AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Éric Chédaille (Traducteur)Michel Le Bris (Préfacier, etc.)
EAN : 9782752902207
400 pages
Phébus (02/11/2006)
3.56/5   18 notes
Résumé :

Voici la première édition intégrale en français d'un livre rare. Ces six nouvelles de jeunesse ; publiées d'abord dans la revue de son ami et rival Dickens, nous révèlent un Collins au sommet de son talent, qui nous transporte de l'Angleterre bourgeoise à l'Italie des bals masqués, en passant par la France révolutionnaire. L'auteur a eu la singulière habileté d'insérer ces textes a priori di... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
hannah851
  13 février 2016
William Kirby, portraitiste itinérant, est atteint d'une cécité temporaire qui le contraint à l'inaction et condamne sa famille à la privation pour de longs mois. Cependant, son épouse Leah, jeune femme intelligente et pleine d'idées, lui propose de consigner par écrit les nombreuses histoires dont il a le secret. Sous sa dictée, "quand la nuit tombe", Leah transcrit les histoires que les modèles ont narrées à son époux lors de leurs longues séances de pose. Cette technique permettait au peintre de saisir leur visage naturel et leur personnalité et non un visage figé et contraint.
Modeste dessinateur, William se révèle cependant un excellent conteur à moins que ce ne soit les personnages hauts en couleurs qu'il rencontre qui rendent passionnantes les histoires qu'il en tire.
On retrouve avec plaisir ce qui a fait le succès des romans de William Wilkie Collins : intrigues, mystères, meurtres, vengeances, amours contrariés, usurpations d'identité... On découvre aussi l'intérêt de l'auteur pour la Révolution française dans plusieurs nouvelles.
"Soeur Rose" est une nouvelle où l'alliance des heures noires de la Terreur révolutionnaire avec les caractéristiques du roman gothique font merveille. C'est d'ailleurs à mon sens la nouvelle la plus réussie avec des péripéties qui tiennent en haleine le lecteur. Ces rebondissements jouent autant avec les nerfs des personnages qu'avec ceux du lecteur. La description d'un Paris sous la Terreur ainsi que la toile pleine de tensions et de violences sous-jacentes que tisse l'auteur autour de ses personnages auraient mérité un roman à elles seules. L'intensité qui s'en dégage se retrouve encore plus accentuée, à mon sens, dans "Le masque jaune", la dernière nouvelle du roman, où Collins nous transporte à Pise dans une histoire d'amours contrariés, de vengeances, de superstitions et de revenants qui n'a rien à envier au roman gothique.
La préface de Michel le Bris nous éclaire sur le rôle bon et mauvais qu'a pu jouer Charles Dickens dans la carrière de Collins. Il aborde également la question du statut des écrivains en Angleterre au tournant de la Révolution industrielle. Un focus est également fait sur la hiérarchie des genres littéraires qui condamne les raconteurs d'histoires comme Collins à la "littérature de bas étage" par l'utilisation de l'intrigue qui interpelle les sens contrairement à la "haute littérature" qui porte sur la psychologie des personnages.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
ileana
  22 janvier 2014
Un recueil de six nouvelles de jeunesse. Les amateurs du genre seront ravis par les intrigues rondement menées. Je l'ai trouvé un peu long. W. Collins était sans doute payé au feuillet, comme Dumas.
Extrait de la quatrième de couverture : « Pour Collins le succès fut au rendez-vous. Avec un sens inné de l'intrigue, il accumule dans ces pages complots, meurtres, vengeances et amours contrariées [ ] d'inspiration à la fois populaire et féminine, que la bonne société affectait de mépriser ».
Détail frustrant, la première nouvelle est tronquée, il y manque le moment clé ! Une brève investigation sur le web montre que même le texte en version originale pour la liseuse présente la même faille. Dommage !
De quoi parlent-elles, ces nouvelles ? « Un lit diablement singulier » : le narrateur se fait piéger dans une salle de jeu mal famé à Paris. Contraint de passer la nuit dans cette maison, il manque d'y laisser sa peau.
« La lettre volée » : un avocat sans scrupules subtilise une lettre compromettante pour le compte de son client.
« Soeur Rose » : une foule de rebondissements, ça se passe à Paris sous la Révolution, sous la menace de la guillotine. Un type tente de se débarrasser de son encombrant beau-frère : facile, il suffit de le dénoncer pour avoir agi contre la République. Il y a aussi un personnage ambigu, Lomaque, qui travaille pour la police secrète.
Préface signée Michel le Bris, où il est question de la collaboration et la rivalité Dickens – Collins.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
DelD
  26 juin 2016
Ce livre de Wilkie Collins est composé de 4 nouvelles, reliées par un fil rouge narratif.
Trois histoires sont situées en France, la dernière en Italie, et les contextes sont crédibles, les décors bien plantés. Pas de préjugés désagréables sur les « Continentaux », « papistes» par surcroît, auxquels nous ont habitués certains auteurs du 19ème siècle, comme Charlotte Brontë par exemple dans Le Professeur
Le style est élégant, enlevé, et à cet égard je pense que la traduction est vraiment réussie.
Certaines situations frôlent parfois le pathos, on pourrait même parler parfois de « bondieuseries » mais Wilkie Collins est un auteur sincère et généreux, ses intrigues sont bien menées, et le charme l'emporte donc.
Commenter  J’apprécie          40
LizzieB
  20 août 2020
J'aime beaucoup l'idée qu'a eu la femme du peintre, mettre par écrit les histoires mémorables que certains modèles on raconté à son mari. J'ai surtout adorer la première histoire, celle de l'homme et du lit singulier.
Commenter  J’apprécie          30
BJFenimore
  07 mai 2017
Un recueil de 4 nouvelles insérées dans un roman. Une épouse qui couche sur papier 4 histoires que son mari portraitiste narre après les avoir entendues raconter par ses clients. Voilà une jolie mise en abyme. Il y est question de meurtres, de drames pendant la révolution, de mystère...Tous les ingrédients du roman gothique que le "père" du roman policier manie avec justesse. Parfait.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
AuroraeLibriAuroraeLibri   13 juin 2015
Elle n'était assurément plus dans sa prime jeunesse et, comme je le découvris par la suite, elle en était encore plus éloignée qu'elle ne le paraissait. Mais je ne me rappelle pas avoir vu chez aucune femme subsister une part aussi intacte de sa beauté passée. Certes, le chagrin était passée sur ce beau et calme visage, mais il n'y avait laissé pour toute trace qu'un air de résignation. En raison surtout de la bonté et de la candeur qu'on y discernait, son expression avait conservé un caractère de jeunesse. Seuls ses cheveux qui grisonnaient, ses mains maigres et pâles, les rides qui bordaient ses lèvres et la sérénité un peu triste de son regard trahissaient son âge et, plus encore que ses ans, la marque de quelque grande douleur surmontée mais non effacée. Et, ne fût-ce que d'après sa seule voix, le flottement particulier de ses inflexions sourdes et voilées, il était aisé de conjecturer qu'elle avait dû, à quelque époque de sa vie, traverser des tourments qui avaient rudement éprouvé sa noble nature sans toutefois parvenir à l'abattre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
AuroraeLibriAuroraeLibri   12 juin 2015
Le temps est plutôt dégagé, reprit-il après un moment en levant les yeux vers le ciel radieux de midi. Oui, plutôt dégagé, mais je crois voir un petit nuage déjà en train de se former au firmament d'une certaine maison -petit nuage qui cache beaucoup de choses et que, pour ma part, je vais avoir à l'oeil.
Commenter  J’apprécie          20
AuroraeLibriAuroraeLibri   13 juin 2015
Il s'agissait d'une vieille maison fort triste. La pelouse était abondamment parsemée de massifs de fleurs, et toutes sortes de plantes grimpantes s'accrochaient aux pilastres de l'auvent et aux meneaux des fenêtres basses. En dépit de ces ornementations pleins de couleurs, en dépit de l'état impeccable de ses murs et de ses toitures, cette grande bâtisse avait quelque chose de rebutant. De plus, il régnait en ces lieux un silence de mort qui me mettait mal à l'aise.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
AuroraeLibriAuroraeLibri   13 juin 2015
Il s'agit d'événements hors du commun touchant une famille qui habitait autrefois une vieille demeure du voisinage. Cette personne se nomme Miss Welwyn; mais les bonnes gens des environs qui l'aiment tendrement et la révèrent de façon quasi superstitieuse, l'appellent plus simplement la dame de Glenwith. Attendez de l'avoir vue avant de me demander d'en dire plus. Elle mène une existence très retirée; je suis pour ainsi dire le seul visiteur qu'elle reçoit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
AuroraeLibriAuroraeLibri   13 juin 2015
La propriétaire de tous ces lieux vivait dans une époque révolue, au milieu de réminiscences et de souvenirs d'autrefois, résolument retranchée de tout ce qui avait trait au temps présent. L'agitation, le tumulte, les futilités du monde ne présentaient manifestement aucun attrait aux yeux de Miss Welwyn.
Commenter  J’apprécie          00

Video de William Wilkie Collins (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de William Wilkie Collins
Bande annonce de The Moonstone (2016), mini série de la BBC et adaptation du roman de Wilkie Collins, paru en français sous le titre La pierre de lune.
autres livres classés : littérature victorienneVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La dame en Blanc, de Wilkie Collins

Quels sont les liens de parenté entre Laura et Marian ?

Elles sont cousines
Elles sont demi-sœurs
Elles n'ont aucun lien de parenté
Laura est le nièce de Marian

9 questions
44 lecteurs ont répondu
Thème : La dame en blanc de William Wilkie CollinsCréer un quiz sur ce livre