AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2253034002
Éditeur : Le Livre de Poche (31/01/1996)

Note moyenne : 3.91/5 (sur 76 notes)
Résumé :

" Passant qui passe, si tu as acquis ce libre dans un dessein de futile gaudriole, laisse-le là et va, passe ton chemin.

Car ce livre est le plus beau livre qui ait jamais existé. Le plus émouvant, le plus instructif, le plus moral, le plus élevant pour l'âme, le plus consolant pour le cancer des voies biliaires.

Car ce livre est le Livre. Tout est dedans. Tout.

D'où venons-nous ? Où allons-nous ? Dois-je faire fu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Seabiscuit
  20 septembre 2018
C'est l'un des livres les plus drôles jamais écrit, un pamphlet, une boite à farces et attrape, un bon moment de détente.
Il faut dès les premières lignes plonger sans retenu, aucune, dans cette grand farce pas très catholique mais quand même sacrément bien écrite. Derrières les moqueries tantôt habiles, tantôt acerbes, l'auteur se moque des saintes écritures mais aussi des hommes et des interprétations parfois très candides de l'existence de Dieu, de son "oeuvre" et de la destinée des hommes condamnés à vivre l'enfer sur Terre. Que celui qui n'a jamais péché lance la première pierre à Cavanna. En ce qui me concerne, je lui jette à la figure le masque détendu de mon visage que les rires ont éclaircis à maintes reprises devant cette parodie pour le moins très étudiée et bigrement bien bâtie.
Commenter  J’apprécie          150
vellard
  10 décembre 2016
Un texte tout à fait réjouissant et rafraîchissant en nos périodes sombres où qui se moque du moindre fait ou écrit religieux est considéré comme un affreux blasphémateur voué aux flammes de l'enfer, au tribunal divin, voire aux foudres de ceux qui s'en disent les représentants autorisés!!
Tout en suivant scrupuleusement le fil de l'ancien (en partie) puis du nouveau testament, Cavanna nous livre là son interprétation très personnelle des Saintes Ecritures!!
Dire que je me suis régalé est un euphémisme!! Franche rigolade de bon ou de mauvais goût (le meilleur!)....un vrai petit bonheur (A retenir tout particulièrement ,sa version des "Béatitudes")
Et, pour compléter le tableau ,tout ceci est remarquablement bien écrit....Alors!
Commenter  J’apprécie          30
SimonKherby
  05 février 2017
Une savoureuse relecture des évangiles, drôle et ironique.
Commenter  J’apprécie          10
whynotgrove
  13 août 2019
Satire à la hauteur de Cavana, sympa parfois hilare mais très répétitif et un peu long.
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (26) Voir plus Ajouter une citation
johnbxljohnbxl   26 mai 2010
4. Or Dieu n'avait encore rien créé. Puisque c'était le commencement.
5. Pour créer, il faut non seulement être Dieu,
6. Mais encore il faut savoir qu'on est Dieu.
7. Or Dieu ne savait pas qu'Il était Dieu,
8. Puisqu'Il était tout seul.
9. Pour savoir qu'on est Dieu, il faut être deux :
10. Un qui est Dieu, et l'autre qui Lui dit : " Mon Dieu ".
11. Car on ne peut pas être Dieu tout court. On ne peut être que le Dieu de quelqu'un.
12. Or Dieu était tout seul.
13. Il n'était donc le Dieu de personne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          561
euphemieeuphemie   25 mai 2014
1 . Au commencement, Dieu créa le ciel et la terre.
2. Non.
3. Ce n'est pas comme ça.
4. Reprenons depuis le début.

1. Au commencement, il y avait Dieu.
2. Et rien d'autre.
3. Il ne pouvait y avoir rien d'autre, pour qu'il y eu quelque chose, il eût fallu que Dieu l'eût crée,
4. Or, Dieu n'avait encore rien crée.
4 bis. Puisque c'était le commencement
5. Pour créer, il faut non seulement être Dieu,
6. Mais encore il faut savoir que l'on est Dieu.
7. Or Dieu ne savait pas qu'Il était Dieu
8. Puisqu'il était tout seul
9. Pour savoir qu'on est Dieu, il faut être deux:
10. Un qui est Dieu, et l'autre qui Lui dit : "Mon Dieu"
11. Car on ne peut pas être Dieu tout court. On ne peut être que le Dieu de quelqu'un
12 Or Dieu était tout seul
13. Il n'était donc le Dieu de personne
14. J'espère que vous avez compris.
15. Sinon recommencez en lisant très lentement
16. Cela aurait pu durer longtemps
17. C'est bien ce qui arriva
18. Cela dura très, très longtemps
19. Tellement longtemps, qu'il fallait être Dieu pour supporter ça
20. Aucune autre bête au monde n'aurait pu
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          224
ViolynceViolynce   06 mai 2011
Dieu se dit que, s'Il avait su, Il aurait commencé par créer la lumière. Ce qui prouve qu'Il avait encore beaucoup à apprendre. Or Dieu, étant omniscient, ne peut rien apprendre qu'Il ne sache déjà. A moins naturellement qu'Il n'ait décidé, dans Sa toute-puissance, de ne plus savoir telle ou telle chose, c'est-à-dire de n'être plus omniscient. C'est-à-dire de n'être plus Dieu. Car Dieu peut tout, même cesser d'être Dieu. Même Se supprimer Lui-même. Ce qui est un peu gênant, car alors Dieu n'est pas éternel. Car s'Il est éternel, Il ne peut pas mourir, même s'Il en a décidé ainsi, et alors Il n'est pas tout-puissant. Dieu a donc le choix : ou bien pas éternel, ou bien pas tout-puissant. Et dans les deux cas : pas Dieu. Ceci est un problème insoluble. Un problème insoluble est un problème qui n'a pas de solution. S'il n'a pas de solution, personne ne peut la trouver, pas même Dieu. Donc, un problème insoluble est plus fort que Dieu. Mais les problèmes insolubles, comme toutes les choses, ont été créés par Dieu. (Pourtant, Il ne se rappelait pas avoir créé celle-là...) La créature ne peut pas être au-dessus de son Créateur. Tout ça donne à penser.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
JudithbouJudithbou   18 septembre 2015
Alors Abel répandit une pincée de sel sur l'agneau doré à point, puis il se prosterna et il invoqua l'Eternel : "Seigneur, daigne goûter de ce mets digne de Toi seul qu' a préparé pour Toi Ton très indigne serviteur."
Car Abel était un peu lèche-cul.
Commenter  J’apprécie          150
AdrasteAdraste   04 septembre 2017
C'est pourquoi ces temps inconfortables sont appelés l'Antiquité. Or, pendant l'Antiquité, le Soleil se levait à l'ouest et se couchait à l'est, et aussi la Lune. Et, dans les sabliers, le sable remontait du bas vers le haut. Et les gens avaient quatre-vingts ans à leur naissance, et, la veille de leur mort, ils étaient âgés d'un jour. Or les hommes en avaient assez de tous ces micmacs, et ils suppliaient Jupiter de remettre le temps à l'endroit, mais Jupiter était bien trop occupé à forniquer par toutes les variétés de fornication pour se soucier de ces vétilles. Et d'abord, si Jupiter avait été un peu plus attentif à son métier de Dieu, il n'aurait pas laissé le petit Jésus et ses copains gauchistes venir tout foutre en l'air avec leur religion de cendre et de désolation.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          01
Videos de François Cavanna (25) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de François Cavanna
Les Ritals de François Cavanna. Adapté et joué par Bruno Putzulu. Grégory Daltin à l’accordéon. Mis en scène par Mario Putzulu.
autres livres classés : humourVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Hommage à François Cavanna

Né à Paris en ...

1913
1923
1933
1943

12 questions
63 lecteurs ont répondu
Thème : François CavannaCréer un quiz sur ce livre