AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782501159685
256 pages
Éditeur : Marabout (06/01/2021)
4.07/5   38 notes
Résumé :
« Les weirdos ne sont pas ceux qu'on croit ! »
Dans une passionnante enquête, ce livre nous fait partager la démarche d'une jeune universitaire qui part à la rencontre de personnes autistes afin de leur donner la parole.
Loin des clichés ordinairement véhiculés, cet ouvrage retrace les parcours de vie et de résilience hors normes d'autistes invisibles qui s'adaptent, se cachent, s'assument, se battent.
En alternant récits de vie et savoir... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
4,07

sur 38 notes
5
5 avis
4
3 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
1 avis

AnkouHibou
  21 avril 2021
Ouvrage très intéressant, se situant entre le témoignage, l'essai et l'autobiographie. le propos est appuyé par des connaisances en sciences sociales qui sont bien amenées, ainsi que de nombreuses illustrations concrètes des problèmes liés à l'autisme. Une bonne synthèse sur la situation et les enjeux de l'intégration des autistes au sein de la société (et de façon plus générale de toute personne en situation de handicap). Une mention particulière est apportée sur la condition des femmes autistes (intersectionnalité).
Un bémol toutefois : une tendance à la généralisation dans les passages autobiographiques du livre (sur certains comportements neurotypiques, sur les rapports homme/femme). Comme l'ouvrage se veut aussi militant, ce n'est pas étonnant.
Ce qu'il faut retenir c'est que c'est un ouvrage qui constitue une très bonne approche de l'autisme sans déficience intellectuelle.
Commenter  J’apprécie          230
syssylle
  29 avril 2018
Julie, je viens de terminer ton livre, comme toi, il est atypique, ce n'est pas un roman, ce n'est pas un documentaire, c'est, toi, ce que tu es ,ressens et vit.
J'avais lu ta BD, que j'ai adorée, et que j'ai acheté en plusieurs exemplaires, car elle montre exactement ce qu'est une jeune femme aspie, ce qu'elle vit, ce qu'elle endure et ce à quoi elle est est confrontée au quotidien. Tu t'en doutes, l'autisme sous sa forme asperger au féminin est un sujet qui me tient à coeur. Ma fille, qui aura 28 ans sous peu, fait partie de ta "caste". J'écris ce mot en souriant, car si tu revendiques ta différence, tu refuses les clichés concernant l'autisme, et tu as bien raison.
Ton livre alterne ta recherche, car quand même, tu es docteure en psychologie sociale, et c'est admirable, et tes idées, ton désir pour notre société. Tu écris très bien, la lecture est fluide, et remue notre matière grise. Merci pour ce livre, merci de dire ce que les autistes pensent tout bas. J'ai vu ma fille pleurer en lisant tes mots, je crois qu'elle pleurait de frustration, car c'est tellement difficile de se faire une place ici quand on est autrement, quand on est cash, quand tout ce qu'on doit déployer en énergie pour s'adapter prend sur la santé et la sérénité. Tu vois quand même, Julie, s'il y a autant d'autismes qu'il y a d'autistes, il y a aussi autant de neurotypiques qu'il y a de "normalité"....et c'est difficile, quand on est neurotypique, de se trouver une "caste" adéquate. Continue tes recherches, et continue de faire avancer la différence et merci pour cela.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
LesMissChocolatinebouquinent
  16 avril 2021

Pour celles et ceux qui ne le savent pas encore, l'autisme me touche de très près puisque mon petit dernier est autiste. D'ailleurs tu peux me suivre à ce sujet et si cela t'intéresse sur mon autre compte Instagram @toi.et.moi.lautisme.

Après la découverte de la bande dessinée illustrée par Mademoiselle Caroline et écrite par Julie Dachez « LA DIFFÉRENCE INVISIBLE », lire cet essai était une évidence.
Julie Dachez expose tout au long de ces quelques 240 pages la réalité ostentatoire de ces milliers (carrément millions) de vies qui se déroulent sous vos yeux souvent indiscrets, parfois narquois et quelque peu méchants. Cet essai n'est pas là pour vous rappeler que l'autisme n'est pas une maladie et de surcroit contagieuse. C'est un état neuro-développemental qui exprime différemment des acquis sociaux qui vous sont innés.
Julie Dachez entre exposé scientifique, psychologique et récit intimiste, relate avec un certain humour que j'ai grandement apprécié ces réalités. le féminin est toutefois mis en avant, genre (encore une fois) mis à l'écart et totalement sous-diagnostiqué. Elle parle de normopathie, de validisme, de normalité sociétale induits d'un part par le patriarcat et surtout par cette normalité rigidifiée, ancrée et qui ne prend absolument pas en compte la neurodiversité sous toutes ses formes, genres.
Je ne veux pas rentrer dans les détails scientifiques qui sont accessibles à tout le monde et qui ne demande pas d'avoir fait un bac+10.
Détails entrecoupés par la mise en avant de 4 témoignages qui relatent les expériences vécues de l'enfance à l'âge adulte. L'autisme invisible est le sujet que l'auteur développe avec force et conviction.
Un essai percutant qui ouvre au débat et interroge le lecteur.
Un essai qui ne délivre pas de réponse miracle mais qui incite le lectorat à s'ouvrir à ce monde jugé et méconnu, qui invite tous les autistes à être eux-mêmes avec leurs défauts et leurs immenses qualités et qui partage avec bienveillance une vision du monde unique et si merveilleuse.
Un déclic pour moi et peut être le début d'un grand soulagement.
Lien : https://lesmisschocolatinebo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
azerouil
  24 juin 2018
Bonjour JULIE,
Ton livre est exceptionnel de sincérité et un bonheur pour une maman dont le fils est asperger (23 ans) diagnostiqué à 20 ans.
Mais en plus du versant autiste, il rappel que nous sommes tous, tout simplement différents !!! Pour vivre ensemble nous devons nous respecter et respecter les autres.
L'introduction de JOSEF est un véritable poème , une ode à la langue Française.
Continuez vous êtes MERVEILLEUX.
Commenter  J’apprécie          60
lapetitefadette
  19 septembre 2018
Julie Dachez, autiste asperger, diagnostiquée tardivement, nous livre un poignant témoignage de sa différence. Une excellente analyse de notre société également car à travers ce que subissent les autistes, elle pointe intelligemment du doigt la difficulté à être tout simplement différent ou minoritaire dans une société où le paraitre, le savoir-être, la capacité à manier l'oral sont l'apanage des dominants et donc des dirigeants.
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (25) Voir plus Ajouter une citation
MayokaMayoka   17 mars 2019
Nous marchons côte à côte, perdues dans nos pensées. J'aime cette confiance qui s'installe entre deux personnes et qui les autorise à ne pas se sentir gênées par le silence. Ces moments ne sont pas perçus comme un vide à combler et simplement accueillis pour ce qu'ils sont : un instant suspendu, pendant lequel les pensées s'autorisent à vagabonder. D'aucuns trouvent que les couples qui ne s'adressent pas la parole lors qu'un dîner en tête-à-tête sont horriblement glauques et illustrent une relation amoureuse sur le déclin.Je ne vois pas du tout les choses ainsi. Ce que je trouve glauque, c'est de parler pour ne rien dire. Le véritable vide, c'est le vide conversationnel, où chacun, en s'adonnant à ce babillage futile, brille finalement par son absence.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
AnkouHibouAnkouHibou   21 avril 2021
Je pleure les injustices à répétition, les humiliations, les agressions, les insultes. Je pleure les traumas qui ont jalonnés notre passé et les dérives eugénistes qui menacent notre avenir. Je pleure pour tous mes camarades enfermés en hôpital psychiatrique. Pour tous ceux qui ont préféré une mort digne à une vie indécente.
Commenter  J’apprécie          80
syssyllesyssylle   29 avril 2018
Je pleure mes angoisses, mes échecs, mes coups de déprime, mes doutes. Je pleure les injustices à répétition, les humiliations, les agressions, les insultes. Je pleure les traumas qui ont jalonné notre passé et les dérives eugénistes qui menacent notre avenir. Je pleure pour tous mes camarades enfermés en hôpital psychiatrique. Pour tous ceux qui ont préféré une mort digne à une vie indécente. Et je continuerai à mettre cette douleur au service de notre lutte commune. Pour que ces larmes deviennent un jour des larmes de joie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
MayokaMayoka   23 mars 2019
"Tu l'auras compris, cher lecteur, la psychiatrie n'est pas neutre, elle est influencé par la culture, l'économie et la politique. Les frontières normales et du pathologique sont subjectives et mouvantes, et sont dessinées différemment en fonction des époques et des sociétés. Il me semblent important de recontextualiser la psychiatrie et de comprendre qu'elle n'est pas déconnectée du système dans lequel elle baigne.
Ce qui figurait hier comme une pathologie ou une pratique perverse au sein du DSM n'y apparait plus aujourd'hui (je peux citer pêle-mêle le cunnilingus, la fellation, la masturbation, l'homosexualité, la névrose hystérique, etc.), et il est évident que ce qui y figure aujourd'hui va évoluer dans les décennies à venir. La psychiatrie n'est pas un Dieu tout puissant, le DSM n'est pas une bible dont nous serions obligés d'être les fervents disciples.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
elodiedupuiselodiedupuis   04 janvier 2020
L'actrice Emmanuelle Laborit, qui a reçu un Molière pour son interprétation dans Les enfants du silence, dit ceci sur l'implant: "Aucun médecin qui prétend au miracle avec cet engin ne parle la langue des signes. Ce qu'il veut, c'est que le sourd entende comme lui. Parle comme lui. Ce qu'il prétend, c'est que nous hurlons au loup. Il nous taxe de "poignée de militants manipulés" qui craignent que disparaisse le "pouvoir" de la langue des signes. Pas "pouvoir", monsieur le chirurgien, "culture".
En effet, les sourds partagent un ensemble de valeurs, de revendications sociales, une histoire, une langue, une identité, un humour. Tout ce qui constitue une culture, et qui se voit menacé par les approches médicales.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          21

Videos de Julie Dachez (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Julie Dachez
A partir du roman "Nous les filles de nulle part" d'Amy Reed, je vous invite à découvrir un sujet peu présent dans la littérature : l'autisme au féminin ! Et plus spécifiquement du syndrome d'Asperger. Pourquoi, d'ailleurs, y aurait-il un "autisme au féminin" ? Je vous explique tout ça, à partir du travail et de l’œuvre de Julie Dachez ! C'est parti ?
autres livres classés : autismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La différence invisible

Comment s'appelle l'héroïne de cette BD ?

Mathilde
Sylvie
Marguerite

14 questions
55 lecteurs ont répondu
Thème : La différence invisible de Julie DachezCréer un quiz sur ce livre

.. ..