AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782262025915
259 pages
Perrin (03/10/2007)
3.67/5   6 notes
Résumé :
Marie est la cousine d'Elisabeth, laquelle est mère de Jean-Baptiste. Jacques et Jean, si proches de Jésus, sont ses cousins germains. Un autre Jacques, le propre frère de Jésus, sera le premier responsable de l'Eglise naissante à Jérusalem. A suivre attentivement les Evangiles, les membres de sa parenté sont les premiers disciples de l'homme de Galilée. Mais il y a aussi les amis d'enfance, les femmes, les compagnons de route.
Spécialiste de la Bible, Eric ... >Voir plus
Que lire après Le clan JésusVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Nullement nécessaire d'être croyant pour lire ce livre et l'apprécier.
De façon simple et plaisante, l'auteur nous fait participer à une sorte d'enquête afin de mieux connaitre les contemporains de Jésus à l'aide de documents et de comparaisons avec les différentes sources des Évangiles.
Nous apprenons des détails intéressants sur les proches du Christ mais aussi sur des personnages qu'il a simplement croisé pour le meilleur ou pour le pire. Il est en particulier passionnant, d'essayer d'identifier Marie-Madeleine. Qui était-elle vraiment ?
Marie la pécheresse ? Marie de Béthanie ? Marie de Magdala ?
Ou bien était-elle les trois à la fois, les divers rédacteurs des Évangiles, s'étant embrouillé les pinceaux ou ayant voulu intentionnellement voiler, la véritable identité de cette femme...
Tous les apôtres, les frères de Jésus et ses amis de Béthanie... mais aussi, Nicodème, Joseph d'Arimathée, Pilate et son épouse Claudia Procula... sur tous ces gens qui ont vécu à la même époque que Jésus, le lecteur a l'impression de suivre une petite enquête.
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
- LAZARE - On ne parle de lui, dans les Évangiles, que pour l'associer à ses sœurs Marthe et Marie, et pour raconter l'évènement le plus extraordinaire qui soit : sa résurrection. Cependant, même si le miracle est remarquable, les récits évangéliques sont d'une étonnante sobriété.
[...] Jésus n'est pas encore arrivé à proximité de Béthanie que déjà Marie va à sa rencontre. L'évangéliste Jean est le seul à relater cet épisode déterminant, et il le fait sans emphase :
< < Lorsqu'il les vit se lamenter, elle (Marie) et les Juifs qui l'accompagnaient, Jésus frémit intérieurement et il se troubla. Il dit : "Où l'avez-vous déposé ?" Ils répondirent : "Seigneur, viens voir." Alors Jésus pleura ; et les Juifs disaient : "Voyez comme il l'aimait !" Mais quelques-uns d'entre eux dirent : "Celui qui a ouvert les yeux de l'aveugle n'a pas été capable d'empêcher Lazare de mourir." Alors, à nouveau, Jésus frémit intérieurement et il s'en fut au tombeau ; c'était une grotte dont une pierre recouvrait l'entrée. Jésus dit alors : "Enlevez cette pierre..." On ôta donc la pierre. Alors, Jésus leva les yeux et dit : "Père, je Te rends grâce de ce que Tu m'as exaucé. Certes, je savais bien que Tu m'exauces toujours, mais j'ai parlé à cause de cette foule qu m'entoure, afin qu'ils croient que Tu m'as envoyé." Ayant ainsi parlé, il cria d'une voix forte : "Lazare, sors !" Et celui qui avait été mort sortir, les pieds et les mains attachés par des bandes, et le visage enveloppé d'un linge. Jésus dit aux gens : "Déliez-le et laissez-le aller ! > >
La résurrection de Lazare a eu de grands retentissements sur les témoins, mais les réactions n'ont pas toutes été enthousiastes. Si beaucoup ont été impressionnés et si une multitude de personnes, informées, se sont déplacées pour vérifier les dires, d'autres s'en sont beaucoup inquiétés. (...) Les grands prêtres dès lors décidèrent de faire mourir aussi Lazare, puisque c'était à cause de lui qu'un grand nombre de Juifs les quittaient et croyaient en Jésus.
