AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782707301987
Éditeur : Editions de Minuit (01/01/1954)

Note moyenne : 3.62/5 (sur 21 notes)
Résumé :
C'est au 15, passage de Milan, que se joue l'action du livre, comme si celui-ci se confondait à la fois avec son titre,. l'anecdote (« dans le haut de l'air, ailes déployées, si ce n'est un avion, c'est un milan »), le lieu, la conjonction des groupes de personnes, et le temps. Nous sommes dans un immeuble de sept étages, aux prises avec une intrigue qui va se développer de sept heures du soir à sept heures du matin, tout au long de sept chapitres. L'action est cent... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Dandine
  29 janvier 2020
Dieu, que c'etait ardu, cette lecture! Pas le long fleuve tranquile, pas du tout, plutot le torrent dechaine, risquant a tout moment de renverser mon kayak et de me catapulter, yeux fermes dans des eaux bouillonnantes, contre un rocher. Rafting en eaux vives. Ca c'est pour le ressenti. Pour le trek du lecteur. Mais le roman est-il vraiment une eau vive? Je n'en suis pas sur. Ou plutot, oui, eau vive.
Butor nous emmene au 15 passage de Milan (a Paris? Oui, on entend le metro). Et nous y enferme pendant toute une soiree et une nuit. Unite de lieu et de temps bien que nous ne soyons pas au theatre. Nous faisons connaissance avec l'immeuble autant qu'avec ses habitants. Une famille par etage et des chambres de bonnes et de jeunes gens au dernier. On se salue dans les escaliers ou l'ascenseur, mais ce soir nombreux sont les voisins invites au bal que donnent les Vertigues pour feter les 20 ans de leur fille. Les plus jeunes.
Un immeuble ou on travaille, on se repose, on se deshabille, on se lave, on s'habille, on mange, on boit, on pense, on parle, on se parle tout seul, on reve, on danse, on regarde, on fait semblant, on aime, on croit aimer, on fait semblant, on est jaloux, on fait semblant, on se morfond, on fait semblant. L'immeuble aussi fait semblant: "Au fur et a mesure que la nuit s'accentue, les murs exterieurs s'epaississent". Plus loin: "Au fur et a mesure que la nuit se continue les cloisons deviennent plus poreuses aux sons qui circulent en meme temps que l'eau dans les conduits, et naissent dans les poutres qui travaillent". Et enfin: "Autour de la maison l'impression de ville vide, la vitre du matin que raient les premiers bicyclistes. Apparais enfin dans ton exterieur, grande pile de veilles et de sommeils, te voila rendu a ta destination diurne, element d'une rue qu'on ne regarde pas". L'immeuble se structure et se destructure, tout comme le roman. Destructure, il l'est ce roman, et on a peine a s'y retrouver. Aux soliloques, au flux de conscience des uns se melent les dialogues des autres et les gestes des troisiemes et le lecteur de s'armer de boussoles et de sextants pour ne pas se perdre: qui reve? qui repond a qui? a quel etage suis-je? C'est comme si Butor voulait rendre hommage a Joyce et a son celebre melange des genres et des styles en ce court volume. N'avait-il pas, beaucoup plus jeune, en 1948, deja publie un article intitule Petite croisiere preliminaire a une reconnaissance de l'archipel Joyce? Sinon hommage, un rapide clin d'oeil. Ou alors c'est moi qui vois double. Parce que je suis desarconne. Un peu desempare.
Je me ramasse. J'attrape un fil qui me sortira du labyrinthe mental ou je me suis enferme. Fil d'Ariane. Fil de Butor. Ce roman est peut-etre une critique de la structure, de toute structure? Peut-etre plus que cela, parce qu'insidieusement nous sont revelees les relations occultes entre les divers voisins, en une vaste orchestration de pensees, de sentiments, de passions. Et en fin de compte il y a oui une intrigue, ou plusieurs, et un denouement, ou plusieurs. Le bal etait une fete. Une fete qui prend fin apres quelques heures. Il y a un point final - irrationnel et peut-etre inevitable - a la joie de la fete: la mort, qui plante sa note dramatique en l'immeuble et dans le roman. On ne la sent pas venir. Comment s'imbrique cette mort? Aucune importance. Il semble que pour Butor le fantastique est ici et maintenant, dans la realite la plus triviale. Il semble avoir une autre facon d'apprehender la realite, une nouvelle facon de l'apprehender. Il semble saisir une nouvelle realite, qui requiert de nouveaux modes d'expression.
Quand ce roman est paru il a ete une nouvelle realite. Agissante. Il le reste. Je peux le conseiller a des lecteurs courageux, armes jusqu'aux dents de sereine endurance.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          423
wellibus2
  09 mai 2016
Une véritable expérience littéraire...
A partir d'un simple remue-ménage de locataires dans un immeuble situé à Paris, apparaissent d'autres aspects beaucoup plus mystérieux que ceux que l'on attend d'un simple récit réaliste.Butor nourrit son texte d'une forte dose d'imagination et de symbolisme. Cette thèse part d'une analyse du récit qui décrit d'abord le réseau compliqué de liens établis dans cette maison parisienne. Il s'agit, dans ce sens, d'une peinture sociale des rapports problématiques qui se tissent entre les personnages dans le livre. L'analyse psychologique nous mène à une analyse des lieux, à une étude de l'espace et du temps et de l'influence de leur interaction sur les personnages de l'immeuble.
Cette équation spatiotemporelle est ensuite dépassée pour jeter sur le récit un autre regard purement mythique. En analysant la dimension mythique qui se cache sous ce récit, à partir des images ambivalentes, voire conflictuelles, un hymne se dégage, chanté par l'écrivain pour l'équilibre vital, l'harmonie universelle et la plénitude humaine.
Passage de Milan est une transition entre le style réaliste et l'art plus audacieux du Nouveau Roman, Passage de Milan peut être lu aisément par un lecteur habitué aux romans réalistes. Mais peu à peu, les divergences se dévoilent et illustrent bien un nouveau roman avec ses propres caractéristiques, dont la plus importante est la manière de présenter la réalité. Ce roman, contrairement aux oeuvres réalistes, ne désigne pas une réalité digérée et commentée par l'auteur ; il est plein de symboles et de fragments que le lecteur lui-même doit relier entre eux, pour découvrir et comprendre la complexité de la réalité. L'auteur lui propose seulement des gestes, des paroles et des pensées.
Lien : http://www.senscritique.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          340
Taiyya
  09 février 2020
Ce livre aurait pu être sans fin. On peut encore et encore raconter et aimer raconter, lire et aimer lire ce qui se passe dans cet immeuble. Alors, Butor tranche, et on se retrouve avec un roman qui ne joue plus sur les rythmes mais sur les vitesses. Certaines phrases contiennent des ellipses du sujet, d'autres sont en style télégraphiques, beaucoup sont non verbales alors que certaines sont un véritable labyrinthe de pensées. Chaque personnage à sa pensée, et on connaît très bien maintenant les romans polyphoniques, mais, avec Butor, chaque personnage a un style propre de pensée. C'est un très beau roman.
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
wellibus2wellibus2   12 mai 2016
Il l'enroule dans un espace où il la laisse presque immobile, dessinant autour d'elle des enceintes et des oiseaux, et s'y enferme avec elle, tel l'évocateur médiéval dans le cercle de protection, au point que les objets et les personnes extérieurs s'éloignent pour lui à une distance vague, non métrique.
Je voudrais que le mur soit transparent, et suivre, autrement que par bribes, cette cérémonie si savante, qu'on dirait liée à des croyances primitives, très fondamentales et très oubliées, si déplacée ici qu'elle gène les assistants comme s'ils y décelaient une menace.
Et vrai comment peut-il la questionner ainsi ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
MirpointMirpoint   06 juillet 2015
[...] mais les yeux fatigués se tournent à peine vers lui, et la voix morne, machinale, qui débite le rituel :
"Alors, Félix, tu as bien travaillé aujourd'hui ?"
n'attendait pas d'autre réponse que ces yeux en dessous, ce :
"Oui P'pa,"
résigné qui coupe court.
Propre du temps :
"Tu sais que si tu n'as pas fini tes devoirs, je t'interdis de monter danser.
-Mais oui, je sais, P'pa."
Sur la cheminée la grande pendule sonne la demie de sept heures. La loupe de cuivre du balancier passe et repasse derrière son trou. De chaque côté, deux lions de faïence blanche et bleue, dressés face à face comme les deux moitiés d'un serre-livres, brandissent leurs bobèches vides. Objets des sarcasmes un peu usés de Vincent. La petite aiguille des secondes a fait un tour.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
wellibus2wellibus2   09 mai 2016
Toute tête est un entrepôt, où dorment des statues de dieux et de démons de toute taille et de tout âge, dont l'inventaire n'est jamais dressé.
Commenter  J’apprécie          152
wellibus2wellibus2   13 mai 2016
Lèvres épaisses, au contour si bien dessiné, comme vous savez vous faire pardonner par un seul léger mouvement.
Commenter  J’apprécie          160
wellibus2wellibus2   12 mai 2016
Bavard, tel une bouteille d'eau gazeuse décapsulée, qui déborde de bulles.
Commenter  J’apprécie          230
Videos de Michel Butor (55) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michel Butor
Michel BUTOR – Surpris par la Poésie (France Culture, 2002) L’émission « Surpris par la nuit », par Alain Veinstein, diffusée le 25 mars 2002. Émission « Un siècle d'écrivains », numéro 7, diffusée sur France 3, le 15 février 1995, et réalisée par Robert Bober et Pierre Dumayet.
autres livres classés : nouveau romanVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2304 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre