AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2882534795
Éditeur : Luce Wilquin (01/02/2014)

Note moyenne : 3.89/5 (sur 14 notes)
Résumé :
Alice, Juliette et Gisèle partagent leur quotidien dans une Résidence pour sexagénaires argentés de Saint-Germain-en-Laye. Lorsqu'elle oublie la couleur des yeux d'un ancien amant, Alice sombre dans une profonde mélancolie. Hormis son époux décédé, Diego est le seul homme qu'elle ait jamais aimé. Pourquoi vivre encore si l'essentiel lui échappe ? Ses amies lui organisent alors un voyage surprise à Séville avec l'objectif inavoué de retrouver Diego. Un professeur de ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
argali
  03 février 2014
66 ans est l'âge de toutes les audaces selon Valérie Cohen. L'âge où l'on n'est plus jeune et pas encore vraiment âgé. Où on navigue entre passé et futur incertain et où l'on veut dévorer la vie à pleines dents. Après une vie professionnelle et familiale bien remplie durant laquelle on a parfois mis ses propres désirs et besoins entre parenthèses, il est temps de vivre pour soi. C'est ce que pense Juliette en tout cas. Pour rendre le sourire à son amie Alice, elle va échafauder un plan qui ne recule devant rien et entrainer dans son sillage quatre autres pensionnaires de la résidence service où elle vit désormais.
J'ai mis un peu de temps à entrer dans ce livre. Non qu'il soit mal écrit, au contraire la plume légère et précise de Valérie Cohen est un régal. Mais ces bourgeoises préoccupées de leur apparence, de leurs rides, de leur confort… me semblaient tellement superficielles que je peinais à entrer en empathie avec elles. Puis est arrivée Juliette : un physique de mamy telle qu'on l'imagine, un peu rondelette, les cheveux argentés, n'ayant pas peur du désordre et des miettes que ses petits-enfants peuvent mettre quand ils viennent lui rendre visite…un optimisme à toute épreuve, une réelle gentillesse et un bon sens certain qui désarment les plus réticents. Et la magie opère. On entre dans l'histoire, dans ce périple cocasse où chacun se dévoilera et confiera ses désirs et ses peurs.
Quand on sait qu'un quart de la population a plus de 60 ans, il n'est pas surprenant que Valérie Cohen se soit penchée sur ce 3e âge actif et se soit interrogée sur la meilleure manière d'aborder cette décennie.
Une histoire émouvante, souriante et tendre. Un souffle d'air frais dans la noirceur environnante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          154
mariech
  13 mars 2016
Alice et l'homme perle c'est l'histoire d'Alice et de ses amies , soixantenaires dynamiques mais à la vie un peu triste .
Heureusement il y a les amies , si précieuses , qui vont se dévoiler tout au long du roman , il y a des révélations inattendues , des secrets révélés en douceur , nos petites failles humaines sont révélées , nos paradoxes , nos contradictions .
Toutes les amies vont se livrer à cet exercice difficile de se dévoiler , de passer au delà de l'image lisse que l'on aime donner à ceux qui nous entourent , c'est le courageux prix à payer pour vivre plus sereinement à l'âge où on pense que tout est joué , que plus rien ne viendra nous surprendre .La belle écriture de l'auteur fait mouche , sa façon sensible de nous parler de ces femmes vieillissantes mais au coeur toujours jeune .
Une leçon d'espoir sur ces nombreuses années encore à vivre à une époque qui permet l'épanouissement, gardons nos rêves au fond de nous , toujours et n'ayons pas peur de les vivre un jour , que risque - t - on ?
Un livre d'une jeune auteur belge pleine de talent .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
nathavh
  08 avril 2014
Un tout grand merci aux Editions Luce Wilquin pour ce magnifique partenariat. C'est un véritable cadeau que la découverte de ce troisième roman de Valérie Cohen.
