AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jean-Pierre Carasso (Autre)
ISBN : 2724212185
Éditeur : France loisirs (30/11/-1)

Note moyenne : 3.81/5 (sur 720 notes)
Résumé :
Un roman d'amour. Raconté par un garçon de huit ans, qui dérange et bouleverse... Gil, victime de la bêtise des adultes qui transforment ses rêves en symptômes cliniques, et son amour en attentat. A cause de ce qu'il a fait à Jessica, il se retrouve à la Résidence Home d'Enfants « les Pâquerettes ». Une histoire à rire et à pleurer, dans une langue merveilleusement préservée.

Résumé FL avec autorisation des Editions du Seuil :
Un roman d'amour.... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (68) Voir plus Ajouter une critique
lecassin
  17 août 2012
Avant de parler de « Quand j'avais cinq ans… », quelques mots au sujet d'Howard Buten. Howard Buten que j'ai découvert, pour ma part dans les années 80, non pas en tant qu'écrivain, mais en tant que psychologue clinicien spécialiste des enfants autistes ; et créateur du clown Buffo pour distraire les enfants malades…Une démarche qui, depuis à fait école.
Gil, huit ans, est interné dans une résidence spécialisée car il s'est « mal comporté » avec Jessica.
« Quand j'avais cinq ans, je m'ai tué » est le récit, non pas de l'internement d'un enfant autiste, mais d'un gigantesque malentendu enfant/adultes : les actes d'un enfant jugés avec la grille de lecture des adultes… Il s'agirait d'histoire, on parlerait d'anachronisme…
Comme dans la peinture naïve, le style d'Howard Buten peut paraître un peu caricatural. Las, c'est ce qui fait qu'on s'identifie d'autant mieux à Gil, et qu'on prend son parti pour le tirer des griffes des adultes bien nantis en matière de grandes théories…
Un livre qui m'a marqué dans le courant des années quatre-vingt… D'autant plus que la naissance de ma première fille a fini de me convaincre de ce que j'avais vaguement conscientisé - et corroboré avec des souvenirs personnels - à la lecture de ce « petit » chef d'oeuvre : il n'est pas facile d'être enfant …
Depuis, j'en ai gardé un principe : les grandes théories et les grands principes, c'est pour avant … mais « lorsque l'enfant paraît », on fait au mieux…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          580
cicou45
  29 septembre 2012
Il y a un certain temps déjà que j'avais envie de découvrir ce livre vu que toutes les critiques sur Babelio me semblaient plus ou moins élogieuses et je vois que j'ai bien fait !
Ce livre nous narre l'histoire d'un jeune garçon, Gilbert Rembrandt, surnommé Gil, qui est un garçon extrêmement sensible à toutes les atrocités qui se passent dans le monde, et particulièrement à la mort, monde qu'il découvre à l'âge de 5 ans au J.T.
De religion juive, Gil ne comprend pas certaines choses, et, de par sa naïveté extrêmement touchante, il peut arriver à choquer certains adultes alors que ses questions sont les plus innocentes qui soient. Aimé de ses parents et de son frère aîné Jeffrey, Gil mène une vie normale, allant à l'école avec son meilleur copain Shrubs et celle qui deviendra "l'élue de son coeur" à l'âge d'à peine 8 ans, Jessica Renton. C'est suite à une scène plus perturbante pour la mère que pour la fille d'ailleurs que Gil sera interné à la Résidence Home d'enfants Les Pâquerettes (sorte d'asile pour enfants) où il sera suivi par le Dr Nevele. Mais ce n'est pas parce que l'on est médecin que l'on peut forcément détecter la folie chez un enfant où le juger comme enfant psychologiquement dérangé, ce qui n'est d'ailleurs pas le cas pour Gil mais le seul à s'en rendre compte est un médecin pour jeunes autistes, Rudyard Walton, qui sera le seul à le comprendre mais que personne n'écoutera jamais...
Une histoire vraiment très touchante, avec une écriture assez particulière puisque se basant sur les propos d'un enfant de 8 ans, avec des phrases mal tournées, des mots employés à mauvais escient mais qui nous font que rendre le personnage de Gil plus attachant. Quant à la terrible histoire qui a conduit ce dernier dans cette maison de repos, le lecteur en ignore tout jusqu'aux dernières pages du livre, s'imaginant parfois le pire alors qu'il n'en est rien et c'est là le plus dramatique de ce livre si je puis dire car l'on se rend compte que la bêtise humaine peut aller très loin !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          430
