AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
San Antonio tome 45 sur 175
EAN : 9782265064973
219 pages
Fleuve Editions (30/11/-1)
3.6/5   51 notes
Résumé :
Je m'agenouille et je palpe la terre battue. Un contact terrifiant me court-circuite les centres nerveux. Je viens de rencontrer une main. Elle est froide. Je dompte ma répulsion et je palpe encore. Après la main vient le poignet, puis l'avant-bras, puis le bras, l'épaule... Un cadavre ! Il y a un cadavre dans la cave à vin.

paru en 1961 n°45
Que lire après Y a bon, San-AntonioVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
3,6

sur 51 notes
5
1 avis
4
3 avis
3
5 avis
2
1 avis
1
0 avis
La nouvelle est partie du bureau du Boss. Ensuite elle a dévalé les escardins pour se répandre dans tous les étages : Pinaud a présenté sa démission et le Boss l'a acceptée… Il vient d'hériter d'un bar tabac !
Une réception est donnée en l'honneur de son départ. Une réception au cours de laquelle Béru , après quelques cours particuliers présentera un numéro de magicien en costume de location. Tout se présente pour le mieux : Berthe va servir d'assistante au gravos pour le numéro. Parfait ! sauf qu'on trouve un bien étrange papier dans la poche du dit costume.

Une enquête du commissaire qui le mènera au Congo… Une première en Afrique …

« Y'a bon San-Antonio », 44ème de la série paru en 1961 : au final, un très bon San-Antonio ; tout y est ou presque : bonne intrigue, notes en bas de page, calembours, énumérations surréalistes... Ne manque qu'un rôle un peu plus trapu pour Béru et Pinaud, condamnés ici à faire de la figuration, quand ce n'est pas faire partie du menu, en « visite guidée » chez les cannibales Ossoboukos…
Commenter  J’apprécie          180
Un très bon épisode de notre commissaire préféré qui débute de façon tonitruante : Pinaud prend sa retraite ! Prélude à un spectacle de magie où oorchestre un Bérurier des grands jours qui reléguerait David Copperfield aux oubliettes, l'enquête débute une nouvelle fois de façon particulièrement inattendue, qui propulse notre trio infernal au Congo...
Dans un pays inconnu, aux prises avec des inconnus dans une histoire alambiquée, Frédéric Dard nous signe un nouvel excellent épisode San Antoniesque👌
Commenter  J’apprécie          190
I.
Cette histoire, semi-policière, semi-rigolarde, débute par la démission de Pinaud.

Chaque flic, ainsi qu'un «boxeur retraité, des footballeurs cassés, des durs repentis et des Lyonnais» a le même rêve: avoir un bistrot. Imaginez-vous, que Pinuche vient d'en hériter un. Pas un rêve. Un troquet.

Le pot de départ à la retraite vire à une fête inoubliable, digne de se faire passer à la postérité, grâce au numéro de prestidigitation d'un nommé Bay-Rhû-Rié (alias Bérurier). La séance de magie a connaît un énorme succès. de plus, elle a une conséquence grave pour l'ex-Bay-Rhû: l'une des basques de son habit loué est arrachée.

Au cours de l'opération de sauvetage reprisage, San-A sent «un corps insolite entre le drap et la doublure du vêtement» et extirpe un morceau de parier avec quelques lignes passablement étranges et mystérieuses.

Cette trouvaille inattendue va déclencher une enquête express à Paris et puis, au Congo, une enquête truffée de cadavres, de dangers, de tribus de cannibales, de femmes fatales, d'histoires familiales, de sources lexicales et même de chacals. (parce que des chacaux y sont en déficit)

II.
Le 45e volume de la sérié sur les fascinantes pérégrinations du commissaire San-Antonio s'intitule «Y a bon, San-Antonio» et a été publié en 1961. le style d'auteur s'est généralement formé, et tous ses traits se sont incorporés dans ce polar, comme entre autres, une bonne intrigue, un parfait tempo (jusque la moitié du livre), des métaphores et des énumérations succulentes et inattendues, une langue colorée et inventive, une courte partie de jambes en l'air, des renvois en bas de page (il y en a 17!), etc.