Après Double vie d'un papillon 2010 Dorval
Nos mémoires apprivoisées 2012 Luce Wilquin
Alice Romain est à l'aube de ses 66 ans. Voilà à peu près six ans qu'elle a décidé de quitter Paris pour le calme de la Résidence "Les eaux douces" à Saint-Germain-en-Laye.
Elle est veuve. Depuis peu, elle a des petits trous de mémoire, oeuvre du temps; elle oublie certains détails et cela l'énerve.
Chaque jeudi elle se rend à l'aéroport pour voir les passagers qui débarquent et se donner un peu de rêve et d'évasion.
Elle y récupère aujourd'hui son amie Gisèle Noiret, qui pour oublier les effets du temps, s'est donné quelques coups de bistouri pour conserver une certaine jeunesse. Gisèle est riche, célibataire et sans enfant.
A la résidence, Alice partage le quotidien avec son autre amie, Juliette Doutremont, une mamy comme on les aime, un peu rondelette, maman et grand-mère, bavarde, toujours de bonne humeur, positive, tournée vers les autres.
Il y a aussi Simon qui donne des cours de dessin et Jean-Louis un ancien juge, ami de Juliette , et miss Létiquette (on la surnomme ainsi car elle aime montrer qu'elle porte des marques).
Tout ce beau monde est encadré par Sylvie Joris, la directrice. La quarantaine, célibataire sans enfant -elle ne pourra jamais en avoir -, elle se cherche au niveau sentiment.

Un jour au cours de dessin, Simon leur demande de dessiner le modèle présent. Alice préfère en dessiner un de tête, son Diego ancien amant, amour de sa vie, perdu de vue depuis plus de 25 ans. Mais, catastrophe, sa mémoire, bon Dieu, elle ne se rappelle plus son regard, la couleur de ses yeux lui échappe. Elle claque la porte du cours de dessin et devient encore plus nostalgique.
Un peu plus tard, avec la complicité de Sylvie, se met en place un voyage à l'initiative de Juliette qui a tout compris pour retrouver "l'homme-perle" d'Alice.
Un très beau récit, une plume magnifique très fluide, remplie de tendresse nous entraîne dans ce périple. le livre est émaillé des différents courriers ou petits mots laissés jadis par Diego et nous décrit à merveille la passion qui fut entre Diego et Alice.
Le personnage de Sylvie n'est pas anodin, elle s'embarque sans réfléchir à la recherche du bonheur passé d'Alice avec "ses aînés". Son parcours est intéressant, interpellant et va lui faire prendre conscience de son chemin vers le bonheur.
Un récit qui nous dépeint avec humour et tendresse, l'approche de la vieillesse avec ses réalités, la maladie, la mort qui n'est plus très loin mais aussi le fait que tout est toujours permis. La vie avance certes mais tout est toujours possible, les projets sont présents et doivent être vécus. Chacun peut encore surprendre l'autre,- n'est-ce pas Juliette?- l'amour peut toujours être au rendez-vous.
Un livre lumineux qui nous parle de l'approche de la vieillesse avec de l'espoir, de l'humour et de la tendresse. Il faut continuer à vivre, à être heureux, se réaliser, s'assumer, être heureux , il n'est jamais trop tard.
Ce livre est un cadeau.
Ma note 9/10

Lien : http://nathavh49.blogspot.be..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
lelivredapres
  26 avril 2014
Elles ont la soixantaine dynamique, souriante et financièrement aisée, et elles ont choisi, pour rompre leur solitude, de vivre dans la Résidence « Les eaux douces » de Saint-Germain-en-Laye, où elles ont acheté un appartement et se retrouvent pour des loisirs communs. Alice, Gisèle et Juliette sont les héroïnes principales du beau roman de Valérie Cohen, Alice et l'homme-perle. Elles ont pris l'habitude de passer des soirées ensemble à refaire le monde, à parler de leur vie, de leurs enfants, et des hommes aussi, qu'elles ont d'ailleurs classés en deux catégories très pertinentes : l'homme-bonbon et l'homme-perle.
La vie est douce à Saint-Germain-en-Laye, mais Alice n'est plus comme avant : elle traîne sa mélancolie partout dans son sillage, et ses amies ne tardent pas à le remarquer. L'une d'elle, plus attentive, a compris que le passage du temps , et plus encore, la renonciation, commence à peser sur Alice. Car celle-ci a vécu, vingt ans auparavant, une aventure qui était bien plus que cela, un amour véritable, qu'elle a pourtant laissé échapper.
Le lecteur découvre peu à peu les lettres que l'amant d'Alice lui envoyait dans les années quatre-vingt. Alice était mariée à l'époque, elle est aujourd'hui veuve, et n'a plus que des contacts assez superficiels avec sa fille unique. Comment cette histoire d'amour s'est-elle terminée ? Qu'est donc devenu le beau Diego qui était alors fou d'elle ?
Préoccupée par la tristesse d'Alice, Juliette va imaginer réunir les deux anciens amants. Elle ose même organiser un voyage en Andalousie, où Diego possède encore une maison, et entraîne ses amies avec elle, ainsi que d'autres habitants de la résidence : Simon, ancien professeur de dessin, et Jean-Louis, juge à la retraite, tous deux veufs. Mais l'entreprise est risquée et peut déplaire à Alice qui ne connaît pas le but véritable de ce voyage…
Outre les sexagénaires, il y a aussi Lucie, la directrice de la résidence, toujours attentionnée, malgré ses difficultés personnelles et la solitude qu'elle s'est imposée. Et qui grâce à l'aide de Juliette et en suivant l'exemple de ses « pensionnaires », baissera enfin la garde avec Gilles qui la courtise.
Valérie Cohen signe un roman qui place au premier plan l'amitié et la solidarité féminines. On rencontre dans ce livre de beaux personnages qui ont chacun leurs travers et leurs faiblesses, ainsi que des blessures, qu'ils portent avec pudeur, ce qui les rend particulièrement attachants. Alice et l'homme-perle est un roman dont l'atmosphère douce et chaleureuse, toute empreinte d'optimisme, ne peut que nous faire du bien !
Blog le livre d'après, http://lelivredaprès.com/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Nahe
  14 février 2014
Au coeur de la résidence Les eaux douces, la vie s'écoule paisiblement : confort, service hôtelier, soins, loisirs variés, ... Tout a été prévu pour offrir une existence dorée à des seniors à l'abri du besoin.
Alice y vit depuis six ans, fuyant la triste réalité d'une capitale trop grise. Une escapade chaque jeudi à l'aéroport de Paris-Charles-de-Gaulle lui permet d'entretenir son capital de rêves.
Dans la résidence douillette de Saint-Germain-en-Laye, elle s'est rapidement liée avec Gisèle et Juliette, naviguant comme elle entre deux âges, assez jeunes pour avoir la tête pleine de projets !
Depuis quelques temps, la mémoire d'Alice est capricieuse mais cela ne l'a jamais vraiment contrariée. Lorsqu'un cours de dessin avec modèle lui rappelle Diego, elle découvre qu'elle a oublié les traits de son ancien amant. Voilà qui est insupportable : déprimée, Alice n'a plus goût à rien. le moment est venu pour son amie Juliette de donner un petit coup de pouce au destin!
Entamé avec le quotidien d'Alice, ce roman nous entraîne à l'intérieur de la résidence Les eaux douces et nous y découvrons des retraités, plein de vie et de bonne humeur. L'âge est là bien sûr mais la vie n'est pas finie pour autant, loin de là !
Mélangeant avec bonheur les personnalités, Valérie Cohen nous propose de suivre le voyage de ces sexagénaires bien attachants. Juliette à sa tête, suivie de près par Lucie, la directrice de la résidence, le petit groupe dévoile peu à peu des facettes soigneusement tues : un poids qui peut parfois être lourd à porter mais qui à grands renforts d'amitié et de solidarité, peut s'avérer plus léger, encouragé par le soleil d'Andalousie.
Dans un mélange bien plaisant, le roman alterne les descriptions du périple de nos fringants sexagénaires et les messages laissés à Alice par Diego durant leur relation : une façon originale d'en découvrir la genèse.
Avec ce roman inattendu et positif, Valérie Cohen nous propose une histoire émouvante, optimiste sans rien cacher de la, parfois sombre, réalité. Tour à tour drôle ou triste, mais toujours plein de vie, ce récit devrait vous toucher de jolie façon, réchauffant votre journée, à l'image d'une branche de mimosa en hiver.
Lien : http://nahe-lit.blogspot.be/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
carnetdelecturecarnetdelecture   25 septembre 2016
On refait un voyage, un rêve, un plat de pâtes au pesto, pas une vie. Au mieux, on franchit l'abîme et on poursuit son existence là où elle s'est arrêtée. On comble le néant, chacun à sa façon, on tente de ne pas s'y noyer et de savourer chaque goulée d'oxygène permettant de garder la tête hors de l'eau. Un jour enfin, on reprend la route, espérant secrètement qu'elle ressemblera désormais à un large boulevard bien droit, bordé de peupliers. Aucune marche arrière possible.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
nathavhnathavh   08 avril 2014
L’homme-bonbon.
"Le premier se déguste comme une friandise, d'où son nom. Une fois l'emballage ôté et le bonbon consommé, il ne reste pas grand-chose. Du léger, du tendre, du doux, un arrière-goût, voire rien. Ou si peu que la mémoire en garde un souvenir pastel et gentil, parfois même vaguement ennuyeux. Vous comprenez ce que je veux dire par là?"

L’homme-perle
"Qu'il soit père, mari, frère, amant, poursuit Gisèle, l'homme-perle laisse en nous une trace indélébile, et celle-ci nous habite pour toujours, au-delà de l'amour, du plaisir, des blessures ou de la tristesse. De la mort aussi. Peu importe que nous ayons eu mal à en crever, cet homme nous a fait grandir, a grandi en nous, avec nous. Il devait croiser notre route. une évidence, un cadeau de la vie. Le karma, diront certains. Il nous a laissé une empreinte. C'est important, l'empreinte. vous comprenez ce que j'essaie d'expliquer, Lucie?"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
NaheNahe   14 février 2014
Un dimanche par an, ses proches lui rappellent que durant des décennies, sa vie n'a été qu'une succession de fabuleux métiers peu lucratifs : puéricultrice, infirmière de nuit, psychologue, chauffeur de taxi, cuisinière, réparatrice de portes trop lourdement claquées, de pantalons troués et de cœurs brisés. Mère.
Commenter  J’apprécie          60
claraetlesmotsclaraetlesmots   22 février 2014
"La vie est injuste, soupire celle-ci avec un sourire taquin.
- Ah bon, pourquoi ?
- Une ville chargée d'histoire est bourrée de charme. Mais pour un femme de notre âge, la langue française n'est pas aussi tendre : elle a de la bouteille ou, pire, elle est ravagé.
- Pas totalement faux", concède Gisèle d'un air pincé.
Commenter  J’apprécie          40
mariechmariech   28 septembre 2015
Alice , nous sommes trop vieux pour croire aux contes de fées , mais trop jeunes pour nous enterrer dans nos habitudes .
Commenter  J’apprécie          100
Videos de Valérie Cohen (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Valérie Cohen
Quelle trace laisse un premier amour ? Est-il possible d?apprivoiser le passé quand il s?immisce dans le présent ? Peut-on tourner la page sans renoncer à hier ? Une chose est certaine, ce que l'on peut changer dans une histoire d'amour, c'est la guérison. Découvrez le savoureux roman de Valérie Cohen ? http://bit.ly/2K7vbK0
autres livres classés : vieillesseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
3356 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre