AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jean Varloot (Éditeur scientifique)Nicole Evrard (Éditeur scientifique)
ISBN : 2070367614
Éditeur : Gallimard (03/02/2000)

Note moyenne : 3.75/5 (sur 52 notes)
Résumé :
Il s'agit d'une discussion à bâtons rompus entre Moi, le narrateur, philosophe, et Lui, Jean-François Rameau, neveu du célèbre compositeur Jean-Philippe Rameau. L'épigraphe du livre, « Vertumnis, quotquot sunt, natus iniquis » (« né sous l'influence maligne de tous les Vertumnes réunis ») est à rapprocher du sous-titre de satire seconde, du latin satura (mélange). Vertumne est en effet le dieu du changement de temps et des saisons. Cet exergue annonce le thème de l’... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
peloignon
  26 mars 2013
Cet excellent ouvrage de Diderot a été connu du public d'une très étrange manière. Ce n'est, en effet, qu'en 1805, par le biais d'une traduction allemande (faite par nul autre que Goethe) qu'il sera publié pour la première fois. Pour ce qui est de la version originale, elle attendra encore plus de quinze ans avant de paraître.
On y trouve le récit « biographique » d'une rencontre entre l'auteur et Jean-François Rameau. Bien que les deux hommes soient tous deux fatalistes, qu'ils ont tous deux réussi à vivre en prodiguant, avec succès, un enseignement, sans connaître leurs sujets, l'interlocuteur de Diderot, resté à l'ombre de son oncle (aussi bien dans l'histoire que dans le titre du livre), manifeste de manière éclatante une opposition dialectique complète au moralisme de philosophe propre à Diderot. Pour l'un, il vaut mieux « se renfermer dans son grenier, boire de l'eau, manger du pain sec, et se chercher soi-même » (171), pour l'autre, la rage de ne pas être son oncle tout en portant son nom l'entraîne à mépriser la grandeur qu'il sait ne pas avoir pour faire le fou, se perdre dans l'instant présent et pratiquer une sorte de culte de l'argent. Comme il dit : « Que le diable m'emporte si je sais au fond ce que je suis. » (109)
Bref, Foucault a eu beau jeu d'y trouver un symbole du rejet de la déraison dans la folie par la raison morale au XVIIIe siècle dans son Histoire de la folie à l'âge classique.
L'ensemble est très élégamment écrit, avec beaucoup de jolies formules très fortes, comme on en trouve si souvent chez Diderot et se termine … d'une manière dont je ne vais pas vous gâcher la surprise … jusqu'à un certain point puisque je vous en donne tout de même la dernière phrase : « Rira bien qui rira le dernier » (187).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          410
celinefabre27
  24 décembre 2014
Lu pour le bac français ! J'avais eu beaucoup de mal. Pas de chance je suis tombée sur un extrait à l'oral ! J'ai fait rire le correcteur ! C'était gagné ... Mais Ca ne m'a pas pour autant réconciliée avec l'oeuvre !
Commenter  J’apprécie          10
Lismonde
  28 février 2014
une merveille d'humour !
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
peloignonpeloignon   03 novembre 2012
On est dédommagé de la perte de son innocence, par celle de ses préjugés.
Commenter  J’apprécie          130
Videos de Denis Diderot (24) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Denis Diderot
Du 29 septembre au 27 janvier 2019, plongez dans l'univers du luxe parisien en suivant les marchands merciers, cette corporation parisienne au c?ur d?un réseau de commanditaires, d?artisans/artistes et à l?origine des phénomènes de mode du XVIIIe siècle. "Vendeurs de tout, faiseurs de rien", suivant la célèbre et peu amène sentence prononcée par Diderot dans son Encyclopédie, les marchands merciers constituent une des plus importantes corporations parisiennes au XVIIIe siècle.
.....................................
From 29 September 2018 to 27 January 2019, the musée Cognacq-Jay presents the very first exhibition dedicated to this highly codified corporation, known to have played a key role in the promotion of French art and luxury. Through the study of the destinies of merchants like Gersaint or Duvaux, the museum presents a selection of some hundred works of art, documents and archives that illustrate the origins of luxury à la parisienne.
+ Lire la suite
autres livres classés : dialoguesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
290 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre