AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782253024637
384 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (24/04/1980)

Note moyenne : 3.98/5 (sur 843 notes)
Résumé :
Même que sa boîte noire - pour ce qui est de ses souvenirs de gosse entre six et seize ans - est pleine de choses drôles, émouvantes, débordantes d'affection et de joie. Y a-t-il un livre sur l'enfance qui sonne plus vrai que celui-ci? - (Bernard Pivot, Lire)
Enfin, il y a, tout au long de ces pages, le ton Cavanna. Les lecteurs de Charlie Hebdo le reconnaîtront, bien sûr, mais ils seront peut-être surpris d'y découvrir tant de tendresse. Avec le contrepoint... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (48) Voir plus Ajouter une critique
tiptop92
  16 avril 2020
François Cavanna - Les Ritals - 1978 : Les mémoires d'enfance sont souvent ennuyeuses et factices. Une fois qu'un individu a vendu deux livres, qu'il est passé une fois à la télévision ou qu'il a gagné une médaille dans une compétition quelconque, il pense du coup que sa vie devient intéressante au point d'en faire connaitre à tous sa genèse. Mais non mesdames et messieurs les peoples, les pseudos stars et starlettes, les vendeurs de vide on s'en fou de votre vie. Nous les lecteurs nous voulons du réel, de l'émotion et de l'histoire aussi. Avec Cavanna on avait tout ça et plus encore avec cette écriture vacharde et cinglante qui correspondait bien au monde de l'enfance et de l'adolescence. L'homme ne faisait pas de ses souvenirs une suite de situations idéalisées qui voulaient montrer à quel point il avait eu de la chance de naitre, ni un chapelet de malheurs totalement exagéré pour faire pleurer dans les chaumières. Entre un père manoeuvre respecté pour son insondable gentillesse et une mère aigrie par une vie qui lui avait sans doute enlevé tous ces rêves, François Cavanna vivait une jeunesse heureuse à Nogent sur Marne. Au milieu des immigrés italiens, cohorte bouillonnante de maçons et de femmes de ménage volubiles le jeune garçon faisait ses premières gammes, ses premières bêtises, sa première fugue aussi et anticipait dans des jeux pas toujours innocents ses relations futures avec les femmes. le ton de ces écrits transpirait une grande tendresse pour cette communauté valeureuse et pour ce père démuni matériellement mais tellement riche en humanité. Car c'était sa figure qui dominait le récit, c'était lui qui la plupart du temps était au centre des anecdotes du petit François Cavanna (avec deux «N» il y tient), lui qui à travers ces souvenirs recevait le plus bel hommage qu'un fils puisse faire à son père. L'anarchie qui régnait dans la construction de ce roman en éloignait toute monotonie. En effet Cavanna qui fut dès sa plus tendre enfance passionné de lecture, ne cherchait pas à classer les évènements par ordre chronologique mais au fur et à mesure qu'ils revenaient dans sa mémoire. Il n'est pas sûr que dans notre monde de plus en plus moraliste ce livre aurait eu le même accueil bienveillant qu'à sa sortie. Cavanna écrivait à l'époque dans Charlie Hebdo et son récit était loin de verser dans le politiquement correct. On n'en dira pas plus de peur que les associations féministes, antiracistes ou autres ne s'emparent de ces écrits pour en faire un autodafé en le sacrifiant sur l'hôtel des réseaux sociaux. Rien évidemment n'était à prendre au premier degré ici (ben oui, je suis Charlie), si ce n'est la bêtise de ceux qui entretiennent cette véritable fosse à purin virtuelle (je parle des réseaux sociaux, vous suivez ?). «Les ritals» était donc un model d'autobiographie rédigé par un écrivain qui ne s'embarrassait pas de pudeur de gazelle pour relater les sentiments partagés en général dans la société du temps de sa jeunesse. Et cette spontanéité équivalait à un véritable bol d'air pur pour les lecteurs… indispensable
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          13414
euphemie
  07 février 2014
A LIRE ou A RELIRE un pur moment de tendresse, la vision d'un enfant, pré ado, sur un passé "dur" diront certain, ceux qui on le temps de se plaindre, des petites frustrations du quotidien,dirait François, parce que lui, il avalait la vie, plutôt que de se laisser avaler par elle.
Cavanna, ne l'a pas oublié, ce gamin, il est resté comme lui, rebelle, indépendant, attachant, terriblement "vivant", l'enfant François, c'est l'enfant qui tout au long de sa vie, l'a nourri .
Il nous "parle" cet enfant, nous rappelle celui "tapi" au fond de nous, que l'on a oublié, et pourtant cet enfant que nous avons été...c'est "vraiment" nous.
Il nous rappelle aussi, que " l'étrangé " il change souvent de nationalité, "l'étrangé" d'hier regarde" l'étrangé" d'aujourd'hui et lui trouve une sale gueule...
Un livre d'amour....pour ses proches et pour les hommes qui veulent le rester
Commenter  J’apprécie          472
grasshopers
  30 décembre 2014
Je rejoins complètement mes amis babéliotes sur cet ouvrage... c'est un petit bijou de tendresse que nous a livré monsieur Cavanna ; tous ces souvenirs d'enfance qu'il revit pour nous, cette gouaille...
C'est un auteur que je connaissais peu, si ce n'est son par son talent de dessinateur, et dont j'ai maintenant envie de découvrir l'oeuvre plus en avant... un très bon moment de lecture !
Commenter  J’apprécie          464
andreepierrette
  07 février 2014
Nogent-sur-Marne, 1930 - 1940 environ. François, fils d'un maçon italien, arrivé en France dans les années 1920 et d'une mère Morvandelle, grandit dans un milieu d'émigrés italiens. Pas toujours bien vus par les Français dits "d'origine", à la recherche de travail, n'importe lequel, vidangeurs, ouvrier maçon, tout est à prendre pour quelques sous. Fier de son savoir-faire le père de François, garde sa dignité... "Tu vois, fiston, tout ce qui est beau en Italie, ou ailleurs dans le monde, ce sont les Italiens , des artistes qui ont bâti ces églises, ces monuments,, depuis des siècles. le travail ici, on a besoin, c'est dur, tu sais par tous les temps, il pleut, il gèle; pas toujours payé à cause du temps. Aussi, fiston, l'école, tu vois, il faut travailler pour arriver à travailler à l'abri, dans les bureaux, . François est super doué, à l'école, affamé de lecture, sa mère, qui fait la lessive chez les bourgeois, pense que ce n(est pas bon pour la tête. François se marre, il est contents au milieu des copains,à faire les 400 coups, comme des gamins plein de vie , dans la chaleur des familles turbulentes, il est heureux.
Les Ritals, c'est toute sa jeunesse racontée d'une façon truculente, dans une langue verte, imagée, mais jamais vulgaire. Un plaisir absolu de lecture. Cavanna, on l'aime, ce gosse, et son père encore plus, tellement courageux, sensible, J'ai lu ce livre il y a au moins 20 ans, et je m'en souviens comme un bonheur, d'ailleurs il est là, comme un copain d'enfance, suivi des russkoffs, que je vais relire, c'est sûr. Des livres comme ça, il n'y en a pas tellement souvent. Ne les ratez pas, c'est drôle, chaleureux, on sourit tout le temps, ciaio, le Rital, tu reste dans notre coeur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          383
HORUSFONCK
  13 octobre 2016
Quand Cavanna raconte son enfance, son quartier, son père...C'est magique et çà se "mange sans faim".
Cavanna a le don d'un conteur à nul autre pareil: C' est un amoureux des mots, mais des mots à faire partager.
Cavanna a la voix qui porte (il n'a pas de sang italien pour rien) mais sa voix est douce, forte et puissante toute à la fois.
Cavanna nous emmène dans un monde révolu, disparu, mais qu' il nous rend si familier que l'on s'y promènerait les yeux fermés.
Alors, où sont toutes ces étoiles qui manquent?
Commenter  J’apprécie          382

Citations et extraits (32) Voir plus Ajouter une citation
carrecarre   26 septembre 2012
Tous les jeudis matin, jour sans classe, j'allais avec un cabas à la bibliothèque municipale...
On avait droit à deux livres à emporter par personne inscrite, alors j'avais inscrit papa et maman, ça me faisait, comptez avec moi, six bouquins à dévorer par semaine.
On choisissait sur catalogue, mais les titres qui vous faisaient envie étaient toujours en main, il fallait faire une liste par ordre de préférence, la barbe, j'aimais mieux fouiner dans les rayons et me laisser séduire par la bizarrerie d'un titre ou les effilochures d'une très vieille reliure. J'aimais les livres énorme .

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          580
carrecarre   03 juillet 2012
"Papa, pourquoi ils se suivent pas, les numéros ?"
Papa m'a regardé, il a craché un long jus de chique par la fenêtre, du coin de la bouche –pour ça aussi, je l'admire beaucoup – et il a dit :
"Ma, qué nouméros ?
- Les numéros sur le mètre. Là il y a 60, et juste après il y a 25, et juste après 145
- Ma qu'est-ce qué t'as bisoin les nouméros ? Tou régardes combien qu'il y a les branches, et basta, va bene. Quatre branches, ça veut dire quatre-vingt. Ecco. Pour les pétites centimètres toutes pétites qui sont en plus, tout comptes avec le doigt, à peut près, quoi, voyons, faut pas perdre le temps à des conneries, qué le plâtre, lui tout sais, le plâtre, il attend pas, lui?"

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          340
andreepierretteandreepierrette   07 février 2014
Les Ritals et la politique, ça couche pas ensemble. D'abord, quand on est immigré, on a intérêt à se faire tout petit, surtout avec le chômage qui rôde. Pris dans une manif. ou un meeting, c'est la carte de travailleur qui saute, la carte bleue. Tu te retrouves avec la carte verte, pas le droit de mettre le pied dans un chantier, juste celui de faire du tourisme. Ou même carrément expulsé, reconduit à la frontière avec au cul un dossier de dangereux agitateur que la police française se fera un plaisir de communiquer aux sbires de Mussolini. Alors les jours de grève, quand des types excités traînent en bandes dans les rues avec des manches de pioche, tu restes à la maison.

A douze ans, j'étais le seul être vivant à oser changer un plomb sauté. On venait me chercher, comme le docteur ou le curé, on me regardait officier, à bonne distance. Les mères retenaient leur marmaille curieuse "Bouze pas ! Qué si Françva i se prende la lettrichité dans le corps, ça fara une flamme tanta grande qu'alle te broulera tout vivant, tva oussi!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          201
grasshopersgrasshopers   30 décembre 2014
"La vie, c'est un grand plat de merde qu'il faut manger à la petite cuillère."
Prononcer "marde" et même plutôt "marrd'", bien molle bien noire, en roulant férocement l'r sur le bout de la langue.
Ça, c'est un proverbe à maman. Elle parle beaucoup par proverbes, maman. Des proverbes noirs, méchants, désespérés. Des proverbes de Morvandiaux ronge-raves, croquants fourbus, battus, cocus au long des siècles, bêtes à chagrin, sacs à misères, tannés recuits comme charbon de bois, tout en os et tendons, moustaches tombantes, sourcils froncés, croquants de la Nièvre où la terre est plus basse que partout ailleurs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
carrecarre   03 juillet 2012
Avant de passer à table, je me cherchais de la lecture. Le bouquin en cours, un livre de classe n'importe quoi.
A part ça, j'étais un enfant joyeux bavard, turbulent, plutôt teigne et châtaigneux, rien du sombre renfermé qu’on pourrait croire ; je voulais tous les plaisirs, tous, et celui-là était le plus fort de tous.

Commenter  J’apprécie          400

Videos de François Cavanna (22) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de François Cavanna
Les Ritals de François Cavanna. Adapté et joué par Bruno Putzulu. Grégory Daltin à l’accordéon. Mis en scène par Mario Putzulu.
autres livres classés : autobiographieVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Hommage à François Cavanna

Né à Paris en ...

1913
1923
1933
1943

12 questions
69 lecteurs ont répondu
Thème : François CavannaCréer un quiz sur ce livre

.. ..