AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782355741098
154 pages
Éditeur : Akileos (07/06/2012)

Note moyenne : 3.88/5 (sur 54 notes)
Résumé :
Une relecture du mythe d’Herakles, fils de Zeus le roi des Dieux et de l’humaine Alcmène (fille d’Amphitryon et d’Electryon, lui même fils d’Andromède et de Persée, lui-même fils de Zeus et de...).
Une version haute en couleur pour découvrir ou redécouvrir l’histoire épique du plus célèbre des demi-Dieux de l’antiquité grecque.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (27) Voir plus Ajouter une critique
Dionysos89
  19 janvier 2015
Avec ce premier tome d'Herakles d'Edouard Cour, Akiléos honore les récits grecs qui ont dû inspirer son nom.
Que peut ainsi nous proposer une énième version des travaux d'Hercule par le jeune Edouard Cour ? À brûle-pourpoint, nous découvrons dans les premières cases un guerrier pataud, pas très finaud et plutôt enclin à tenter le diable par tous les moyens. Et oui ! Hercule, ou plutôt Herakles car nous sommes dans un récit très grec et non latin, est peint, sculpté et raconté d'une façon beaucoup moins athlétique et esthétique qu'à l'accoutumée. Bourrin et franc-tireur, le demi-dieu, fils du dieu des dieux, Zeus, et de la mortelle Alcmène, porte d'ores et déjà un caractère attirant la sympathie du lecteur. Il fait des erreurs, il se découvre lui-même, en somme il est, dès le départ, en plein parcours initiatique, alors même que nous le découvrons à peine.
Pourtant, ce n'est pas là ce qui va vous faire tiquer en premier. le dessin est, lui aussi, des plus atypiques. de grands traits de crayon pour esquisser les personnages alternant avec de vastes aplats dans les décors, une colorisation bien souvent monochrome qui tranche avec la nature flamboyante de certains paysages, un aspect granuleux dans certaines poses épiques qui renvoient à un imaginaire de statues grecques : tout cela ne fait pas forcément naturel. Et c'est le but, car nous sommes bien là dans un récit mythologique assumé. La couverture nous donne d'ailleurs déjà le ton : monochrome et expressif, le visage accrocheur d'Herakles nous toise d'un air décidé et franchement pas commode. Edouard Cour utilise donc un trait atypique, mais qui se révèle astucieux sous deux aspects primordiaux : d'abord l'hellénisme (le caractère polysémique de ce terme me gêne, mais il y a bien un caractère « grec » dans ces graphismes) avec des visages très heurtés ainsi que des décors notamment architecturaux qui parleront au plus grand nombre, et le mouvement ensuite, puisque le personnage principal passe le plus clair de son temps à courir partout et jouer de ses armes favorites (arc et flèches, lances et autres massues) qui demandent un art du déplacement certain.
Du point de vue du scénario, enfin, l'auteur suit plutôt scrupuleusement ce que nous pouvons déjà connaître des aventures, des travaux d'Herakles à partir de son attachement aux ordres du roi de Mycènes. Toutefois, il n'empêche qu'Edouard Cour utilise à bon escient les esprits de certains morts pour accompagner son héros et ainsi affubler son récit de quelques dialogues cocasses. L'humour de la situation (avec quelques termes grecs anciens en prime) et le ridicule de certains travaux associés à la force insolente d'Herakles font le sel de ce premier tome. Pour agrémenter tout cela d'un peu de mystère, l'auteur place ça et là quelques lignes scénaristiques pour la suite de sa trilogie sur le pouvoir d'Hera et le pourquoi des travaux, de ce nom « Herakles », sur le destin des proches du héros (parfois drôle, souvent tragique) et même sur l'éventuelle conclusion à ces travaux normalement irréalisables.
Déjà huit travaux de passés dans ce premier volume d'une série qui doit en compter trois et le deuxième tome doit conclure les douze travaux d'Hercule, parmi les plus spectaculaires et retentissants, cela promet. Nous pourrions bien sûr reprocher ici ce défilé très rapide des événements, mais cela se fait tellement naturellement que nous avons là une lecture très agréable. Un héros foncièrement sympathique au lecteur, un destin forcément tragique et des événements épiques tournés en ridicule, que demande le démos ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
trust_me
  11 juillet 2012
A ma connaissance, il n'y a jamais eu d'adaptation des douze travaux d'Hercule en BD. Et même si cette épopée a connu de nombreuses représentations au cours des siècles sur tout type de supports (céramique, sculpture, peinture…), le pari du passage à la bande dessinée n'avait jusqu'alors pas été tenté. Il aura fallu le culot d'un dessinateur néophyte fraîchement sorti de son école de design pour qu'un tel projet voit le jour.
S'écartant de l'iconographie classique, Édouard Cour propose un trait souple et nerveux qui n'est pas sans rappeler par moments celui de Christophe Blain (Isaac le pirate). Respectant à la lettre la chronologie et les événements de cette fresque mythologique incontournable, le jeune auteur distille à chaque chapitre une inventivité graphique remarquable. Son découpage ultra-dynamique alterne avec brio les séquences d'action pure et les passages sans texte au cours desquels le héros se refait une santé entre deux travaux. Ajoutez à cela des couleurs crépusculaires dominées par les tons ocre et des dialogues au niveau de langue beaucoup plus familier que soutenu et vous obtiendrez un album qui sort vraiment de l'ordinaire.
A noter par ailleurs que physiquement, Herakles est loin du bellâtre musculeux représenté par les artistes antiques. le fils de Zeus s'affiche en effet ici sous les traits d'un balourd hirsute et taciturne toujours plus prompt à l'action qu'à la réflexion.
Ce premier tome regroupe huit travaux. J'avoue que la redécouverte de ces derniers m'a permis de me rendre compte à quel point ma mémoire avait besoin d'être rafraîchie. En dehors du nettoyage des écuries d'Augias et de l'affrontement avec l'hydre de Lerne, il ne me restait en effet plus grand-chose des exploits d'Herakles dont la découverte remonte pour moi au collège.
Une chose est sûre, en associant la retranscription fidèle de l'épopée mythique à une originalité graphique et un ton très modernes, Édouard Cour signe un premier album de haute voltige. Une très belle surprise.
Lien : http://litterature-a-blog.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
alouett
  13 avril 2013
« Paf », « Plam », « Tchak », « Booom », « Hmpf »… « Skor ! »
Chuuuut… Héraklès est en pleine action.
Fils de Zeus et d'Alcmène. Les textes qui relatent les circonstances de la naissance d'Héraklès et les quelques jours qui suivirent sont nombreuses. Héraklès, Héraclès, Hercule, Alcide… le culte voué à ce héros est repris dans de nombreuses cultures. Nul besoin de le présenter. le projet d'Edouard Cour était risqué puisqu'il a choisi de revisiter ce mythe.
L'auteur ne prendra pourtant pas le parti de revenir sur l'enfance d'Héraklès. Il découpe son ouvrage en huit chapitres et invite son lecteur à se plonger directement dans le vif du sujet à savoir les douze travaux qui ont été confiés aux héros. Une tâche qu'Héraklès prend très à coeur puisqu'elle prouvera à tous qu'il est un demi-dieu. Si Hercule accomplit ces douze tâches !
« Alors, immortel tu seras et l'Olympe deviendra ton foyer ».
Sa première épreuve consiste à vaincre le Lion de Némée. de chapitre en chapitre, la lecture nous emporte au travers de chaque exploit. La dangerosité des adversaires n'est pas cachée mais sous la plume d'Edouard Cour, Héraklès semble doté d'un don d'invincibilité. A la fin de ce tome, nous avons ainsi revisité les neuf premiers travaux que le Roi de Mycènes (Eurysthée) a confiés au fils de Zeus. Les desseins morbides et la haine qu'Eurysthée vouent à l'égard d'Héraklès pimentent le récit d'une petite touche de malveillance parfaitement maîtrisée.
Edouard Cour travaille actuellement sur la réalisation du second tome de ce diptyque. Plus volumineux, nous a-t-il annoncé lors de notre rencontre en janvier dernier au FIBD (j'étais en présence de Lunch et Badelel), celui-ci ne se consacrera pourtant qu'aux trois derniers travaux qui lui ont été confiés : le troupeau de Géryon, le jardin des Hespérides et le cerbère (je vous renvoie également à cet article pour avoir plus d'informations). Pourtant, les derniers chapitre de ce premier opus laissent également entrevoir l'ambition de l'auteur ; celle d'explorer plus en profondeur la personnalité de son personnage.
En effet, ce premier opus se consacre dans un premier temps à faire ressentir la force colossale d'Héraklès. le dessin est dynamique, un résultat que l'auteur obtient grâce à ses choix d'angle de vue (on se sent petit face à ce colosse). de plus, les jeux de hachures renforcent ce jeu graphique : le personnage est agile, rapide, puissant. Peu à peu, on accède à la personnalité de cet hercule. Edouard Cour diffuse méticuleusement les éléments qui nous permettent de comprendre l'homme qui se cache derrière le colosse. Un homme tourmenté, intègre et fidèle en amitié.
Lien : http://chezmo.wordpress.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Cristie
  29 mai 2013
Quelle surprise que ce livre que m'a offert Jérôme ! Une vision surprenante et décoiffante du mythe d'Heracles !
Heracles, fils de Zeus et d'une humaine, est un demi-dieu de l'antiquité grecque connu pour ses nombreux exploits tels la victoire sur l'hydre de Lerne (c'est celle que j'avais retenu !). Pour avoir offensé Héra et le roi de Mycènes Eurysthée, il va devoir prouver sa valeur en surmontant 12 épreuves réputées impossibles. L'immortalité et l'Olympe lui étant promis en cas de victoire ...
Edouard Cour nous a concocté un Herakles surprenant : une brute épaisse, un vrai bourrin qui frappe et réfléchit après ... On est loin de l'homme athlétique, beau et svelte que l'on avait pu fantasmer imaginer ! Pourtant, progressivement ce personnage va se parer de qualités et devenir pour le moins attachant en ce qu'il porte un regard lucide sur lui, en ce qu'il dévoile une sensibilité à laquelle on ne s'attendait pas ainsi lorsqu'on voit ses larmes apparaître lorsque Diomède est jeté dans la fosse des chevaux carnivores. Que dire de la solitude forcée de l'homme autour duquel les êtres meurent inexorablement ...
Puis, il y a le graphisme, simple, surprenant, tantôt frais, tantôt sombre cachant des ombres qui semblent symboliser la folie dans laquelle le héros auquel je me suis tant attachée semble plonger de plus en plus ... Les pages se tournent toute seule jusqu'à la huitième épreuve ce qui laisse présager la suite !
Premier livre d'Edouard Cour qui me semble plein de promesses à venir. Vite Edouard, remets toi de ton prix et fais nous une jolie suite !!!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
DamienR
  15 décembre 2012
Cette adaptation du mythe d'Héraklès nous permet de le découvrir rapidement, car il ne faut pas se le cacher, la lecture du texte original est plutôt ardue. Si on sent que Édouard Cour a cherché à coller à cette histoire originale, s'est documenté, c'est malheureusement le caractère "dynamique" qui m'a le plus déçu. le scénario, très cinématographique, ne s'attarde pas sur les détails, écarte toute poésie et préfère l'humour corrosif.
Le dessin est proche de l'école des Sfar, Blain, Jouvray... qui s'accorde bien au scénario choisi ici. Il y a quelques petites traces de traitement informatique qui gâchent un peu le crayonné, mais qui témoignent de la jeunesse de l'auteur.
Commenter  J’apprécie          60


critiques presse (5)
Sceneario   13 juillet 2012
Un bon moment de lecture, avec en filigrane quelques révisions sur la dynamique mythologie grecque herculéenne...
Lire la critique sur le site : Sceneario
BDGest   03 juillet 2012
Tout en énergie, le dessin de l'auteur emporte le lecteur à la poursuite d’Héraklès dans un tourbillon graphique laissant peu de répit et réservant souvent de belles surprises.
Lire la critique sur le site : BDGest
Culturebox   28 juin 2012
Les quelques traits d'humour qui viennent ponctuer ce tome 1 sont vraiment bien sentis et offrent une lecture fluide et très plaisante !
Lire la critique sur le site : Culturebox
BoDoi   14 juin 2012
Bien que drôle et décalée, la fable est assez sombre. Avec un dessin puissant, en ocre et pourpre, et des dialogues minimalistes, le jeune auteur livre une histoire sanglante et une très belle épopée.
Lire la critique sur le site : BoDoi
BDGest   25 mai 2012
Une version haute en couleur pour découvrir ou redécouvrir l’histoire épique du plus célèbre des demi-dieux de l’antiquité grecque.
Lire la critique sur le site : BDGest
Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
Dionysos89Dionysos89   12 février 2015
Bon, je reconnais que celui-là l’avait un peu cherché. Mais je pense vraiment que tu devrais essayer de discuter avant de les tuer ! Si ça se trouve, il s’agit la plupart du temps de simples malentendus. Je suis sûr que vous pourriez vous trouver plein de points communs. Celui-là, par exemple, avait l’air stupide !
Commenter  J’apprécie          180
okkaokka   10 avril 2016
p.143.

( Abderos à Héraklès tous deux embusqués sous le couvert des arbres. )


- Tu t’y connais en infiltration, toi ?
Comment tu veux qu’on s’y prenne ?

(Tchak tchak tchak font les flèches en tuant les gardes )

Je pensais pas vraiment à ça, mais bon…

- Bof…
L’infiltration, c’est quand même plus facile sans gardes, non ?
Commenter  J’apprécie          20
okkaokka   10 avril 2016
p.31-2.

( Lolas à son oncle Héraklès pendant que ce dernier coupe les têtes de l’hydre )


- Je ne veux pas déranger… Mais … les têtes tranchées… elles repoussent en se multipliant…

-Ah…
Je me disais bien que ça diminuait pas beaucoup…
Commenter  J’apprécie          30
okkaokka   10 avril 2016
p.24-5.

( L’altesse Eurysthée, s’adressant à Héraklès revêtu de la peau de lion )


-Par les Dieux, ce truc était pourtant censé avoir une peau impénétrable, non ?
Comment t’y-es-tu pris pour la dépecer ?

-J’ai utilisé ses griffes… T’aurais vu comme elles étaient affûtées !
Commenter  J’apprécie          10
okkaokka   10 avril 2016
p.58-9.

(Héraklès à Pholos le centaure )


- Le rôti de cheval, par exemple… un régal ! Vous devriez essayer.

-Vous nous imaginez vraiment en train de manger du cheval ?
Commenter  J’apprécie          20

Lire un extrait
Videos de Edouard Cour (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Edouard Cour
Retrouvez vos "Live Books" du seizième numéro saison 2 de Gérard Part En Live ici :
Les Bidochon T22 : Les Bidochon relancent leur couple de Binet aux éditions Dargaud https://www.lagriffenoire.com/1002032-achat-bd-les-bidochon---tome-22---les-bidochon-relancent-leur-couple.html
Où se cache Mickey aux éditions Hachette Jeunesse https://www.lagriffenoire.com/1002564-divers-jeunesse-mickey---ou-se-cache-mickey-.html
Les os des filles de Line Papin aux éditions Stock https://www.lagriffenoire.com/146805-divers-litterature-les-os-des-filles.html
Le fils de L?Usari de Xavier-Laurent Petit, Cyril Pommet et Isabelle Merlet aux éditions Rue de Sèvres https://www.lagriffenoire.com/147052-achat-bd-fils-de-l-ursari-bd-le.html
Mort par la France de Pat Perna, Nicolas Otéro aux éditions Les Arènes BD https://www.lagriffenoire.com/112865-achat-bd-morts-par-la-france.html
La tuerie de Nicolas Otéro, Laurent Galandon aux éditions Les Arènes BD https://www.lagriffenoire.com/1000376-achat-bd-la-tuerie.html
Bad Man de Dathan Auerbach aux éditions Belfond https://www.lagriffenoire.com/142091-nouveautes-polar-bad-man.html
Les délices de Tokyo de Durian Sukegawa aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/79237-divers-litterature-les-delices-de-tokyo.html
Le rêve de Ryôsuke de Durian Sukegawa aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/?fond=produit&id_produit=109362&id_rubrique=338
L?enfant et l?oiseau Durian Sukegawa aux éditions Albin Michel https://www.lagriffenoire.com/1001195-divers-litterature-l-enfant-et-l-oiseau.html
O Senseï de Edouard Cour aux éditions Akileos https://www.lagriffenoire.com/42701-bd-o-sensei.html
Madame Zola d?Evelyne Bloch-Dano aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/14853-poche-madame-zola.html
Madame Proust d?Evelyne Bloch-Dano aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/15018-poche-madame-proust.html
Le dernier amour de George Sand d?Evelyne Bloch-Dano aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/7050-poche-le-dernier-amour-de-george-sand.html
Une jeunesse de Marcel Proust d?Evelyne Bloch-Dano aux éditions Livre de Poche 9782253091639
La fabuleuse histoire des légumes d?Evelyne Bloch-Dano aux éditions
+ Lire la suite
autres livres classés : herculeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
3809 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre

.. ..