AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782311100662
512 pages
Vuibert (07/09/2015)
4.38/5   8 notes
Résumé :
Une anthologie accessible à tous des textes indispensables de la philosophie, pour redonner du sens à la période actuelle.

Philosopher, c’est penser par soi-même. Mais nul n’y parvient valablement qu’en s’appuyant d’abord sur la pensée des autres, et spécialement des grands philosophes du passé.

Sont rassemblées ici quelque six cents citations des plus brillants esprits de la pensée occidentale, regroupées en douze thématiques majeures ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
BlackRadis
  07 avril 2022
Vu à la grande Librairie hier, pour une réédition donc, mais qui était présentée comme une nouveauté...
Dédé qui est déjà le roi du copier-coller, comme son collègue Luc Ferry.
Il reprend Présentation de la philosophie et y rajoute tout un tas d'extraits, c'est pour ça que le livre, il est très gros.
J'aime bien les chouchous de Dédé : Alain, Spinoza, Pascal ou encore Montaigne...
Rien que pour ça, et notamment Alain qui parle de la morale, c'est un livre qui vaut le coup.
Commenter  J’apprécie          60
polarjazz
  21 novembre 2018
Dans cet ouvrage qui se lit comme une roman sans temps mort, j'ai découvert deux nouveaux mots : agnostique et contingent. C'est curieux. agnostique est lié à l'absolu et contingent à quelque chose qui peut se produire ou non. J'ai déniché ces termes dans les chapitres dédiés à l'athéisme pour "agnostique" puis à Dieu et au temps pour le mot contingent.
André Comte-Sponville est un merveilleux conteur. Je me suis initiée à la connaissance qui n'est pas synonyme de vérité ; à l'art qui n'est pas un calque de la nature. Mon intérêt pour le temps date de mon adolescence. Je n'ai pas trouvé de réponse mais une ouverture sur un espace infini. Des pistes pour progresser. Un hasard plaisant.
Commenter  J’apprécie          40
c_sabrina7
  15 août 2019
Début septembre on doit commencer la philosophie au lycée, j'ai donc voulu pourvoir m'y initier en douceur. J'ai été agréablement surprise car je m'attendais à quelque chose de plus compliqué. Les différentes notions y sont très bien expliquées. J'ai pu mettre des mots sur certaines idées comme l'agnosticisme.
Commenter  J’apprécie          11
Christine69
  15 mars 2016
L'introduction rêvée à la philosophie
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (54) Voir plus Ajouter une citation
polarjazzpolarjazz   18 novembre 2018
Il semble que partout la religion n'ait été inventée que pour épargner aux souverains le soins d'être justes, de faire de bonnes lois et de bien gouverner. La religion est l'art d'enivrer les hommes de l'enthousiasme, pour les empêcher de s'occuper des maux dont ceux qui les gouvernent les accables ici-bas. A l'aide des puissances invisibles dont on les menace, on les force à souffrir en silence les misères dont ils sont affligés par les puissances visibles ; on leur fait espérer que, s'ils consentent à être malheureux en ce monde, ils seront plus heureux dans l'autre. C'est ainsi que la religion est devenue le plus grand ressort d'une politique injuste et lâche, qui a cru qu'il fallait tromper les hommes pour les gouverner plus aisément.
Paul Henri Thiry d'Holbach
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
rkhettaouirkhettaoui   05 mai 2022
La morale n’a pas de frontières ; la politique, si. La morale n’a pas de patrie ; la politique, si . Ni l’une ni l’autre, cela va de soi, ne sauraient accorder à la notion de race la moindre pertinence : la couleur de la peau ne fait ni l’humanité ni la citoyenneté. Mais la morale n’a que faire non plus des intérêts de la France ou des Français, de l’Europe ou des Européens… La morale ne connaît que des individus : elle ne connaît que l’humanité. Alors que toute politique française ou européenne, qu’elle soit de droite ou de gauche, n’existe au contraire que pour défendre un peuple, ou des peuples, en particulier – non certes contre l’humanité, ce qui serait immoral et suicidaire, mais toutefois en priorité, ce que la morale ne saurait ni imposer ni interdire absolument. On pourrait préférer que la morale suffise, que l’humanité suffise : on pourrait préférer n’avoir pas besoin de politique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
polarjazzpolarjazz   18 novembre 2018
Connaissance et vérité sont deux concepts différents. Mais ils sont aussi solidaires. Aucune connaissance n'est la vérité ; mais une connaissance qui ne serait pas vraie du tout n'en serait plus une (ce serait un délire, une erreur, une illusion...). Aucune connaissance n'est absolue ; mais elle n'est une connaissance - et non simplement une croyance ou une opinion - que par la part d'absolu qu'elle comporte ou autorise.
(P. 178)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   05 mai 2022
I l est donc bien certain que la pitié est un sentiment naturel, qui, modérant dans chaque individu l’activité de l’amour de soi-même, concourt à la conservation mutuelle de toute l’espèce. C’est elle qui nous porte sans réflexion au secours de ceux que nous voyons souffrir ; c’est elle qui, dans l’état de nature, tient lieu de lois, de mœurs et de vertu, avec cet avantage que nul n’est tenté de désobéir à sa douce voix : c’est elle qui détournera tout sauvage robuste d’enlever à un faible enfant ou à un vieillard infirme sa subsistance acquise avec peine, si lui-même espère pouvoir trouver la sienne ailleurs, c’est elle qui, au lieu de cette maxime sublime de justice raisonnée : Fais à autrui comme tu veux qu’on te fasse , inspire à tous les hommes cette autre maxime de bonté naturelle, bien moins parfaite, mais plus utile peut-être que la précédente : Fais ton bien avec le moindre mal d’autrui qu’il est possible.
Jean-Jacques Rousseau
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   03 mai 2022
On peut donc comparer le vice et la vertu aux sons, aux couleurs, à la chaleur et au froid qui, selon la philosophie moderne, sont non pas des qualités des objets mais des perceptions de l’esprit : cette découverte en morale, comme l’autre découverte en physique, doit être regardée comme un progrès considérable des sciences spéculatives ; pourtant, comme l’autre découverte, elle a peu ou pas d’influence en pratique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de André Comte-Sponville (57) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de André Comte-Sponville
Vidéo de André Comte-Sponville
autres livres classés : philosophieVoir plus
Notre sélection Non-fiction Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
390 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre