AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Boris Vian (Traducteur)Michèle Vian (Traducteur)
ISBN : 2070413950
Éditeur : Gallimard (31/01/2002)

Note moyenne : 3.79/5 (sur 145 notes)
Résumé :
"Je vis une vague de cheveux blonds qui, pendant un bref instant, se déroula dans l'eau, s'allongea avec une lenteur calculée, puis s'enroula de nouveau sur elle-même.
La chose roula sur elle-même encore une fois ; un bras vint écorcher la surface de l'eau et ce bras se terminait par une main boursouflée qui était celle d'un fantôme."
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
Renod
  24 décembre 2016
La mécanique Chandler est bien huilée : un riche client fait appel aux services de Marlowe et le détective prend conscience dès le début de l'enquête qu'il a mis les pieds dans un nid de vipères. Il va devoir affronter des policiers corrompus et des gangsters déterminés. Et il va s'en prendre plein la tête, une nouvelle fois. Mais notre privé a la peau dure et est bien décidé à percer le mystère qui entoure la disparition de Crystal, l'épouse de Derace Kinglsey. L'enquête va se dérouler en partie à Bay City la crapuleuse, sur la côte pacifique, mais aussi dans la forêt de San Bernadino où Kingsley est propriétaire d'un chalet situé au bord d'un lac. C'est d'ailleurs dans ce lac que la compagne du gardien va refaire surface après un séjour d'un mois dans les profondeurs. Les premiers éléments semblent accabler le gardien, un mutilé de guerre alcoolique, mais c'est sans compter sur la sagacité de Philipp Marlowe qui va chercher à démêler le vrai du faux...
Le récit se déroule en pleine Seconde Guerre mondiale : le caoutchouc est rationné, les barrages sont protégés par l'Armée et la nuit, les villes californiennes sont soumises au black-out. « La dame du lac » est le quatrième roman de Chandler et s'il y a bien des redondances dans les intrigues, elles ne lassent pas le lecteur. le Los Angeles de Chandler a mieux vieilli que celui de Connely, bien qu'un demi-siècle sépare les deux écrivains. Le roman est toujours agréable à lire et fortement conseillé aux amateurs de polars. Un classique qui n'a pas pris la poussière.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
lilyrose87
  04 juillet 2016
Il y a quelque temps, je m'étais décidée à élargir mon horizon s'agissant des polars. Seulement, je ne savais pas par où commencer, aussi j'ai consulté la liste des 100 meilleurs romans policiers de tous les temps, publiée par un magazine anglais, si mes souvenirs sont bons. Certains auteurs n'étaient cité qu'une seule fois et d'autres, comme Raymond Chandler, étaient cité plusieurs fois. N'ayant pas trouvé les romans que je cherchais de cet auteur (pour l'instant, je ne désespère pas de mettre la main dessus), j'ai emprunté le seul roman disponible, la Dame du lac.
Cette première incursion dans l'univers de Chandler a été plus que prometteuse. Une vraie révélation, un immense bouleversement dans ma vie de lectrice. Je suppose que vous avez tous un jour entendu parler de Philip Marlowe. En ce qui me concerne, la seule chose que je savais de lui était qu'il avait été interprété par Humphrey Bogart (entre autres), au cinéma.
Mais pour ceux qui l'ignorent, Philip Marlowe est détective privé. Mais pas le genre Sherlock Holmes ou Hercule Poirot mais plutôt le genre "flic à l'ancienne". Intuitif, fouille-merde, irrévérencieux, tenace.
Dans la présente histoire, Marlowe est engagé pour retrouver la femme d'un riche homme d'affaires, supposée partie avec son amant. Une histoire simple en apparence mais beaucoup plus compliquée en réalité. L'enquête de Marlowe va le conduire à découvrir un cadavre, enquêter sur un vieux dossier, faire face à des policiers corrompus, découvrir un second cadavre, puis un troisième, avant la révélation finale. Et tout cela en trois jours.
