AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782020826396
277 pages
Points (01/06/2001)
3.79/5   107 notes
Résumé :
Traduit par Jean-Pierre Carasso

Je ne suis pas normal.
J'ai fait un truc à Jessica et du coup on m'a mis très longtemps dans un hôpital. En fait, c'était seulement une année, mais pour les enfants, les années c'est long.
C'est toujours long pour qui vit un grand amour. Gil a grandi. Jessica aussi a grandi, elle, la mémoire de Gil : rêve d'enfant d'un amour absolu, maudit, vivace. Il la retrouve sans cesse, pour la perdre sans cesse. Mai... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
clairemarquez75
  15 novembre 2021
"Elle m'a embrassé là. J'ai dit quelque chose mais si bas qu'elle ne pouvait pas l'entendre, j'ai dit s'il te plaît ne me quitte plus jamais parce que quand tu n'es pas là il me manque un morceau de moi-même et je n'ai nulle part où aller où je ne sois pas en morceaux."
Mais quand on s'aime à huit ans, trop fort, il est impossible d'envisager oublier cette petite fille qui grandit et devient votre seul avenir. Même si elle part, parce qu'elle ne se laisse pas oublier. Gilbert est le prisonnier tragique de cet amour ; Jessica danse ses sentiments autour de lui mais ne peut se résoudre à s'offrir définitivement.
"Il vient un temps où la conversation que l'on n'a pas eue se termine et où il ne reste plus que la musique de fond à moins que l'on ne danse."
L'amour est voué à être inégal, par nature, parce qu'il oscille comme un chien fou entre deux coeurs. On ne s'aime pas en même temps, mais l'amour qui se partage se passe d'une main à l'autre, par une caresse. Et quand il est prêté chez l'autre, tantôt il vous manque à vous étouffer, tantôt vous peinez à remonter le souvenir de son intensité. Jusqu'à ce que vous testiez de vous en éloigner, et qu'un fil vous tire douloureusement la poitrine. L'amour ne se partage pas ; mais l'un de ses géniteurs le laisse parfois aux mains de l'autre. Son poids est alors insoutenable.
Ce fut un régal de retrouver ce roman lu il y a longtemps. Et ce titre dont je ne peux défaire la douloureuse poésie : le coeur sous le rouleau compresseur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Andromeda06
  15 juin 2021
Je suis bien contente d'avoir enfin lu ce livre, car je n'avais pas trouvé de fin satisfaisante dans "Quand j'avais 5 ans je m'ai tué", qui m'avait donc légèrement frustrée à la fin de ma lecture.
On retrouve Gil après un an d'internement à la Résidence Home d'Enfants les Pâquerettes, à son retour chez lui. Il a maintenant 9 ans et doit reprendre une "vie normale". Sa syntaxe s'est améliorée, même si on y lit encore de nombreuses erreurs, et ce jusqu'à son adolescence, et évolue au fur et à mesure qu'il prend de l'âge. Jessica reste en lui, il ne l'oublie pas. On le voit grandir, apprendre, devenir un homme.
Contrairement aux avis plutôt péjoratifs que j'avais vus sur ce livre, je trouve qu'il fait une bonne suite. Il est dans la continuité du livre précédent, aussi bien par rapport à l'histoire qu'à la façon dont elle est narrée, bien que la dernière partie soit trop étrange (le lien qu'il a avec Jessica prend une tournure assez bizarre).
C'est un livre plutôt intéressant quant à l'évolution d'un enfant dans une société dans laquelle il a du mal à trouver sa place, qui n'est pas tout à fait dans les "normes" et qui pourtant fait preuve d'intelligence et de maturité, qui fera le nécessaire pour devenir "un petit citoyen" modèle.
Intéressant donc, agréable également, mais tout comme le livre précédent, j'en attendais plus...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Ciella
  28 avril 2014
J'avais hâte de découvrir la suite de Quand j'avais cinq ans, je m'ai tué, mais cette fin ne m'a guère enchantée, bof !
On retrouve ici nos deux héros, adultes, avec des flashbacks qui nous retracent leurs vies depuis qu'on leur a fait nos adieux dans le 1er volet. J'ai trouvé un peu de mal à m'y accrocher.. Certes, on a les réponses aux questions qu'on s'est posées mais la fin, ô Dieu, ce qu'elle m'a énervée ! Rhooo Buten, qu'est ce que j'aurais aimé que tu te tiennes à ton premier volet. Un vrai gâchis.. Faut vraiment qu'on se complique la vie ? -_-
Commenter  J’apprécie          50
Nyra
  25 mai 2010
Étrangement, j'ai préféré celui-ci au premier tome. Pas besoin du langage enfantin pour être touché : le style naturel de Buten touche la cible. Ce volet est plus abouti que le précédent.
Commenter  J’apprécie          80
mili31
  16 novembre 2014
Livre bouleversant, un des rares livres que je peux lire et relire... Dommage que Howard Buten n'écrive plus de romans. Il excelle dans la transmission des émotions... Et quel style, j'adore!!
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
genougenou   02 juin 2013
J'ai dit quelque chose mais si bas qu'elle ne pouvait pas l'entendre, j'ai dit s'il te plait ne me quitte plus parce que quand tu n'es pas là il me manque un morceau de moi-même et je n'ai nulle part où aller où je ne sois pas en morceaux. Je l'ai serrée contre moi. Je l'ai tenue, serrée comme ça. J'ai dit une prière à Dieu auquel je ne crois même pas pour qu'il fasse qu'elle ne me quitte plus jamais, pour qu'il fasse arriver quelque chose, là, tout de suite, qui la ferait rester pour toujours.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
CiellaCiella   28 avril 2014
Ma souffrance était viscérale. Il s'agit d'une sensation de deuil qui entraine de véritables douleurs physiques dans la poitrine, autour du coeur. On se réveille le matin, il fait beau, on s'étire au sortir d'un long sommeil, on sourit béatement à la lumière du soleil et l'on se rappelle tout d'un coup que quelque chose est mort en soi - tout devient gris, tout reste gris.

(...)

Le pire, c'était la nuit. Quand on a bûché à ne plus voir clair, quand on a déjà mangé. Rester assis les yeux écarquillés, devant une télévision vide, jusqu'au moment où l'on pense qu'on va pouvoir dormir, pour se retrouver bien éveillé dans un lit beaucoup trop grand d'un seul coup.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Lanto_OnirinaLanto_Onirina   17 décembre 2013
C'est moche de ne pas réaliser ses rêves. Et puis parfois, quand on les réalise, c'est encore pire
Commenter  J’apprécie          150
DamepluieDamepluie   31 août 2011
Il vient un temps où la conversation que l'on n'a pas eue se termine et où il ne reste plus que la musique de fond à moins que l'on ne danse.
Commenter  J’apprécie          70
CiellaCiella   12 avril 2014
Shrubs a regardé l'atlas.
- C'est seulement à cinq centimètres, il a dit, on peut y aller en bagnole.
Commenter  J’apprécie          80

Videos de Howard Buten (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Howard Buten
Extrait de BUFFO BUTEN & howard, un portrait de Howard Buten, clown (BUFFO), écrivain (auteur du best seller "Quand j'avais 5 ans je m'ai tué") et psychologue spécialisé dans l'autisme.
autres livres classés : romanVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Quiz : Quand j´avais cinq ans. je m´ai tué

Comment s´appelle le héros ?

Shubs
Gilbert
Jefffrey
Marty

10 questions
39 lecteurs ont répondu
Thème : Quand j'avais cinq ans, je m'ai tué de Howard ButenCréer un quiz sur ce livre

.. ..