AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2372590014
Éditeur : Urban Comics Editions (10/04/2015)

Note moyenne : 4.09/5 (sur 45 notes)
Résumé :
Pour prendre le pouvoir, le second fils de l’empereur, Li Shimin, assassine ses deux frères et tous les membres de leurs familles. Grâce à son intelligence et sa fine lame, la princesse Yongning parvient à échapper aux hommes de son oncle et à se faire passer pour morte. Devenue une fugitive obligée de se déguiser en simple marchand, elle fait le serment de venger ses parents et de reconquérir le trône, quel qu’en soit le prix.
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (20) Voir plus Ajouter une critique
domisylzen
  09 janvier 2017
Une belle princesse fuit. Belle et mystérieuse, elle se nomme Yongning. C'est que Li Shimin, le second fils de l'empereur et accessoirement l'oncle de Yongning, supprime tous ceux qui lui barrent la route pour prendre le pouvoir. Lors de sa fuite, elle tombe du haut d'un précipice, du moins c'est ce qu'en rapporte un général. En réalité, elle a réussi à sauter et se déguise en marchand avec une seule idée en tête : se venger.
Pas très spécialiste de Manga, j'ai cliqué par hasard ce livre lors de l'opération « masse critique de décembre ». Où peut-être ai-je été attiré par la couverture ? D'emblée les dessins m'ont séduit. L'ambiance qui s'en dégage nous plonge dans cette Chine du septième siècle. C'est un tome numéro un qui pose les bases de cette série, n'empêche l'intrigue rend le récit agréable à lire, et est forcément gage de dépaysement.
Merci aux éditions Urban China et à Babelio.
Commenter  J’apprécie          400
Alfaric
  12 octobre 2015
Le projet de l’auteure chinoise de bande dessinée Xia Da est séduisant : raconter à travers une histoire de vengeance l’Histoire de la naissance et du développement de la Dynastie Tang ! Et pour ce faire, elle s’insère dans les interstices de l’Histoire de la Chine pour donner vie à ses oubliés pour mieux battre en brèche ses célébrités. Ici on démonte la légende dorée de l’empereur Taizong, sans doute pour démonter plus tard la légende noire de l’impératrice Wu Zetian… Car c’est le paradoxe de la très machiste civilisation chinoise : c’est aux femmes qu’elle doit sa plus belle époque !
Bref, ici l’histoire est au service de l’Histoire et c’est donc tout naturellement que Xia Da, nourrie aux œuvres des grandes mangaka des années 1970, nous livre un beau shojo historique. La forte héroïne adolescente est plus qu’un effet de mode, c’est le reflet d’une époque : les femmes modernes s’attaquent, parfois avec bien de peu de moyens, aux derniers bastions de la phallocratie (ici l’imaginaire collectif). Sa princesse vagabonde est bien plus qu’une énième princesse rebelle… C’est seule contre tous qu’elle s’est jurée de venger une famille qu’au finale elle a bien peu connue ! En pleine crise identité, c’est entre le souvenir d’un père han charismatique mais égoïste et celui d’une mère ouïgoure aimante mais distante, que la princesse Yongning / Li Changge essaie de se reconstruire… Et pour accomplir sa quête de vengeance, elle épouse volontiers son côté sombre car elle est rusée, manipulatrice et impitoyable quand le besoin s’en fait sentir !
Graphiquement, la jeune bande dessinée chinoise a bien du mal à s’émanciper des influences mangas et/ou comics (qu’elle assume d’ailleurs totalement au demeurant). Mais force est de constater que Xia Da maîtrise son sujet : arrière-plans superbes, découpage travaillé, charadesign soigné… mais un peu fluctuant, certains personnages donnant dans le réalisme, d’autres dans le simplisme tandis que de tant à autres j’ai eu l’impression qu’on s’inspirait des dessinateurs coréens… Qu’importe, l’ensemble est de qualité et on est transporté dans la Chine d’une autre époque !

En 626, Li Shimin, second fils de l’empereur Tang Gaozu, accuse ses frères de trahison et les fait convoquer à la capitale Chang’an… C’est sans aucun remord qu’il les fait assassiner à la Porte Xuanwu avant de massacrer toutes leurs familles et de déposer son père ! Le problème avec les massacres d’innocents, c’est qu’il y a toujours un survivant : le général Yuchi Jingde puis l’intriguant Wei Zheng épargnent la princesse Yongning qui fait le serment de conduire son oncle aux enfers les plus sombres jusqu’à la mort !
Travestie en homme, elle assiste à ses propres funérailles avant de rendre un dernier hommage aux siens. Mais ses stratagèmes provoquent l’anéantissement de la maison Pinxiangiou et du coup le petit orphelin A Dou se retrouvent dépositaire des mêmes haines qu’elle, et c’est ensemble qu’ils font route route vers le Nord et la province de Shuo, pratiquant le vieux stratagème de la « renaissance dans les terres mortes" (se faire oublier à la périphérie pour mieux revenir au centre).
La princesse intrigue, et pas qu’un peu, pour se faire embaucher par Heng Gongsun le vertueux gouverneur de Shuozhou, parangon d’intégrité déjà en fonction sous la Dynastie Sui. Et c’est grâce à ses conseils que la victoire est remportée sur le général turc Tuka… Désormais elle est la cible à abattre tant pour les ennemis extérieurs que pour les ennemis intérieurs de la cité, mais elle s’est aussi attirée l’attention d’Asahina Sun, le fils adoptif du Grand Khan des Turcs orientaux !

Le travail d’Urban China, collection d’Urban Comics dédiée à la bande dessinée asiatique, est soigné et le format choisi est très agréable pour profiter du spectacle en plus du sens de lecture occidental, de premières en couleurs et de la postface… Clairement une série à suivre !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          292
Aelinel
  06 août 2015
La princesse vagabonde m'a fait de l'oeil dans ma librairie et ce n'était pas prévu dans mes achats du mois d'août! Grrr, je suis faible d'avoir céder à ses avances. Mais, c'était pour mon plus grand plaisir! En effet, les dessins de Xia Da sont magnifiques : j'aime beaucoup les expressions des personnages et la précision des décors chinois autant dans les paysages sauvages que dans l'architecture des villes.
Pour résumer, la princesse Yongning a été obligée de fuir son palais, déguisée en homme marchand, après que son oncle Li Shimin ait assassiné la totalité de sa famille. Ayant bénéficié d'une bonne éducation en art martial et en stratégie, elle décide alors de se venger et de rejoindre le nord du Royaume pour lever une armée.
En lisant le synopsis, c'est le côté Mulan du personnage principal qui m'a tout de suite attiré par rapport à l'autre oeuvre de Xia Da, Little Yu. Yongning a une sacrée trempe : on est loin de la princesse traditionnelle. Elle est très intelligente, courageuse, forte mais aussi impitoyable! Gare à celui qui se retrouve en face d'elle! L'intrigue est plutôt bien menée et on ne s'ennuye pas à la lecture de ce premier tome. J'ai d'ailleurs appris qu'il y a eu sept tomes parus au Japon. J'ai donc grand hâte de connaître la suite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          222
Mariloup
  26 juillet 2017
J'aime beaucoup le travail de cette mangaka chinoise qui m'avait déjà beaucoup charmé avec sa toute première oeuvre "Little Yû". "La Princesse Vagabonde" me tentait depuis pas mal de temps, depuis sa sortie en fait. Et la lecture a été au-delà de mes attentes.

En ce temps-là (encore aujourd'hui d'ailleurs dans certaines régions du monde), les hommes avaient peu de considérations pour les femmes, ils ne pouvaient pas imaginer qu'elles puissent être comme eux, leurs égales: capable de réfléchir, de se battre, de mener et j'en passe! Eh bien, Yongning est une belle et jeune princesse aux longs cheveux noirs, à la peau très pâle et au regard vert troublant. Elle est vraiment prête à tout, elle sait très bien se battre (les arts martiaux, ça la connait ainsi que le maniement de différentes armes), elle est maligne, manipule les autres à sa guise et c'est une fin stratège qui découvre la guerre et les affres de la politique. J'avoue que parfois, Yongning m'a inquiété, m'a mit mal à l'aise. Elle est spéciale, je la trouve quelque peu froide et insensible. Et du coup, je me demande quelle sera son évolution au fil des tomes.
Nous ne suivons pas que Li Changge, on suit également l'entourage de l'empereur, tous les hommes importants qui gravitent autour de lui afin de mieux comprendre les enjeux politiques et militaires de l'histoire. D'ailleurs, elle a des alliés à la cour sans le savoir dont son ancien mentor (qui lui a appris à se battre) et le premier ministre (qui lui a enseigné tout ce qu'un prince se doit d'apprendre, ce qu'elle n'aurait jamais dû apprendre). Mais bien sûr, elle a une foule d'ennemis qui savent pertinemment qu'elle est en vie et une potentielle menace, qui n'en parlent pas à leur empereur pour leurs propres intérêts. Il y a tellement de personnages qui se ressemblent pas mal alors c'était dur de les différencier et leurs noms ne sont pas facile à assimiler. Je pense qu'au fil des tomes, j'arriverai à mieux m'y retrouver.
La Chine est en guerre avec les Turcs, qui pour moi sont les Monghols (il a des termes trompeurs comme le Khan ou tout simplement, leur apparence). Les Turcs ravagent les régions, conquérants, barbares mais aussi divisés car ils ont deux maîtres possibles: celui qu'on appelle Petit Khan qui serait le vrai fils du Khan et Ashina qui serait en fait son fils adoptif. Nul doute que les chemins de Li Changge et d'Ashina se croiseront!
Le graphisme est sublime, on sent vraiment la patte chinoise/asiatique. le trait est délicat, fin, le dessin est aérien. Les détails et les décors sont beaux et bien mis en avant.
Vraiment une agréable surprise, bluffée par l'histoire, les personnages et le contexte historique. Très curieuse de découvrir la suite et ce que j'attends le plus, c'est la rencontre entre Li Changge et le Turc Ashina!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Masa
  21 décembre 2016
J'ai beaucoup de chance en ce qui concerne la littérature – pour le reste, on repassera. Beaucoup de chance parce qu'avec la masse critique spéciale BD, Babelio et les Éditions Urban China me permettent de découvrir le premier tome de « Princesse vagavonde ». Je les remercie chaleureusement.
Je trouve très intéressant de découvrir l'histoire par la fiction. J'ai en mémoire les aventures de Miyamoto Musashi par Eji Yoshikawa et la série Vikings, qui sont mes plus belles découvertes. L'idée de connaître la Chine médiévale via « La princesse vagabonde » m'a séduit. Il est vrai que mes connaissances sont très limitées, voire inexistante.
Ma plus belle surprise fut de découvrir la magnifique illustration tout comme le très bel artwork tout en couleur. Les dessins sont réussis et rendent bien l'univers asiatique bien que parfois, il manque quelques détails. La lecture se fait à l'occidentale, c'est-à-dire de gauche vers la droite. le manhua est édité en grand format, ce qui est très appréciable. Un bémol toutefois en ce qui concerne les précisions apportées de temps à autre en bas de page, que j'ai trouvé trop petite.
J'ai eu un peu plus de mal en ce qui concerne le scénario. Une fois avoir lu la quatrième de couverture, j'ai compris l'histoire. Il est vrai que l'on est directement plongé dans un préambule laconique.
Les personnages sont intéressants bien que complexe à retenir par le nom typique chinois. Il y a bien évidemment la princesse (Yongning) qui simule sa mort – une héroïne intelligente –, son maître, un jeune enfant qui sera le disciple de la jeune demoiselle.
Ce premier tome m'a quelque peu laissé sur ma faim. J'ai très envie de poursuivre l'aventure. À noter qu'en parallèle on suit un pays instable avec de nombreuses régions – une carte aurait été la bienvenue – et la présence d'un envahisseur turc. C'est avec plaisir que je lirai le prochain tome.
Je conseille aussi de lire la critique très détaillée et intéressante de Alfaric.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          134

critiques presse (3)
BDGest   02 juin 2015
Vengeance, guerre, héroïne astucieuse à laquelle il est facile de s'identifier, les ingrédients sont présents pour une série efficace, servie par un graphisme et une édition de grande qualité.
Lire la critique sur le site : BDGest
BulledEncre   26 mai 2015
Une très bonne nouvelle série de Xia Da, qui confirme ici son talent.
Lire la critique sur le site : BulledEncre
Sceneario   23 avril 2015
Il me tarde de découvrir la suite des aventure de cette princesse vagabonde hors du commun, dans un format manhua très agréable.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
AlfaricAlfaric   11 octobre 2015
En 626, Li Shimin, second fils de l’empereur Tang Gaozu, ébranla Chang’an avec le coup de la Porte Xuanwu. Il tua ses frères Li Jiancheng et Li Yuanji, devenant ainsi le nouveau prince héritier. Impitoyable, il n’épargna aucun des membres de leurs familles.
Commenter  J’apprécie          150
AlfaricAlfaric   16 octobre 2015
Entre vivante mais laissée pour morte, et être vraiment morte… Qu’est-ce qui est le plus enviable ?
Commenter  J’apprécie          333
AlfaricAlfaric   02 janvier 2016
Plus un geste ! Arbalète à répétition renforcée au cuivre et carreaux empoisonnés. Simple et efficace. Le seul hic, c’est la sensibilité de la gâchette… Le coup part d’une simple caresse.
Commenter  J’apprécie          150
AlfaricAlfaric   10 octobre 2015
- Je sers d’abord le peuple, puis mon pays, et enfin l’Empereur. Telle est ma Voie.
- Votre Voie ? Et connaissez-vous la mienne maître ? Moi, Li Changge, je conduirai mon oncle, Li Shimin, aux enfers les plus sombres. Jusqu’à sa mort. J’en fais le serment.
Commenter  J’apprécie          90
AlfaricAlfaric   12 octobre 2015
La frontière entre l’attaque et la défense est si mince qu’il est souvent difficile de les distinguer.
Commenter  J’apprécie          170
Lire un extrait
autres livres classés : manhwaVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Classiques en Chine

Hymne aux femmes de toute condition dans une société féodale, ce chef d'oeuvre de la littérature classique chinoise fait évoluer plus de 400 personnages. De quel roman s'agit-il ?

L'histoire des trois Royaumes
La Cité des femmes
Epouses et Concubines
Le rêve dans le pavillon rouge

10 questions
57 lecteurs ont répondu
Thèmes : chine , littérature chinoise , culture chinoiseCréer un quiz sur ce livre