Aucun répit n'est laissé au lecteur, qui se retrouve plongé au coeur de l'histoire, aux côtés de Philip Marlowe, anti-héros par excellence. Marlowe se fiche d'heurter les sensibilités des autres personnages.
Les mots me manquent pour décrire mon état d'esprit lors de la lecture de la Dame du lac. J'ai vraiment adoré ce livre, un vrai bijou très bien écrit qui m'a donné envie de lire tous les romans de Raymond Chandler.
Si vous aimez les polars à l'ancienne, avec un héros...pardon un anti-héros bourru mais avec un bagoût et une classe folle, et doté d'un flair sans faille, si vous aimez les enquêtes qui vous embrouillent l'esprit à tel point que vous suspectez tous les personnages du roman (même les morts) pour être certain d'avoir raison sur l'identité du coupable, alors la Dame du Lac est fait pour vous.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
caryatide
  28 mai 2015
Crystal Kingsley a disparu. Ce n'est pas qu'elle manque beaucoup à son mari qui l'a déjà remplacée, mais elle a un certain génie pour se retrouver dans de sales histoires et ça c'est mauvais pour les affaires. Ses affaires, monsieur Kingsley y tient : les produits de beauté Gillerlain, c'est lui.
Philip Marlowe est donc chargé de la retrouver. Il a peu d'éléments à sa disposition : elle a séjourné dans un chalet qu'ils possèdent dans les montagnes (quand on est riche on ne passe quand même pas l'été sous le brouillard de Los Angeles) et a écrit une lettre annonçant son prochain mariage au Mexique avec son gigolo du moment.
Marlowe commence par le chalet : Chrystal n'y est plus mais il ne s'est pas dérangé pour rien : il trouve là son premier cadavre, la femme du gardien, une jolie blonde elle aussi, du moins avant qu'elle ait passé plusieurs semaines dans le lac.
Le gigolo lui, n'est pas au Mexique et affirme qu'il n'a jamais été question de mariage. Il habite à Bay city (Santa Monica, en fait, où Chandler habite quand il écrit le livre et il est très rare qu'il transforme les noms de lieux) La petite ville, la police surtout, a été pourrie par la prohibition et ne s'en est pas encore remise.
Marlowe s'en aperçoit rapidement en enquêtant sur le gigolo : la police lui reproche de faire,en fait, des recherches sur le suicide de sa voisine d'en face, la femme du docteur Almore. Comme plus il veut en savoir sur Lavery, l'ex-futur marié, plus on lui reproche de travailler sur madame Almore, sa curiosité est éveillée.
Quel rapport entre cette femme morte depuis plusieurs années et Chrystal Kingsley ? Comptez sur Chandler pour en imaginer un en nous promenant à travers la Californie, ses montagnes et son bord de mer avec toujours ce même humour, Il n'a pas été élevé en Angleterre pour rien !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
monromannoir
  23 mai 2016
Pour le whisky, rien ne vaut un de ces excellents écossais avec ce goût tourbeux si caractéristique, mais en matière de bourbon, j'ai une forte inclination pour le Four Roses avec ces notes caramélisées que Philip Marlowe affectionnait particulièrement tout en le consommant avec modération. Lorsque j'achève « La Dame du Lac » de Raymond Chandler, je m'en sers toujours un verre avec deux glaçons et je me repasse les images de cette formidable intrigue.
Philip Marlowe, le détective le plus charismatique de tous les temps est engagé par Derace Kingley qui le charge de retrouver sa femme Crystal qui semble avoir disparue de leur résidence secondaire du bord du lac à Puma Point. En se rendant sur les lieux, Philip Marlowe fera connaissance du voisin des Kingsley, Bill Chess dont la femme semble également avoir quitté les lieux depuis un mois. En se promenant autour du lac, ils apercevront une forme étrange flottant entre deux eaux. Un cadavre ?
D'aucun diront que ce n'est pas le roman le plus abouti de la série du détective privé Philip Marlowe. En ce qui me concerne, c'est tout simplement le meilleur parce que ce fut l'un des premiers roman noir que j'ai lu. Alors forcément, l'affect neutralise l'impartialité du choix. Et puis l'ambiance y est un peu particulière avec ce périple dans les montagnes californiennes où l'on peut sentir l'odeur de l'écorce des pins qui chauffent sous le soleil et où l'on croise une foule de personnages charismatiques, dont Patton, le vieux sherif de Puma Point qui sous ces aspects de beauf patenté se révèle être bien plus roublard qu'il n'y paraît.
Raymond Chandler a écrit ce roman en 1943 et tout au long de l'histoire on trouve des références à la guerre qui semble pourtant si lointaine. Contrairement aux autres récits, l'action se situe pour la plupart du temps hors de Los Angeles avec des lieux fictifs comme Bay City (nom repris pour la série Starsky et Hutch) et les montagnes de Puma Point.
La Dame du Lac : un classique du genre qui n'a pas pris une ride. Tout en fluidité dans ses descriptions avec des dialogues teintés d'un humour tout en finesse, c'est un livre qui se lit d'une traite et c'est peut-être à cela que l'on reconnaît le talent voir le génie d'un écrivain. Issu de l'école Black Mask, Raymond Chandler tout comme Dashiel Hammett ont appris à faire vibrer le lecteur à l'entournure de chaque changement de page car il faut se rappeler que leurs écrits étaient destinés à un lectorat populaire qui ne cherchait rien d'autre qu'à se distraire en frissonnant un peu. On notera que l'ouvrage a été traduit par Boris Vian qui adorait particulièrement la littérature américaine harboiled.
On ne peut qu'apprécier le style si particulier de Raymond Chandler qui a créé ce personnage mytique du détective désabusé au grand coeur, qui sait rester cool dans toutes les circonstances et qui promène sa classe au milieu d'une cohorte de femmes fatales, d'individus patibulaires et de flics un brin ripoux. Un personnage de rêve qui s'évapore comme les dernières gouttes de whisky au fond d'un verre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
AngelArekin
  17 juin 2014
J'ai lu ce roman voici déjà quelques années. Ce fut mon premier Raymond Chandler et, pour illustrer mon ressenti du moment, je ne peux vous dire qu'une chose : j'ai dévoré tous ces livres les uns après les autres.
Le maître du roman noir, à mes yeux, dévoile ici une histoire alambiquée comme on les aime, avec son personnage mythique, Philip Marlowe (Humphrey Bogart couché sur le papier), charismatique, acéré, chapeau vissé sur la tête, cigarette aux lèvres, avec une désinvolture qui fait rêver. Des femmes sulfureuses, aux longues jambes et aux lèvres rouges. Un air de musique. Une volute de fumée, et vous voilà transporté dans un film en noir et blanc des années 50.
Sauf que, ce livre a quelque chose en plus, quelque chose qui ajoute une plus-value non négligeable (si vous achetez la bonne édition, bien sûr), il a été traduit par le non-moins talentueux, Boris Vian.
Deux monstres de la littérature réunis autour de cette dame du lac mystérieuse.
Foncez, lisez, vous ne serez pas déçu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Citations et extraits (23) Voir plus Ajouter une citation
YukoYuko   10 janvier 2011
Le bureau du directeur était, comme c'est le devoir de tout bon bureau de directeur, long, sombre, tranquille et climatisé (...) Derace Kingsley s'introduisit vivement derrière huit cent $ de bureau directorial et applica son postérieur sur un grand fauteuil de cuir. (...)
- Je suis un homme d'affaires et je vais droit au but. D'après votre carte, vous êtes détective privé. Montrez-moi une pièce qui le prouve. (...) Je suppose que vous ferez l'affaire, mais ne jouez pas au plus fin avec moi. Et rappelez-vous qu'un homme que j'engage travaille pour moi. Il fait exactement ce que je lui dis et la ferme. Autrement, il est viré sans délai. Est-ce clair ? J'espère que je ne suis pas trop coriace pour vous.
-Puis-je réserver ma réponse là-dessus ? dis-je.
Il fronça les sourcils. (...)
- Quel est votre prix ?
- 25 $ par jour, plus les frais : huit cent au kilomètre pour ma voiture.
- Absurde. Beaucoup trop. 15 $ par jour, net. Bien suffisant. Je paierai les déplacements justifiés, mais pas vos petites balades. (...)
- Qu'est-ce que vous voulez au juste Monsieur Kingsley ? (...) D'abord, je m'occupe pas des divorces, dis-je. Et je demande 100 $ de provision aux étrangers.
- Bien, bien fit-il d'une voix subitement adoucie, bien, bien.
- Et quant à votre crainte d'être trop coriace pour moi, sachez que la plupart des clients commencent soit par pleurer dans mon giron, soit par me brailler aux oreilles qu'ils sont les patrons... Mais d'habitude, ils finissent tous par devenir très raisonnables - s'ils sont encore en vie.
- Bien, bien, dit-il à nouveau de la même voix douce. En perdez-vous beaucoup comme ça ?
- Pas s'ils me traitent correctement, dis-je.
- Prenez un cigare, proposa-t-il. (...) Je désire que vous retrouviez ma femme ; elle a disparu depuis un mois.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
RenodRenod   24 décembre 2016
- Je pensais qu'on avait nettoyé cette ville, dis-je. Et qu'un homme honnête pouvait se promener la nuit dans les rues sans porter une veste pare-balles.
- On l'a nettoyée un peu, la ville, dit-il, mais ils n'ont pas envie qu'elle soit trop propre. Faut pas effrayer le moindre dollar, même s'il n'est pas propre non plus.
Commenter  J’apprécie          100
monromannoirmonromannoir   23 mai 2016
Je vis une vague de cheveux blonds qui, pendant un bref instant, se déroula dans l'eau, s'allongea avec une lenteur calculée, puis s'enroula de nouveau sur elle-même. La chose roula sur elle-même encore une fois ; un bras vint écorcher la surface de l'eau et ce bras se terminait par une main boursouflée qui était celle d'un fantôme.
Commenter  J’apprécie          90
caryatidecaryatide   12 janvier 2015
On lisait sur l'étiquette "Royal de Gillerlain,le champagne des parfums". Exactement ce qu'il vous fallait. Une goutte au creux de la poitrine et des rangs de perles roses bien assorties se mettraient à vous tomber dessus comme une pluie d'été.
Commenter  J’apprécie          60
caryatidecaryatide   08 février 2015
Elle eut un sourire radieux et acquiesça.
- Naturellement, Mildred Haviland. Vous ne vous en souvenez pas, Eustache ?
Il ne s'en souvenait pas. Il nous regardait avec l'air d'un cheval qui s'est trompé de box.
Commenter  J’apprécie          70
Videos de Raymond Chandler (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Raymond Chandler
Chronique animée par Fabien Delorme, consacrée aux grands noms de la littérature policière, dans le cadre de l'émission La Vie des Livres (Radio Plus - Douvrin). Pour sa seizième chronique, le 08 novembre 2017, Fabien présente l'auteur Raymond Chandler. Fabien Delorme est aussi conteur. N'hésitez pas à vous rendre sur son site : http://www.fabiendelorme.fr/ ou sur sa page Facebook : https://www.facebook.com/fabiendelormeconteur La page Facebook de l'émission La Vie des Livres : https://www.facebook.com/laviedeslivres62
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les titres des romans de Raymond Chandler

Quel est le titre correct ?

La Dame du lac
La Dame du vendredi
La Dame de Shanghai
La Dame de pique

8 questions
28 lecteurs ont répondu
Thème : Raymond ChandlerCréer un quiz sur ce livre
.. ..