AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Claire Breton (Traducteur)
EAN : 9782714444943
360 pages
Éditeur : Belfond (04/11/2010)

Note moyenne : 3.63/5 (sur 46 notes)
Résumé :

Dans un coin perdu d'archipel écossais, un polar insomniaque et virtuose, une nouvelle enquête de Jimmy Perez, flic taciturne et compatissant, dont le métier s'accorde mal avec un encombrant complexe de bon Samaritain... Macabre découverte à Biddista, petit hameau des Shetland. Dans une cabane de pêcheur, le corps d'un homme, pendu. Fait étrange, son visage est dissimulé par un masque de clown. Pour l'inspecteur Jim... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (20) Voir plus Ajouter une critique
nameless
  06 avril 2017
Jimmy Perez est entré dans ma vie par le truchement de la série proposée par la BBC Scotland, fort opportunément intitulée Shetland, puisque c'est dans cet archipel que se situent 4 intrigues traduites en français, créées par Ann Cleeves. Si Jimmy porte un nom à la consonance hispanique, il le doit à un lointain ancêtre accidentellement échoué sur ces côtes inhospitalières et qui a fait souche à Fair Isle, mondialement réputée pour ses tricots, les tricoteuses babéliautes savent de quoi je parle. Jimmy est un flic calme, tranquille, qui connaît ses îles comme sa poche parce qu'elles constituent son patrimoine génétique entretenu par lui avec soin. Très tôt, il a appris à parler peu pour garder une part d'intimité dans un endroit où tout le monde se connaît, où les rumeurs, les légendes vont bon train, où l'on « raconte » sans fondement. Jimmy n'analyse pas le match avant de l'avoir joué. Il observe, il écoute.

Lorsque, après un vernissage à Biddista, rassemblant les oeuvres de Bella Sinclair et Fran Hunter, un estrangé est découvert pendu, Jimmy va à son habituel train de sénateur jusqu'au moment où l'on dépêche sur les lieux un Invernois, Roy Taylor, qui vient pour assainir la ville, comme dans les westerns qu'il regardait quand il était petit. Pressé comme le sont les citadins, il ne parvient pas à imposer son rythme à Jimmy, qui mène son enquête comme il entame sa relation toute neuve avec Fran, timidement, en réfléchissant, en ne voulant commettre aucune maladresse.

Blanc comme la nuit, titre qui rappelle que dans certaines contrées, en été, le soleil ne se couche pas, est un roman très agréable à lire, qui rompt avec l'urgence communément admise qu'il faut des rebondissements, du sang, des dialogues en rafales pour maintenir l'intérêt du lecteur. Il faut prendre son temps pour savourer les descriptions des paysages sauvages, des marées capricieuses, apprécier les changements météorologiques soudains, et tenter de comprendre la psychologie insulaire des membres de cette modeste communauté du bout du monde dont le mode de vie est bien différent du nôtre. L'intrigue, sous son apparente simplicité, tient ses promesses de suspens jusqu'à l'épilogue. Merci à Ann Cleeves pour cette découverte, ainsi qu'à la BBC Scotland.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          510
belette2911
  17 août 2012
Sans qu'il soit "exceptionnel", ce petit roman policier m'a fait passer deux journées agréables. Je l'ai lu avec plaisir mais sans me presser.
Bien qu'il ne fasse que 440 pages, il m'a fallu deux jours de lecture. Preuve s'il en est que je ne l'ai pas "dévoré" mais savouré.
Le rythme est lent, l'inspecteur Perez n'est pas du genre à courir en menant son enquête. Il n'y a pas de trépidations durant l'histoire, ni de gyrophares déposés à la hâte sur les voitures avant de se lancer, pied au plancher, derrière les coupables.
Non, Perez va à son aise, prenant le temps d'interroger les habitants du village des îles Shetland. Tout le contraire de son collègue venu d'Inverness, Taylor, qui est du genre "excité" et le contraste entre les deux personnages est rude, difficile, même.
Le plus nerveux, bouillonnant d'impatience, lorsqu'il voit que l'inspecteur local va "piano piano" dans ses questionnements.
Si on laissait faire Taylor, je pense que cela finirait avec la lampe dans les yeux et le tabassage à coup d'annuaire téléphonique. Mais non, on va au rythme de Perez et on ne violente personne, on n'engueule pas les gens et on ne se croit pas au-dessus de tout le monde.
Cette lenteur d'enquête était nécessaire afin de bien s'imprégner du caractère assez complexe des îles Shetland, situées en Mer du Nord, entre l'Écosse et la Norvège. Et c'est très appréciable, ça fait voyager.
Petite particularité, l'enquête s'effectue durant la période estivale où le soleil ne se couche jamais tout à fait - même pendant la nuit - rendant tout le monde un peu déphasé avec ces nuits blanches dans tous les sens du terme.
Sans compter que dans ce village, tout se sait très vite et que le niveau d'intimité est proche du zéro !
Le tout sera de découvrir qui est cet anglais qui est retrouvé pendu dans une remise, pourquoi est-il venu dans ce petit village tranquille, que cherchait-il et surtout : QUI l'a pendu.
Comme dans tous les petits villages insulaires, tant que le mort n'appartient pas à la communauté, ils s'en contrefichent. Vous pensez bien, un anglais pendu, ils haussent les épaules.
Ce sera là toute la difficulté de l'inspecteur Perez... découvrir l'identité du mort, gérer l'hyper activité de son collègue d'Inverness et tenter de commencer une histoire d'amour avec une habitante de l'île. Il avait du boulot sur la planche, l'homme.
En ce qui concerne les personnages, entre les hyper-chiants que l'on rêverait de pendre nous-même (Bella et Roddy); nous avons l'inspecteur Perez, pas très charismatique (trop calme et trop réfléchi); l'autre flic, Taylor, nerveux et un imbu de lui-même; les habitants du village et Fran, la future copine du flic Perez.
J'aurais aimé un peu plus de sa présence, elle gagne à être connue. Croisons les doigts que dans le tome suivant, l'auteur lui fasse la part belle.
Les indices sont disséminés un peu partout, sans savoir ce qui est important ou ne l'est pas.
En ce qui concerne une "certaine chose" au sujet d'un personnage, j'avais déduit rapidement la solution. Après avoir éliminé l'impossible, ce qu'il restait, même improbable, devait être la vérité.
J'avoue, ce n'était pas fort compliqué à déduire, vu le nombre de fois que c'était répété, ça ressemblait plus à une tranche de bacon agitée devant la truffe d'un chien. Bingo, j'avais vu juste.
Mais pas pour le reste !
Après avoir suspecté tout le monde et n'importe qui, je me suis prise une claque à la fin. Non, un coup de pied dans le cul !
Que dis-je, l'équivalent d'un bâton de dynamite déposé sous ma chaise. Non, celle-là, je ne l'avais pas vue venir.
Ce polar n'est pas celui de l'année, mais j'ai passé un bon moment et rien que pour la fin, il méritait amplement d'être lu.
Lien : http://the-cannibal-lecteur...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
Salsera15
  06 août 2012
Tout d'abord, un gros merci au forum Mort-Sure et aux éditions Pocket pour m'avoir fait découvrir ce thriller tout à fait intéressant et du même coup, une auteure que je ne connaissais pas.
Son style est très clair et elle ne s'embourbe pas dans des descriptions sans fin. J'ai trouvé qu'elle avait un talent particulier pour décrire l'atmosphère et les paysages dans les Shetland; là ou la plage rencontre les collines. Un petit village bien tranquille dans lequel tout le monde se connait et ou il n'y a pratiquement aucune intimité. On a l'impression que le roman avance tout le temps et que l'auteure nous met volontairement des indices pour qu'on soupçonne le meurtrier, mais en fait, on est en général toujours dans l'erreur peu importe qui nous paraît louche.
Les personnages sont très bien décrits dans leur caractère respectif, mais aussi dans leurs habitudes de vie. Au départ, il y a les deux inspecteurs qui dirigent l'enquête; Perez et Taylor. L'un est calme, réfléchi et posé alors que l'autre carbure à l'insomnie et au café. Perez prend le temps de bien analyser les détails et les preuves alors que Taylor souhaite voir aboutir l'enquête le plus rapidement possible. Sans oublier la rivalité que ces deux enquêteurs ont ensemble à savoir qui découvrira l'identité du meurtrier en premier! Un autre personnage important est la diva Bella, artiste peintre qui adore être félicitée et admirée. Elle est un peu imbue de sa personne, attirée fortement par les hommes qui tombent à ses pieds, mais quand elle va découvrir que son neveu est mort, son attitude va changer considérablement, car elle ne vivait que pour lui. Peter, l'écrivain renommé qui passe presque l'entièreté de sa journée à regarder les gens par la fenêtre, a une façon de répondre aux questions des enquêteurs qui fait en sorte que ces derniers n'aiment pas vraiment sa personnalité En fait, tous les gens habitant aux Shetland ont une façon d'agir et des réponses aux questions louches qu'ils pourraient presque tous être soupçonnés des meurtres survenus dans la région. Les enquêteurs ont constamment l'impression qu'ils omettent volontairement des informations pour cacher la vérité.
L'intrigue est menée de façon graduelle et on peut constater que l'auteure ne précipite pas les indices. Elle prend le temps de bien mettre en scène les habitants des Shetland et leur quotidien et de bien établir les relations de parenté entre chacun d'eux. Les circonstances entourant le meurtre sont très mystérieuses. Un homme se met soudainement à pleurer à genoux en pleine séance de vernissage et quelques heures plus tard, cet homme est retrouvé pendu dans une cabane avec un masque de clown. Cet homme est un étranger de la région et n'est pas connu de personne à priori. Cependant, c'est à force d'interrogatoire et de souvenirs refoulés que certaines choses vont sortir et permettre de connaître l'identité de l'homme, mais aussi ceux qui l'auraient fréquenté auparavant dans la région. Certains personnages sont mis de l'avant dans l'histoire, mais ils ne sont nullement impliqués. Chacun semble vivre sa petite vie bien rangée au quotidien, mais les ragots courent vite. Parfois, certaines choses qu'on veut faire croire aux autres et qui ne sont pas vraies finissent par convaincre non seulement les autres de leur véracité, mais finalement nous-même du même coup. C'est comme un fait qu'on considère comme réel et accompli et que tout le monde en vient à partager. C'est notamment le cas sur la raison de la disparition du frère de Kenny, Lawrence.
Ce roman est la preuve que tout petit village qui parait tranquille et sans histoire peut être le théâtre d'événements terrifiants dans lesquels chacun se met à douter de ses semblables. C'est tout de même un bon message que ce roman véhicule; celui de ne pas faire confiance rapidement, mais aussi de prendre le temps de bien connaître les gens qui nous entourent même si on a grandi avec eux!
Ce que j'ai le plus aimé c'est le mystère qui est bien préservé du début à la fin. Dans un bon roman thriller, j'aime bien avoir une fin surprenante à laquelle je ne m'attendais pas, ce qui est bien réussi dans ce roman. La description des personnages les rend aussi pour la plupart tous soupçonneux ce qui rend la déduction difficile pour le lecteur.
Ce que j'ai le moins aimé, c'est que Fran ne prend pas assez de place dans l'histoire. J'aurais apprécié qu'elle participe plus à l'enquête!
Je conseille ce roman à tous ceux qui aiment les romans policiers dans lesquels la fin est imprévisible. Après l'avoir connue je me suis dite: j'aurais du y penser, ça a du sens! Mais sur le coup, tout semble si bien imbriqué que toute déduction est presque impossible (à mon avis!) À lire absolument, même si ce n'est pas un coup de coeur! Je compte bien aussi découvrir d'autres romans écrits par l'auteure.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          61
Sylviegeo
  22 mars 2017
Jimmy Perez est l'inspecteur/personnage principal de ce roman, Blanc comme la nuit. Jimmy Perez est le héros de la série télé "Shetlands".
Après cette lecture, j'en suis à me demander si, pour une rare fois, je ne préfère pas la série télé au roman. Hummm ...
Un cadavre, portant un masque de clown, est retrouvé pendu dans un hangar à bateaux. On doute du suicide. Et voilà que Jimmy devra parler à tout le monde de ce petit hameau, tous des connaissances d'ailleurs. Et avec Jimmy, le rythme est donné: on prend le temps avec les gens. Nous sommes chez des insulaires, n'oublions pas. L'auteur, Anne Cleeves, maintient le tempo, brouille les pistes : tout le monde et personne est suspecté. Mais contrairement au personnage télé, je me suis moins attaché à Perez. Il me manquait un "je ne sais quoi " de vulnérable chez lui. Une sensibilité moins bien exploitée peut-être. Par contre, la description des lieux, le décor, les îles, leur mode de vie, ce soleil presque éternel en été, c'est juste trop attirant. Et bravo car on sent bien l'influence du climat, de ces lieux particuliers et riches et mystérieux sur l'ambiance. Une ambiance toujours un peu oppressante .
Bref, un honnête policier et une bonne série télé inspirée de ces romans. Notre plaisir peut donc être double .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Aline1102
  31 décembre 2017
Après Vera Stanhope, je découvre le second enquêteur récurrent d'Ann Cleeves : Jimmy Perez.
Le nom de ce policier est assez trompeur. Jimmy Perez n'est pas espagnol, même s'il revendique des ancêtres de cette nationalité afin d'expliquer son patronyme. En réalité, Blanc comme la nuit se déroule aux Shetland.
Rien que pour son décor, ce polar est donc particulièrement passionnant. On découvre une très petite communauté, qui vit dans des conditions difficiles (journées noires en hiver et nuits lumineuses en été, entre autres) et a l'habitude de se "serrer les coudes" en cas de problème. Les habitants de Biddista ne sont pas tous amis ou proches, mais étant donné leurs conditions de vie, ils savent qu'ils ont besoin les uns des autres.
Du coup, on s'en doute, le fait qu'un meurtre soit commis dans un hangar à bateaux de ce petit village bouleverse tout le monde. Et puis, surtout, les soupçons sont plus difficiles à supporter quand on est une dizaine d'habitants...
Vous l'aurez compris, les gros points forts de ce roman, c'est son ambiance et le cadre dans lequel les faits se déroulent. Les personnages sont également tous très intéressants, à quelques exceptions près (certains sont agaçants). Comme c'était le cas de Harbour Street, Ann Cleeves prend son temps pour mettre son intrigue en place, pour planter le décor et présenter les différents protagonistes. Mais cette seconde série n'est pas une simple réédition des enquêtes de Vera Stanhope : on sent un vrai travail de la part de la romancière, afin de différencier ces deux séries de polars et de leur apporter des qualités différentes à chacune.
C'est donc avec plaisir que je continuerai ma lecture des aventures de Jimmy Perez. Dans son genre, il est aussi intéressant que Vera !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
manue14manue14   10 juin 2015
L’anglais leva les yeux vers lui.
- Je ne sais pas comment je m’appelle, fit-il d’une voix lasse.
Plus rien de théâtral à présent.
- Je ne me souviens pas. Je ne sais pas comment je m’appelle ni ce que je fais ici.
- Comment êtes-vous venu ? A la Harengerie ? Aux Shetland ?
- Je ne sais pas.
Sa voix se teinta d’une pointe de panique.
- Je ne me souviens de rien avant le tableau. Ce portrait de la femme en rouge, là-bas. C’est comme si j’étais né en le regardant. Comme si je ne connaissais rien d’autre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
MadCGMadCG   28 mai 2013
Perez se souvint de son impression que Roddy avait quelque chose à confier, et sut que ce n'était pas un accident. Il repensa à la promenade qu'ils avaient faite ensemble le matin de la découverte du corps de Booth. Roddy avait grandi là-bas. Il n'était pas du genre à tomber. Il le revit en train de jouer à la Harengerie, pris dans les rais de lumières du soir, dansant avec son violon. Le jeune homme était aussi souple et agile que les chats sauvages des falaises. Jimmy avait de l'affection pour lui et fut envahi d'un sentiment d'affreux gâchis.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
emi13emi13   21 septembre 2013
< Je devrais être plus solide .plus résistant. Plus viril . Je me préoccupe trop de ce que les femmes pensent de moi.>
Commenter  J’apprécie          20
languedelieelanguedeliee   20 novembre 2013
Avec ses cheveux gris très courts, ses longues boucles d'oreilles en argent et sa jupe de soie grise, Perez lui trouva l'air d'un gros poisson argenté.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Ann Cleeves (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Ann Cleeves
SHETLAN - Saison 5 à partir du 13 Janvier 2020 sur la chaîne POLAR+
Série inédite créée par Ann Cleeves. Avec Douglas Henshall, Alison O'Donnell, Steven Robertson.
Dans cette nouvelle saison, Jimmy Perez et son équipe enquêtent après la découverte de morceaux de corps humains sur une plage de l'île de Shetland. Les analyses laissent présager qu'il s'agit d'un jeune Nigérian relié à un trafic de drogue. L'enquête prend ensuite une nouvelle tournure car ce meurtre pourrait également être lié à un trafic d'êtres humains…
Genre : Thriller/Policier
BePolarTV est la première WebTV consacrée exclusivement au polar. le site www.bePolar.fr propose de l'actu sur les romans, films, BD, séries TV polars, ainsi que des dossiers thématiques comme La petite Histoire du Polar, San Antonio, le Prix SNCF du Polar, etc.
+ Lire la suite
autres livres classés : îles shetlandVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "Blanc comme la nuit" d'Ann Cleeves.

Qui découvre l'homme pendu ?

Edith
Roddy
Kenny

10 questions
1 lecteurs ont répondu
Thème : Blanc comme la nuit de Ann CleevesCréer un quiz sur ce livre

.. ..