AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Stéphane Michaka (Traducteur)
ISBN : 2266178954
Éditeur : Pocket Jeunesse (06/05/2008)

Note moyenne : 3.98/5 (sur 209 notes)
Résumé :
Depuis la mort de son père, Macy fait tout pour soulager sa mère. Elle a renoncé à ses loisirs et désormais, elle rentre tous les soirs à huit heures pour repasser ses vêtements et réviser ses cours.
Heureusement, Jason, son petit copain un maniaque surdoué qu'elle admire beaucoup est là pour la soutenir dans cette vie bien ordonnée. Jusqu'au jour où Macy rencontre une bande de joyeux déjantés avec qui elle se lie d'amitié. À leurs côtés elle prend soudain co... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (32) Voir plus Ajouter une critique
LunaZione
  08 août 2013
Les livres de Sarah Dessen sont toujours synonymes d'une lecture agréable et Pour toujours... jusqu'à demain ne déroge pas à cette règle.
Le truc qui m'a plu dans ce roman, c'est de voir évoluer le personnage de Macy : elle passe de fifille parfaite bien sous tout rapport un peu rigide à l'adolescente normale et sympathique. En soit, personnellement, je trouve que c'est le seul intérêt du bouquin (cela dit, il en inclut finalement pas mal d'autres...). En fait, je trouve que ce roman ressemble beaucoup à En route pour l'avenir et ça m'a assez dérangée par moment : je pense que j'ai été beaucoup moins surprise par l'histoire que ce que j'aurais pu.
J'ai beaucoup aimé voir Macy se redécouvrir au contact des autres adolescents : je trouve que le parallèle entre son travail à la bibliothèque et celui chez Wish ne rend que plus frappant encore ce qu'elle a été et ce qu'elle est maintenant. Tout comme son amitié avec Tim qui l'éloigne davantage encore de Jason (celui-ci m'a été entièrement antipathique d'ailleurs).
La réaction de sa mère m'a également bien plu même si je l'ai trouvé quelque peu exagérée : même si Macy prend son envol dans ce livre, elle reste tout de même une fille sérieuse.
J'ai trouvé que la présence de Caroline apportait un grand bol d'air frais à l'histoire , surtout qu'elle apporte une très jolie conclusion à l'histoire de leur père.
L'écriture de Sarah Dessen est très agréable et pleine de fraîcheur, mais, comme je le disais un peu plus haut, le parallèle que j'ai pu faire avec ses autres livres m'a dérangée : cette impression de déjà-vu rend moins surprenant ce qui ce passe dans ce livre et du coup, on s'intéresse mine de rien un chouilla moins à l'histoire...
Pour toujours... jusqu'à demain est une lecture très agréable.
Lien : http://lunazione.over-blog.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
Aryia
  16 mars 2017
On a tous un livre qui est arrivé dans notre vie au bon moment, un livre qui faisait parfaitement écho avec notre état d'esprit, un livre qui depuis a une place toute particulière dans notre coeur et notre vie. Je ne fais pas exception à la règle. J'ai découvert ce livre au moment opportun pour l'apprécier vraiment, le méditer, pour m'en imprégner et en saisir toutes les subtilités. Et à chaque lecture, il me rappelle qu'il n'est pas nécessaire que tout soit parfaitement ordonné et sans le moindre petit défaut et qu'il faut savoir accepter les imprévus et les imperfections. Aussi je le relis assez régulièrement, comme piqûre de rappel !
Nous faisons donc la connaissance de Macy, la narratrice, qui a vu mourir son père et qui ne peut s'empêcher de se juger responsable de ce décès. Suite à ce jour tragique, Macy va vivre une longue période de confusion et d'incertitude : son monde s'est effondré autour d'elle et elle ne sait comment le reconstruire. Sa rencontre avec son petit copain, Jason, un lycéen modèle qui réussit dans tout ce qu'il entreprend, va lui donner une ligne de conduite, un objectif à atteindre, un modèle à reproduire. A partir de ce moment-là, Macy va tenter de tout contrôler, de tout régenter, afin de faire taire cet insupportable sentiment d'impuissance et d'insécurité.
Malgré tous ses efforts, Macy ne parvient pas à surmonter sa tristesse, à faire son deuil. Ne pouvant en parler avec sa mère, qui refuse toute conversation à ce sujet et qui semble ravie de constater que sa fille est parvenue à reprendre sa vie en main en se concentrant sur ses études, Macy se replie progressivement sur elle-même. Mais tout va changer lorsqu'elle rencontre Delia et son neveu, Tim, avec qui elle va découvrir que la vie est bien plus belle lorsque l'on accepte de se laisser surprendre par elle, lorsque l'on se laisse aller à s'émerveiller de ces petits instants de bonheur qu'on risquerait de manquer en étant obnubilé par une perfection par nature inaccessible.
Ce roman met en scène des personnages tous aussi attachants les uns que les autres. Macy est une adolescente fragilisée par la vie, qui n'arrive pas à gérer et partager ses émotions et qui va au cours de ce livre connaitre une véritable évolution. J'ai pris plaisir à la voir s'épanouir, grandir et se trouver. Tim est un jeune homme assez mystérieux, au passé tumultueux, que j'adorerai avoir comme grand frère : il est attentionné, honnête, drôle et sérieux à la fois. Son petit frère, Greg, est l'un de mes personnages fétiches de ce roman : il est tellement attendrissant avec sa passion pour les théories sur la fin du monde, avec ses gouts vestimentaires assez discutables et son envie d'être considéré comme un grand. Kristie, Monica et Delia sont à mes yeux des personnages qui auraient mérité une place plus importante car elles ont des tas de choses à nous apprendre !
Certains personnages sont pourtant moins sympathiques, du moins au premier abord. Beaucoup de lecteurs semblent avoir détesté Jason. Je peux comprendre leur point de vue, car il a causé beaucoup de tristesse à Macy, mais je ne le partage pas. Je pense qu'à sa manière, Jason est également un adolescent perdu qui a besoin de se rassurer par ses listes et ses décisions parfaitement rationnelles. de la même façon, je ne trouve absolument pas la mère de Macy antipathique ou détestable, bien au contraire. Dévastée par la mort de son mari, elle s'est réfugiée dans le travail et dans la routine du quotidien, et voit avec angoisse le moindre changement. Elle ne sait pas comment faire face à cette tristesse et cette douleur et préfère donc ne pas remuer le couteau dans la plaie et éviter toute allusion à ce sujet. Je plains cette femme plus que je ne la blâme, même s'il est vrai qu'elle n'est pas toujours très attentive aux besoins de sa cadette.
L'histoire en elle-même est assez « simple » : pas d'intrigue surchargée, pas d'éléments surajoutés. Sarah Dessen nous propose ici une incursion dans le quotidien d'une jeune fille mal dans sa peau, nous décrit tout simplement les circonstances qui l'ont conduit à retrouver gout à la vie. Pendant quelques centaines de pages, on chemine aux côtés de Macy, on pleure et on souffre avec elle, on rit et on sourit avec elle. La romance en elle-même n'est qu'esquissée, presque suggérée, car elle vient servir la reconstruction de Macy sans s'y substituer. Macy fait de nouvelles rencontres, noue de nouvelles amitiés et fait de nouvelles expériences, et je trouve toutes ses situations assez réalistes : Macy ne s'adapte pas facilement à ces situations inhabituelles, il lui faut du temps pour s'y sentir sereine. J'ai plus globalement apprécié le réalisme et la simplicité de l'histoire racontée : ceci aurait pu arriver à n'importe qui, ce qui ne rendait le roman que plus agréable à lire !
Concernant la plume de Sarah Dessen, même remarque : c'est simple mais sympathique. Pas de phrases alambiquées, pas de mots compliqués, on reste dans la clarté et la limpidité. J'ai trouvé les dialogues très vivants, chaque personnage avait ses tics de langage, sa manière de s'exprimer, et l'auteur a réussi le pari de nous décrire très justement les intonations et les particularités de langage propres à chacun. Mais la grande force de ce roman, c'est bien le flux d'émotions qu'il est parvenu à me faire ressentir ! Les pensées de Macy sont tellement bien retranscrites qu'on ne peut qu'être en empathie avec elle et ressentir les mêmes choses qu'elle. A chaque fois que je lis ce roman, je pleure et je ris, je tremble et je souris.
