AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782253034001
384 pages
Le Livre de Poche (31/01/1996)
3.9/5   105 notes
Résumé :
Il fallait être Cavanna pour se permettre de réécrire la Bible quelques milliers d'années après la "première édition" !

Cavanna ne se résigne pas à l'injustice, à la violence et à la cruauté des hommes créés par Dieu. Alors il relit l'Ancien et le Nouveau Testament et les commente à sa manière, verset par verset, dans Les Aventures de Dieu et celles du Petit Jésus.

La Bible du fondateur d'Hara-Kiri, journal bête et méchant, auteur des R... >Voir plus
Que lire après Les ÉcrituresVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Du Cavanna pur jus: C'est impertinent, drôle, réjouissant dans ce que le croyant gourmé et guindé qualifiera de "blasphème"!
Dieu en prend un bon coup, souverain et salvateur!
Ce livre est un remède contre la bêtise et l'ineptie épaisse des
intégristes de tous poils qui nous les brisent menu-menu à nous, les incroyants, les athées, les agnostiques, les qui doutent!
Et, en ces temps d'intégrisme religieux de tous bords, Cavanna nous rappelle que le rire caustique est une arme de vie dont les ayatollahs ont une sainte (!) frousse.
Lire Cavanna fait du bien, et Les écriture le confirme!
Commenter  J’apprécie          557
C'est l'un des livres les plus drôles jamais écrit, un pamphlet, une boite à farces et attrape, un bon moment de détente.
Il faut dès les premières lignes plonger sans retenu, aucune, dans cette grand farce pas très catholique mais quand même sacrément bien écrite. Derrières les moqueries tantôt habiles, tantôt acerbes, l'auteur se moque des saintes écritures mais aussi des hommes et des interprétations parfois très candides de l'existence de Dieu, de son "oeuvre" et de la destinée des hommes condamnés à vivre l'enfer sur Terre. Que celui qui n'a jamais péché lance la première pierre à Cavanna. En ce qui me concerne, je lui jette à la figure le masque détendu de mon visage que les rires ont éclaircis à maintes reprises devant cette parodie pour le moins très étudiée et bigrement bien bâtie.
Commenter  J’apprécie          180
Un texte tout à fait réjouissant et rafraîchissant en nos périodes sombres où qui se moque du moindre fait ou écrit religieux est considéré comme un affreux blasphémateur voué aux flammes de l'enfer, au tribunal divin, voire aux foudres de ceux qui s'en disent les représentants autorisés!!

Tout en suivant scrupuleusement le fil de l'ancien (en partie) puis du nouveau testament, Cavanna nous livre là son interprétation très personnelle des Saintes Ecritures!!

Dire que je me suis régalé est un euphémisme!! Franche rigolade de bon ou de mauvais goût (le meilleur!)....un vrai petit bonheur (A retenir tout particulièrement ,sa version des "Béatitudes")
Et, pour compléter le tableau ,tout ceci est remarquablement bien écrit....Alors!
Commenter  J’apprécie          60
De sa lecture de l'ancien et du nouveau testament, Cavanna en a écrit sa version personnelle, à la sauce Cavanna, bien évidemment. de la création au supplice de Jésus, Dieu l'Eternel a beaucoup oeuvré ; 344 pages sont nécessaires pour en rendre compte. Pour en mesurer la richesse, il est nécessaire de connaître à minima la chronologie des événements décrits dans les « écritures » officielles pour en distinguer la parodie ! de sa dérision assumée, il a du beaucoup s'amuser pour nous démontrer les contradictions et les absurdités dont ces textes sont farcis, et les incohérences de la morale judéo-chrétienne qui n'alertent pas les adeptes, par exemple : « Mieux vaut l'injustice que le désordre, telle est la loi de l'Eternel ».
Il a réussi là une vraie démonstration de la logique de l'absurde. A bon entendeur !!!

Lien : https://www.babelio.com/conf..
Commenter  J’apprécie          80
Satire à la hauteur de Cavana, sympa parfois hilare mais très répétitif et un peu long.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (28) Voir plus Ajouter une citation
4. Or Dieu n'avait encore rien créé. Puisque c'était le commencement.
5. Pour créer, il faut non seulement être Dieu,
6. Mais encore il faut savoir qu'on est Dieu.
7. Or Dieu ne savait pas qu'Il était Dieu,
8. Puisqu'Il était tout seul.
9. Pour savoir qu'on est Dieu, il faut être deux :
10. Un qui est Dieu, et l'autre qui Lui dit : " Mon Dieu ".
11. Car on ne peut pas être Dieu tout court. On ne peut être que le Dieu de quelqu'un.
12. Or Dieu était tout seul.
13. Il n'était donc le Dieu de personne.
Commenter  J’apprécie          741
1 . Au commencement, Dieu créa le ciel et la terre.
2. Non.
3. Ce n'est pas comme ça.
4. Reprenons depuis le début.

1. Au commencement, il y avait Dieu.
2. Et rien d'autre.
3. Il ne pouvait y avoir rien d'autre, pour qu'il y eu quelque chose, il eût fallu que Dieu l'eût crée,
4. Or, Dieu n'avait encore rien crée.
4 bis. Puisque c'était le commencement
5. Pour créer, il faut non seulement être Dieu,
6. Mais encore il faut savoir que l'on est Dieu.
7. Or Dieu ne savait pas qu'Il était Dieu
8. Puisqu'il était tout seul
9. Pour savoir qu'on est Dieu, il faut être deux:
10. Un qui est Dieu, et l'autre qui Lui dit : "Mon Dieu"
11. Car on ne peut pas être Dieu tout court. On ne peut être que le Dieu de quelqu'un
12 Or Dieu était tout seul
13. Il n'était donc le Dieu de personne
14. J'espère que vous avez compris.
15. Sinon recommencez en lisant très lentement
16. Cela aurait pu durer longtemps
17. C'est bien ce qui arriva
18. Cela dura très, très longtemps
19. Tellement longtemps, qu'il fallait être Dieu pour supporter ça
20. Aucune autre bête au monde n'aurait pu
Commenter  J’apprécie          264
Dieu se dit que, s'Il avait su, Il aurait commencé par créer la lumière. Ce qui prouve qu'Il avait encore beaucoup à apprendre. Or Dieu, étant omniscient, ne peut rien apprendre qu'Il ne sache déjà. A moins naturellement qu'Il n'ait décidé, dans Sa toute-puissance, de ne plus savoir telle ou telle chose, c'est-à-dire de n'être plus omniscient. C'est-à-dire de n'être plus Dieu. Car Dieu peut tout, même cesser d'être Dieu. Même Se supprimer Lui-même. Ce qui est un peu gênant, car alors Dieu n'est pas éternel. Car s'Il est éternel, Il ne peut pas mourir, même s'Il en a décidé ainsi, et alors Il n'est pas tout-puissant. Dieu a donc le choix : ou bien pas éternel, ou bien pas tout-puissant. Et dans les deux cas : pas Dieu. Ceci est un problème insoluble. Un problème insoluble est un problème qui n'a pas de solution. S'il n'a pas de solution, personne ne peut la trouver, pas même Dieu. Donc, un problème insoluble est plus fort que Dieu. Mais les problèmes insolubles, comme toutes les choses, ont été créés par Dieu. (Pourtant, Il ne se rappelait pas avoir créé celle-là...) La créature ne peut pas être au-dessus de son Créateur. Tout ça donne à penser.
Commenter  J’apprécie          150
Alors Abel répandit une pincée de sel sur l'agneau doré à point, puis il se prosterna et il invoqua l'Eternel : "Seigneur, daigne goûter de ce mets digne de Toi seul qu' a préparé pour Toi Ton très indigne serviteur."
Car Abel était un peu lèche-cul.
Commenter  J’apprécie          170
C'est pourquoi ces temps inconfortables sont appelés l'Antiquité. Or, pendant l'Antiquité, le Soleil se levait à l'ouest et se couchait à l'est, et aussi la Lune. Et, dans les sabliers, le sable remontait du bas vers le haut. Et les gens avaient quatre-vingts ans à leur naissance, et, la veille de leur mort, ils étaient âgés d'un jour. Or les hommes en avaient assez de tous ces micmacs, et ils suppliaient Jupiter de remettre le temps à l'endroit, mais Jupiter était bien trop occupé à forniquer par toutes les variétés de fornication pour se soucier de ces vétilles. Et d'abord, si Jupiter avait été un peu plus attentif à son métier de Dieu, il n'aurait pas laissé le petit Jésus et ses copains gauchistes venir tout foutre en l'air avec leur religion de cendre et de désolation.
Commenter  J’apprécie          41

Videos de François Cavanna (28) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de François Cavanna
1/5 François Cavanna : À voix nue (1994 / France Culture). La semaine du 23 juin 2014, France Culture rediffusait une série de cinq entretiens enregistrés avec François Cavanna en 1994 pour l'émission “À voix nue”. Par Ludovic Sellier. Réalisation : Christine Robert. Rediffusion de l'émission du 17/01/1994. Avec la collaboration de Claire Poinsignon. 1) La mémoire de la ville : de la "folie patrimoniale" au "tout progrès"
François Cavanna est né en février 1923 (et décédé le 29 janvier 2014) d'un père italien et maçon et d'une mère morvandiode, et si l'usage de son prénom s'est un peu perdu, il a conservé son accent des faubourgs. Ecrivain, après avoir débuté dans la presse comme dessinateur, Cavanna est devenu rédacteur en chef de "Charlie Hebdo" et le fondateur de "Hara Kiri", il a conservé le goût de la formule et les saveurs d'une langue truffée d'onomatopées. Invité : François Cavanna
Thèmes : Littérature| Littérature Contemporaine| Mémoires| Presse Ecrite| François Cavanna| Charlie Hebdo
Source : France Culture
+ Lire la suite
autres livres classés : humourVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (253) Voir plus



Quiz Voir plus

Hommage à François Cavanna

Né à Paris en ...

1913
1923
1933
1943

12 questions
79 lecteurs ont répondu
Thème : François CavannaCréer un quiz sur ce livre

{* *}