AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Rémy Lambrechts (Traducteur)
EAN : 9782264028938
176 pages
Éditeur : 10-18 (17/05/2000)

Note moyenne : 3.29/5 (sur 14 notes)
Résumé :
Los boys se décline à la manière des "family strips", ces bandes dessinées quotidiennes publiées aux Etats-Unis dans les journaux du début du siècle. Bien que chaque récit soit indépendant, que les personnages ne soient jamais tout à fait les mêmes, la toile de fond reste invariablement celle d'un quartier pauvre de Saint-Domingue. Un quartier qui confère aux protagonistes, comme au récit, leur identité.
Entre une mère belle et fatiguée et un vieux grand-père... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
HORUSFONCK
  12 février 2020
Un auteur que je découvre avec ces chroniques d'une famille qui partira goûter du rêve américain (au nord, le rêve).
Le rêve a goût de froid. C'est le père qui part en éclaireur, cinq ans avant de faire venir sa famille... le père qui bosse très dur, qui prend une autre femme, qui revient à la première et qui la quittera... Tourmente de l'exil et d'un rêve qui se réalise, même si le scénario devient parfois saumâtre.
Tout cela est raconté avec art et entrain, ponctué des mots espagnols qui participent entièrement à la dynamique du récit. Les protagonistes y ont leur part attachante, parfois énervante... comme l'existence qui demande des efforts insensés pour vivre, toujours aux mêmes.
En tout cas, Junot Diaz me donne envie de continuer à explorer son oeuvre!
Commenter  J’apprécie          440
trust_me
  10 octobre 2014
Quel plaisir de retrouver Yunior. Un Yunior avant Yunior si j'ose dire. Un Yunior enfant et ado qui n'est pas encore tout à fait le salopard macho et imbuvable découvert l'an dernier dans le Guide du loser amoureux. Yunior et les siens, émigrés de Saint-Domingue débarqués dans le New Jersey par un froid matin d'hiver, vont prendre le rêve américain de plein fouet. A l'époque, son grand frère Rafa n'a pas encore été emporté par le cancer et son "Papi" ne s'est pas encore tiré avec une jeunette. A dix ans, Yunior est malade à chaque fois qu'il monte en voiture. Plus tard, il dealera de l'herbe comme tout le monde, sera livreur de billards et tentera de vivoter comme il peut.

Les nouvelles de ce recueil alternent entre les années d'enfance passées sur l'île dominicaine avec sa mère et Rafa (loin du père, parti des années auparavant chercher fortune chez l'oncle Sam) et la période où la famille est réunie aux Etats-Unis pour le meilleur et pour le pire. J'ai retrouvé avec plaisir la langue si particulière de Junot Diaz, mélange d'anglais (traduit, pour le coup) et d'argot hispano-dominicain. Une forme d'oralité bien plus travaillée qu'il n'y paraît, pleine de force et de vitalité. Bien sûr, c'est parfois cru, un poil vulgaire mais c'est aussi drôle et touchant, anecdotique et profond, comme la vie quoi.
Diaz décrit une communauté touchée par la misère, une famille en souffrance et un gamin qui ne sait que trop bien d'où il vient. Mais il le fait sans pathos, avec une tendresse et une énergie qui vous donne le sourire.

Lien : http://litterature-a-blog.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Bruno_Cm
  15 novembre 2019
La quatrième de couverture ne pourrait pas mieux dire ce que j'ai pensé de cette lecture.
Putain. C'est assez dur. Manque un brin d'humour pour que j'en sois "amoureux". Mais ça, ce ton (me) touche bien.
Commenter  J’apprécie          30
tristantristan
  16 janvier 2018
Agréable et rafraichissant.
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
Bruno_CmBruno_Cm   15 novembre 2019
Moi et Loretta on en a largement soupé. La différence, c'était qu'on n'a jamais parlé comme ces deux-là. De nous de deux ensemble. Même pas à l'époque où on tait bien ensemble. On restait étendus à écouter le monde extérieur, les forts en gueule, les voitures, les pigeons. A l'époque je n'avais pas le quart d'une idée de ce qu'elle pensait, mais maintenant je sais quoi griffonner dans ces bulles de pensée vide. Partir. Partir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Bruno_CmBruno_Cm   15 novembre 2019
Mami avait chouette allure ce jour-là. Les Etats-Unis avaient fini par la rembourrer un peu ; ce n'était plus la même flaca qui était arrivée trois ans plus tôt. Elle avait adopté les cheveux courts et portait toute une quincaillerie de bijoux en toc qui, sur elle, n'avaient pas trop l'air merdique. Elle sentait son odeur, celle du vent à travers les arbres.
Commenter  J’apprécie          10
Bruno_CmBruno_Cm   15 novembre 2019
Il m'a cogné - j'aurais répliqué si Papi n'était pas entré dans la salle de séjour, une serviette nouée autour de la taille, l'air beaucoup plus petit que quand il était habillé. Il avait quelques touffes de poils autour des tétons et un air renfrogné, la bouche serrée comme s'il s'était brûlé la langue ou je ne sais quoi.
Commenter  J’apprécie          10
Bruno_CmBruno_Cm   15 novembre 2019
Nous passions les journées au centre commercial ou sur le parking à jouer au base-ball, mais c'étaient les nuits que nous attendions. La chaleur dans les appartements comme une chose lourde entrée pour y mourir.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Junot Diaz (38) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Junot Diaz
Junot Diaz - part 6
Non sous-titré
autres livres classés : noirVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les classiques de la littérature sud-américaine

Quel est l'écrivain colombien associé au "réalisme magique"

Gabriel Garcia Marquez
Luis Sepulveda
Alvaro Mutis
Santiago Gamboa

10 questions
292 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature sud-américaine , latino-américain , amérique du sudCréer un quiz sur ce livre