Pour résumer un peu tout cela, je vais faire très simple : ce roman est une véritable perle, un livre que je prends plaisir à lire et relire régulièrement. Par sa simplicité-même, il nous fait éprouver de nombreuses émotions, nous invite à nous laisser porter par la vie, à ne pas chercher à tout contrôler sous quoi nous risquerions de louper tout un tas de petits bonheurs ordinaires. Il s'agit également d'un livre très pertinent sur le deuil, sur la perte d'un être cher, un roman qui permet de comprendre qu'il est possible de retrouver le sourire suite à un pareil drame. J'ai eu un gros coup de coeur pour les personnages qui font toute la force et la puissance de ce récit. Je ne peux que vous recommander ce livre qui est vraiment très beau et très émouvant !
Lien : http://lesmotsetaientlivres...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Acontremots
  11 mai 2012
Pour toujours… jusqu'à demain est mon ‘premier Sarah Dessen'. Je ne connaissais l'auteur que de nom, mais, il y a peu, une amie qui les as tous lu m'a poussée à emprunter celui-ci. Et bien je suis sors de cette lecture agréablement surprise.
Tout d'abord par la façon qu'à Sarah Dessen de nous parler du deuil. Ce n'est pas un thème facile à aborder, pourtant, elle nous présente les différentes façons qu'ont chacun des personnages pour se relevé, sans jamais tomber dans le pathos. Les sentiments sont tous traités avec une extrême justesse et une grande délicatesse. Elle nous présente également une jeune fille fragile et encore très marqué par la mort de son père qui a eu lieu presque sous ses yeux. Macy est proie, en plus de ses remords, de la pitié de tout les habitants de la ville, et surtout, sans personne pour l'épauler, l'écouter, la consoler et la comprendre.
J'ai eu un peu de mal par moment avec l'héroïne. Elle a véritablement plusieurs côtés, certains plus agréables que d'autres. La Macy petite amie de Jason/à la recherche de la perfection m'a quand même assez tapé sur les nerfs. En cherchant à obéir, suivre à la lettre les instructions qu'on lui a donné, à se laissé faire : elle m'a fait dresser les cheveux sur la tête. J'avais envie de lui crier : Mais ne te laisse pas faire ! Bouge-toi un peu !
Pourtant, quand elle fait la connaissance de Tim, Greg, Delia, Kristy et Monica, on la voie littéralement changer. Elle est plus cool, se laisse aller, même qui elle se retient encore un peu, elle montre enfin des émotions. Et lorsqu'elle commence à jouer au jeu de la vérité avec Tim, on découvre la vrai Macy, et c'est très agréable.
Les autres personnages, à part la mère de Macy, m'ont tous plu. Tout d'abord Kristy, la jeune fille un peu déjantée, puis Delia, qui parfois rappelle un peu à Macy ce qu'est une vraie mère. Greg est adorable, avec ses théories sur la fin du monde, et sa façon d'hurler à chaque fois qu'il rentre dans la cuisine. Et puis il y a Tim, le beau jeune homme mystérieux au passé trouble. Je tiens d'ailleurs à remercier Tim d'avoir secoué et réveiller Macy : elle en avait vraiment besoin ! La mère de Macy, elle, a certes des excuses pour son ‘absence', mais je trouve que cela ne justifie pas le fait qu'elle prive Macy de sa jeunesse et la conforte dans sa ‘quête de la perfection'. Au long du jeu de la vérité, on découvre aussi le père de Macy, un peu déjanté, fou de gadgets inutiles.
Toutes les parties où l'histoire était centrée sur la rénovation de la maison de la pkage m'a un peu ennuyée, vu que j'attendais avec impatience que Tim et Macy reprennent leur jeu.
