AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782016273920
369 pages
Éditeur : Hachette (10/10/2018)
4.4/5   24 notes
Résumé :
«  La guerre dévore les vainqueurs en dernier.  » 
Pour le bien de la République, Cendré doit être éliminé. Darrow en reste convaincu. Parti à sa poursuite malgré l'interdiction du Sénat, l'ancien Rouge redevient hors-la-loi. Mais le Système solaire est vaste et, dans ses recoins, d'autres dangers fourmillent. La révolte gronde. On murmure que la Révolution du Faucheur n'a amené que chaos et ruine. Pour ses victimes, les disgraciés, les endeuillés, l'heure de... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Billygirl
  10 mars 2019
La suite de la fameuse série Red Rising de Pierce Brown est à la hauteur de la trilogie mais un petit peu moins attractive quand même ; je parle de façon générale en englobant les deux volumes de Iron Gold.
La distribution du roman prend un côté scénarisé comme pour une adaptation cinématographique avec un découpage prêt à l'emploi. Cette fois nous avons quatre narrateurs, le Faucheur Darrow, notre héros, Roi des esclaves, Haut-Imperator de la République ; mais aussi Lysandre, petit-fils de l'ancienne souveraine Octavia ; Ephraim, ancien fils d'Arès devenu mercenaire et Lyria, une jeune Rouge, fille de mineur. Je trouve que cette distribution, si elle expose clairement les faits et recoupe parfaitement les évènements des différents lieux en temps réel, minimise la part de notre Darrow, qui toujours visionnaire stratégique, se retrouve emporté par les situations. Cependant, je pense qu'il finira par retourner les choses à son avantage dans le prochain tome, Dark Age qui sera je l'espère, publiée en France rapidement. C'est quand même une belle suite, intelligente, intéressante et toujours addictive mais en étant relativement moins surprenante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
louji
  30 septembre 2020
Il y a un peu plus d'un an, j'ai lu et chroniqué Dark Age, le T5 de Red Rising. Mais je n'ai jamais fait de chronique du T4 (y'a pas trop de raisons pour expliquer cette anomalie). Alors me voilà enfin avec une p'tite review de Iron Gold (2 tomes en France, un seul en vo, vous commencez à connaître la chanson) sans spoilers comme d'habitude (le mieux est de connaître les tomes 1 à 3 quand même)
Je vais commencer ma chronique en expliquant pourquoi, à mes yeux, Iron Gold amorce les véritables enjeux de la saga Red Rising, la faisant passer d'une série dystopique pour ado/adultes à du space-opera qui pète du feu de dieu. le 1er cycle de RR, les 3 premiers tomes, mettent en scène l'immersion de Darrow, esclave Rouge, dans la Société Or, qu'il compte détruire de l'intérieur. Un monde imparfait, un héros de génie, une floppée de personnages attachants et imparfaits. Un monde en ruine, des têtes qui tombent… Morning Star, T3, nous laisse une galaxie au destin en suspens, où tout est à refaire. Et c'est justement "ce tout est à refaire" qui est très souvent laissé de côté dans les dystopies pour ados. Ce qui me frustre très très souvent. Mais Pierce Brown a pris son courage à deux mains, a fait le pari de perdre une partie de ses lecteurs, de faire évoluer l'âme de Red Rising, pour ouvrir un second cycle, plus adulte, plus sombre, plus politique. Iron Gold signe le début de la suite, du renouveau, de la reconstruction. Dix ans plus tard, nous voilà aux côtés de Darrow, seigneur de guerre trentenaire à l'âme éraflée par une décennie de conflits aux quatre coins du système solaire. Mais ce n'est pas tout : nous voilà dans la tête d'Ephraïm, Gris désabusé et freelance du crime, Lyria, Rouge désillusionnée par la République et sa Souveraine, Lysandre, héritier oublié d'une ancienne civilisation centenaire. Cet ajout de PDV a dû déplaire à certains, mais, à mes yeux, il est obligatoire pour amener plus de questionnements, de tension, d'intérêt à la série. le 1er cycle de RR avait un côté un peu "fermé" comme nous avions un PDV unique. Ces nouveaux personnages apportent une vision différente de la République, des politiques du Noyau et de la Bordure, des vécus des habitants du système solaire. Dans ce tome, il n'est plus question de se cacher, de détruire une société depuis l'intérieur… La guerre y est beaucoup plus brutale, nette, tranchante. Guerre dans la boue, dans les champs, bien sûr, mais aussi guerre philosophique, guerre politique, au Sénat, dans la Bordure, sur Vénus… Les mondes se mélangent, les systèmes politiques aussi. Et je dois avouer que je trouve tout ça passionnant pour ma part (c'est encore plus accentué dans Dark Age).
Malgré ces apports de philosophie, de réflexion, de psychologie, Iron Gold est encore très axé action et rebondissements. En définitive, on ne s'ennuie pas, on craint (encore, toujours) pour la vie des personnages. P. Brown n'a franchement pas peur de tuer ses persos, et ce n'est jamais gratuit. Les destinées se croisent, les multiples PDV permettent de donner plus de profondeur aux événements, aux autres personnages. Les PDV mélangés sont pour moi une richesse vis-à-vis des persos : j'adore la façon qu'ils ont tous de se jauger, juger, observer. Les qualités de l'un ressortiront aux yeux de tel, et les défauts aux yeux d'un autre. Les personnages que l'on commence à bien connaître en sont encore plus passionnants (je pense à Darrow et Mustang notamment). Parfois Dieux, admirés, craints, de temps en temps esclaves de leur destinée ou de leurs désirs, haïs et méprisés. Iron Gold permet à certains personnages, absents ou presque du 1er cycle, de prendre leur envol (Lysandre, Apollonius, Ephraïm, Lyria, Didon, Alexandar…). Les anciens ne sont pas oubliés pour autant et certains fantômes sauront tirer quelques sourires ou quelques larmes (Cassius, les Télémanus, Danseur, Colloway…). Petit aparté sur Darrow : il est loin, le jeune Rouge enragé qui se croyait capable de tout faire pour venger sa bien-aimée et des siècles d'esclavagisme de sa Couleur. Notre héros est devenu un homme déchiré par l'épuisement, la lassitude, les regrets de la guerre. Il est plus froid, moins passionné, plus calculateur que jamais. Son intellect tend à devenir glaçant par moment. C'est un personnage tout aussi formidable par sa capacité fédératrice et sa hargne d'en découdre avec un monde injuste, mais il est plus imparfait que jamais. Il me rappelle le Darrow du T2 qui hurlait sa rage et sa solitude dans le vide dans l'attente qu'on le soutienne pour de bon. Là, Darrow est loin de ses anciens amis, loin de ses repères et de ses terres natales. Même s'il est entouré, il semble s'enfoncer de plus en plus dans son rôle, dans sa solitude de seigneur de guerre. On craint presque plus pour ce qu'il pourrait devenir que ce qui lui arrive vraiment dans le T4.
Du côté de l'univers, celui présenté dans le 1er cycle semble presque fade tant Iron Gold ouvre sur le reste de la galaxie du Soleil et nous fait découvrir des mondes que nous ne connaissions pas : la Bordure, Vénus, Mercure. Ces escapades nous permettent de découvrir les grandes figures qui règnent sur ces planètes et les codes qui les régissent : les Raa, le Seigneur Cendré et Atalante, les Valli-Rath…
Même si Iron Gold a clairement un goût de transition entre l'ancien et le nouveau cycle (je pense qu'à l'instar du T1, ce sera le ""moins"" bon de son cycle), il ouvre tellement de possibilités, amène tant de nouveaux enjeux, qu'il reste passionnant dans son rôle même de médiateur entre deux époques.

Lien : https://littcentcinquante.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Claire_Qln
  04 décembre 2020
Et c'est un retour amplement mérité des cinq étoiles pour Pierce Borwn après une toute petite déception sur l'opus précédent qui souffrait de quelques longueurs, à mon sens. Ici, rien de tel, et le roman se dévore avec la même frénésie que la trilogie précédente.
La grande force de l'auteur, ce qui est de plus en plus visible à chaque tome, c'est l'élargissements. Des paysages, des belligérants, des personnages, des sentiments, des idées... Tout prend une ampleur nouvelle avec un brio remarquable.
On s'éloigne de Mars ou Luna pour voyager dans tout le système solaire, on découvre toute une galaxie (sans mauvais jeu de mots) de nouveaux personnages, sans pour autant que les anciens soient occultés ; mention spéciale pour ce grand malade d'Appollonius. D'ailleurs parlons-en de ces anciens. Avec dix ans de plus, viennent ausis les questionnements, les doutes, les remises en question sur leurs actions passées et la manière dont ils ont modelé ce présent qui menace de s'effondrer. Les luttes de pouvoir et de politique prennent de plus en plus de place, c'est vraiment un régal à lire.
Les retournements de situation s'encaînent, la plupart du temps sans qu'on les voit venir, mais restent d'une logique imparable. Cette série est une vraie pépite, et chaque tome ne fait que le confirmer. En revanche, cette suite est à mon avis destinée à des lecteurs plus adultes. Pas qu'elle soit plus crue, les premiers tomes l'étaient déjà bien assez, mais les thèmes abordés et les visions du monde qui se confrontent ont pris de la maturité, et nécessitent un certain recul de la part du lecteur. Car au-delà d'un "simple" space opera, Pierce Brown aborde des thèmes que l'on peut facilement transposer à nos sociétés actuelles : les questions de gouvernance, de népotisme, de sentiments en politique, de devoir, de sacrifice...
Bref, un nouveau petit bijou qui ne fait que me donner encore plus envie de plonger dans le tome , en espérant que cet élargissement magistral ne finisse pas par éclater comme une baudruche.
Mais je suis certaine qu'il n'en sera rien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Emilie_Milon
  22 janvier 2019
Nous enchaînons rapidement sur les événements et il n'y a aucun temps mort. J'ai été étrangement ravie et triste en même temps de la chute de Darrow. Encore une fois, notre héros en a fait qu'à sa tête et son entêtement lui coûte cher, très cher. Malheureusement, plus les pages filent, plus le retour en arrière semble impossible. Alors que je l'ai toujours suivi malgré les obstacles et les ennemis, j'avoue qu'il est de plus en plus dur de lui faire confiance et de cautionner ses actes. Un fil de pensée que partagent ses amis aussi.
Ici Darrow va devoir faire alliance avec de drôles de personnages. L'expression "pactiser avec le diable" prend tout son sens. On y retrouve de vieilles connaissances et de nouveaux personnages intéressants. On sait que, bien sûr, rien ne se passera comme prévu et seul Darrow est encore assez naïf pour l'espérer. La fin du tome est terrible, il est difficile en tant que lecteur de comprendre son acharnement à la guerre. Darrow s'est perdu et c'est ce qui rend ce personnage si réaliste.
J'avais imaginé tout autre chose pour Lyria mais l'auteur a su me surprendre. C'est un personnage intéressant, qui est un vrai lien pour entrecroiser tous les autres destins. J'ai beaucoup aimé la suivre. C'est celle qui subit le plus d'injustices dans ce roman. J'espère qu'elle aura encore une part belle dans la suite !
Ephraïm trouve enfin son rythme de croisière dans ce roman et j'ai pris plus de plaisir à le découvrir ici. Je n'irais pas jusqu'à dire que son personnage est attachant mais il vaut la peine d'être connu et de lui donner une chance de pardon et de rédemption.
La partie la plus intrigante et frustrante de ce tome concerne les aventures de Lysandre et Cassius. Bon sang, si on doutait que les Ors de l'ancien système sont des sacrés connards, heureusement qu'il en reste sur la Bordure pour nous le rappeler. J'ai beaucoup aimé suivre la famille d'Or qui les détient prisonnier et que nous avions pu connaître un peu dans Red Rising. Encore une fois des rebondissements et des trahisons viennent ponctuer le roman et le sang coule. Même si cette famille force le respect par certains aspects j'ai beaucoup de mal avec Séraphina mais d'après le chemin tracé il me semble qu'elle est destinée à Lysandre alors je crains de devoir la supporter encore un moment. La part belle est donc donné à cet ennemi qui nous permet de remettre en question le Soulèvement de Darrow.
En conclusion, cette deuxième partie m'a encore étonnée, passionnée et faite trembler. Honneur, trahison, sacrifice et pardon sont mis en avant au travers de tous nos personnages sur fond d'une nouvelle guerre civile qui couve car les perdants d'hier cherchent à retrouver leurs privilèges. Un ennemi est tapi dans l'ombre et je pense deviner de qui il s'agit. A voir dans le prochain tome. Car oui, pour notre plus grand plaisir, l'aventure continue !
Lien : http://dryade-intersiderale...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Cranberries
  24 janvier 2019
Hé ben, heureusement que la publication des deux parties n'était séparée que par un mois, sinon je pense que j'aurais légèrement pété un câble..
Ma lecture de cette seconde partie renforce mon opinion sur le fait de diviser un tome unique en deux parties: cela n'a pas de sens !
Pourquoi ? Parce que j'ai tout simplement eu l'impression de lire deux livres au contenu très inégal, alors que Pierce Brown semble avoir eu comme intention de faire monter la tension au fur et à mesure des chapitres.
Ici nous avons eu droit à une première partie assez plate, qui posait les bases de l'histoire, pour ensuite nous offrir sur un plateau une seconde partie pleine de rebondissements et de réponses à nos questions !
Sincèrement, je pense que j'aurais beaucoup plus apprécié Iron Gold s'il avait été édité en un seul volume.
Mais soit, revenons à nos moutons:
Malgré ma propension à ne pas apprécier les choix éditoriaux de chez Hachette, cela n'enlève rien au talent d'écrivain de Pierce Brown, ni à celui du traducteur de savoir rendre justice au style de ce dernier.
Comme à chaque fois, je me suis laissée emportée par l'univers de Darrow et je n'ai pas vu le temps passer. J'ai dévoré ce livre sur ma journée de samedi, c'est vous dire s'il était prenant !
Dans cette seconde partie, on commence enfin à entrevoir comment certains personnages vont interagir ensemble et où va nous mener leur rencontre.
Peu à peu tout se met en place, suivant une logique délirante, propre à l'auteur, dont on ne peut que saluer l'imagination débordante et le sadisme aussi, un peu.
Et comme d'habitude, l'auteur nous réserve pas mal de surprises pour la fin du tome, même si pour une fois, j'avais vu venir un élément de l'intrigue.
Peut-être que je m'habitue aux coups tordus de Pierce Brown ?
Quoi qu'il en soit, on termine encore sur un cliffhanger qui nous laisse sur notre faim, et ce pour un temps certain étant donné que Dark Age est seulement prévu pour février 2019... Si tout va bien.
Pourquoi tant de haine ?
Lien : http://www.cranberriesaddict..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
AkatsukiIkariAkatsukiIkari   25 avril 2020
Un élan de pitié m'envahit en le voyant comprendre qu'il a échoué : non pas à me protéger, mais à me convaincre qu'il avait raison, que la souffrance qu'il m'a causée était justifiée. Peut-être pensait-il, en me persuadant, qu'il serait capable de se persuader lui-même. Je lui ai volé cet espoir et toute chance d'alléger son cœur.
Dix années de complicité s'évanouissent en un souffle. Nous nous regardons comme deux étrangers se voyant pour la première fois.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
AkatsukiIkariAkatsukiIkari   25 avril 2020
Quant à moi, je ne pouvais quitter des yeux le visage radieux de Mustang. Il s'en dégageait un tel amour, entier et vrai, qu'il en était douloureux, le genre d'amour que vous souhaiteriez voir durer à jamais mais que la cruauté du monde finit toujours par user, détruire. Malgré tout, vous ne pouvez vous empêcher d'espérer que le vôtre sera l'exception...
Commenter  J’apprécie          10
ZuttoZutto   13 mars 2019
— Écoute, Thraxa, les mioches, c’est comme des chiens. Il y en a qui couinent, d’autres qui aboient, d’autres qui grognent. Il faut juste savoir comment leur répondre.
— Tu sais parler aux chiens ? se moque Alexandar.
— Ben, je te parle bien, à toi.
Commenter  J’apprécie          10
karolivrekarolivre   19 novembre 2019
aimerais qu’elle s’arrête. Je devine qu’il y a longtemps qu’elle réprime cette douleur, qu’elle la garde cachée dans un recoin sombre de son âme, tout comme moi. Cependant, contrairement à elle, je ne suis ni bon ni altruiste. J’aimerais qu’elle soit mesquine et mauvaise, qu’elle soit comme tout le monde. J’aimerais lire de l’aigreur dans ses yeux. Je n’y vois que des larmes.
Commenter  J’apprécie          00
ZuttoZutto   13 mars 2019
— Je suis Cassius au Bellona, fils de Tibère et de Julia, Chevalier du Matin, et mon honneur reste intact !
Commenter  J’apprécie          20

autres livres classés : guerreVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2372 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre