AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2298027498
Éditeur : France loisirs (30/11/-1)

Note moyenne : 3.95/5 (sur 583 notes)
Résumé :
Par une nuit fatale, dans le merveilleux pays d’Alasea, frappé par une malédiction, trois mages firent un ultime acte de résistance, sacrifiant tout dans l’espoir de préserver le bien. Cinq cents plus tard, au jour anniversaire de cette nuit sinistre, une petite fille hérite d’un pouvoir perdu depuis longtemps. Mais avant qu’elle puisse comprendre son terrible don, le Seigneur Noir lance ses monstres ailés pour la capturer et lui rapporter la magie embryonnaire qu’e... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (133) Voir plus Ajouter une critique
florencem
  20 mai 2014
Je n'ai pas tellement accroché. Cela n'a pas été une lecture désagréable mais j'avoue ne pas avoir été transportée dans l'univers des Bannis et des Proscrits. Je poursuivrais ma lecture des tomes deux et trois, les ayant achetés en e-book, mais cela ne sera pas avec impatience. Je pense que cela est dû en grande partie à Elena, l'héroïne du roman. Je ne me suis pas attachée à elle. J'ai de la sympathie pour l'enfant mais ça s'arrête là. de plus, j'ai trouvé qu'elle était assez effacée tout au long de l'histoire comme si elle était un personnage secondaire. Cela s'améliorera peut-être par la suite, ce que j'espère, mais pour l'instant, elle ne m'a pas laissé une grande impression.
Le roman est aussi découpé de sorte que les chapitres sont partagés entre plusieurs personnages. du coup, les trois quarts du roman nous présentent les points de vues et les aventures de plusieurs protagonistes. C'est un plus et un moins en même temps. J'ai bien aimé l fait de découvrir les métamorphes, l'ogre, la nymphe et ses autres compagnons… Mais du coup la trame principale est assez découpée. Habituellement, cela ne me gène pas trop, mais là, je ne sais pas pourquoi, j'ai trouvé ma lecture saccadée. Peut-être à cause de l'alternance des chapitres. Un personnage n'a qu'un chapitre à la fois qui lui est accordé. C'est assez court.
L'histoire, elle, est assez classique pour le genre. On retrouve des éléments clés de ce type de romans. En caricaturant : le méchant, les gentils, une quête. On retrouve aussi de nombreuses créatures du folklore fantaisie : ogre, elfe, nymphe, mage, sorcier… Un plus car on ne se focalise pas sur une espèce. On apprend rapidement qui est Elena et ce que représente son don (en bien comme en mal) ainsi que les prophéties l'entourant. Après, il y a pas mal de complexité apportaient par les différents personnages. Chacun d'eux amène une réponse à nos questions ce qui plante le décor très facilement et du coup à la fin tout est mis en place. Un fait très agréable surtout quand on sait qu'il y a deux tomes derrière.
Pour les personnages, Er'ril est celui qui m'a le plus plu. Il est très présent et ressort beaucoup plus du récit qu'Elena. Il faut aussi dire qu'il est la clé de beaucoup d'énigmes dans le roman. La nymphe m'a laissé de glace. Méric, l'elfe, malgré son arrogance, me plait assez. L'ogre m'est très sympathique tout comme Fardale, l'un des métamorphes. Son frère par contre… J'ai une grande envie de l'étriper et cela dès son apparition… Une troupe de héros assez hétéroclites qui me laisse un avis partagé comme vous le voyez. Les méchants sont détestables à souhait par contre…
Le style de l'auteur est très plaisant. On ne s'ennuie pas vraiment étant donné qu'il se passe toujours un événement clé dans chaque chapitre. Pas de lourdeur, tout est fluide. Je reste cependant sur sa faim. Il me manque un petit quelque chose qui ne m'a pas fait entièrement apprécié cette lecture. C'est dommage. A voir si les deux autres tomes pourront me redonner envie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          286
Koneko-Chan
  08 septembre 2014
"Tout d'abord, sachez que l'auteur est un menteur".
Ben oui, sinon il nous aurait déjà prévenu que son livre était géniallissime !!
Cette première phrase a de quoi intriguer d'emblée le lectorat. "Un menteur, comment ça ?!". Et puis on nous parle d'un cercle d'étudiants très fermé qui est autorisé à lire ce bouquin, on peut même remplir une fiche comme quoi il nous appartient (au cas où de mauvaises personnes tomberaient dessus, prière de me rapporter mon exemplaire !).
En fait, c'est une relecture. Cette saga est dans mon top 5 depuis que je l'ai lu : en fin 2008 (déjà 6 ans !), et j'ai souvent eu envie de la relire. Et puis je vois les tomes tous les matins lorsque je me réveille, comme s'ils m'appelaient... Donc j'ai cédé ^^" J'aime bien relire les bons livres dans lesquels on peut distinguer quelques subtilités, redécouvrir certains personnages en pensant à leur futur...

Le récit débute avec la création du Grimoire, un livre magique qui va être créé alors que le Chi va quitter les initiés. le Chi, c'est l'équivalent de la magie, les initiés ont tous une "Rose" de pouvoir qui se recharge avec le soleil. Sauf que le temps du Seigneur Noir va venir anéantir ce pouvoir, si je puis dire. Une prophétie dit que l'héritière de Sisa'kofa, la Sorc'ière, va apparaître au bout de 500 ans et que son pouvoir, "forgé dans les flammes" sera immense. La Sor'cière est souvent mal vu, car il n'y a que les hommes qui reçoivent le Chi. Comment une femme peut-elle y prétendre ? La Sor'cière est maléfique, voilà tout !
C'est ce qui est dans l'esprit d'Er'ril dès le début de cette histoire. Er'ril est un guerrier qui a assisté, participé même, à la création du Grimoire 500 ans plus tôt, le temps n'ayant pas d'emprise sur lui. Après des siècles d'errance, ce valeureux guerrier s'est perdu et n'a plus foi en personne. Mais en quelques jours, son errance remplie de tranquillité va se retrouver chamboulée par l'arrivée de nouveaux personnages. Non seulement, une nyphai (nymphe) connaît son identité mais en plus les Skaltum sont de retour ! Créatures cauchemardesques, les Skaltum sont ... indescriptibles je dirais. Ils ont des ailes immenses et membraneuses, leur peau est transparente et leur sang noir, leurs longues griffes sont enduites de poison, une magie noire les protège, ils empestent la pourriture... Je n'aimerais pas me faire embrasser par un Skaltum (ah beurk beurk !! James Clemens, pourquoi tant d'horreur ? x)). Ah, ils ont tout de même un point faible : la lumière du soleil leur fait défaut.
Mais pourquoi les Skaltum, les "soldats" du Seigneur Noir, réapparaissent ? Ils cherchent la Sor'cière bien sur !
On va donc faire connaissance (dès le début en fait, mais je trouvais plus sympa de parler d'Er'ril en premier) avec Elena, une jeune fille de 13 ans qui vit paisiblement en Alaséa avec son frère et ses parents. Elle va avoir ses premières menstrues et devenir une femme le jour même où sa main droite va devenir écarlate : la Rose de la Sor'cière. Pour elle, c'est un mystère. Elle va se rendre compte que ce secret pourrait bien lui causer sa perte le jour où deux individus mal intentionnés se rendent chez elle... Dans sa quête de réponses, elle va rencontrer des compagnons plus étranges les uns que les autres...
On va aussi faire la connaissance de Tol'chuk le demi ogre, de Mogweed et Fardale, deux frères si'lura (métamorphe) condamnés à rester dans la peau d'un homme et d'un loup. Kral le Montagnard et Méric l'el'phe vont également faire parti de l'aventure... Tous ont un objectif bien précis : défaire une malédiction, sauver son peuple, se venger, retrouver un roi perdu... Et tous vont être attirés par la Sor'cière, tous vont croiser son chemin.
Ce que j'adore, dans cette saga, ce sont les personnages. Ce tome 1 nous les présente très bien, leur personnalité est exposée dès le début. Et tous ne sont pas parfaits, évidemment. Retournements de vestes, trahisons, révélations sont au programme dans Les bannis et les proscrits. Combien de fois ai-je pu détester un personnage puis me raviser... Pour ensuite le re-détester ? (bon là j'ai un personnage bien précis en tête surtout...) Et d'autres personnages qui semblent détestables mais qui sont sympathiques ? Je prends l'exemple de Rockingham, que je n'ai jamais réussi à détester, sans vraiment savoir pourquoi au début... Il a juste pas de chance dans sa vie...
Et au niveau des personnages et des créatures, on peut dire qu'il y a de la diversité !
L'écriture. Forcément, il faut que je vous parle de la plume de James Clemens. C'est ce qui m'a surtout séduite. Un tel pavé, avec une telle plume, se lit extrêmement vite ! J'ai l'impression de lire 5 pages quand j'en lis 20, tellement le récit est prenant. Et puis, c'est tellement bien décrit ! Même les scènes dégoûtantes... Alors là je tire mon chapeau bas, car je crois bien que c'est le seul auteur qui m'ait donné envie de vomir en lisant un livre.

Et donc... COUP DE COEUR COUP DE COEUR COUP DE COEUR. Arf, cette chronique est bien difficile à rédiger, tellement les mots me manquent, tellement j'ai envie de dire plein de choses sur Elena, sur Er'ril, et sur les autres compagnons...
J'ai re-dévoré ce tome en moins de temps qu'il en faut pour dire "Skaltum" ^^ (bon là j'exagère... Et puis j'aurais pu choisir un autre terme que ces sombres créatures...). Et bien sûr, j'aime toujours autant cette saga fantastique de James Clemens (aka James Rollins).

"Soyez prudent. Et de jour comme de nuit, dans la veille comme dans vos rêves, souvenez-vous…
L'auteur est un menteur."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
InstinctPolaire
  03 décembre 2012
Koa'kona . sisa'kofa ; De'nal.
Trois mots à la musicalité si particulière extraits de l'univers que développe James CLEMENS. Un autre moyen d'appréhender un récit somme toute assez classique.
De'nal. Afin de pouvoir préserver les chances d'Alasea de se relever un jour du joug du Seigneur Noir, une prophétie a été invoquée. Les deux derniers mages chyriques et un enfant sans nom sacrifient leur essence ultime pour forger un Grimoire. Et laisser au monde une chance de pourvoir vaincre sa malédiction. Cinq cents longues années s'écouleront avant que cette opportunité voit le jour... L'enfant s'appelait De'nal.
Sisa'kofa. C'est à elle que revient le pouvoir. Celui que craint le Seigneur Noir qui entretient depuis un demi-millénaire un réseau de séides. Une ancienne et puissante magie remise entre les mains d'une fragile jeune fille. Fille de fermier Elena ne s'attend pas à être la sisa'kofa : La Sor'cière de l'esprit et de la pierre.
Koa'Kona. Ils sont aujourd'hui tous disparus. Dévorés par la Pourriture, ils ne sont plus que des échos anciens dans des contes presque oubliés. Et leur compagnes ont disparu avec eux. Enfin, il ne faut jamais être aussi catégorique. Un Arbre à Esprit a survécu, son essence préservée dans un instrument de musique. Et sa compagne la Nyphaï Nee'lhan parcours les routes à la recherche de celle qui rendra la vie aux koa'konas : La Sor'cière de l'esprit et de la pierre...
Étrange mise en abyme littéraire.
Si Elena est la Sor'cière, héritière d'une ancienne prophétie, " le Feu de la Sor'cière " est le tenant d'un genre littéraire : L'accomplissement prophétique de la quête du héros - ou de l'héroïne en l'occurrence - Chassée de son foyer dans de terribles circonstances. Poursuivie pas de sinistres créatures, elle réuni autour d'elle une communauté d'êtres d'exception : La dernière nymphe, les fées protées condamnées par malédiction à garder la même apparence... l'el'phe...
Certes les antagonismes entre ces personnages sont plus affirmés que ceux d'un certain nain et elfe fort célèbres, mais la trame est là.
Tome d'exposition qui passe avec élégance l'écueil du déjà-lu - sans faire cependant l'économie du passage sous la montagne et sa nuée gobeline.. ; - Mais laisse dans l'expectative de sa suite... avec une crainte qu'un trop grand respect de cette trame ne s'éternise...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
Melisende
  15 mai 2011
Les Bannis et les Proscrits est une saga dont j'entends parler depuis des mois et que j'ai envie de découvrir depuis au moins aussi longtemps. le hasard a décidé que je reçoive ce premier tome il y a quelques semaines, grâce à un échange sur le site Troczone. le hasard (encore lui !) a voulu qu'une lecture commune sur le dit tome soit organisée sur Livraddict, au moins un titre qui n'aura pas traîné des mois (voire des années !) dans ma PAL !
Il faut croire que le hasard fait décidément bien les choses, car cette lecture a été une excellente découverte. Si mon emploi du temps me l'avait permis, je l'aurais lu en un jour ou deux, mais j'ai du faire traîner en longueur… ce qui est sûr, c'est que je n'ai pas envie de faire traîner pour lire la suite que j'espère trouver très rapidement !
Elena, jeune adolescente rousse de 13 ans, passe la plupart de ses journées en compagnie de son frère aîné - Joach, 14 ans - à ramasser les pommes du verger qui constitue la principale source de revenus des habitants du coin. Alors qu'elle s'apitoie sur son âge et son physique trop « masculin », une douleur fulgurante dans le ventre la fait chuter de son échelle. le sang entre ses jambes n'est pas la seule nouveauté de son récent état de femme : sa main droite est entièrement rouge et rayonne de puissance. Elle cache ce second élément à sa famille, se rendant bien compte de son étrangeté.
Ce même soir, elle aperçoit deux hommes dans la cour de la ferme familiale ; elle le sait au fond d'elle, ces deux étrangers sont là pour elle et leur présence a un rapport avec sa main. Tentant de la protéger, ses parents se font tuer par les deux inconnus ; Elena, bouleversée, déclenche un incendie… comme par magie ! le feu ravage le verger. Les habitants, conditionnés par les deux étrangers, se lancent à la poursuite d'Elena et de Joach, bien décidés à supprimer ces deux « enfants du démon ».
Le frère et la soeur reçoivent alors l'aide inespérée d'Er'ril - un guerrier manchot vieux de plusieurs siècles -, de Nee'lahn - une nyphai, créature des bois, unique survivante de son espèce -, et de Kral - géant montagnard. Elena est sauvée, mais son frère est enlevé par un des deux assassins de leurs parents. La petite troupe des survivants doit se rendre chez Boln, l'oncle de l'adolescente, qui a de nombreuses réponses à leur apporter…
Avant de débuter cette lecture, je ne savais même pas de quoi il retournait, n'ayant même pas lu la quatrième de couverture (oui oui, j'achète/reçois des livres en me fiant à mon instinct) ; alors, quand j'ai compris que l'héroïne principale était une adolescente de 13 ans, j'ai eu peur de ce qui allait suivre… En général, je préfère suivre les aventures de héros (jeunes) adultes ou plus proche de la fin de l'adolescence que du début, car je ne me sens pas tellement concernée par les états d'âme d'une gamine de 13 ans qui aurait plutôt tendance à sérieusement m'agacer… Mais là, heureuse surprise, Elena est plutôt attachante. Bon, elle a tendance à pleurnicher, mais vu ce qui lui arrive, on lui pardonne. On sent en elle une future femme forte et j'espère découvrir celle-ci dans les tomes suivants.
Deuxième heureuse surprise : Elena est certes, la figure principale, mais elle est entourée de nombreux personnages qui n'ont rien de simples figurants. Chacun d'entre eux a une personnalité développée et un rôle important… et tous ont su me plaire d'une façon ou d'une autre. J'ai senti des prémisses d'histoires, de relations, et j'ai hâte de les retrouver dans les tomes suivants. Citons-les pour que vous découvriez leur nombre et leur diversité : Er'ril le guerrier d'un demi-siècle, Nee'lahn la nyphai, Kral le montagnard, Tol'chuk le demi og're, Mogweed et son frère Fardale - les deux si'lura (aussi surnommés métamorphes) coincés dans leur apparence actuelle (respectivement un humain et un loup) - et Méric, l'el'phe accompagné de son faucon de lune. D'ailleurs, ce dernier, bien que sans doute le personnage le moins développé, est paradoxalement (ou pas) celui qui a le plus retenu mon attention (un el'phe peu commode aux longs cheveux argentés, il n'en faut pas beaucoup plus…). N'oublions pas la famille d'Elena et les deux grands méchants. Tous ont un potentiel énorme, et c'est sans doute un des points les plus positifs de ce premier tome !
Nyphai, el'phe, og're, si'lura, skal'tum,… vous pouvez constater que les « races » sont nombreuses dans l'univers de James Clemens. Même s'il n'y a rien de très original là-dedans (vous pouvez reconnaître facilement, je pense : nymphe, elfe, ogre, sylphe ?,…), je trouve que l'auteur maîtrise l'ensemble et je suis certaine qu'il nous réserve quelques surprises par la suite.
Dans ce premier tome, on aperçoit déjà quelques rivalités entre certaines races - nyphai/el'phe, par exemple (d'ailleurs, j'imagine bien un rapprochement futur entre ces deux-là ?) - et on attrape au vol, quelques indications sur les différentes régions du « monde » et leur population respective.
Malheureusement, la carte qui accompagne habituellement les livres de fantasy n'est pas présente ici, et je dois avouer qu'elle m'a manqué. Elle n'est pas indispensable à la compréhension, c'est vrai ; mais elle pourrait apporter un complément très appréciable.
En ce qui concerne l'intrigue, autant le dire, elle est, elle aussi, assez classique. Cependant, elle est assez bien menée pour que la lecture fonctionne très bien et on arrive au bout sans avoir subi de temps morts. La fuite des premières pages est parfois un peu longuette, mais la rencontre des différents personnages pimente un peu l'ensemble.
J'ai surtout apprécié les scènes dans les ruines, dans la dernière partie du texte. Les personnages, chacun en petit groupe, se rencontrent dans cet espace exigu et mal éclairé, se séparent puis se retrouvent (on a l'impression que ces grottes souterraines s'étendent sur des kilomètres…) et enfin, tout le monde est réuni autour d'Elena, la jeune sor'cière. La plupart des personnages sont là pour la protéger, certains sont des traîtres, d'autres sont clairement des ennemis…
Finalement, ce premier tome n'est « qu'une » introduction à la saga. Il pose les bases de l'univers de James Clemens, mais nous présente surtout les différentes figures et les fait se rencontrer. Il y a de l'action, mais j'ai envie de dire que ce n'est pas l'élément de l'intrigue à retenir… encore une fois, l'intérêt tourne plutôt autour des personnages…
La plus grande originalité de ce début de saga vient, à mon goût, de la forme qu'utilise James Clemens. L'auteur parvient brillamment à mettre en scène de nombreux personnages sans qu'on les confonde et en nous les rendant attachants… mais comment ?! Il alterne les points de vue, suivant successivement les différentes figures. On passe ainsi un peu de temps avec chaque personnage, apprenant à le connaître et à l'apprécier. C'est vraiment très bien joué !
Et pour que tout se mette en place, James Clemens a séparé ce premier tome en 5 parties. Les 4 premières mettent alternativement en scène deux groupes de personnages : d'un côté Elena, sa famille, Er'ril, Nee'lahn et Kral ; et de l'autre, Tol'chuk, Mogweed et Fardale (ce qui peut surprendre lorsqu'on passe de la première à la deuxième partie : on s'attend à découvrir la suite des aventures d'Elena and Co', mais en fait, on fait la connaissance du deuxième groupe de personnages pour une centaine de pages !). Et, comme dit plus haut, la cinquiète et dernière partie rassemble tout ce petit monde.
Ce découpage apporte un rythme à la lecture et permet d'éviter l'ennui… surtout que l'auteur sait se débrouiller pour terminer une partie sur une interrogation ; il faut alors lire la partie intermédiaire pour enfin avoir une réponse à la question. le suspense est parfois insoutenable… bravo Monsieur Clemens !
Ce premier tome se termine sur une période de transition. le groupe se repose et panse ses blessures avant le retour des beaux jours et le départ pour la « vraie » quête… affaire à suivre, j'espère rapidement !
Notez que l'illustration de couverture, signée Anne-Claire Payet et représentant Elena, est vraiment magnifique ! J'espère que les suivantes le sont tout autant !
Lien : http://bazar-de-la-litteratu..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
facteur84
  13 septembre 2011
Un livre qui m'a été fortement conseillé. Je ne pense pas que je l'aurais connu, ni l'aurais lu sans ça. Il était depuis un moment dans ma bibliothèque. Rongeant mes nerfs pour ne pas le commencer trop tôt ni trop tard. L'heure était venue.
Commençons par les points négatifs car il y en a très peu. Presque rien. le caractère et le comportement d'Elena au début m'ont juste un peu dérangé. Juste un peu innocente, et ignorante pour une fille de son âge. Elle s'est vite transformée face aux événements qu'elle subit et la façon dont elle y fait face. Un peu plus mature tout en gardant sa jeunesse d'esprit.
Je crois que c'est le seul point négatif que j'ai trouvé. Donc vraiment pas grand-chose. Question de gout.
Du côté de ce que j'ai apprécié ; J'ai aimé l'organisation et la découpe que l'auteur à fait de son scénario. A la lecture et en fermant le livre, j'ai été frappé et admiratif de la précision musicale dont le scénario est pourvu. Chaque présentation de personnage, de situation est cadrée, millimétrée. Aucun moment de lassitude. le passage d'un personnage à un autre ou un groupe de personnages avec leurs premières liaisons, sont aussi très calculé. A peine le temps de s'installer dans un tableau que l'on passe à un autre tableau pour suivre la suite d'un autre groupe. Malgré le nombre de personnages et de groupes importants, et du fait de l'empathie du début pour la découverte des personnages, on ne s'ennui ni on ne se mélange pas une seule seconde.
Mis à part une trame classique pour un début de fantasy (difficile de sortir des prophéties annoncées, et des antihéros prodigue rédempteur), par son souffle de vie littéraire, l'auteur arrive à nous entrainer et nous laisser plonger dans cette histoire, qui devient de plus en plus passionnante, et soulève plus de question qu'au début une fois l'histoire en marche. Mais l'auteur ne s'arrête pas en si bon chemin pour écrire un bon roman.
Ormis ces qualités de conteur, l'auteur s'amuse avec notre perspicacité, notre soucis du détail et notre mémoire. Beaucoup de choses sont importantes dans l'histoire même les choses les plus insignifiantes de premiers abords. Même avertit comme je l'ai été, vous tomberez dans le panneau. Beaucoup de choses sont à retenir, les relations entre les personnages, les révélations sur l'histoire du monde, qu'elles soient dépendantes d'un point de vue ou d'un autre…. Un conseil qui m'a été donné : Notez ! Notez tout, tout ce qui vous semble important, et même ce qui ne l'est pas. Car vu la complexité et la profondeur de l'intrique et de l'histoire, je ne m'étonnerai pas que moi-même j'ai encore oublié de noter ou de me souvenir de certaines choses pour les futurs tomes.
Bref un roman étonnant, de part ses côtés à la fois classiques, mais aussi rigoureusement ingénieux au niveau du scénario. Les techniques de narration s'inspirent de J. K. Rowling et d'Agatha Christie en puissance 10. Un livre, une série, à ne surtout pas manquer. On est facilement sous perfusion littéraire avec une écriture et un langage simple, la magie des éléments, des scènes horrifiques et gore très adultes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Citations et extraits (75) Voir plus Ajouter une citation
IluzeIluze   31 août 2010

Greshym se couvrit les yeux de sa main gauche. D'une voix qui semblait venir de très loin, il récita :
"Ils seront trois :
Le premier, blessé
Le deuxième intact;
Le dernier fraîchement initié.
Quand ils se rassembleront,
A minuit dans la vallée de la Lune,
Le Grimoire sera forgé
Dans le sang d'un innocent.
Les trois deviendront un,
Et le Grimoire sera lié."
Shorkan s'assit sur le lit près du vieux mage.
-Nous avons étudié votre prophétie. L'heure est venue.
Greshym poussa un grognement
-Tu es parmi nous depuis peu de temps. Tu ignores encore beaucoup de choses. Moi, j'ai étudié d'autres parchemins, des textes qui ont été brûlés depuis le bannissement des Hi'fai. Tout n'a pas été consigné par écrit.
Shorkan agrippa l'épaule du vieux mage.
-Parlez Greshym, libérez votre langue. Le temps presse.
Baissant la tête, Greshym murmura :
"Le sang l'appellera
Le Grimoire la liera;
Elle se lèvera.
Coeur de pierre,
Coeur d'esprit.
Elle se relèvera."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
LefsoLefso   06 avril 2011
Devant lui se dressaient les vestiges d'un arbre massif : pas un de ces pommiers maigrichons que les hommes avaient plantés dans la vallée, mais un des géants végétaux qui vivaient là bien avant leur arrivée. Huit adultes aux bras étendus n'auraient pas suffi à encercler son tronc. Son sommet était tombé depuis longtemps, ne laissant qu'une souche déchiquetée et une unique branche tendue vers le ciel.
- Je l'ai trouvé pendant que j'explorais la vallée, expliqua Elena à voix basse - non pour éviter de se faire repérer par le prédateur, mais par respect pour l'arbre végétal qu'elle contemplait. Je l'ai surnommé le vieillard.
Elle entraina son frère vers une longue fente noire qui béait dans l'écorce grise.
- L'intérieur est creux ; il forme une sorte de caverne naturelle. Nous pourrons...
Un glapissement de rage retentit à travers la vallée. Leur poursuivant venait de réaliser que ses proies avaient réussi à lui échapper.
Sans rien a jouter, Elena et Joach se réfugièrent dans l'étreinte du Vieillard. Brume ne rechigna même pas à les suivre dans leur cachette. La cavité était assez vaste pour abriter un petit troupeau.
La première chose qui frappa Elena lorsque la pénombre se referma sur elle, ce fut l'odeur du Vieillard. Le parfum douceâtre qui planait sous les branches du verger battait en retraite devant la fragrance boisée de l'arbre. Ici, l'air embaumait la sève de pin. Bien que le Vieillard soit mort depuis longtemps, ses effluves persistaient comme si son esprit s'attardait à l'intérieur de sa coquille. Même la fumée suffocante qui s'insinuait dans la cuvette ne pouvait étouffer sa présence.
Elena posa tendrement la main sur le bois. Elle savait que le Vieillard les protégerait durant cette affreuse nuit. Lorsque sa paume droite toucha l'écorce, elle sentit une fraicheur apaisante remonter le long de son bras jusqu'à son cœur. Et l'espace d'un instant, elle crut entendre un chuchotement caverneux dans sa tête.
Fille du sang et de la pierre... Je te demande une faveur... Cherche mes enfants...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
RoggyRoggy   08 octobre 2015
Vous n'aviez pas le choix, dit doucement Boln derrière lui. J'ai lu les textes anciens. Le sang d'un innocent devait être versé.
- Mais pourquoi a-t-il fallu que ce soit par moi?
- Chacun de nous a un fardeau à porter: ma soeur Fila, Elena, cet enfant... Nous vivons une époque bien sombre, et si nous voulons que l'aube se lève un jour, nous devons nous mettre à genoux pour prier - peu importent notre lassitude ou la raideur de nos articulations.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
florencemflorencem   18 mai 2014
Tous deux fixèrent Er'ril d'un regard brûlant - de détermination et de fierté pour le montagnard, d'inquiétude et de passion pour la nyphai. Autrefois, Er'ril aurait éprouvé les mêmes émotions en apprenant que des enfants étaient en danger. A présent... Il sonda son cœur et n'y trouva rien. Cela le perturba bien davantage que l'accusation implicite qui flamboyait dans les yeux de Kral et de Nee'lahn.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
InstinctPolaireInstinctPolaire   03 décembre 2012
- Qui êtes-vous ? Répéta Tol'chuck
D'un geste nonchalant, l'homme aux cheveux d'argent désigna l'ensemble du groupe.
- Des quêteurs, comme toi. La sor'cière nous attire tels des papillons vers une flamme.
Commenter  J’apprécie          200
Videos de James Clemens (26) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de James Clemens
James Rollins Interview
CONVERSATIONS et QUESTIONS sur ce livre Voir plus
autres livres classés : fantasyVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
1335 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre
.. ..