Ils est à noter que c'est la première enquête san-antonienne sur le continent noir.

Hélas, je ne peux pas dire que ce volume constitue une bonne filiation avec le roman précédent, «La fin des haricots». Tout allait bien jusqu'au numéro magique de Bérurier. C'était drôle, rafraîchissant, avec une parfaite intégrité. Et puis après la mayonnaise s'est éventée…
Re-hélas: le rôle du duo Béru—Pinaud est restreint. Donc, le fils aîné, unique et préféré de Félicie qui est obligé de faire cavalier seul, perd haleine. On perd aussi Félicie, la brave femme de mère, qui est en vacances, Mathias qui n'a fait qu'une seule apparition et le Vieux, toujours occupé, sobre en paroles mais généreusement donnant des ordres à exécuter.

Re-re-hélas: bien après l'arrivée au Congo, le polar devient un peu ennuyant malgré tous ses monts et merveilles… Il y a des moments hilarants mais c'est intégrité et le tempo qui manquent.

III.
J'étais entièrement enchanté par le roman précédent de la série, «La fin des haricots». le volume actuel est plus passable et me donne les impressions plus mitigées. Ça se lit bien, mais il paraît que la magie, la légèreté et l'invention se sont volatilisées juste après le fameux numéro du fakir Bay-Rhû-Rié…

3.5/5
Lien : https://autodidacteblog.word..
Commenter  J’apprécie          10
Pour ce 45ème numéro de la série, paru en 1961, San-Antonio va vivre avec ses partenaires des aventures africaines. Une bonne mise en scène au début, puis le rythme faiblit un peu; l'enquête est quand même au point mais la chute laisse un peu à désirer. Néanmoins, si on est fan, on peut aimer.
Commenter  J’apprécie          60
Je n'en garderai pas un souvenir impérissable de ce San Antonio. La note est juste à la moyenne comme ce bouquin qui se passe entre France et Congo
Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
La flore est fabuleuse : des tiffosis-cong énitaux, des cordonus-lombilicalus en fleur, des gougniafiés géants, des trouvuduvucavus-épineux, des cryptogrammes à lianes, des stradivarius nains, des hermaphoridites à lupus, des cubitus à moelle, et des résédas. Vous imaginez cette débauche florale ?
Commenter  J’apprécie          60
ATTENTION

Beaucoup d'auteurs cherchent à se faire prendre au sérieux en annonçant en tête de leurs livres (1) que les personnages sont imaginaires, fictifs et tout. Moi, sans blabla inutile, je tiens à le préciser avant de démarrer : les personnages de ce livre (2) sont purement imaginaires et fictifs. Toute ressemblance avec des personnages existants, ayant ou devant exister ne serait que pure coïncidence.

San-Antonio

(1) Je suis obligé d'employer ce terme, la langue française étant moins riche qu'on ne croit.
(2) Idem.
Commenter  J’apprécie          10
Ca vous chatouille la glande lacrymale jusqu'à l'utérus. C'est comme une nostalgie qui parle aux tripes, comme on dit à la succursale Olida de Caen.
Commenter  J’apprécie          50
- Pour commencer, v'là le truc des z'anneaux, je vous le sers en guise d'apéro vu qu'il y en a cinq. (Un temps, et en y mettant tout ce qu'il peut d'intention :) Cinq z'anneaux !
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Frédéric Dard (79) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Frédéric Dard
*RÉFÉRENCE BIBLIOGRAPHIQUE* : San-Antonio, _Réflexions définitives sur l'au-delà,_ morceaux choisis recueillis par Thierry Gautier, Paris, Fleuve noir, 1999, 120 p.
#SanAntonio #FrédéricDard #Aphorismes #LittératureFrançaise #XXeSiècle
autres livres classés : argotVoir plus
Les plus populaires : Bande dessinée Voir plus


Lecteurs (125) Voir plus



Quiz Voir plus

Frédéric Dard

Où Frédéric Dard est-il né?

Vire (Calvados)
Moulins (Allier)
Jallieu (Isère)
Beauvais (Oise)

10 questions
88 lecteurs ont répondu
Thème : Frédéric DardCréer un quiz sur ce livre

{* *}