AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2842283732
Éditeur : Le Pré aux Clercs (18/03/2010)

Note moyenne : 4.17/5 (sur 394 notes)
Résumé :
Une jeune fille se réveille entièrement nue et entravée sur un matelas couvert de sang.


Elle sait qu'elle va mourir, toute tentative de fuite semble inutile. La douleur n'est rien en comparaison de la peur panique qui s'est emparée d'elle...

Le commandant Vauvert mène l'enquête en compagnie d'une profileuse albinos, Eva Sviirta. Personnage excentrique et hors norme, Eva a un véritable sixième sens qui fait d'elle une redoutable... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (154) Voir plus Ajouter une critique
Stelphique
14 septembre 2016
Ce que j'ai ressenti:…Laisse moi …apprécier la Fièvre et le Sang…

Laisse moi…
…Poser mes ailes sur le rebord de mon blog. Emprunter le temps d'un instant la robe ajustée de la comtesse Báthory. Mettre un masque de porcelaine, froid, glacé. Devenir un monstre, le temps d'un instant.
Laisse moi…
…Basculer dans le monde étrange de la nuit. Prier des dieux oubliés. Leur adresser mes rêves fous, mes espoirs inavouables, les actes qui craignent la lumière du jour. Passer de l'autre côté du miroir. Envahir les ombres.
Laisse moi…
…Caresser la fourrure des loups. Plonger dans leurs regards hypnotisants. Sentir leur odeur fauve. Les soumettre à ma volonté.
Laisse moi…
…Toucher du doigt la profondeur des abysses de l'âme humaine. Me noyer dans la folie. Traverser des mondes obscurs. Rencontrer une nouvelle forme de vampires.
Laisse moi…
…Gouter au Sang. Etre prise de fièvre.Ne voir plus que le rouge et ses dégradés. Me baigner dans un bain écarlate. Ressentir la puissance du pouvoir. Infliger la peur. Faire couler à flots, la vie.
Laisse moi…
…Admirer un auteur qui m'a entraînée jusqu'au bout de son imagination, jusqu'au bout de l'horreur. Aimer les lignes sombres qu'il trace, la puissance de son univers.M'enfermer dans cette bulle de terreur. Trembler de plaisir en me confrontant à mes pires cauchemars. Ronger mes ongles quand la tension est trop intense. Partir au delà de la raison, de la logique,de la réalité. Juste apprécier ce moment de lecture exceptionnel.
Laisse moi …
…Redevenir Stelphique, et hurler à la lune, mon coup de coeur, pour ce thriller fantastique.

Lien : https://fairystelphique.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          405
LePamplemousse
28 mai 2014
Dès les toutes premières pages, ce roman nous entraîne dans une histoire qui va à cent à l'heure et dans laquelle il faut avoir le coeur bien accroché. Entre les descriptions de tortures, les morceaux de corps déchiquetés, les centaines de litres de sang répandus partout et les hurlements déchirants des victimes, le "gore" est vraiment mis à l'honneur.
L'histoire oscille entre une enquête policière classique de tueurs en série et une histoire fantastique qui flirte avec l'occultisme.
Les personnages sont intéressants et l'intrigue est bien menée, sans temps morts.
Ce roman se dévore, même si l'aspect un peu invraissemblable de l'enquête m'a plus amusée qu'horrifiée.
Commenter  J’apprécie          370
Heureuse
23 juillet 2012
Après avoir lu "l'enfant des cimetières" l'an dernier, j'ai eu le grand plaisir de rencontrer Sire cédric à saint-Maur en poche. Un auteur disponible, sympathique, avenant. Un homme plein d'humour qui aime raconter des histoires de monstres. Mais les monstres de Sire Cédric sont vraiment monstrueux ... ils sont même la définition même de la monstruosité.
Je crois que j'ai lu le roman en moins de 48h (ce qui est un exploit pour une mère de famille nombreuse).Je me suis sentie prise en otage dès que j'ai ouvert le livre.
Arrivée à la page 445, on se dit "mais c'est fini, c'est bon, là, non?". Non ce n'est pas fini, l'horreur ne fait que commencer. J'ai tremblé, j'ai tourné quelques pages pour vérifier que "oui c'est bon ils sont là à la fin du chapitre", j'ai même pleuré.
Ce type de roman n'est pas le genre de littérature qui me fait le plus grimper aux rideaux mais j'aime bien en lire de temps en temps. d'autant plus que Sire Cédric a tout d'un très grand.
En le voyant pour de vrai, pendant qu'on discutait, je me suis même dit qu'il me faisait penser à quelqu'un, mais je n'arrivais pas à trouver qui. J'ai trouvé quelques heures plus tard. Un très grand monsieur : Stephen King. Stephen n'est pas que le monsieur qui a nous a fait passer quelques nuits blanches, c'est aussi l'auteur du merveilleux Blaze.
En tous cas, j'ai très envie de lire "le premier sang."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
lauwie
31 décembre 2013
Ce livre m'a été recommandé plus d'une fois par une amie. Pourtant la couverture ne m'enchantait absolument pas car je n'aime pas particulièrement le gore. Et pourtant...
J'ai lu le livre d'une traite. le binôme gros flic (Vauvert) / jolie albinos avec un passé lourd semble un peu cliché (Svärta). le bémol de cet ouvrage reste la rapidité avec laquelle l'auteur tisse la relation de ces deux personnages. Ça n'a aucun sens, mais bon l'amour est-il rationnel ? de même l'analogie, un parent est un tueur en série du coup l'enfant sera un tueur en série car c'est dans les gènes, me semble un peu facile et pas spécialement véridique pouvant à mon sens mener à certaines dérives...
Il semble que Maxime Chattam parte du même postulat. Mais si c'était aussi simple on le saurait.
Hormis ces détails, je dirai que de fièvre et de sang est morbido-captivant. Des meurtres par dizaines, tous plus étranges, détaillés et dégueulasses, notamment la partie "la peau du visage des victimes a été enlevée de leur vivant" brrrr, ça fait froid dans le dos. A certains passages plutôt macabres j'ai cru relire la fin de la théorie Gaïa de Maxime Chattam lorsque Emma passe dans le tunnel de charpie humaine.
Cela dit j'ai beaucoup aimé les passages fantastiques confrontés à la réalité du flic qui doit faire avec les théories les plus improbables tout en tentant d'être rationnel pour mener à bien son enquête. L'utilisation des légendes sur les loups et les miroirs donne une belle alchimie. On sent qu'il y a eu de la recherche pour ce scénario, même si au fond l'auteur reprend des formes assez traditionnelles.
Concernant l'histoire d'Elisabeth Bathory j'étais contente qu'on en parle de façon détaillée. Avec la comtesse sanglante, l'auteur partait sur une base sûre. L'horreur est forcément à son comble.
Le style de Sire Cedric est simple et efficace. Pas de fioritures, seulement les mots crus, c'est d'ailleurs ce qui rend le récit intense.
Les personnages de la criminelle sont vraiment intéressants, j'ai hâte de pouvoir les suivre dans un prochain volume. Vu les révélations sur la passé d'Eva, on est au moins sûr que les traces de l'homme aux yeux rouges vont forcément croiser sa route (seul élément prévisible).
Globalement le livre est très riche et intéressant, même s'il use de nombreux clichés. Mais bon, pourquoi pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
Saiwhisper
22 avril 2017
Ahlala… Encore une fois, Sire Cédric a su me passionner ! « de fièvre et de sang » est le second roman que je lis de lui et je dois avouer ne pas savoir si j'ai préféré « L'enfant des cimetières » ou celui-ci, car ils sont différents mais autant addictifs l'un que l'autre. Ce sont deux super polars surnaturels ! D'ailleurs, celui-ci commence particulièrement fort avec la pauvre Eloïse Lombard qui se retrouve séquestrée par les deux frères Salaville, des meurtriers qui semblent réaliser des rituels macabres… Cette première partie m'a réellement mise en haleine et, grâce à la plume vive et maîtrisée de l'auteur, j'avais l'horrible sensation d'y être…
J'ai été ravie revoir Alexandre Vauvert qui, cette fois-ci, va faire équipe avec Eva, une flic albinos au passé sordide. Attention, cette profileuse, c'est mon coup de coeur du livre : c'est un personnage travaillé, étrange, brisé émotionnellement et intéressant qui sort de l'ordinaire. Je me suis prise d'affection pour elle. Son passé et les horreurs qu'elle a subis durant l'enquête m'ont beaucoup émue. C'est une héroïne débrouillarde, forte et entêtée qui a des faiblesses, mais qui apporte un véritable plus au récit… D'ailleurs, je ne pensais pas que l'auteur la maltraiterait autant ! Il y a un peu plus d'une semaine, j'avais déjà lu un passage difficile où l'une des héroïnes de « Block 46 » de Johana Gustawsson se fait torturer. Cela m'avait fortement dégoûtée… Mais là, c'est pire ! On imagine à merveille la scène ! de quoi donner des sueurs froides ou faire des cauchemars…
Une fois encore, Sire Cédric a su brillamment exploiter son univers. Cette fois-ci, il mélange le polar, le personnage de la comtesse hongroise Élisabeth Bathory, les loups, Dracula et la magie des miroirs. L'ambiance est sombre à souhait, sanglante, effroyable et prenante. L'alternance de narration permet au lecteur d'avoir une vision d'ensemble et de comprendre aussi bien les protagonistes que les responsables de ces horreurs. Au fil des chapitres, le texte gagne en noirceur. le fantastique devient de plus en plus présent et les scènes d'action ne s'essoufflent pas. Les enquêteurs comprennent peu à peu que ces meurtres n'ont plus rien de rationnel : quelque chose de plus grand est en jeu ! Sur plus de 550 pages, on ne s'ennuie jamais. Quoi qu'il arrive, on va toujours plus loin dans l'enquête ou l'effroi. L'auteur m'a réellement conquise avec ce récit. J'avais le coeur qui battait les cent à l'heure… Et n'avais vraiment pas envie de lâcher ce livre que j'ai finalement lu d'une traite. Certes, il faut avoir le coeur bien accroché à cause de quelques passages gores ou remplis d'hémoglobine, mais quel régal ! On est happé par ce qu'il se passe…
Si vous aimez les thrillers fantastiques, je ne saurais que vous recommander cet ouvrage ou « L'enfant des cimetières » ! Il ne m'a pas fallu longtemps pour dévorer toutes les pages et en redemander… D'ailleurs, je viens récemment d'acquérir « le premier sang » ainsi que « le jeu de l'ombre ». J'espère bien être autant emportée par ces deux futures enquêtes…

Lien : https://lespagesquitournent...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          194
Citations & extraits (49) Voir plus Ajouter une citation
facteur84facteur8417 juillet 2011
" Elle se coula dans l'interstice.
Elle y était arrivé. Et l'animal ne l'avait pas suivie.
Elle inspira profondément.
C'est là qu'elle réalisa.
Elle n'avait pas fait attention à l'odeur avant d'entrer ici.
La puanteur la frappa comme un poing, la fit reculer dos au mur. Elle sentit les muscles de ses jambes qui fléchissaient contre sa volonté, et se demanda si elle allait s'écrouler.
Elle ouvrit la bouche pour crier, sans y parvenir.
Ses yeux ne pouvaient pas se détacher du spectacle qui s'offrait à elle.
Il y avait des cadavres ici.
Pas juste quelques-uns. Des dizaines. Des corps humains dépecés. Certains avaient les chairs noircies par la décomposition. On les avait entassés les uns sur les autres, et l'espace d'un instant la vision lui parut surréaliste, elle crut se trouver face à un tas d'animaux, dans un quelconque abattoir. Il n'en était rien. Il s'agissait bien de silhouettes humaines. De personnes mortes. Leur chair ouverte et violée. Leurs membres mutilés. Leurs gorges tranchées. Leurs chevelures poisseuses.
Un des cadavres était encore suspendu dans le vide, la tête en bas, au-dessus d'un seau en métal, empli aux trois quarts de son sang.
Mais ce qui frappa le plus Eloïse, c'est que cette silhouette pendue par les pieds n'avait plus de visage.
On lui avait enlevé - arraché ? - toute parcelle de peau, depuis le sommet du front jusqu'à la base du cou.
Cette fois, la réalité se fissurait pour de bon. Le chaos s'infiltra dans sa tête.
Eloïse sentit une main se refermer sur sa nuque.
Celle de Claude Salaville."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          101
angelebbangelebb12 octobre 2011
p.31

Un silence presque palpable retomba sur la ferme.
Vauvert plissa les yeu. Voilà ce qui clochait depuis le début. Il lui avait fallu tout ce temps pour mettre le doigt dessus.
- Tu ne trouve pas ça bizarre? demanda-t-il. Ecoute...
- Quoi?
- Et bien, rien, justement... On n'entend pas le moindre bruit, içi.
Il désigna les arbres qui les entouraient. En effet, on n'entendait rien du tout. Pas de chants d'oiseaux, ni le moindre son.
- Je ne suis pas un spécialiste de la campagne, mais tout de même...
C'est foutrement silencieux, non?
-Je ne te le fais pas dire.
Vauvert haussa les épaules.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
CamillefantasmeCamillefantasme11 mai 2010
...Et toi qui aimes tant les vampires,
je te signale que le tueur en série,
c'est l'image du vampire moderne,
débarrassé des niaiseries à l'eau de rose !...
Commenter  J’apprécie          220
ricouricou10 avril 2013
- tu vas devoir verser des larmes. Tu vas devoir supplier. C'est ainsi que le rituel doit se dérouler. C'est la douleur qui les attire. La douleur et les larmes.
Eva déglutit, et c'est comme si elle avalait des rasoirs. Le martèlement de son coeur, dans ses tempes, est assourdissant.
- Non , parvient-elle à murmurer, dans un ultime défi.
Commenter  J’apprécie          70
manue14manue1428 mars 2015
- Ne vous… Ne vous approchez pas comme ça…
Sans prévenir, le gros bonhomme s’était rué sur elle.
Eloïse avait voulu reculer. Elle avait poussé un cri. Les mains de l’homme s’étaient refermées sur elle, et il l’avait arrachée à son vélo, sans le moindre effort. Ainsi serrée dans ses bras puissants, elle était incapable de se débattre. L’homme l’avait empêchée de hurler en plaquant sa grosse main, sur sa bouche, lui écrasant la lèvre inférieure contre ses dents. Le goût de son propre sang avait inondé sa langue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
autres livres classés : thrillerVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "De fièvre et de sang" de Sire Cédric.

Quel est le prénom de la première victime ?

Lucie
Eloïse
Eva

10 questions
11 lecteurs ont répondu
Thème : De fièvre et de sang de Sire CédricCréer un quiz sur ce livre
. .