Qu'est devenu Lazare après cet épisode ? La Bible n'en dit rien, à part qu'une semaine plus tard il était encore vivant et présent lors du festin organisé par Simon le lépreux.
Commenter  J’apprécie          10
---- "MARIE, l'énigme" ---- ............ (1/4)
(I Marie la pécheresse ; II Marie de Béthanie ; III Marie de Magdala) :
Marie n'est pas seulement la sœur de Marthe et de Lazare, et la présenter comme Marie de Béthanie, comme le font certains textes bibliques, ne suffit pas. En effet, les actes de cette femme sont assez étonnants pour chercher à mieux la cerner et, surtout, à mieux percevoir son identité.
Qui est donc cette Marie dont les gestes de dévotion sont surprenants, voire ambigus ?
Il est nécessaire de faire une profonde enquête textuelle et une recherche minutieuse dans les Évangiles, pour discerner, identifier et distinguer (peut-être) ces trois femmes.
Trois sont mentionnées : Marie la pécheresse, Marie de Béthanie et Marie de Magdala ; et certains spécialistes pensent que ces trois Marie n'en font qu'une !
I ) **** MARIE LA PÉCHERESSE ****
Dans les premières pages de l’Évangile de Luc, on raconte une histoire bien insolite. Jésus est reçu à la table d'un Pharisien à Capharnaüm. Le fait que l'homme de Galilée soit à la table d'un religieux de cette catégorie sacerdotale est déjà une surprise. Le Pharisien se nomme Simon ; un prénom à retenir pour la suite de l'enquête. Lors du repas, la quiétude des échanges est brusquement interrompue par l'éruption d'une femme assez connue pour être aussitôt présentée comme "pécheresse" Elle porte un vase d'albâtre rempli d'un parfum de grand prix qu'elle répand sur les pieds de Jésus puis les essuie avec ses cheveux ! Le Pharisien est scandalisé autant par la présence de cette femme que par son geste et par la façon dont Jésus semble accepter cet hommage peu commun pour un simple fils de charpentier ! (...)
La femme avait cherché à voir Jésus et, apprenant où il était, s'est empressée de le rencontrer, même en forçant la porte de Simon le Pharisien.
Avait-elle déjà entendu Jésus ?
Était-elle déjà au bénéfice d'un miracle, d'un pardon ?
Exprime-t-elle sa reconnaissance pour une guérison ?
Pour le moment, le lecteur n'en sait rien. Il ne fait que prendre des notes sur son petit calepin d'inspecteur.
Commenter  J’apprécie          10
---- "MARIE, l'énigme" ---- ............ (4/4)
(Trois "Marie" ou une seule et même personne ? ) :
Clément d'Alexandrie fait de Marie la pécheresse, Marie de Béthanie et Marie de Magdala une seule et même personne tandis qu'Origène en distingue trois. En général, les théologiens admettent aujourd'hui que la pécheresse et Marie de Magdala sont une seule et même personne, Marie de Béthanie restant à part. Cependant, l'épisode de l'onction de parfum de part et d'autre des récits évangéliques pose problème. Y a-t-il eu deux actions aussi ressemblantes ?
L'évangéliste Luc raconte l'histoire de la pécheresse chez Simon, puis, quelques lignes plus loin, parle de Marie de Magdala de qui sept démons ont été chassés, sans établir de relation entre les deux femmes. Il semble même présenter Marie de Magdala comme un nouveau personnage. Oui mais ! Le narrateur s'est peut-être abstenu volontairement de donner le nom de la pécheresse soit pour ne pas déshonorer une personne qui, dans la suite de l'histoire, prend une grande importance dans la proximité de Jésus, soit pour ne pas choquer les lecteurs qui découvriraient une pécheresse convertie si vite admise dans la suivance de Jésus. Donc, première hypothèse : la pécheresse et Marie de Magdala sont une seule et même personne. La pécheresse qui répand du parfum sur les pieds de Jésus le remercie peut-être d'avoir été exorcisée des sept démons qui faisaient d'elle une femme de mauvaise vie ! Dès lors, elle est très attachée à son guérisseur et sauveur. Peut-être trop !
Cette hypothèse est reprise par des auteurs à succès, des romanciers faciles qui vont jusqu'à faire de Jésus et de Marie de Magdala des amants plus ou moins cachés. Il est vrai aussi que dans l’Évangile de Philippe, un texte apocryphe, Jésus embrasse souvent Marie-Madeleine sur la bouche !
Oui mais encore ! L’Évangile de Jean raconte que, depuis Béthanie, Marthe et Marie ont fait appel au Maître et ami parce que Lazare était souffrant. Or, Jean insiste sur un détail qui, finalement, n'en est pas un : < < Il y avait un homme malade ; c'était Lazare de Béthanie, le village de Marie et de sa sœur Marthe. Il s'agit de cette même Marie qui avait oint le Seigneur d'une huile parfumée et lui avait essuyé les pieds avec ses cheveux ; c'était son frère Lazare qui était malade. > >
Puis interviennent la mort et la résurrection de Lazare, suite à l'intervention miraculeuse de Jésus, et, quelques jours plus tard, un repas chez Simon le lépreux. Et là, nouveau geste dévotionnel de Marie. C'est encore Jean qui en parle : < < Marie prit alors une livre de parfum de nard pur de grand prix ; elle oignit les pieds de Jésus, les essuya avec ses cheveux et la maison fut remplie de ce parfum. > >
Il est donc évident, pour Jean, que la pécheresse dont parle Luc en veillant sur son anonymat et Marie de Béthanie sont une seule et même personne, accomplissant deux fois le même geste. La première fois pour elle-même, la seconde fois peut-être pour exprimer sa reconnaissance quant au sursis de son frère Lazare.
Or donc ! Si la femme pécheresse est Marie de Magdala, et si elle est aussi Marie de Béthanie, alors l'affaire est entendue : Marie de Magdala n'est autre que la sœur de Marthe et de Lazare ! Et nous n'avons plus qu'une seule et même personne !
Une fratrie pas ordinaire au sein du clan Jésus !
Commenter  J’apprécie          00
---- "MARIE, l'énigme" ---- ............ (3/4)
(I Marie la pécheresse ; II Marie de Béthanie ; III Marie de Magdala) :
III) **** MARIE DE MAGDALA ****
C'est sans doute parce qu'elle était de Magdala que cette femme est ainsi distinguée. Magdala était une ville importante et riche sur les bords du lac de Tibériade. Il s'y trouvait des filatures. Marie de Magdala serait une de ces femmes riches qui suivirent Jésus et qui financèrent son ministère.
< < Or, par la suite, Jésus faisait route à travers villes et village ; il proclamait et annonçait la bonne nouvelle du Règne de Dieu. Les Douze étaient avec lui, et aussi des femmes qui avaient été guéries d'esprits mauvais et de maladies : Marie, dite de Magdala, dont étaient sortis sept démons... et beaucoup d'autres qui les aidaient de leurs biens. > >
Marie de Magdala devient donc une fidèle dans la suivance de Jésus, voire une disciple. On a beaucoup gaussé sur les sept démons dont elle a été délivrée, et on a fait de cette femme exorcisée une femme pleine de vices avant l'intervention de Jésus. Il est facile en effet de faire un parallèle entre les sept démons et les sept péchés capitaux ! Mais dans les Évangiles, les maladies sont aussi associées à des démons ; plusieurs guérisons de schizophrènes ou d'épileptiques sont présentées comme des exorcismes. Marie de Magdala était peut-être une pécheresse, mais aussi une grande malade !
Le Talmud est, à son égard, encore plus sévère que les Évangiles. En effet, elle aurait commis la grave erreur de quitter un mari juif, nommé Pappus ben Juda, pour un officier d'Hérode Antipas, lequel était haï par les Juifs, Marie se serait donc acoquinée avec un certain Panther de Magdala. Le même Talmud, en général phallocrate et misogyne, n'hésite pas à donner le nom de "salda", à cette Marie, ce qui veut dire "adultère". C'est de "salda" que viendrait, en français, le mot 'saleté' !
Marie de Magdala, qui deviendra Marie-Madeleine au fil du temps, est l'une des femmes présentes au pied de la croix de Jésus.
On la retrouve, à distance, un peu après la mort du Maître, pour voir où on allait mettre son corps.
Une fois que la dépouille mortelle de Jésus est mise dans un tombeau, elle semble demeurer un temps sur place avant de rentrer chez elle, puisque le sabbat débutait. Puis, avec d'autres femmes, elle achète des aromates pour faire la toilette mortuaire du défunt et ainsi lui rendre un dernier hommage. Ces femmes découvrent alors le tombeau ouvert et vide, et Marie de Magdala court aussitôt annoncer la nouvelle aux apôtres Pierre et Jean. Pour elle, il est clair que le tombeau a été profané.
Elle suit les apôtres puis reste sur place pour pleurer devant le tombeau vide. Elle est désemparée. C'est alors que lui apparaissent deux anges, et Jésus lui-même (...)
Marie de Magdala s'empresse de transmettre aux disciples ce qu'elle a vu et entendu de Jésus ressuscité, mais elle n'est pas crue.
Puis, on ne retrouve la mention de Marie de Magdala que dans le livre des Actes des Apôtres, au moment de la Pentecôte, soit cinquante jours après la résurrection du Maître !
Commenter  J’apprécie          00
---- "MARIE, l'énigme" ---- ............ (2/4)
(I Marie la pécheresse ; II Marie de Béthanie ; III Marie de Magdala) :
II) **** MARIE DE BETHANIE ****
Jésus arrive dans un certain bourg alors qu'il voyage avec ses disciples, en Galilée. Là, Marthe et Marie semblent posséder une maison et c'est dans cette maison que Jésus est reçu. C'est lors de cette visite que Marthe s'affaire tandis que Marie écoute le Maître. Elle est à ses pieds, dans une attitude de disciple respectueux et dévot. Visiblement, Lazare n'est pas présent puisqu'il n'est pas mentionné. Plus tard, ce Lazare tombe malade et les deux sœurs lancent un message à Jésus. Jésus arrive alors auprès de ses amies. Marie est encore présentée comme pleine d'effusion à l'égard de Jésus : < < Lorsque Marie parvint à l'endroit où se trouvait Jésus, dès qu'elle le vit, elle tomba à ses pieds... > > Ce sont les larmes de Marie qui émeuvent Jésus. Puis vient la résurrection de Lazare. Le troisième épisode qui met en scène Marie, c'est celui chez Simon le lépreux. Matthieu et Marc relatent l'intervention d'une femme anonyme avec une vase de parfum précieux qu'elle brise au pied du maître. Jean, dans sa narration, précise qu'il s'agit de Marie : < < Marie prit alors une livre d'un parfum de nard pur de grand prix ; elle oignit les pieds de Jésus, les essaya avec ses cheveux et la maison fut remplie de ce parfum. > >
Les disciples sont surpris par ce geste et Judas fait sa fameuse remarque sur le gaspillage d'argent que représente cet hommage intempestif. Jésus prend la défense de Marie, et la remercie même pour cet acte qui est un prélude à l'embaumement de son corps.
- A ce stade des récits, on peut faire les rapports suivants entre Marie la pécheresse et Marie de Béthanie.
Entre les deux épisodes, il y a des similitudes fragrantes : Festin - Simon - Marie - parfum - pieds du maître...
Il y a aussi des différences : l'un des épisodes se situe en début du ministère de Jésus, l'autre à la fin ;
Le lieu n'est pas le même : Capharnaüm et Béthanie ;
L'hôte reste différent : Simon le Pharisien et Simon le lépreux ;
D'un côté on parle d'une pécheresse, de l'autre, on mentionne Marie ;
Les réactions ne viennent pas des mêmes personnes : Simon le Pharisien s'indigne dans le premier cas, les disciples et Judas dans le second.
Le doute persiste encore !
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : jésus christVoir plus
Les plus populaires : Non-fiction Voir plus


Lecteurs (12) Voir plus



Quiz Voir plus

Jésus qui est-il ?

Jésus était-il vraiment Juif ?

Oui
Non
Plutôt Zen
Catholique

10 questions
1804 lecteurs ont répondu
Thèmes : christianisme , religion , bibleCréer un quiz sur ce livre

{* *}