AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782253153320
180 pages
Le Livre de Poche (23/10/2002)
3.86/5   165 notes
Résumé :
Philosopher, c'est penser par soi-même, chercher la liberté et le bonheur, dans la vérité. Mais nul n'y parvient sans l'aide de la pensée des autres, sans ces grands philosophes qui depuis l'Antiquité ont voulu éclairer les grandes questions de la vie humaine. Pour nous aider dans nos premiers pas, André Comte-Sponville nous propose ici l'approche de douze thèmes éternels, tels que la politique et la morale, l'amour et la mort, la connaissance et la sagesse... Se ré... >Voir plus
Que lire après Présentations de la philosophieVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
3,86

sur 165 notes
5
3 avis
4
8 avis
3
4 avis
2
0 avis
1
0 avis
Spinoza disait :

« On ne désire pas les choses parce qu'elles sont belles, mais c'est parce qu'on les désire qu'elles sont belles. »

Et moi je désire les meufs… et c'est pour ça qu'elles sont belles… Enfin si elles sucent c'est un plus, surtout pour les moches...

On ne va pas se mentir, je n'ai reçu aucune photo de femme nue, chiotte de bite : aucune surfeuse cochonne parmi vous, bien sur j'aurais très bien pu aller conter du « Levy » chez Meetic, mais comme j'aime les challenges, bah j'ai décidé de conter du « Nietzsche » chez babelio…

Mais voilà, il y a encore quelques mois je croyais que « Spinoza » était un de ces dictateurs bouffeur de morue qui après une indigestion aurait fait une petite « Castro »…

Babe(lio)-girl : pfffffff….

Ouais mais moi je fais les créneaux d'une main et d'autres trucs relaxants me permettant après quelques secondes d'imagination de te cracher toute ma honte à la gueule, allé cul sec, je n'ai pas de mouchoir trésor…

Enfin bref, j'ai repéré sur babelio pas mal de minettes pas trop farouches prêtent à tout pour apprendre à faire des créneaux, j'ai donc commencé à m'intéresser à la philo : « naitre ou ne pas naitre »… enfin pour ce genre de connerie quoi !

Et puis bêtement j'ai trouvé toutes ces conneries très intéressantes… et aussi parce que je me pose toujours plein de questions existentielles sur tout un tas de trucs donc la majorité des gens se branle(nt)… sceptique de nature et athée de confession, je voulais comprendre pourquoi, pourquoi…. tes seins m'excitent….Ah non merde, pardon, j'étais en train faire un créneau…

Donc après quelques essais de vulgarisation, un petit bouquin sur la philosophie antique à nos jours, j'ai décidé de demander à mon meilleur pote de philo : « Mickbu »… ne vous inquiétez pas si le mec plane à 30 000 milles, ou si ses propos sont parfois un peu confus, il touche sa bille…Par contre je ne sais pas si il fait les créneaux…

Verdict j'aime bien la philo tranquillou, vulgarisée, simplifiée, donc à ma portée, l'auteur traite de plusieurs grands thèmes importants comme la mort, le temps, la sagesse, l'art, l'amour, dieu, l'Athéisme et j'en passe, c'est court et accessible même si parfois je nageais dans l'abstrait le plus complet, qu'importe, je mène ma barque gentiment, en attendant le chant des sirènes de babelio m'annonçant que les créneaux ça ne sert à rien en mer... et les mouchoirs non plus… Avale je te dis...

Et comme le disait Socrate : « Tout ce que je sais, c'est que je ne sais rien.  »... et avec ça il devait en serrer de la nenette antique...

Bah moi je dis tout pareil…

A plus les copains…
Commenter  J’apprécie          4610
Nico a dit : "ce livre est parfait pour un ado qui veut comprendre ce qu'est la philosophie ou un vioque qui voudrait s'y intéresser."

On vient donc de me présenter la philosophie en tant que vioque.

Faut dire qu'ado, un prof avait essayé mais je ne me souviens que de la vue sur la forêt de pins depuis la salle de classe.
Maintenant que j'ai lu les douze textes philosophiques de ce livre, je peux dire qu'à l'époque, ma politique (notion #2) étant d'abuser de ma liberté (notion #6) d'écouter qui je voulais quand je voulais, ma morale (notion #1) laissait à désirer. Ce comportement limitait l'extension de ma connaissance (notion #5) à mes seuls centres d'intérêts, et me faisait vivre principalement en compagnie de mon amour (notion #3) pour la nature. En plus de me mettre en joie, elle me permettait de faire passer le temps (notion #10). Il m'était alors étranger qu'un tel sentiment de plaisir puisse être donné par l'art (notion #9). Pour le découvrir plus vite, il aurait fallu que je m'intéresse un peu plus à l'homme (notion #11) devant le tableau qui, je suppose, tentait de nous diriger vers une quête de sagesse (notion #12), principe que je confondais allègrement avec Dieu (notion #7), n'étant pas encore sûre d'avoir le droit de fricoter ouvertement avec l'athéisme (notion #8).
Heureusement qu'on philosophe sans le savoir, ç'aurait été triste de rencontrer la mort (notion #4) abrutie de fausses certitudes.

En tant que vioque, je ne découvre pas ces notions malléables au possible et qui peuvent s'entrecroiser, mais je conviens enfin que tous les philosophes anciens ne sont pas étudiés dans le but de nous montrer ce qu'est une course aux citations brevetées.
Il semblerait que l'étude de la philosophie permette d'acquerir de la rigueur dans son raisonnement. S'aider de ceux qui ont trouvé les mots justes pour expliquer nos ressentis, et à son tour trouver les siens pour que sa pensée soit plus limpide. Plus sereine.

L'idée me charme.

En revanche, je vais essayer d'oublier l'ampleur de la bibliographie pour un si petit bouquin, histoire de ne pas être trop effrayée...
Commenter  J’apprécie          240
La philosophie, une nourriture essentielle qu'un spécialiste aura beaucoup de travail à faire digérer au plus grand nombre. Il ne sont pas si nombreux les philosophes à rendre la philosophie accessible, populaire!
Philosopher, penser par soi-même. Quoi de plus simple et de si compliqué à la fois. Car l'usage est de mobiliser la pensée de philosophes depuis l'Antiquité!

C'est pour cela que l'apport de Comte-Sponville est fort utile. En parcourant les différents thèmes: la morale, la politique, l'amour, la mort, la connaissance, la liberté, Dieu, l'athéisme, l'art, le temps, l'homme, la sagesse; je me suis aperçu qu'il pouvait servir de livre de chevet.

Car il a un goût de revenons-y...
Commenter  J’apprécie          302
Pour qui réfléchit un peu à sa raison d'être sur terre, au mystère de la vie, et donc sa finitude, et surtout à la quête du salut qui fait espérer une plénitude heureuse après la mort, s'offre à celui-là deux voies : la religion et ses dogmes, selon celle qu'il choisit, ou la raison qui dans ses développements s'exprime en philosophie. L'amour du savoir, l'amour de la sagesse.

La religion nous invite à croire. En un dieu, et un seul de nos jours. Car celles qui ont cours désormais sont monothéistes. En un dieu qui est amour, même si tous les jours on a des démonstrations du contraire. En un paradis, même si aucun signe n'est de nature à le confirmer. En devenant croyant, on règle la question du salut. Il suffit d'écouter les prophètes et leurs porte-voix. Je crois en Dieu, au paradis. Mon esprit est soulagé de cette obsession de l'après-vie. Elle ne peut-être que merveilleuse. Dieu est amour et nous accueille auprès de Lui. Je peux donc vivre ma vie dans la certitude de la félicité après la mort. Alléluia.

Pour celui qui ne croit pas, la démarche est plus compliquée. Il faut réfléchir. Il faut raisonner. Il faut philosopher. Philosopher c'est apprendre à mourir nous dit Montaigne qui l'a repris de quelqu'un d'autre. Philosopher pour vivre sa vie pleinement, humainement.

Tout le monde philosophe sans le savoir. À son niveau. Avec ses moyens intellectuels et sa culture. Mais si l'on veut approfondir le sujet et accéder à la sagesse, qui seule peut permettre de vivre sa vie d'homme, il faudra s'investir personnellement. Travailler, lire les ouvrages de tous ces gens qui sont devenus des philosophes reconnus depuis que l'écriture nous en rapporte les réflexions. Même celles de ceux qui n'ont rien écrit, tel Socrate. Il avait pourtant pignon sur rue dans le domaine. Platon a fait ce travail de laisser la trace écrite de ce que Socrate confiait à l'oreille, à l'esprit de qui voulait lui prêter attention et crédit.

André Comte-Sponville qu'on ne présente plus en la matière nous adresse cet opuscule dans lequel il a rassemblé douze textes de son cru. Des sujets choisis par lui pour mettre le pied à l'étrier de la philosophie à qui voudrait s'ouvrir à cette discipline alternative à la croyance. Nous mettant en garde en disant que l'effort de vulgarisation qu'il fait n'est pas l'ouverture d'un chemin facile. Philosopher de manière avisée demande de s'atteler aux écrits des philosophes, les vrais, les anciens et les modernes, autant d'éminents penseurs qu'il appelle à son argumentation, et là c'est du sérieux.

Pour les autres, ceux qui ne croient pas et qui ne veulent pas s'investir à acquérir quelque sagesse, il y a la fête. le divertissement. Divertissement qu'il faut entendre au sens de détournement de l'esprit : oubli, ou plutôt mépris de sa condition de mortel. Tous les moyens leur sont bons depuis le grand huit de la Foire du trône jusqu'aux paradis artificiels de l'alcool et de la drogue en passant par la discothèque où les décibels martèlent à ce point les neurones qu'ils en chassent l'idée de la mort.

Alors, disons-le tout net, les temps sont durs pour la croyance et la raison. L'époque n'est plus à l'ascétisme ou à l'effort. Aussi pour appâter le chaland faut-il vulgariser. C'est un peu la raison d'être de pareil ouvrage de l'éminent philosophe. Car il en est, de plus en plus nombreux, pour croire en une troisième voie : la science. Elle sait déjà nous soulager de la douleur. Elle saura bien le faire de la mort. Sans compter sur l'intelligence artificielle. Elle va supplanter celle qui jusqu'à aujourd'hui a différencié l'homme de l'animal. Elle n'aura pas d'obsessions macabres. L'éternité est peut-être là ?
Commenter  J’apprécie          160
Très bonne introduction aux grands thèmes philosophiques. J'avais déjà lu les chroniques d'André Comte-Sponville dans le Monde des religions mais jamais d'essai. J'ai retrouvé ici sa volonté de partager son savoir philosophique, en termes simples et facilement accessibles. Moi, qui ne comprends plus grand-chose à la philosophie dès que l'on aborde les grands concepts, j'ai apprécié son approche pragmatique de la morale, de la politique, de Dieu, de l'homme… et des autres thèmes.
Un de ces auteurs dont la lecture nous rend plus intelligents.
Commenter  J’apprécie          270

Citations et extraits (114) Voir plus Ajouter une citation
Le présent ne cesse jamais, ni ne commence. Il ne vient pas plus de l'avenir qu'il ne s'abolit dans le passé : il demeure et change , il dure et se transforme.
Commenter  J’apprécie          150
C'est l'amour qui fait vivre, puisque c'est lui qui rend la vie aimable. C'est l'amour qui sauve ; c'est donc lui qu'il s'agit de sauver.
Commenter  J’apprécie          150
L'homme n'est pas cause de soi, ni d'abord maître de soi, ni, encore moins, transparent pour lui-même. Il est le résultat d'une certaine histoire, qui le traverse et le constitue à son insu. Il n'est ce qu'il fait que parce qu'il est, d'abord, ce qui le fait (son corps, son passé, son éducation...).
Commenter  J’apprécie          40
L'humanité n'est pas un jeu ; c'est un enjeu. Pas d'abord une création, mais une transmission. Pas une invention, mais une fidélité. Qu'on puisse se servir des formidables progrès de la génétique pour rendre à tout être humain, autant que faire se peut, la plénitude de son humanité (c'est ce qu'on appelle les thérapies géniques), nul ne songe s'en plaindre. Ce n'est pas une raison pour vouloir transformer l'humanité elle-même, fût-ce pour l'améliorer.
Commenter  J’apprécie          20
Ce n'est pas parce que le sage est plus heureux que nous qu'il aime la vie davantage. C'est parce qu'il l'aime davantage qu'il est plus heureux.
Commenter  J’apprécie          80

Videos de André Comte-Sponville (67) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de André Comte-Sponville
Lundi 18 décembre a eu lieu la première "Fabrique des idées", la série de masterclass philosophiques que nous avons initiée dans le cadre de la nouvelle formule de Philosophie magazine.
Pour cette première édition, André Comte-Sponville s'est entretenu avec Martin Legros pendant 2 heures au Club de l'Étoile, à Paris, et a également répondu aux questions des participants. L'événement, qui était accessible en présentiel ou par visioconférence, était gratuit pour les abonnés.
Pour voir ou revoir la masterclass d'André Comte-Sponville, cliquez sur ce lien :
https://www.philomag.com/articles/replay-revivez-la-masterclass-dandre-comte-sponville-pour-philosophie-magazine
Bon visionnage !
+ Lire la suite
autres livres classés : philosophieVoir plus
Les plus populaires : Non-fiction Voir plus


Lecteurs (449) Voir plus



Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
432 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre

{* *}