AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782228918138
300 pages
Éditeur : Payot et Rivages (03/05/2017)

Note moyenne : 3.93/5 (sur 22 notes)
Résumé :
1972 : Anne-France Dautheville participe à un raid moto entre Paris et Ispahan (Iran), seule femme sur près de cent pilotes. Depuis Ispahan, elle poursuit en Afghanistan puis au Pakistan avec onze motards. Mais des rumeurs circulent dans le milieu : elle serait lesbienne, voire nymphomane, et surtout n'aurait terminé le raid qu'en camion. Furieuse (c'est le début de notre livre), elle débarque à "Moto Revue" et déclare : "Je repars, toute seule !" : Alaska, Afghanis... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
AnneNY
  06 juin 2017
Je dois bien l'admettre c'est mon premier récit de voyage.
Je me suis laissée emporter par ce livre. Anne France Dautheville est une sacrée femme. J'ai beaucoup aimé la partie sur le Canada, j'avais hâte de découvrir le Japon mais j'ai été un peu déçue par son expérience et moi qui n'attendais rien de l'Orient j'ai été fascinée par la partie qui se passe en Afghanistan et en Iran.
J'ai aimé ses compagnons de voyage, j'ai eu de la peine quand elle a du quitter Sam ...
Le petit truc qui j'ai aimé c'est que ce récit se passe dans les années 70, le lire maintenant avec le recul que nous avons sur la société, la condition des femmes, le progrès techniques et les changements politiques de tout ces pays est très intéressant.
En lisant ce livre, ça m'a donné envie de lire son récit précédent sur la course Paris-Ispahan.
Commenter  J’apprécie          70
Soazick
  17 juin 2017
C'est le premier récit de voyage que je lis et j'ai apprécié cette lecture qui m'a parue "différente".
Ce livre m'a transportée dans les aventures de la narratrice mais j'ai surtout aimé découvrir les pays qu'elle a traversé et son récit sans langue de bois.
En 1972, Anne-France Dautheville, de retour d'un raid moto entre Paris et Ispahan, décide de repartir seule en moto pour un périple entre le Canada et la France en traversant l'Alaska, le Japon, l'Inde, l'Afghanistan, l'Iran, ...
Des rumeurs circulent sur son précédent voyage et c'est donc furieuse et bien décidée à prouver qu'elle peut y arriver sans l'aide de personne qu'elle se lance au guidon de sa Kawa 100 cc dans cette aventure.
Beaucoup d'anecdotes illustrent son voyage, je me suis attachée à cette femme qui n'a pas froid aux yeux et qui raconte ce qu'elle a aimé et moins aimé dans chaque pays qu'elle a découvert.
Commenter  J’apprécie          20
Bata
  29 novembre 2020
J'ai adoré ce livre, et que j'aimerais discuter avec Anne-France à propos de ce voyage!
Lire ce carnet de voyage en 2020 prend une tout autre dimension...quel plaisir et que de découvertes avec cette femme qui réalise un tour du monde à moto en 1972...Vous partirez au Canada, en Alaska, au Japon, en Inde, au Pakistan, en Iran, en Turquie, puis on traversera des postes frontières pas très agréables aux portes de ce qu'on nomme aujourd'hui l'UE.
J'ai bien aimé la façon dont l'auteure narre avec humour ces aventures et les rencontres touchantes (ou pas!). En fait, cette lecture remet en perspective :
1) l'idée de 'voyager autour du monde': à l'heure où se démocratise l''expérience' (pour ceux et celles qui le peuvent bien entendu)...le sens premier de 'voyage', celui où on rencontre encore des gens et où l'échange humain prime, est remis à l'honneur. Ni tripadvisor, ni google map, ni rien d'ailleurs...la découverte passe par l'expérience humaine (ou découle des caprices météorologiques ou pannes de moto);
2) le fait d'être une femme...c'est transversal ici. Et c'est génial. D'ailleurs, les stigmates sont souvent inversés;
3) 'Afghanistan de mes amours'...on ne demande qu'à y aller.
Voyager en 2020 est devenu incroyablement triste et ennuyeux...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Ghost_reader76
  13 février 2020
1972, Anne-France est journaliste, suite aux doutes émis par quelques-uns sur son précédent périple à moto, elle décide de laver l'affront en partant faire une boucle du monde, seule avec sa petite Kawasaki.
On la suit dans ses aventures, ses rencontres, ses pannes et ses découvertes à travers le Canada, l'Alaska, le Japon, l'Inde, et j'en passe...
J'ai bien aimé partager la route avec elle, j'ai été parfois heurtée par ses jugements, mais ils n'appartiennent qu'à elle, et malgré tout, ça donne du réalisme, c'est un journal de voyage, et non un guide destiné aux touristes (quoique), de plus, son humour et sa façon d'appréhender les choses rattrapent le tout.
C'était mon premier journal de voyage, ça m'a donné envie d'en lire d'autres!
Commenter  J’apprécie          00
Bilouchacha
  11 juin 2017
Si je peux vous conseiller ce livre, c'est parce qu'il est très agréable à lire! J'aime beaucoup la manière dont Anne-France Dautheville nous relate son histoire. C'est à la fois simple, mais bien écrit. le texte est vivant, il parle, il râle parfois (souvent?). On ne lui pas une histoire, on vit l'histoire, les péripéties, les rencontres, le voyage.
Ce que j'ai apprécié, c'est que l'auteur est vraiment entière, franche, elle dit les choses comme elle les pense et comme elle les vit. Quand elle aime une personne, un pays, elle l'adore. Et quoiqu'il arrive, elle en montre les bons côtés. Par contre, quand elle n'aime pas, elle n'aime pas! Quelques mauvaises expériences au Japon ou en Iran, et c'est tout le pays qu'elle jette avec l'eau du bain! Cela est parfois un peu trop catégorique pour moi. Mais je pense que c'est là le reflet du tempérament de l'auteur. Elle dit les choses sans détour, et elle n'essaye pas de mentir ou de tricher. Quand elle n'a pas pu rouler en moto et qu'elle a emprunté train, bus, voiture, charrette, elle le dit!
Lien : http://1000n1.overblog.com/2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
artemisfowletteartemisfowlette   17 mars 2020
Autrefois, les numéros de téléphone commençaient par "Jasmin", "Passy", ou "Opéra". Chaque fois que je tournais mon cadran, il se formait une image, une odeur, une musique. Un petit monde. Maintenant je compose froidement 073, ou 727. Dans vingt ans, on s'appellera par son numéro de sécurité sociale : 22.03.44, passe-moi le sel ! À quoi ça sert les images ? on ne rêve plus, on est précis, on a enlevé les plateformes des autobus, tant pis pour la brise de printemps ; les rémouleurs et leurs clochettes ont disparu ; dans ma rue, les enfants ne jouent plus aux billes sur le trottoir ; il n'y a plus de bateaux en papier dans les caniveaux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
BilouchachaBilouchacha   11 juin 2017
A la campagne, où les joies sont plus saines, les cinémas plus rares, et les curés plus autoritaires, la femme est encore faite pour se marier, porter des jupes et fabriquer des enfants. Quand elle se promène sur une moto, ce n'est plus une femme. C'est autre chose. Quoi? On ne sait pas au juste... Un être à moteur, une erreur de la nature.
Commenter  J’apprécie          40
benlebbenleb   18 novembre 2019
Nous continuons à discuter, épuisant tous les sujets que l'on peut traiter en agitant les mains. Non, je ne suis pas mariée. Je ne t'épouse pas, tu es musulman, et moi, je suis protestante. Et puis mon papa ne serait pas content. L'autorité du papa est un argument de poids, en Orient. On arrive à se sortir presque de tous les problèmes en disant : "Papa ne veut pas". Même si l'on a trente ans , et des valises sous les yeux en guise de candeur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
benlebbenleb   09 novembre 2019
La femme japonaise commence à réaliser qu'elle n'est pas heureuse, mais avec tant de timidité, d'humilité, de résignation, que l'homme japonais ne se sent nullement remis en question et continue à se tenir comme le dernier des mufles.

Par exemple, dans le train de Tokyo à Osaka (pour rien au monde, je n'aurais riqué ma moto sur une route japonaise), une femme enceinte jusqu'aux sourcils n'a eu de place assise que parce que je me suis dévouée. Ce qui a donné le signal d'une grande vague d'entraide. Les vieilles dames ont quitté les couloirs, les mères d'enfants en bas âge aussi. Mais pas un homme n'a bougé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
benlebbenleb   19 novembre 2019
A la troisième attaque, les filles me font signe de m'arrêter. J'obéis, elles descendent de la voiture, me parlent directement en anglais.
- Salut, qui êtes-vous ?
Je dis qui je suis, d'où je viens, où je vais.
- Et vous ? Qui êtes vous ?
- Nous, on est infirmières au planning familial.
- Bravo, vive le modernisme.
Vive la France, vive l’Iran, et nous repartons, moi devant. Dix kilomètres plus tard, queue-de-poisson, arrêtez-vous.
- Qu'est-ce qu'il y a ?
- On se demandait... Vous êtes un homme ou une femme ?
A mon avis, le planning familial est mal barré, en Iran.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Anne-France Dautheville (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Anne-France Dautheville
http://culture-business-colmar.com/ https://www.facebook.com/Culture-Business-Colmar-589914004716809/
Entretien avec Anne-France Dautheville, auteure du livre La vieille qui conduisait des motos.
autres livres classés : motoVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Voyage en Italie

Stendhal a écrit "La Chartreuse de ..." ?

Pavie
Padoue
Parme
Piacenza

14 questions
469 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , voyages , voyage en italieCréer un quiz sur ce livre