous menés par le nez par les femmes … Il y a aussi un thème principal dans ce roman, c'est l'arrivée du christianisme en Grande-Bretagne et le combat acharné des prêtres contre les anciennes croyances notamment celle d'Avalon pour laquelle l'esprit de la nature est le plus important. Il y a dans ce roman, notamment beaucoup « d'images » pour montrer l'importance et le respect des relations entre l'homme et la nature. Concernant le christianisme, il y a de fortes critiques sur la manière dont les prêtres témoignent soit disant de la parole de Dieu à leur avantage dans le seul but d'emmener tout le monde dans leur sens. J'ai d'ailleurs trouvé certains passages assez lourds, notamment avec la Reine Guenièvre, j'imagine que cela devait être comme çà à l'époque de la montée du christianisme, mais voilà, je trouve que cela faisait un peu secte tout de même.
Bref, j'ai tout de même passé de très bon moments avec cette lecture, cela m'a donné du coup envie de relire le Cycle de Pendragon qu'il va falloir que je m'achète rapidement. Je conseil donc ce roman à tous les passionnés d'Arthur et de fantasy mais aussi aux autres souhaitant découvrir un univers riche et merveilleux.
Lien : https://readlookhear.wordpre..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
LaFeePetee
  06 septembre 2019
Publié tout d'abord en deux tomes, Les Dames du lac et les Brumes d'Avalon, je les découvrais à à peine 14 ans. Les éditons Pygmalion sortent un intégral en 2016.
C'est l'histoire du Roi Arthur, de la Table Ronde et des Celtes. L'écriture envoûtante de Marion Zimmer-Bradley est parfaite pour conter cette légende. Elle vous emporte loin, très loin dans l'Histoire de l'ancien Peuple, dans les rites et croyances des Prêtresses au croissant de Lune et vous enveloppe de brumes, celles de l'île d'Avalon. On découvre la Cornouaille, Tintagelle, Camelot et la beauté sauvage des lieux vous séduit instantanément.
On fait connaissance avec Arthur, enfant sur qui ont projette de grands dessins. Celui d'être le futur roi, mais surtout le Roi qui unifiera les peuples. Parce que la religion chrétienne grignote lentement le pays et dans sa faim, efface petit a petit les traditions magiques et séculaires. On apprend comment les Chrétiens se sont approprié les anciennes fêtes et divinités païennes, stratagème habile pour soumettre un peuple sans risque de révolte, On comprend l'origine de beaucoup de nos rituels et le parfum de paganisme qu'ils revêtent encore aujourd'hui à quelques chose d'enivrant. On suit la lente érosion des croyances gaéliques sous le symbole des Brumes qui éloignent l'île d'Avalon pour faire place à celle des moines de Glastonbury. Et votre coeur se serre, votre estomac se noue, parce que tout cela semble injuste. L'on saisit toute la richesse que nous perdons en oubliant la Grande Déesse.
Les Dames du Lac, c'est la légende arthurienne racontée du point de vue des Celtes et surtout L Histoire contée par des femmes. Je crois n'avoir jamais lu d'autre livre avec tant de symboles féminins rassemblés dans une même histoire. Toute les petites filles, toutes les femmes, devraient pouvoir rencontrer ces héroïnes. Pour s'identifier, pour embrasser la complexité féminine, pour accepter ou rejeter ses différentes facettes et pour, finalement, être fière d'être Femme.
Viviane, Grande Prêtresse imperturbable qu'on admire et déteste tout autant. Morgause, jalouse haïssable à qui l'on s'attache malgré tout. Igerne, femme forte, indépendante et complexe. Guenièvre, péronnelle naïve que j'ai eu envie de gifler à chaque page. Nimue dont l'isolement pieux vous touche profondément. Elaine, fascinante Elaine dont on ne sait plus si elle manipule ou est manipulée. Et puis Morgane... Morgane, la demi-soeur d'Arthur, Morgane la Fée, Morgane la tentatrice, la fille fragile, la Prêtresse, la Lune, la mère, l'amante, la traîtresse, l'amie. Morgane qu'on admire, qu'on maudit, qu'on aime sans condition...
Si les femmes sont à l'honneur dans ce roman c'est parce que La Déesse Mère est le culte en vigueur chez l'ancien peuple. Parce qu'elle est Gaïa, la Terre, la Lune, la fertilité. Mais l'ancien peuple croit également en l'équilibre de toute chose et les figures masculines ne sont pas en reste.
Les hommes sont tout autant malmenés que mis en avant dans L Histoire. Tiraillés par leur destin ou leurs sentiments, ils luttent, bravent, s'imposent ou faiblissent tout autant que ces dames. L'on découvre un Arthur émouvant, humain, loin du symbolique Roi imperturbable qu'on a pour l'habitude de nous vendre. Si Arthur assume parfaitement sa destinée, ce n'est pas sans sacrifice, doute et souffrance. On suit Gauvain, Mordred, Gorlois et Merlin... Oubliez toutes les représentations de ce vieux barbu sage dont on nous gave. Merlin est bien plus que cela, il est Patriarche, il est le Secret, il est le Savoir, tantôt solaire, tantôt obscure, Divin et profondément Humain...
Lire les Dames du Lac c'est ouvrir la porte à toute une culture, à un monde aussi vieux que le Monde et à une richesse inégalable.
Lien : http://blog.fnac.ch/livres/o..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Srhbb8
  25 juin 2019
J'ai trouvé que la seconde partie avait moins de relief. Est-ce moi qui me suis lassée ? La découverte du monde et des personnages était passée. Surtout certains personnages ont choisi un chemin qui ne plaisait pas, je pense que cela m'a largement influencée et j'ai commencé à lire en pointillés.
Durant ma lecture, j'ai également découvert que cette "intégrale" n'en était pas vraiment une puisqu'elle ne couvrait que 2 tomes sur 4, sans doute cette impression de duperie m'a freiné, je me suis dit, je vais arriver à la fin et ce sera un "cliffhanger" pour que j'achète la suite.
Finalement l'ensemble est cohérent et la fin n'est pas bâclée.
On poursuit la vie des femmes présentes dans le premier tome. Après la jeunesse de toutes les découvertes vient le temps de la maturité et, il faut bien le dire, des malheurs qui l'accompagnent.
Merci
Commenter  J’apprécie          50
malittleclementine
  26 mars 2020
Ayant toujours été attirée par la légende arthurienne et ce depuis toute petite, je n'avais pourtant encore jamais pris le temps de lire de livres sur le sujet et n'ai pas hésité une seule seconde en choisissant celui-ci. J'ai en effet immédiatement été attirée par le fait que l'histoire soit racontée du point de vue des femmes, et pour cause, c'est justement elles que je préfère quand j'entends parler de cette magnifique légende.
Je ressors pourtant de cette lecture avec un sentiment assez mitigé, non pas à cause de l'histoire, qui est à mon sens très intéressante, vraiment bien développée, bien écrite, et franchement, pour être honnête avec vous, j'ai plus qu'adoré découvrir l'influence que pouvaient avoir les femmes sur des hommes tels qu'Arthur, Lancelot. et j'en passe…
J'ai aussi personnellement beaucoup aimé tous les questionnements autour de la religion et de l'arrivée du christianisme, mais… malgré tous ces points positifs, j'ai vraiment trouvé cette lecture un peu trop dense, lente, assez répétitive par moment et même si dans l'ensemble on peut dire que je l'ai vraiment appréciée, j'ai tout de même eu la désagréable impression de m'ennuyer et de la traîner un peu trop en longueur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
ReadLookHearReadLookHear   08 juillet 2021
Morgause leva vers le ciel homme un regard effrayé :

» Seriez-vous donc âgé de plus de quatre cents ans, ô Vénérable ?

– Non, pas mon corps, répondit Merlin en souriant à la jeune fille, mais mon esprit, lui, compte des siècles et des siècles d’existence. Et puis, j’ai beaucoup lu sous la Grande Voûte, là où s’inscrit le souvenir de toutes choses.

– Tout cela est peut-être bien compliqué pour la petite, le réprimanda affectueusement Viviane. Elle n’est pas prêtresse ! Ce que Merlin veut dire, petite soeur, c’est qu’il était vivant lorsque les chrétiens sont arrivés dans notre pays. Mais étant alors trop âgé, il a demandé aux Seigneurs de ce monde de se réincarner afin de poursuivre son oeuvre sous une nouvelle enveloppe charnelle. C’est ainsi qu’il est revenu parmi nous. Mais ceci fait partie des mystères que vous avez tout le temps de comprendre … Continuez, Merlin, je vous en prie…

– J’ai donc su que nous étions parvenus au moment où l’histoire de l’humanité allait basculer, reprit-il imperturbable. Les chrétiens cherchent à supprimer toute forme de sagesse différente de la leur. Ils rejettent tout mystère étranger à leur religion. Ainsi ont-ils décrété hérétique notre croyance selon laquelle les hommes peuvent vivre plusieurs vies successives, réalité cependant enracinée au plus profond de notre peuple.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
silencejelissilencejelis   28 mars 2019
Morgane parle...

Jadis on m'a donné les noms les plus divers: ceux de sœur, d'amante, de prêtresse, de mage et de reine. aujourd'hui, le temps de la sagesse venu pour moi, je pense proche le jour où ces choses devront être connues. Mais à dire la vérité, la vérité toute simple, je pense que ce sont les chrétiens qui raconteront la fin de l'histoire; en effet, le monde des fées se sépare à jamais du monde où le Christ règne en maître. Je n'ai rien contre le Christ, mais seulement contre ses prêtres, qui appellent démon la Grande Déesse et lui dénient tout pouvoir ici-bas. A u mieux, disent-ils, sa puissance lui vient de Satan, ou bien encore la revêtent-ils de la robe bleue de la Dame de Nazareth, prétendant de surcroît qu'elle fut toujours vierge. Or que peut donc savoir une vierge des douleurs et des larmes de l'humanité?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
irwingeltimeirwingeltime   03 avril 2018
Oui, c'était Lancelot. Il venait à elle parce qu'il l'aimait, parce qu'il avait besoin d'elle, qu'il savait que déjà dans l'ombre elle lui ouvrait les bras, prête à tout lui donner, corps et âme, prête à lui apporter, pour qu'il oublie enfin, quelques fugaces instants d'éternité.
Commenter  J’apprécie          10
irwingeltimeirwingeltime   03 avril 2018
Que filait-elle là, sinon des vies, des vies d'homme, de leur naissance jusqu'à leur mort, de leur premier vêtement à leur ultime linceul ? Tournait, tournait, le fuseau dans ses mains engourdies...
Commenter  J’apprécie          10
silencejelissilencejelis   28 mars 2019
Morgane parle...

"Tous les Dieux ne sont qu'un"

"Ainsi, la vérité elle-même oscille-t-elle entre la route de l'Île des Moines et celle d'Avalon, qui s'enfonce de plus en plus dans les brumes de la Mer d'Été."

"Telle est ma vérité, la vérité de Morgane, celle qu'on appelait, dans les temps qui s'éloignent irrémédiablement, la fée Morgane."
Commenter  J’apprécie          00

Video de Marion Zimmer Bradley (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marion Zimmer Bradley
Coup de cœur | Les dames du lac de Marion Zimmer Bradley Vous aimez les légendes arthuriennes ? Qu’attendez-vous pour vous lancer dans les Dames du Lac ?!
autres livres classés : légendes arthuriennesVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Généalogie Arthurienne selon Marion Zimmer Bradley

Fille de Ygerne et de Gorlois, Duc de Cornouailles, je suis l'enseignement des prêtresses de l'Ile Sacrée d'Avalon pour succéder à ma tante Viviane, la Dame du Lac, je suis (la Fée):

Morgause
Niniane
Elaine
Morgane

14 questions
69 lecteurs ont répondu
Thème : Les Dames du lac, tome 1 de Marion Zimmer BradleyCréer un quiz sur ce livre

.. ..