AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2756072672
Éditeur : Delcourt (01/09/2016)

Note moyenne : 4.21/5 (sur 396 notes)
Résumé :
Marguerite a 27 ans, en apparence rien ne la distingue des autres. Elle est jolie, vive et intelligente. Elle travaille dans une grande entreprise et vit en couple. Pourtant, elle est différente.
Marguerite se sent décalée et lutte chaque jour pour préserver les apparences. Ses gestes sont immuables, proches de la manie. Son environnement doit être un cocon. Elle se sent agressée par le bruit et les bavardages incessants de ses collègues. Lassée de cet état, ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (197) Voir plus Ajouter une critique
marina53
  04 août 2017
À 27 ans, Marguerite est une jeune femme tout à fait comme les autres. Elle aime les journées ensoleillées, son chien et ses chats, le chocolat, la cuisine végétarienne, travaille dans une grande entreprise et vit en couple avec Florian. D'apparence donc, elle ne se distingue pas des autres femmes de son âge. Mais, au fond d'elle-même, elle se sent différente. Elle ne supporte pas le bruit, sort peu, au grand dam de son ami qui peine à l'emmener avec lui, n'arrive pas vraiment à discuter avec les autres, préfère être seule avec ses chats et a de nombreuses manies, comme celle, par exemple, d'emprunter toujours le même chemin pour se rendre à son travail, tête baissée et à toute vitesse. Marguerite ne le sait pas encore mais elle est atteinte du syndrome d'Asperger, une forme d'autisme. Une différence invisible aux yeux de son entourage...
Julie Dachez, sous les traits de Marguerite, nous livre un témoignage poignant, intelligent et saisissant sur le syndrome d'Asperger. Diagnostiquée seulement à 27 ans et ce, malgré les médecins qu'elle a pu consulter jusqu'à ce jour, l'auteure raconte avec sincérité et émotion son parcours et son combat au quotidien, notamment les efforts qu'elle doit fournir pour discuter avec un collègue, choisir des vêtements qui soient le plus doux possible, dormir dans le même lit que son conjoint ou partir en week-end. Des scènes somme toutes banales pour quiconque. Une fois le diagnostic posé, elle a enfin pu mettre des mots sur ses maux et a pu chercher à savoir qui elle est vraiment, s'harmoniser avec ce qu'elle est au fond d'elle-même. Loin de se culpabiliser, elle a mis en ligne des vidéos afin de vulgariser le syndrome d'Asperger. Grâce à Mademoiselle Caroline, au dessin, et Fabienne Vaslet, inspiratrice du projet, elle a mis en image son expérience. Graphiquement, le trait est léger et encré, la dessinatrice injecte habilement les différentes couleurs, passant du monochrome au chatoyant, suivant l'état d'esprit de Marguerite.
Un album émouvant, didactique et enrichissant. Un album qui, on l'espère, permettra de réduire l'errance diagnostique, les doutes et le désarroi des personnes concernées ou proches.
En bonus, un petit mémento, simple et bienvenu, sur l'autisme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          736
rabanne
  13 décembre 2016
Avant de l'offrir à un proche pour Noël, j'ai lu cette BD qui m'attirait depuis sa sortie.
Conquise. Pas seulement parce que le sujet du TSA (trouble du spectre autistique) a une résonnance particulière dans ma vie - comme certains l'auront découvert au fil de critiques - mais parce que cette BD est complète à mes yeux : basée sur une histoire réelle, joliment conçue graphiquement, juste, sensible, respectueuse, informative (préface et fin du livre). Et, au-delà du sujet, c'est un fort témoignage de courage, d'acceptation de soi, d'une identité propre. C'est aussi un plaidoyer pour toutes ces personnes, enfants, ados, adultes, "bizarres" au regard des autres, de la société...
"Des" Marguerite, il en existe certainement autour de vous... Oui, la différence dérange, fait peur. Un handicap n'est pas forcément une maladie (et vice versa), mais un mal parfois invisible, comme dans le cas de l'autisme de haut niveau. La France (et les français...) a encore du RETARD à rattraper en matière de reconnaissance (diagnostic), de tolérance (méconnaissance, idées reçues), et de prise en charge (!).
A découvrir ou faire découvrir, si le coeur vous en dit..... :-)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          578
LePamplemousse
  08 décembre 2016
Le syndrome d'asperger est une forme d'autisme légère, sans retard de langage ni déficience intellectuelle. Par conséquent, c'est un syndrome qui peut passer totalement inaperçu au point que même les personnes qui en sont atteintes l'ignorent parfois.
L'auteur de cette bande dessinée, dessinée sous les traits de Marguerite, 27 ans, atteinte par ce syndrome, a voulu nous raconter son quotidien, ses angoisses, ses passions et son mal-être dans certaines situations professionnelles ou personnelles qui l'obligent à entretenir des relations sociales.
Longtemps elle s'est sentie différente, inférieure aux autres, sans savoir pourquoi.
Elle avait pourtant été vue par de nombreux médecins des années plus tôt mais sans qu'un diagnostic ait pu être établi.
C'est donc avec soulagement qu'elle accueille le diagnostic, cela sera pour elle une sorte de reconnaissance et de renaissance.
Cette bande dessinée est passionnante à bien des égards, elle m'a permis de mieux connaître les particularités de ce syndrome et de découvrir l'univers d'une personne attachante bien que peu portée sur les interactions sociales.
J'ai été émue mais pas vraiment étonnée de voir que tous les handicapés ne sont pas perçus de la même façon, comme s'il y avait des degrés d'acceptation différents selon le type de handicap.
Cet album montre bien le peu de connaissances que nous avons réellement des différentes formes d'autisme en France, et cela concerne visiblement autant les professionnels que les profanes.
Le jeu des couleurs est très judicieux, la couleur rouge met en évidence ce qui pose problème à Marguerite au quotidien (les bruits incessants par exemple), mais peu à peu, la couleur va prendre le pas sur le gris et va nous montrer comment elle trouve sa place en s'intégrant doucement au décor et à la vie.
Une bande dessinée fine, sensible et intelligente avec en prime de tendres dessins.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          530
berni_29
  25 mars 2018
Je voudrais vous parler de Marguerite. Son histoire ordinaire nous est racontée dans une BD merveilleuse et insolite, La Différence Invisible. L'auteure, alias Marguerite, la narratrice, se nomme Julie Dachez. Marguerite a 27 ans. " Elle aime les animaux, les journaux ensoleillés, le chocolat, la cuisine végétarienne, son petit chien et le ronronnement de ses chats ".
Marguerite vit dans un monde qui lui est hostile. Se déplacer dans la vie est fait de rituels. Chaque jour, elle doit appréhender ce monde par ces rituels pour aller au travail puis revenir vers chez elle, son monde à elle, son cocon. La routine rassure Marguerite : passer devant sa librairie, puis sa boulangerie, les rues, les escaliers, jusqu'à parvenir à son bureau...On dirait le Petit Poucet qui sème des petits cailloux pour s'assurer de retrouver son chemin. C'est un peu cela, à la différence près que Marguerite jette carrément des grosses pierres devant elle pour sauter dessus à pieds joints et tracer un chemin qui lui évite d'aller dans des zones qui lui paraissent hostiles, c'est-à-dire totalement inconnues de son monde, là où elle n'a aucun repère.
Son environnement est parfois fait de bruits. Chaque fois que Marguerite ressent une peur panique, le paysage autour d'elle devient rouge, tout devient rouge, les mots, les bruits autour d'elle, des situations parfois particulières.
Marguerite est naïve, prend tout au premier degré. Ses collègues de travail s'en étonnent, ironisent. Ses amis aussi, jusqu'à son compagnon Florian. Peu à peu, nous voyons le fossé se creuser entre Marguerite et les autres. On lui parle à chaque instant de ce qu'il faut faire, ce qu'on fait dans la vraie vie, quand on est normale... Au fond, c'est quoi une vie normale ?
Marguerite déteste les imprévus. Chaque imprévu est un cauchemar qui fait irruption dans son cadre de vie réglé comme du papier à musique. Seul, son cocon, c'est-à-dire un appartement fait de chats et de silence, la sécurise.
L'enfer n'est pas qu'au travail. Les invitations chez les amis sont aussi un supplice. Il y a justement une scène décrite merveilleusement où le personnage de Marguerite, vissé sur le canapé s'efface peu à peu du paysage des convives qui parlent fort et dansent : tandis que la scène qui l'entoure vite petit à petit au rouge vif, Marguerite devient invisible.
Marguerite en a marre d'être jugée en permanence. Pourquoi essayer de faire comme les autres ? Au fond d'elle, Marguerite sait qu'elle vaut la peine d'être aimée pour de vrai. Dans ces conditions, comment continuer à se faire confiance, à croire en soi, à se dire que tout va bien ?
Un jour Marguerite décide de chercher les réponses qui lui manquent, pour expliquer son mal-être. Elle va sur Internet. Elle découvre le syndrome d'Asperge, qui est une forme particulière d'autisme. C'est comme une joie de pouvoir enfin mettre un nom sur son état. Elle pense enfin avoir trouvé la clef. Pourtant il y a encore quelques obstacles à son chemin et elle va les franchir un à un... Mais je ne vous en dit pas plus...
J'ai adoré cette BD. Le titre m'a longtemps intrigué. En refermant le livre, je me suis dit qu'il y avait plusieurs façons de le comprendre. La différence invisible, c'est tout d'abord une façon de présenter un monde, un environnement qui n'accepte pas la différence, en cherchant justement à l'effacer. Mais la démarche de Marguerite est aussi de rendre sa différence acceptable, donc d'une certaine manière invisible en permettant que cette différence puisse faire partie à part entière de notre société. Enfin, la différence invisible, c'est aussi cette manière que Marguerite a de disparaître dans un paysage qui lui est hostile...
Dans cette BD, il y a parfois aussi de l'humour. Par exemple, l'entretien avec la directrice RH est un petit bijou...
Le récit est inspiré de la véritable histoire de l'auteure Julie Dachez et sa rencontre avec la libraire-illustratrice Mademoiselle Caroline, va lui permettre de donner corps à son histoire. J'ai refermé cette BD touché par l'intelligence et la sensibilité de ce ce témoignage, avec quelque chose au ventre qui vibrait. C'est fou comment une BD peut faire trembler les yeux, le cœur, nos vies quoi...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          291
Aelinel
  06 février 2017
Avant de lire cette bande dessinée, deux personnages de fiction étaitent pour moi, l'archétype du syndrome d'Asperger : Sherlock dans la série éponyme et interprété de façon magistrale par Benedict Cumberbatch ainsi que Sheldon Cooper joué par Jim Parsons dans la série Big Bang Theory. Leur point commun? Une intelligence décuplée, une vitesse de compréhension vertigineuse mais aussi de petites habitudes irritantes bien à eux et une propension à se faire détester de leurs contemporains! Ces stéréotypes véhiculés par la fiction seraient-ils corrects? Et bien, c'est justement, le but de Julie Dachez : donner quelques clés de compréhension sur le syndrome d'Asperger et partager son quotidien.
Bien que le protagoniste principal soit un personnage de fiction, la première partie de la bande dessinée se veut autobiographique. On suit ainsi Marguerite qui s'est toujours trouvée différente des autres. Elle avait ainsi beaucoup de mal à s'intégrer dans un groupe ; en cause, de petites clés de compréhensions sociales qui lui faisaient défaut. Par exemple, elle avait du mal à mentir ou à supporter le bruit, elle devait avoir des petits rituels quotidiens qui la rassuraient, etc... Tant bien que mal, elle avait toujours réussi à camoufler ces "petites manies" derrière un écran de timidité excessive. Mais, à 27 ans, tout bascule pour elle et elle met enfin un nom sur sa différence : le syndrome d'Asperger. S'ensuivent alors de grands bouleversements dans sa vie professionnelle, sentimentale et sociale.
Cette première partie, si elle possède pour principal intérêt d'illustrer la vie quotidienne d'une personne atteinte du syndrome d'Asperger, présente également quelques longueurs et j'ai trouvé cela un peu dommage.
Très honnêtement, j'ai préféré la seconde qui se veut plus courte mais plus intéressante. Elle aborde de manière pédagogique le vif du sujet, à savoir l'autisme ainsi que le syndrome d'Asperger. Enfin, la bande dessinée est conclue par une bibliographie exhaustive (des livres scientifiques spécialisés aux témoignages, en passant par des documentaires ou des liens vers des sites internet spécialisés) qui permet d'approfondir le sujet.
En conclusion, je suis un peu partagée sur cette bande dessinée. En effet, elle possède quelques longueurs et j'en ressors avec le sentiment qu'elle survole parfois un peu trop le sujet. J'aurais préféré que la seconde partie soit un peu plus développée. Néanmoins, elle a pour mérite de poser les bases et peut s'avérer être un tremplin pour aller ensuite vers des ouvrages plus spécialisés, cités dans la bibliographie.
Pour en savoir plus, rendez-vous sur mon blog :
Lien : https://labibliothequedaelin..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310

critiques presse (7)
Culturebox   26 janvier 2017
La BD qui sort l’autisme Asperger de sa bulle
Lire la critique sur le site : Culturebox
ActuaBD   02 janvier 2017
Superbe portrait doublé d'un magistral guide de cette forme méconnue de trouble psychologique.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
BoDoi   11 octobre 2016
L’album fourmille d’astuces graphiques pour rendre l’oppression du bruit ou l’épuisement généré par les interactions sociales. La justesse des dialogues sert parfaitement les situations du quotidien.
Lire la critique sur le site : BoDoi
LaFabriqueaBulles   11 octobre 2016
Un bon support pour parler de l’autisme autrement, auprès de tous les publics. Afin de rendre visible l’invisible.
Lire la critique sur le site : LaFabriqueaBulles
BDGest   27 septembre 2016
Didactique et ludique, l’album donne à découvrir le quotidien et les codes d'un univers qui finalement se révèle plein de couleurs.
Lire la critique sur le site : BDGest
Telerama   07 septembre 2016
En jouant habilement avec la typographie, les couleurs et les cases, la dessinatrice a insufflé ce qu'il faut de rythme et d'émotion pour transformer ce riche témoignage en une histoire passionnante.
Lire la critique sur le site : Telerama
BDZoom   06 septembre 2016
Cette tranche de vie, habilement racontée et mise en images, devrait aussi aider les proches — ou même les professionnels — à mieux comprendre les particularités de fonctionnement de ces personnes touchées par un syndrome qui touche, cependant, plus fréquemment les hommes.
Lire la critique sur le site : BDZoom
Citations et extraits (53) Voir plus Ajouter une citation
MarieSuzanneMarieSuzanne   22 septembre 2018
Un roman graphique très attachant et relatant simplement la vie d'une jeune femme qui, vers la trentaine, découvre qu'elle est autiste Asperger. Elle n'est pas Rain Man, elle est elle, dans toute sa différence . Elle veut simplement pouvoir vivre dans toute sa différence.
Personnellement, j'ai comparé ma "vie de bureau" avec Marguerite et j'avoue m'y être retrouvée : open space qui nuit gravement à la santé avec des bavardages et brouhaha incessants, manque d'intimité, d'espace vital etc... D'ailleurs les Managers l'ont bien compris puisque eux même ont des grands bureaux spacieux et ... silencieux...
Au delà de tout ça, ce roman nous permet de nous questionner/requestionner sur notre acceptation de la différence dans notre Société.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
marina53marina53   04 août 2017
- Allô ? Florian ? Ça y est. Je suis sortie...
- Alors ?
- Alors c'est officiel. JE SUIS ASPERGER.
- Tu m'étonnes...
- Je suis super contente !
- Oui, enfin... t'es quand même autiste, hein !
(...)
- Champagne !!!
- Eh ben... ça doit vraiment être une bonne nouvelle...
- Mais oui ! C'est normal que je sois "anormale"... c'est génial !
Commenter  J’apprécie          230
rabannerabanne   13 décembre 2016
C'est à vous que je veux dédier cette BD.
Vous, les déviants.
Les "trop comme ceci" ou les "pas assez comme cela".
Vous, qui par votre simple existence, transgressez les normes établies. (...)
Votre différence ne fait pas partie du problème, mais de la solution.
C'est un remède à notre société, malade de la normalité.
Commenter  J’apprécie          221
marina53marina53   04 août 2017
- Salut chouchou. Ça va ? Il y a un apéro chez mes potes ce soir. Hein ! Tu te souviens ?
- Oui. Mais je ne resterai pas longtemps.
- Et voilà. Tu vas encore être la première à partir. C'est vraiment pas drôle pour moi, tu sais...
- Pour moi non plus...
Commenter  J’apprécie          150
rabannerabanne   13 décembre 2016
TOUT LE MONDE EST UN GÉNIE, MAIS SI VOUS JUGEZ UN POISSON SUR SA CAPACITÉ À GRIMPER À UN ARBRE, IL PASSERA SA VIE À CROIRE QU'IL EST STUPIDE.
Commenter  J’apprécie          260
Videos de Julie Dachez (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Julie Dachez
BD HANDICAP ET AUTISME
autres livres classés : syndrome d'aspergerVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

La différence invisible

Comment s'appelle l'héroïne de cette BD ?

Mathilde
Sylvie
Marguerite

14 questions
32 lecteurs ont répondu
Thème : La différence invisible de Julie DachezCréer un quiz sur ce livre
. .