Pour conclure je dirais que Pour toujours…jusqu'à demain est un beau roman sur le deuil, la façon que l'on a de se reconstruire après une telle perte, mais aussi sur les secrets que l'on n'ose pas s'avouer à soi-même et sur les sentiments. Sarah Dessen nous montre que certaines rencontres peuvent vraiment vous changer la vie.
Lien : http://acontremots.blogspot...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Gaoulette
  05 janvier 2016
Je n'aurais jamais cru être embarquée par les émotions pour une litterature jeunesse. D'habitude je prefère le young adult avec un peu plus de scènes intimes. Mais l'auteure nous décrit les mal-être de Macy 17 ans avec beaucoup de tendresse. Une jolie plume pour cet auteure qui nous montre son évolution tout au long du roman.
Elle est narratrice et nous décrit trés bien ce qu'elle ressent et ce qu'elle voit autour d'elle. le changement qu'elle entreprend grâce à la stupidité de son copain Jason, nous embarque dans aventure.
J'adoré l'histoire d'amitié entre Tim et elle même si on doute de l'issue. Mais on veut savoir comment va t'elle se réveiller. Elle réapprend à vivre tout doucement et on a envie de marcher main dans la main avec elle.
Les personnages qui gravitent autour d'elle ont tous une particularité. Mention spécial pour Kristy et Caroline que j'ai trouvé drôle.
C'était mon premier roman de cette auteure et je pense que j'en lirais de temps en temps pour me changer des lectures sombres.
Son roman ne fait pas réver il donne de l'espoir. Et c'est que j'aime lire.
Merci Sarah Dessen pour ce moment de tendresse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          82
FleurCannibale
  23 août 2010
J'ai beaucoup aimé ce livre touchant et drôle. La folle bande de Wish m'a fait mourir de rire. L'histoire d'amour de Tim et Macy est tendre et émouvante. Un bon livre young adult. Seul bémol j'avais déjà lu En route pour l'avenir du même auteur et j'ai trouvé plusieurs ressemblances, j'espère que ça ne se répète pas dans tout les livres de Sarah Dessen.
Note :16,5
Commenter  J’apprécie          120
Citations et extraits (43) Voir plus Ajouter une citation
FleurCannibaleFleurCannibale   11 août 2010
_D’accord, dit-il, prenant son souffle. Qu’est-ce que tu ferais, si tu pouvais faire ce que tu voulais ?
J’ai fait un pas vers lui.
_Ca, répondis-je, et je l’ai embrassé.
Embrassé. Là, au milieu de la rue, tandis que le monde menait ses affaires autour de nous. Derrière moi, Jason attendait une explication, ma sœur continuait de faire sa leçon, et l’ange, prêt à s’envoler, gardait les yeux levés vers le ciel. Quant à moi, je sentais que j’avais enfin pris le bon chemin. Celui qui commençait ici, à cet instant même, avec Tim, par un baiser qui me coupait le souffle et me le rendait, me laissant plus que jamais pleine de vie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          510
FleurCannibaleFleurCannibale   11 août 2010
Je ne sais combien de temps a passé avant l’arrivée de Tim. Des secondes, peut-être des minutes, ou même des heures. Il a prononcé mon nom, et j’ai essayé de me ressaisir, mais je n’y arrivais pas. Alors il a passé ses bras autour de moi, d’une manière hésitante, comme s’il s’attendait à ce que je le repousse. Comme je ne l’ai pas fait, il est venu plus près, a posé doucement ses mains sur mes épaules. Je me suis revue, des centaines de fois, faire un mouvement de recul quand on venait ainsi vers moi : qu’il s’agisse de ma mère ou de ma sœur, je disparaissais toujours, me cachant pour pleurer, me mettant hors de leur portée pour être seule avec moi-même. Cette fois, pourtant, je n’ai pas résisté. J’ai laissé Tim me tirer vers lui, appuyant ma tête sur sa poitrine, où j’entendis battre son cœur, un battement fort et régulier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
justine91justine91   26 août 2013
- Ecoute, Macy. On sait bien, toutes les deux, que la vie est courte. Trop courte pour perdre une seconde avec quelqu’un qui ne t’apprécie pas à ta juste valeur.
- L’autre jour, ai-je répliqué, tu disais que la vie était longue. Alors, c’est l’un ou c’est l’autre ?
- Les deux, fit-elle en haussant les épaules. Tout dépend de la façon dont tu choisis de la vivre. C’est comme l’éternité, ça change sans cesse.
- On ne peut pas être une chose et son contraire, ai-je dit. C’est impossible.
- Non, répondit-elle en pressant ma main, ce qui est impossible, c’est de se dire tout le temps que la vie est tout sauf changeante. Ecoute, quand j’étais à l’hôpital, juste après mon accident, ils pensaient que j’allais mourir. J’étais vraiment bousillée, la totale, quoi.
- Mmm-hmm, fit Monica en regardant sa sœur.
- A ce moment-là, poursuivit Kristy, lui faisant un signe de la tête, la vie est courte, au sens littéral. Mais maintenant que je vais mieux, elle me semble si longue qu’il faut que je regarde loin, loin devant moi pour commencer d’en apercevoir le bout. Tout est dans le point de vue, Macy c’est ce que je voulais dire à propos de l’éternité. Pour chacun de nous, notre éternité peut prendre fin dans une heure, ou dans cent ans. Tu ne peux jamais être sûre, alors autant donner de l’importance à chaque seconde.
Monica, qui allumait une nouvelle cigarette, approuva de la tête.
- Mmm-hmm, fit-elle de nouveau.
- Ce que tu dois décider, me dit Kristy en se penchant en avant, c’est comment tu veux vivre ta vie. Si ton éternité s’arrêtait demain, est-ce que tu voudrais qu’elle ait ressemblé à ça ?
Je croyais avoir déjà fait ce choix. Je venais de passer les dix-huit derniers mois avec Jason, adaptant ma vie à la sienne, m’efforçant de tout faire pour m’assurer une place dans son monde parfait, où tout avait du sens. Mais ça n’avait pas marché.
- Ecoute, fit Kristy, la vérité, c’est que rien n’est sûr. Tu sais ça mieux que personne.
Elle m’a regardé au fond des yeux, s’assurant que je la comprenais bien. C’était le cas.
- Alors n’aie pas peur. Mets-toi à vivre.
Seulement je ne pouvais imaginer qu’on puisse vivre sans se préoccuper des dangers qui nous environnent. Surtout quand la plus grande peur qu’on puisse avoir s’était déjà réalisée.
- C’est la même chose, lui dis-je.
- Quoi donc ?
- Avoir peur et être en vie.
- Non, dit-elle lentement, et elle semblait consciente de parler une langue que je ne pourrais comprendre d’emblée, une langue dont les mots mêmes, sans parler des idées qu’ils véhiculaient, m’étaient inconnus. Non, Macy. Ce n’est pas la même chose.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Astrid2479Astrid2479   11 juin 2011
J'ai senti quelque chose se coincer dans ma gorge, me coupant le souffle. Il fallait que je m'y fasse. Cette idée que quelqu'un n'est plus la, on ne s'y habitue jamais.
Commenter  J’apprécie          670
FleurCannibaleFleurCannibale   11 août 2010
Quelqu’un qui a agrippé mes coudes avec ses mains, et a rétabli mon équilibre. Ses mains ont apporté une sensation de fraîcheur à ma peau brûlante, et cette présence derrière moi était comme une chose solide, un mur où m’appuyer et qui ne céderait pas.
J’ai tourné la tête. C’était Tim.
Commenter  J’apprécie          310
Videos de Sarah Dessen (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sarah Dessen
How To Deal (2003) - Trailer.
autres livres classés : roman d'amourVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Pour toujours...jusqu'à demain

Comment s'appelle le personnage principal ?

Mary
Macy
Délia

9 questions
7 lecteurs ont répondu
Thème : Pour toujours... jusqu'à demain de Sarah DessenCréer un quiz sur ce livre
.. ..