PiertyM
  20 octobre 2014
C"est au cinéma que j'ai découvert quand j'avais cinq ans, je m'ai tué, j'avoue que le film ne m'avait pas accroché, surtout que je n'adressais aucune attention aux narrations de Gil, je le prenais pour un gosse simplement, j'étais un peu distraite certainement. C'est en lisant le livre que l'histoire de Gil m'a paru comme un enfer pour l'enfance ce que les adultes ignorent complètement...tous leurs agissements ne tendent qu'à aggraver les traumatisme de l'enfance... on croit connaitre ce qu'il leur faut, aux enfants, sans demander leur avis, ni essayer de les comprendre dans leurs connaissances bien que limitées, dans leurs désirs bien que naïfs parfois précoces, et surtout on se refuse de pénétrer leur moi individuel...
C'est comme Gil par une faute commise avec sa copine Jessica, il se retrouve interné chez Les Pâquerettes, un centre psychiatrique pour enfants où il est considéré comme un demi fou, il manifeste certaines réactions anormales, par contre le jeune médecin Rudyard ne le prend pas comme tel, il s'ouvre d'une manière particulière auprès du Gil, alors pour lui, ce garçon n'est pas fou, il est simplement incompris d'autant plus qu'il se comporte de manière très normale avec lui...
Une écriture naïve comme son narrateur de 8 ans, simple mais très fluide, on suit les épisodes de la vie de Gil sans grande émotion, plutôt on pénètre son univers et on le comprend le plus simplement possible!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          380
fredho
  22 février 2013
Gilbert, 8 ans surnommé Gil, est placé dans une résidence spécialisée, un centre psychiatrique pour enfants « Les Pâquerettes » pour avoir fait mal à son amie Jessica.
Dans cette résidence spécialisée, Gil est suivi par le psychiatre Nevele, un thérapeute aux méthodes plutôt désuètes, et également par le jeune médecin Rudyard aux méthodes plus avant-gardistes. Ce dernier prendra en affectation le petit garçon et réfutera les théories de Nevele.
A travers le langage de Gil, nous parcourons son histoire avec ses peurs, ses joies, ses colères, ses jeux d'enfant et surtout sa rencontre avec Jessica. Les circonstances qui l'ont amené au centre « Les Pâquerettes » ne seront jamais évoquées.
Gil, dépourvu de toute culpabilité, ne comprend pas son internement.
Une histoire basée sur un malentendu, une mauvaise interprétation des adultes, les choses sont tellement plus simples chez un enfant. Une mère qui voit dans l'acte d'un petit garçon une perversion mal placée, un psychiatre qui aboutit à la conclusion d'un dysfonctionnement mentale de l'enfant. Et pourtant ce n'est juste qu'un premier grand amour chaste entre deux enfants emportés dans leur univers innocent; une communion entre deux petits êtres pas encore touchés par les consciences morales qui distinguent ce qui est bien de ce qui est mal.
Une jolie histoire d'amour entre deux enfants qui voulaient jouer aux grands car parfois ça fait mal d'être petits...
« Vous n'avez rien compris docteur, et comme vous n'avez rien compris, vous n'êtes pas en mesure de l'aider à comprendre. Vous ne pouvez rien pour lui. Laissez-le rentrer chez lui. Il n'est pas fou, il n'est même pas bizarre. Nous avons trouvé l'ennemi, c'est nous ».
A trop vouloir analyser, on finit peut-être par perdre de son âme et de sa sensibilité.
Ce roman est une douceur qu'il était bon de pouvoir replonger dans l'insouciance de l'enfance à travers ce petit bonhomme tel que Gil, se balader dans son imaginaire héroïque, s'imprégner de sa délicate pureté et de retrouver cette âme enfantine le temps d'un livre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
Epictete
  28 février 2014
Comme à son habitude, Howard Buten nous livre une oeuvre décalée, extrêmement sensible vu de l'enfance, avec les mots de l'enfance, les phrases de l'enfance. Et surtout la vision du monde d'un petit Gilbert de cinq ans.
Celui-ci est injustement accusé d'un acte dont il n'a même pas conscience sur son amie Jessica. Acte que les adultes avec leurs références d'adultes ont bien identifié comme étant inacceptable. Avec cela il sera pris en charge par un vieux psy un peu réac qui décide que de toutes façons il a des problèmes, ce qui le conduit en résidence au home d'enfant "les Pâquerettes". En prison, comme il dit.
Il ne comprend pas tout, voire pas grand chose et il va regarder le monde, éducateurs, médecins, copains, ennemis, parents, avec ses yeux purs et étonnés.
On alterne dans nos sentiments.
Faut-il rire ou pleurer à la lecture de ce roman ?
A chacun de répondre à la question, et de regarder peut-être les enfants autrement, c'est à dire comme des êtres pas encore adultes, donc aux règles de vie différentes des nôtres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          314
Citations et extraits (36) Voir plus Ajouter une citation
brigittelascombebrigittelascombe   27 mai 2011
Alors, mon papa m'a dit que tous les jours il y a des gens qui deviennent morts et que personne sait pourquoi. C'est comme ça. C'est les règles. Et puis, il est redescendu. Je suis resté assis sur mon lit, très longtemps. Assis comme ça, longtemps, longtemps. J'avais quelque chose de cassé à l'intérieur, je sentais ça dans mon ventre et je savais pas quoi faire. Alors,je m'ai couché par terre. J'ai tendu le doigt avec lequel faut pas montrer et je l'ai appuyé contre ma tête. Et puis j'ai fait poum avec mon pouce et je m'ai tué.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
EpicteteEpictete   28 février 2014
Mon lit est au milieu de la rangée. Y a six lits dans mon aile et quatre autres enfants. Je connais pas leur nom encore sauf un. Il s'appelle Howie, il dort dans le lit d'à côté, il a des cicatrices partout de quand il a jeté un bidon d'essence dans le feu. Il est méchant. Je lui ai demandé s'il y avait des hot-dogs à la résidence Home d'Enfants les Pâquerettes et y m'a dit cause à mon cul ma tête est malade. (C'est des gros mots). Le lit d'à côté du mien, de l'autre côté est vide. Peut-être qu'un petit garçon va venir y dormir qui sera mon ami.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
LuniverLuniver   19 novembre 2011
Il y avait une photo sur le bureau du Dr Nevele, des enfants, et il y avait une photo de Jésus-Christ qui doit être une fausse pasque y avait pas d'appareils photo à l'époque. Il était sur la croix et on lui avait accroché un écriteau. Y avait écrit ONRI. Mais je vois pas ce que ça a de drôle.
Commenter  J’apprécie          340
lecassinlecassin   17 août 2012
Je suis resté assis sur mon lit très longtemps. Assis, comme ça, longtemps, longtemps. J’avais quelque chose de cassé à l’intérieur, je sentais ça dans mon ventre et je savais pas quoi faire. Alors je m’ai couché par terre. J’ai tendu le doigt avec lequel faut pas montrer et je l’ai appuyé contre ma tête. Et puis j’ai fait poum avec mon pouce et je m’ai tué.
Commenter  J’apprécie          200
soazcongarsoazcongar   03 décembre 2010
On est arrivé au pays des petits.C'est un endroit près du magasin où on vend des culottes de dame (on les montre en vitrine et ça me fait honte), un endroit où y a des manèges et des attractions. Mais c'était fermé pour l'hiver.Seulement y avait un monsieur qu'était en train de défaire des fils électriques. Il démontait les manèges. Il était sale, avec une chemise à carreaux et une barbe de s'être pas rasé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          151
Videos de Howard Buten (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Howard Buten
Extrait de BUFFO BUTEN & howard, un portrait de Howard Buten, clown (BUFFO), écrivain (auteur du best seller "Quand j'avais 5 ans je m'ai tué") et psychologue spécialisé dans l'autisme.
autres livres classés : autismeVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Quiz : Quand j´avais cinq ans. je m´ai tué

Comment s´appelle le héros ?

Shubs
Gilbert
Jefffrey
Marty

10 questions
34 lecteurs ont répondu
Thème : Quand j'avais cinq ans, je m'ai tué de Howard ButenCréer un quiz sur ce livre
. .