AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2259194966
Éditeur : Plon (13/09/2001)

Note moyenne : 4.25/5 (sur 2 notes)
Résumé :
Histoire de Bernard Buffet, de sa vie, de ses souffrances qui l'ont mené au suicide, livrée par sa femme.
Souffrance et vide insurmontables, hommage, passion réciproque, livrés par Annabel Buffet suite au suicide de son mari parti sans un mot d'adieu.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
brigittelascombe
  25 janvier 2013
"C'est pour te dire au revoir que j'ai repris la direction de mon bureau" confie (dans Post scriptum) Annabel Buffet à son époux suicidé sans un adieu, d'où l'empathie immédiate du lecteur pris à témoin par cette femme admirative, désespérée,respectueuse, amoureuse mais blessée et culpabilisée par ses ressentiments.Le deuil non accompli évoque ici celui de Jean-Louis Fournier relaté dans Veuf, mais il se double de la révolte d'une "amputée", "débranchée", "enfermée dans une armure". Alors elle écrit.Et ce qu'elle écrit est bouleversant, poignant, grandiose, car, lucide et courageuse, elle extirpe le bonheur du passé pour enjamber "le mur de béton" élevé par la maladie de Parkinson qui rongeait Bernard Buffet et le poussait aux portes de la folie en lui volant sa peinture.
Outre l'hommage au génie de ce peintre (Annabel Buffet évoque l'influence de la culture japonaise à la fois violente et raffinée sur l'oeuvre de son époux et son désir que ses cendres soient dispersées chez ces mêmes Japonais qui le reconnaissaient comme un grand parmi les grands), parfois décrié (mais dont le trait acéré exorcisait les démons intérieurs) et son portrait fort (intolérance,pudeur,créativité,exigence,tendresse,passion,vulnérabilité,autorité,
énergie,sensibilité,sensualité,solitude,égoïsme,élégance,solitude,angoisse..), j'ai aimé cette passion dévorante qui les a animés tous deux.
"Être ta femme est le plus beau cadeau que le destin m'ait fait". "Je pense que la plus grande preuve d'amour que tu m'aies donnée a été de m'inviter dans ton monde imaginaire".
Rien de fleur bleue dans ce Post scriptum, pas de sentimentalisme à l'eau de roses, et pourtant, si l'on vit les émotions retranscrites, on pleure avec cette amante qui a accepté de passer après l'oeuvre qui envahissait tout et a su capter les petits plaisirs "précieux" que son grand homme lui a offert à foison. On est complètement à l'opposé du (pourtant sublime) le bonheur conjugal de Tahar Ben Jelloun car l'art est ici compris et accepté.
Ce Post scriptum est sublime ( d'une écriture limpide et claire,puis plus profonde et poétique lorsque le chagrin sourd comme "l' eau vive" devenant "lac où l'on se noie" et que l'angoisse "est une forêt dense habitée par un ogre") car, Annabel Buffet dialogue avec son mari disparu. Si ce roman autobiographique est un témoignage sur la personnalité et l'oeuvre de Bernard Buffet, il aide aussi à comprendre la passion d'un couple et la passion de l'art.
Quel dommage que les livres d'Annabel Buffet présentés au début soient épuisés et non réédités. Quel dommage que cette fille et épouse de suicidés se soit abimée dans l'alcool! Quel dommage...et... quelle belle plume!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
Citations et extraits (28) Voir plus Ajouter une citation
brigittelascombebrigittelascombe   25 janvier 2013
Comme c'est étrange, le chagrin! C'est un ennemi rusé; on croit avoir réussi à le juguler; on se persuade qu'il s'éloigne; on s'imagine, que, si l'on ne se retourne pas on le perdra de vue; on se trompe...Il faisait simplement la sieste avant de se réveiller pour revenir et se glisser insidieusement par la dernière brèche aperçue,comme l'eau vive,en un mince filet trop vite devenu ruisseau,puis torrent avant de s'étaler dans un lac où l'on se noie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
brigittelascombebrigittelascombe   25 janvier 2013
Et puis qu'importe le pourquoi de la naissance d'une toile;seule compte l'émotion qu'elle provoque.
Commenter  J’apprécie          120
brigittelascombebrigittelascombe   25 janvier 2013
Je suppose qu'on a bu un scotch...Je ne sais plus du tout ce qu'on s'est dit...Par contre,je me souviens du vert de tes yeux. Etranges sont ces instants qui restent en suspens,comme entre parenthèses...des arrêts sur image en quelque sorte,des repères indélébiles gravés dans la mémoire.
Commenter  J’apprécie          30
brigittelascombebrigittelascombe   25 janvier 2013
Vous disiez m'aimer!Triste mensonge.Quand on aime les gens,on ne les plante pas là les pieds englués dans la souffrance et la culpabilité.
Commenter  J’apprécie          60
brigittelascombebrigittelascombe   25 janvier 2013
Tu étais possédé par le désir de peindre.Si je n'en ai pas été jalouse,c'est sans doute parce que j'ai compris dés les premiers instants que cette maîtresse là n'aurait aucune rivale.
Commenter  J’apprécie          40
Videos de Annabel Buffet (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Annabel Buffet
annabel buffet chante : Et d'ailleurs qu'est ce que ca peut bien faire -
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Aux champs

Où se passe l'histoire?

En Normandie
En Bretagne
En Alsace

10 questions
326 lecteurs ont répondu
Thème : Boule de suif de Guy de MaupassantCréer un quiz sur ce livre