AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 1095718282
Éditeur : Agullo (05/10/2017)

Note moyenne : 3.81/5 (sur 21 notes)
Résumé :
"Nous sommes des mutants génétiques new-yorkais. Nous n'avons d'autre choix que de devenir des super-héros."

Héros secondaires est une satire sociale sur les super-héros et l'industrie pharmaceutique ; une comédie noire à prescrire d'urgence pour nos sociétés sur-médicamentées.

Convulsions. Nausées. Migraines. Gain de poids soudain. Pour les fantassins de l'industrie pharmaceutique présents sur la ligne de front de la science médicale ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
monromannoir
  24 décembre 2017
Outre des voyages dans quelques contrées atypiques comme la Roumanie avec Spada de Bogdan Teodorescu (Agullo 2016), l'Allemagne et la Pologne avec 188 Mètres Sous Berlin de Magdalana Parys (Agullo 2017) ou l'Irak avec Bagdad, La Grande Evasion ! de Saad Z. Hossein(Agullo 2017) les éditions Agullo ont toujours eu la particularité de nous offrir des textes originaux remettant en cause le cadre sociétal normé au sein duquel évolue une population. Une définition au sens large de la politique au milieu de laquelle l'individu doit se positionner en fonction de son rapport avec la cité et des règles qui la régissent. Quelle que soit la thématique abordée, l'ensemble des auteurs intégrant cette jeune maison d'édition se caractérisent également par leur ton irrévérencieux et leur regard très incisif qu'ils adoptent en nous proposant des récits se déclinant sur un registre résolument décalés. Ainsi, à propos de la surconsommation de médicaments et des essais cliniques orchestrés par des grands groupes pharmaceutiques, S. G. Browne nous propose, avec Héros Secondaires, une vision grinçante du phénomène, teintée d'un humour à la fois acide et pertinent pour un récit satyrique empruntant les bases de la littérature fantastique en mettant en scène une bande de losers se découvrant quelques pouvoirs paranormaux.
Analgésiques, antidépresseurs et autres substances chimiques, Llyod Prescott croque les médicaments comme des bonbons. C'est son métier : Cobaye humain. Il est rémunéré au gré des essais cliniques qu'on lui propose par l'entremise des petites annonces et du réseau qu'il s'est constitué avec sa bande de potes qui, comme lui, gravite dans les circuits des laboratoires pharmaceutiques et des établissements hospitaliers, à la recherche de tests rémunérateurs. Une équipe de braves loosers sympathiques, vivotant du mieux qu'ils peuvent dans l'anonymat des rues new-yorkaises. Mais à force d'ingérer quelques cocktails médicamenteux il fallait bien que les effets secondaires apparaissent. Llyod est le premier à déceler une capacité hors-norme à endormir les gens lorsqu'il baille. Mais bien vite ses camarades se découvrent, tout comme lui, quelques super-pouvoirs atypiques. On assiste ainsi à l'apparition d'une ligue de justicier qui déferle sur la cité. Ils ont pour nom Dr L'Enfant-Do, Capitaine Vomito, Spasmo Boy, Eczéman et Super Gros-Tas. Tous sont bien décidés à protéger la population des caïds et petites frappes en tout genre. Mais pourront-ils faire face à Mr Black Out et Illusion Man qui utilisent leurs facultés paranormales à des fins peu louables ?
Pour une comédie douce amère saupoudrée de quelques traits d'un humour sarcastique, S. G. Browne ne s'éloigne pourtant jamais de la thématique centrale de son roman en mettant en lumière avec une redoutable acuité tous les excès d'une industrie pharmaceutique peu scrupuleuse agissant avec la complicité des gouvernements pour mettre sur le marché des médicaments dont les effets secondaires se révèlent bien pire que le mal initial dont souffre le patient. Un processus infernal où la surmédication obéit à une redoutable logique commerciale de rentabilité comme on peut le constater avec Llyod Prescott qui, pour se remettre de toutes ses aventures, doit absorber toute une série de médicaments censés, avant tout, annihiler leurs effets secondaires respectifs. Héros Secondaires est donc un récit à charge qui met en exergue toute l'absurdité d'une économie médicale davantage préoccupée par le rendement que par un raisonnement thérapeutique bénéfique et cohérent.
Au travers du roman on peut également déceler une allégorie de ce que sera l'homme de demain que l'ont prédit augmenté voire même immortel, avec ce groupe de losers touchants et attachants que l'auteur décline tout au long d'une intrigue à la fois originale et surprenante qui recèle quelques rebondissements imprévisibles. Perdu dans l'immensité d'une mégapole comme New York et dotés de pouvoirs extraordinaires, il s'agit donc pour Llyod Prescott et ses congénères de trouver leur place au sein de l'anonymat d'une grande cité et de faire face à leurs responsabilités sans qu'ils ne soient d'ailleurs capables de les appréhender. Avec ce récit qui emprunte les standards du fantastique propre aux ouvrages de DC Comics ou de Marvel, S. G. Browne évoque également les sujets de la solitude, du rejet et de la frustration notamment par le prisme de ses deux « super-vilains » que sont Illusion Man et Mr Black Out et dont les motifs méprisables ne font finalement que faire rejaillir leur profonde aversion pour ce monde injuste qui les entoure. Car dans un contexte économique laborieux, l'ensemble des protagonistes se situent à la marge de la précarité en révélant ainsi toute la fragilité d'une classe moyenne à la lisière du seuil de pauvreté et dont la situation peut basculer à tout instant. Ainsi, mêmes nantis de leurs pouvoirs extraordinaires si atypiques Llyod Prescott et ses camarades n'en demeurent pas moins profondément humains avec leurs failles mais également leurs vertus qu'ils mettent au service des autres, plus particulièrement pour les plus démunis qu'eux. Outre les personnages, c'est cette ville de New-York que l'on découvrira au ras du sol, bien éloignée des visions de la skyline auquel nous sommes accoutumés, en arpentant quelques quartiers méconnus de la Grosse Pomme, tout aussi chaleureux que leurs habitants.
Récit enjoué, dynamique et plein de mordant et de générosité Héros Secondaires aborde le sujet grave des dérives pharmaceutiques sans se prendre au sérieux tout en instillant dans l'esprit du lecteur une regard plus nuancé et peut-être plus avisé vis à vis des ordonnances médicales et surtout des longues listes d'effets secondaires des médicaments que nous consommons. Incisif et pertinent.
S. G. Browne : Héros Secondaires. Editions Agullo 2017. Traduit de l'anglais par Morgane Saysana.
A lire en écoutant : Walk On The Wild Side de Lou Reed. Album : Transformer. RCA Records 1972.
Lien : http://monromannoiretbienser..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
encoredunoir
  15 octobre 2017
Lloyd Prescott, la trentaine, se cherche encore. Sans boulot régulier ni vraiment envie d'en trouver un, il fait la manche à Central Park et, surtout, se vend comme cobaye aux laboratoires pharmaceutiques dont les produits arrivent à la phase de test sur les humains. Non seulement ça peut rapporter un peu d'argent, mais en plus, à force de courir les essais de traitements médicaux, Lloyd a fini par se faire une petite bande d'amis, eux aussi cobayes réguliers.
Les choses ne vont pas basculer soudainement mais, peu à peu, Lloyd et ses condisciples vont s'apercevoir que des choses clochent. Une agression dans le métro durant laquelle un des agresseurs s'effondre victime d'une terrible crise d'urticaire, un skateur malpoli qui, après que Lloyd a éprouvé une irrépressible envie de bailler, s'endort soudainement… Il faut rapidement se rendre à l'évidence : les essais pharmaceutiques peuvent avoir des effets secondaires, et le fait d'être doté de pouvoirs extraordinaires, certes, mais un peu nazes – donner de l'eczéma, endormir, faire vomir, provoquer une érection involontaire – en fait partie. Et la question se pose alors pour le groupe d'amis : que faire ? Faut-il former une sorte de nouvelle ligue Marvel à la petite semaine ? D'autant plus qu'il semblerait que d'autres, moins sympas, aient aussi acquis certains pouvoirs et en profitent pour semer le trouble à New York.
On pense bien entendu, en abordant ce roman de S. G. Browne, aux Mystery Men (et on en profite au passage pour vous conseiller d'éviter l'adaptation cinématographique) et à toute une clique de parodie de comics ou de films de super héros. Et, de fait, Browne s'en sort plutôt bien dans cet exercice. Moins d'ailleurs grâce aux actions de ses héros au rabais que par leurs dilemmes divers qui donnent droit à des dialogues particulièrement marrants. Mais tout cela est surtout l'argument de départ, l'emballage du tout, et un bien bel emballage d'ailleurs.
Car sous cela, le propos de Browne se fait plus grinçant. Il y a bien entendu une charge violente contre l'industrie pharmaceutique :
« Les États-Unis et la Nouvelle-Zélande sont les seules nations industrialisées au monde qui autorisent les groupes pharmaceutiques à faire la publicité de leurs médicaments auprès des consommateurs. Tous les autres pays occidentaux ont interdit cette pratique. Et tandis que ces entreprises ont le droit de vanter les mérites de substances susceptibles de provoquer des insuffisances cardiaques, des pertes de mémoire, et d'augmenter le risque de décès, les fabricants de compléments alimentaires naturels osant déclarer que leurs produits aident à prévenir telle ou telle maladie ou ont telle ou telle vertu curative s'exposent à des amendes conséquentes, voire à une incarcération potentielle. »
S. G. Browne a potassé le sujet et arrive à le rendre à la fois angoissant et hilarant.
Il y a aussi, à travers la vie des losers qu'il met en scène, un discours à propos de la manière dont il est facile de glisser. Si Lloyd est avant tout un produit de cette génération qui peine à trouver sa place, à sortir de l'adolescence, ses amis, eux sont représentatifs de ces personnes qu'un événement, un accident – divorce, frais de santé alors que l'on n'est pas assuré – poussent à la marge de la société.
Pour tout cela, Héros secondaires, sous l'ironie, parfois mordante, parfois tendre, est aussi et avant tout un roman social – et pas des plus optimistes. Et s'il n'est pas dénué de menus défauts, en particulier une fin avec laquelle l'auteur semble avoir un peu de mal à se débrouiller, ce nouveau roman de S. G. Browne mérite amplement que l'on s'y arrête. Pour rire un moment mais aussi pour penser un peu.

Lien : http://www.encoredunoir.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Melvane
  09 décembre 2017
Que j'ai adoré ce roman ! Étant naturopathe, c'est vrai que j'aime voir cet humour noir se glisser dans le monde de la médication et de tout ce qu'elle créée avant de contaminer les gens. le but ici n'est pas de provoquer des débats, on s'entend bien, mais je n'aime pas les médicaments, je trouve ça burk. Et quand je vois ce roman qui étale l'absurdité de tout ses tests, de ces mises en danger de l'être humain, ça me dégoutte encore plus MAIS ... heureusement, les effets secondaires se changent en super pouvoirs !Quel bonheur, je me suis prise des tranches de rire monumentales ! Des scènes farfelues et pleines de surprises ont égayées mes soirées. C'est très léger comme roman mais cela laisse quand même de sérieuses questions en suspends. C'est un thème qui reflète notre monde, un problème fort présent et récurrent et ça aide parfaitement à se remettre en question.
Vivement, je le conseille, vous ne serez pas déçus.
Merci à toutes l'équipe Babelio et aux éditions Agullo.
Commenter  J’apprécie          80
pupucing
  08 décembre 2017
Lloyd est, à trente ans, ce qu'on pourrait appeler un looser, pas le genre lourdingue qui n'en fout pas une, au contraire, il a même deux boulots, enfin, c'est relatif comme terme, il lui arrive de faire la manche, ça rapporte et ce n'est pas imposable, c'est tout bénéf' ! Mais, il a aussi un boulot principal (et imposable) mais pas le genre dont tout parent digne de ce nom rêve pour sa progéniture : il est cobaye pharmaceutique, et ouais, il ingurgite un tas de cachetons (ou piqouse, perfusion, lavement, ça dépend des jours), juste pour que nos médecins puissent nous les prescrire en toute confiance, mouais, on se rassure comme on peut ...
Donc Lloyd est cobaye depuis cinq ans, il s'est même fait un cercle d'amis très proches, avec qui il compare les différents effets sur leur organisme, les différents bons plans et autres, il y a Randy, Isaac, Charlie, Franck et Vic, quelque fois Blaine se joint à eux.
Lloyd a une petite amie, un peu fée sur les bords, très végétarienne et un poil opposée à ce boulot de rêve, mais par amour elle ferme les yeux.
Mais depuis quelques temps, Lloyd remarque des choses étranges, une sorte d'effet secondaire, non spécifiée sur les notices de médocs, il peut endormir les gens !!!
Il s'avère que chacun de ses potes a aussi son pouvoir, ça va de l'éruption cutanée à la crise d"épilepsie, en passant par une érection incontrôlée (oui, ça peut être un chouia gênant) !
La bande potes médicalement modifiée ne tarde pas à user de ses nouvelles facultés pour faire régner un semblant d'ordre autour d'elle; un mec hurle au téléphone au ciné ? Et hop, une pustulisation massive ! Une nana se la joue diva au resto car sa viande n'est pas assez cuite ? Et une sieste improvisée la troche dans les petits pois, une ! Très vite, ils se rendent compte qu'en plus de punir les malotrus, ils pourraient utiliser leurs pouvoirs pour devenir, tadaaaaa, des super-héros !!!!! Ouiiiiii, rien que ça, d'autant plus qu'ils se rendent compte que d'autres personnes sont atteints de ce genre d'effets secondaires, et qu'ils ne s'en servent pas forcément pour faire le bien ....
Une nouvelle génération de super-héros est née, exit les griffes de Wolverine, exit la toile d'araignée collante de Spider-Man, place aux éruptions dégueux, aux vomissements incohercifs, aux siestes improvisées, aux crises d'épilepsie, aux prises de poids instantanées, et aux érections impromptues (ok, il y a mieux pour lutter contre le mal ...)
Que dire de ce roman, à part qu'une fois encore Scott G. Browne tape dans le mille avec un roman bourré d'humour potache, douteux, sarcastique et parfois noir, mais tellement jouissif
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Garoupe
  24 octobre 2017
Il y a prescription !
Lloyd vit à New York. Avec Sophie. En dehors du fait que Lloyd est cobbaye pour les laboratoires pharmaceutiques et qu'il arrondit ses fins de mois en faisant la manche, il forme un couple tout à lambda et vit une vie tout à fait normale. Jusqu'à ce que Lloyd prenne conscience qu'il détient un pouvoir incommensurable : celui d'endormir qui bon lui semble.
Il en va de même pour ses acolytes cobayes. Si Lloyd fait dormir ses cibles, Vic fait vomir, Charlie fait convulser, Randy provoque des crises d'urticaire, Isaac des érections et Frank fait grossir. Tous ces pouvoirs sont hérités de leurs cinq années ininterrompues de tests pharmaceutiques et la consommation compulsive et massive de médicaments. Leurs pouvoirs correspondent tous à des effets secondaires potentiels des médicaments ingurgité : endormissements, vomissements, réactions cutanées, prise de poids...
Pourquoi, comment est-ce possible ? S.G. Browbe ne répond pas à ces questions et franchement, on s'en fiche. Ce qui intéresse S.G. Browne, et le lecteur, ce sont les situations dans lesquelles les « héros » se retrouvent et toute la litanie de questions plus ou moins existentielles qui les assaille.
Sous des dehors humoristiques, les situations ne manquent pas de piquant compte tenu des super-pouvoirs de nos super-héros, S.G. Browne propose un livre beaucoup plus profond qu'il n'y parait. Sous ouvert de nous amuser, il interroge intensément le rapport des américains (mais le sujet peut s'étendre à n'importe quelle population) aux médicaments, sur le pouvoir des lobbys pharmaceutiques, sur le rôle de cobaye humain, sur le sens de la vie quand on est, comme Lloyd, dans la trentaine, subitement sur le carreau, sans emploi et qu'il faut bien faire face aux loyers et aux factures.
S.G. Browne soumet Lloyd à une patachiée de questionnements sur son couple, sur l'honnêteté, sur l'amour, sur le pouvoir, sur la destinée… et il le fait avec talent et humour. On ne s'ennuie jamais avec lui.
Lloyd et ses amis sont confrontés à des vilains dotés de pouvoirs sortis tout droit de tests cliniques : l'un provoque des pertes de mémoires plus ou moins définitives et l'autre des effets hallucinatoires sur ses victimes. Les pouvoirs des méchants sont beaucoup plus cools que ceux des gentils. S.G. Browne s'amuse à affubler chaque héros d'un surnom. Autant vous dire que les pseudos des méchants sont eux aussi beaucoup plus cools que ceux des gentils : Docteur l'Enfant-Do (Lloyd), Spasmo Boy (Charlie), Captain Vomito (Vic), Eczéman (Randy), Super Gros-Tas (Frank) et Professeur Priapisme (Isaac) ont fort à faire face à Illusion Man et Mr Black-Out ! On sent bien par là que S. G. Browne se joue des codes des super-héros tout en les appliquant : les méchants ont de mauvaises motivations quand celles des gentils sont nobles. Mais le coeur de S. G. Browne penche clairement pour les méchants. Ils sont plus « visionnaires » que les gentils, voient et réfléchissent à plus long terme.
Il reste un dernier personnage à aborder : la ville de New York. Non pas que S.G. Bronwe en ait fait un caractère à part entière même si ses personnages écument ses rues et ses parcs, mais personnellement, j'ai plus ou moins fréquenté tous les coins évoqués par S.G. Browne et j'ai kiffé ma race à tous les arpenter en aussi bonne et psychédélique compagnie.
En conclusion de ce colloque sur l'effet placebo des livres et de leur bienfait avéré sur le cerveau humain, nous vous prescrivons à tous une bonne dose de « Héros secondaires » des laboratoires Agullo, développé sous la loufoque férule du Docteur S.G. Browne, matin, midi et soir, tant que les symptômes persistent et ils ne sont pas prêts de s'arrêter !
Lien : http://wp.me/p2X8E2-TG
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
laurannslauranns   03 septembre 2018
L'héroïsme n'a aucune chance quand le bon sens tient la barre. Mais à partir du moment où vous avez entériné l'idée que les médicaments testés sur vous ont fini par vous atteindre au plan génétique, et que vous avez décidé de ne pas consulter votre médecin parce que vous vous préférez ainsi, le bon sens n'entre plus vraiment en ligne de compte.
Commenter  J’apprécie          10
laurannslauranns   02 septembre 2018
Je suis cobaye professionnel.
Je prends des antalgiques génériques, des traitements pour le cœur, des antidépresseurs et autre substances expérimentales en cours d'élaboration et de test avant leur mise sur le marché.
(…)
Pas tout à fait le genre d'activité qu'on vise lors de ses études universitaires ou de son stage au sein d'un cabinet juridique de renom, ni le genre d'avenir dont on rêve, enfant.
"Dis-moi, qu'est-ce que tu veux faire plus tard, Lloyd?
- Je veux tester des médicaments susceptibles de me causer des vomissements ou des flatulences incontrôlables."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de S. G. Browne (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de S. G. Browne
"Fou" de Christopher Moore. Editions L'Oeil d'Or "Héros Ordinaires" de S.G. Browne. Editions Agullo "Zero K" de Don DeLillo. Editions Actes Sud
Retrouvez toutes les vidéos ici : http://goo.gl/23DkUZ
autres livres classés : médicamentsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
14696 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre