AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070649784
Éditeur : Gallimard (22/08/2013)

Note moyenne : 3.9/5 (sur 351 notes)
Résumé :
1832. Blonde, 17 ans, orpheline, vit depuis toujours dans un couvent, entourée de mystères. Pourquoi les soeurs l'obligent-elles à cacher sa beauté troublante ? Qui sont ses parents et que leur est-il arrivé ? Blonde est différente et rêve de se mettre en quête de vérité : il y a au coeur de son histoire un terrible secret.
Et si le conte le plus innocent dissimulait l'histoire d'amour la plus terrifiante ?
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (192) Voir plus Ajouter une critique
florencem
  23 octobre 2016
Je n'ai pas été emballée plus que cela par l'histoire. Et c'est bien dommage car pour une fois, le thème était original et ce sont des créatures qui sortent de l'ordinaire qui sont mises en avant. Mais voilà, Blonde, notre héroïne m'a laissée un peu de marbre, et je ne suis pas parvenue à entrer plus que cela dans l'histoire.
Je savais plus ou moins que le roman avait une connexion avec le conte Boucles d'or, un indice qui nous dévoile un peu ce qui va suivre et pourtant l'auteur parvient très bien à broder autour et à en sortir une toute autre légende, qui je l'avoue sans mal est très intéressante. L'époque, vers la fin du règne de Napoléon, et le lieu, notre chère France sont très bien mises en valeur, et sans trop m'y connaître dans cette période historique, nous voyons tout de suite que Victor Dixen a fait des recherches. Un autre très bon point. Nous sommes immergés, je trouve, beaucoup plus facilement.
Le début du roman commence assez fort, et la suite nous plonge dans un mystère que nous voulons absolument résoudre tout comme Blonde. Pas de grande surprise dans l'ensemble mais la mythologie qui commence à pointer le bout de son nez titille la curiosité. Une sorte d'enquête se met en place sur fond de fantastique et de trahison. le tout est bien mené, les révélations arrivent petit à petit à travers le témoignages de différents personnages et de l'enquête que mène Blonde. Je me suis doutée de pas mal de choses mais je ne pense pas que l'auteur cherchait avant tout à nous engloutir sous un déluge de mystères insoutenables. C'est plus le cheminement de Blonde, son évolution, son acceptation qui sont à mes yeux le plus intéressants. le personnage que nous rencontrons au tout début est comme une chrysalide qui se transforme en papillon. le tout traîne cependant en longueur et le rythme n'est pas assez soutenu pour moi, même à la fin.
Le problème étant que la plupart des personnages n'ont pas su me charmer. Il n'y a pas eu de « résonnance ». Blonde est adorable, et c'est une jeune fille sympathique qui a vécu tellement de choses qu'on ne souhaiterait à personne qu'on ne désire que la voir heureuse. le problème étant, encore une fois pour moi, que le personnage est écrit par un homme. Je n'avais aucun apriori en commençant le roman, mais encore une fois, cela n'a pas pris. Fragile puis soudainement volontaire, des révélations horribles qui ne la chamboulent qu'à peine, naïve puis téméraire. Les quelques moments où son personnage s'illumine disparaissent quasiment aussitôt. Sa transformation est prenante mais elle semble souvent en être victime sans chercher à prendre sa vie en main. Gaspard joue le rôle de l'amoureux transi… un personnage sans relief ni grand personnalité à mon goût. L'inspecteur du début m'avait bien plu mais on ne le voit au final pas très longtemps. Gabrielle, notre autre héroïne, nous est décrit tantôt comme une sainte, tantôt comme une égoïste. Et je ne sais pas, certaines de ses actions m'ont paru assez stupides. J'ai eu beaucoup de mal avec elle. Mme Lune, par contre, est un personnage qui sort du lot, mais là encore, on ne la voit que très peu.
J'ai passé cependant un bon moment et je poursuivrais la saga. Je me dis que c'est un premier tome qui pose surtout les bases de l'univers et que la suite pourrait bien me surprendre en fin de compte. Il serait donc dommage de s'arrêter là.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          342
Elamia
  16 septembre 2015
Une lecture inoubliable. Animale a définitivement laissé son empreinte dans mon esprit.
Vu à mainte reprise sur la toile, plébiscité pas de nombreux lecteurs, ce livre ne m'attirait pas plus que ça. Ce n'est que tout récemment que le déclic a eu lieu, et que j'ai décidé de me le procurer. Je pensais qu'il s'agissait d'un one-shot, et dans cette perspective, je me réservais cette lecture pour les vacances d'automne. Pourtant, il y a quelques jours, j'ai appris qu'une suite était parue, La prophétie de la reine des neiges. L'achat impulsif de cette suite a motivé ma découverte du premier tome. Et quelle découverte ! Ce fut un excellent et très agréable moment de lecture. C'est définitivement un livre qui me restera longtemps en mémoire, et je regrette d'avoir attendu si longtemps pour m'y plonger.
Dès les premières lignes, la plume de Victor Dixen m'a happée et m'a séduite. A la fois poétique et métaphorique, légère et aérée, son écriture est un pur délice. Les mots ne forment pas que des phrases mises bout à bout, c'est un univers dense et incroyable qui se profile à travers les pages. Victor Dixen a un don véritable pour faire vivre son histoire, et faire danser les images devant nos yeux.
A travers ce roman qui aborde le thème de la métamorphose animale, nous suivons deux destins parallèles. D'abord celui de Blonde, orpheline, vivant dans un couvent niché au coeur des bois. C'est le seul endroit qu'elle a côtoyé, le seul univers qu'elle a connu dans sa vie. Elle ne mène pas une existence des plus heureuses, mais sa vie change radicalement dès lors qu'elle découvre les lettres de Gabrielle. Gabrielle est une jeune femme ayant disparu vingt ans plus tôt dans des circonstances étranges voire effrayantes. Blonde découvre son histoire à travers une série de manuscrits légués par un illustre inconnu. En lui offrant ces documents, cet homme lui offre sa porte de sortie. A travers les écrits de Gabrielle, elle apprend des choses surprenantes et incroyables, qui ne semblaient exister que dans les contes, et pourtant...
Commence pour Blonde une nouvelle vie, une renaissance, dans laquelle elle devra faire face au choc de révélations de plus en plus intenses, voire dramatiques sur ses aïeux, mais également sur elle-même. C'est une figure épatante, elle-même noyau d'une intrigue complexe qui semble ne jamais vouloir se démêler.
Longtemps recluse, vivant loin de tout bonheur ou liberté, Blonde a trouvé en la personne de Gaspard, une figure bienveillante et amicale, mais aussi et surtout, l'amour de sa vie. Tandis qu'au fil du temps et de sa transformation Blonde fuit les humains, Gaspard va de son côté tout faire pour la retrouver. Comme Blonde avant lui, il va rencontrer des figures amicales, en la personne de Mme Lune par exemple, ou du diacre Ambrogio. le témoignage de ce dernier est un moment clé du récit, j'étais captivée par les souvenirs de son voyage vers la mystérieuse contrée du Nord. C'est là la grande force de ce livre, sa structure narrative. Plusieurs récits sont imbriqués dans un seul, les vérités sont divulguées au compte goutte soit par des archives écrites, soit par les témoignages oraux de plusieurs personnages. On ne cesse d'en apprendre davantage au fil des chapitres, les pièces du puzzle s'assemblent au fur et à mesure. L'on peut dire que l'auteur sait nous tenir en haleine et susciter une curiosité grandissante tout au long du livre.
D'une manière générale, je n'ai décelé que des points positifs dans ce roman.
D'abord, le contexte historique qui sert de décor ici est rarement exploité en littérature de l'imaginaire et encore moins en jeunesse. Nous sommes en plein XIXème siècle, quelques années après la Révolution, et suite à la défaite de Napoléon sur l'armée russe Ce cadre historique influence directement la vie de tous les personnages, certains y trouvent leur compte, d'autres s'exilent en fonction de la mouvance politique. Ce que j'ai vraiment apprécié c'est que Victor Dixen superpose tout au long du roman évènements historiques et fictifs. D'ailleurs, cela est clairement parlant dans la chronologie en fin d'ouvrage. Chaque moment du récit correspond à un évènement historique. Si vous ne vous souvenez plus des circonstances exactes, l'auteur vous rappelle de manière claire et précise le climat politique de l'époque. Friande de romans historiques, cet aspect du livre m'a énormément plu et m'a permis de redécouvrir un pan de l'Histoire française qui jusqu'alors m'apparaissait un peu flou et confus.
Animale c'est aussi le roman de deux découvertes. Tout d'abord celle de la région vosgienne, avec ses forêts s'étendant à perte de vue, non loin de la ville d'Épinal. Si jusqu'alors elle m'évoquait surtout le festival des Imaginales, je la verrai désormais comme le berceau d'Animale. Cela me fait donc une raison de plus pour m'intéresser de plus près à cette région et même pourquoi pas, aller la visiter un jour. C'est aussi la (re)découverte d'un auteur classique : Chateaubriand. La façon dont en parle Victor Dixen me donne envie de lire ses ouvrages, notamment le fameux René, qui est le livre préféré de Gabrielle. Ayant vraiment aimé la personnalité de cette jeune femme, ainsi que les passages cités ici, ce roman évoquant l'enfance De Chateaubriand lui-même devrait me plaire.
Le conte de Boucle d'or et les trois ours est ici brillamment revisité. Victor Dixen a su garder la tonalité angoissante du conte d'origine, (je ne sais pas vous, mais j'appréhendais toujours le retour des trois ours chez eux...), et renforce même ce côté effrayant en mettant en avant le caractère dangereux et imprévisible de ces créatures mi-humaines, mi-animales. Au nombre de trois, comme dans le conte originel, ils ont chacun une physionomie et une personnalité qui leur est propre. Si dans le conte, ce sont des ours, ici, la frontière entre l'homme et l'animal est plus floue, plus confuse. Leur langage n'est ni celui des ours, ni tout à fait celui des humains, ils peuvent faire preuve d'une agressivité démesurée mais aussi être capable d'un amour sincère. Difficile d'en dire plus sans vous gâcher le meilleur, mais l'histoire d'amour entre Blonde et Gaspard n'est à mon sens, pas la plus belle du livre...
Cet idée de s'inspirer des Berserkers, figures emblématique du folklore nordique était vraiment la bienvenue et n'a fait que renforcer mon attachement pour ce livre.
J'ai beaucoup aimé le fait que Blonde découvre la vie de Gabrielle à travers ses écrits. L'atmosphère était si palpable que je m'imaginais très bien à la place de la jeune ursuline, à veiller tard à la lumière d'une chandelle juste pour découvrir le contenu si captivant de ces missives.
C'est un roman qui m'a tenue en haleine du début à la fin. Enchantée par cette plume si belle et par l'ambiance de ce livre qui se place à mi-chemin entre le conte et la romance historique je ne peux que vous recommander cette lecture. Quant à moi, je me réserve le second tome pour les mois d'hiver, afin de profiter au mieux de l'environnement glacial annoncé par le titre.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          102
MllePeregrine
  27 janvier 2015
Une chose est certaine, je ne lirai plus jamais le conte de Boucle-d'Or sans penser désormais à ce roman, "Animale". Je ne le percevrai plus de la même manière, non plus...Et si, en effet, le conte pour enfant n'était qu'une version édulcorée d'une histoire bien plus sombre? Une histoire de malédiction, de souffrance, et d'amour.
Dans le roman de Dixen, Blonde, une jeune fille de 17 ans, vit recluse dans un couvent depuis son enfance. Les religieuses lui demandent de ramasser son époustouflante chevelure blonde et de cacher ses yeux derrières des lunettes teintées. Un jour, Blonde entre en possession d'un rapport de police relatant l'étrange disparition de Gabrielle, 17 ans plus tôt...A partir de ce moment, l'effroyable machine du destin va se mettre en place et Blonde, jeune fille jusqu'alors introvertie, va se retrouver traquée dans tout le pays.
Dixen reprend de manière brillante et surprenante un conte bien connu. Il a osé réinventer l'histoire et son imagination débridée offre une histoire riche en rebondissements palpitants. Les personnages, tout droit sortis d'un conte (et pour le coup, c'est vrai!) ont un charisme particulier qui les rend attachants et atypiques. Mention spéciale à un personnage secondaire: Madame Lune!
Un livre que je conseille vraiment à ceux qui aiment les contes, leurs adaptations, les traques essoufflantes et les histoires d'amour!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
orbe
  28 novembre 2013
Et si Boucle d'Or avait vraiment existé?
Et si les trois ours n'étaient pas ce que l'on s'imagine?
Blonde vit dans un couvent. La couleur de sa chevelure et sa sensibilité à la lumière en font un être solitaire. Lorsqu'elle découvre un dossier retraçant la destinée tragique d'une jeune aristocrate, elle sent que son destin vient de basculer. Pourquoi Gabrielle de Valrémy a-t-elle par deux fois disparu? Que lui est-il arrivé au fond des bois? Progressivement, Blonde comprend qu'elle est elle-même liée à cette aventure et frappée par un sort. Arrivera t-elle à échapper à la malédiction de Boucle d'Or?
Un roman très original car il enchâsse plusieurs récits afin de recréer le mythe de Boucle d'Or. L'histoire représente la descente aux enfers d'une jeune fille qui se voit frappée par une malédiction ancestrale. L'héroïne perdue ne peut que se débattre dans un monde devenu pour elle totalement incompréhensible. Car la réalité avance masquée, travestie et il faudra que Boucle trouve des alliés et des objets magiques pour pouvoir réussir à survivre. L'auteur mélange différents lieux géographiques et L Histoire pour restituer au Conte sa dimension intemporelle. Il utilise l'écho et la répétition pour envoûter le lecteur et peut-être l'amener à son tour à se métamorphoser en un être plus humain qui paradoxalement accepte sa part d'animalité... Un roman à découvrir !

Lien : http://cdilumiere.over-blog...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
Saiwhisper
  16 juin 2016
Victor Dixen est un auteur que j'affectionne beaucoup, notamment pour sa saga "Phobos" dont j'ai dévoré chaque tome. La plume de cet auteur est vraiment plaisante à lire : à la fois simple, agréable et prenante ! Sur ses trois ouvrages de la saga avec notre chère Léoparde, c'était un sans faute : il ne m'a jamais ennuyée. Suite au salon des Imaginales à Épinal, j'ai pu échanger avec lui ainsi qu'avec des lectrices qui m'ont vivement recommandé la série "Animale". le premier tome a vraiment croulé sous les éloges, si bien que j'ai fini par céder en achetant l'ouvrage en version poche... Seulement voilà : on m'a tellement vanté les qualités de ce roman que je m'en suis fait une image trop parfaite par rapport à la réalité... Au risque de m'attirer les foudres de ces personnes, sachez que je suis désolée, mais je n'ai vraiment pas accroché à ce livre...
Ce qui m'a le plus dérangée, c'est le rythme et la conception de l'ouvrage. Finalement, on est vraiment dans la narration et la mise en abime : à plusieurs reprises, Blonde (l'héroïne) va lire des lettres rédigées par Madame Gabrielle de Valrémy/de Brances, des témoignages, des courriers, des rapports de police, ... Et plus tard on va jusqu'à aller lire le journal intime de notre jolie blondinette ! Des récits dans un récit. du coup, j'ai trouvé que l'action n'était pas au rendez-vous. L'auteur a plutôt laissé place à la réflexion, au conte de Boucle d'or et à la malédiction de l'ours. Hormis le long chapitre du cirque qui m'a beaucoup plu et la course-poursuite de Gaspard pour retrouver sa bien aimée, il ne se passe pas grand chose !
J'ai trouvé que l'auteur traînait vraiment en longueur, en particulier dans la partie quatre (que j'ai d'ailleurs lue en diagonale tant je me lassais de cette histoire)... Tout du long, j'ai trouvé ma lecture laborieuse... Habituée à un certain rythme et à des personnages attachants comme dans "Phobos", je n'ai clairement pas reconnu la plume de Victor Dixen. Certes, c'est bien écrit, c'est fluide, on sent que l'auteur s'est documenté, cependant c'est vraiment différent de ce à quoi j'étais habituée... de plus, j'ai trouvé certaines révélations ou passages tellement évidents que cela m'a frustrée (exemple : lien entre Gabrielle et Blonde). J'aime être surprise. Ce ne fut malheureusement pas le cas ici.
Il faut dire que je ne me suis pas du tout attachée à Blonde, cette étrange demoiselle en plein émoi qui découvre qu'elle porte un lourd secret... Une terrible malédiction qui la fera changer physiquement et psychologiquement !... Ses absences répétées, ses pertes de contrôle et sa ressemblance avec l'héroïne d'"Elfen Lied" ou de "La louve et la croix" m'ont agacée. Elle est pourtant admirable notre Blonde : douce, fragile, intelligente et terriblement belle. Sa chevelure fait des envieuses et fait craquer les garçons... La fille parfaite ou presque... Je ne suis pas spécialement fan des personnages trop lisses et avec tant de qualités.
Par ailleurs, Blonde est trop dans l'excès : la pauvre enfant est traitée différemment, a un prénom qui n'en est pas un, possède un bureau cassé, vit dans la chambre la plus étroite et la plus humide du couvent, se fait malmenée/bizutée par toutes les autres filles notamment Bérénice de Beaulieu, etc. Telle Cendrillon, elle est méprisée et maltraitée. Et pourtant, les soeurs ont une raison pour se comporter ainsi...
Malgré mes déceptions, certains points m'ont plu. Par exemple, j'ai été agréablement surprise par le lieu où se déroule le récit : en Moselle. Blonde ou les autres protagonistes vont se rendre à Metz, Nancy, Épinal, ... J'ai été surprise de voir une histoire se déroulant en Lorraine ! de plus, j'ai trouvé le passage du cirque très intéressant. C'est surtout Mme Lune qui m'a séduite et touchée. C'est un personnage plein de mystères avec ses vices et sa gentillesse...
Enfin, j'ai apprécié la malédiction du signe de l'ours : ce terrible châtiment qui change les infectés en "yeux rouges" ou en "berserkers"... J'avais l'impression de me retrouver dans un mélange du dessin animé "Rebelle" (transformation animale) et du film "Avril" (une orpheline devenue jeune femme quitte son couvent afin de retrouver un membre de sa famille et se découvre). L'idée est bonne, d'autant plus que l'on assiste lentement mais sûrement à la dégénérescence de l'héroïne. Animale, elle n'a plus le don de parole, c'est pour cela que Gaspard va devenir narrateur. C'est vraiment bien pensé !
A force d'entendre du bien de ce livre, j'ai mis la barre trop haute et mes attentes n'ont pas été satisfaites. Cela arrive... C'est bien dommage, car je trouvais que l'idée de raconter la suite et la "vérité" sur l'histoire de Boucle d'or était très bonne. Hélas, il y a du bon comme du mauvais. Plus de déception que de plaisir. Je ne continuerai pas cette saga (d'autant plus que la fin du premier tome pourrait suffire à elle-même), néanmoins je continuerai de suivre et apprécier cet auteur (et attends la suite de Phobos en septembre !). E. C.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60

critiques presse (2)
Ricochet   09 septembre 2015
Une héroïne inoubliable, une traque haletante, un amour fou. (...) Victor Dixen emporte le lecteur dans une vertigineuse aventure mêlant romantisme et fantastique.
Lire la critique sur le site : Ricochet
Ricochet   24 octobre 2013
Sur un fond original de guerres napoléoniennes puis de Monarchie de Juillet, Animale se résume au fond à une belle histoire d'amour et de tolérance à travers les générations. Un tome unique brillant à faire découvrir à de bons lecteurs dès 13/14 ans !
Lire la critique sur le site : Ricochet
Citations et extraits (43) Voir plus Ajouter une citation
CielvariableCielvariable   20 mai 2014
L’obscurité soudaine, après la grande lumière du jour, m’aveugla un moment durant lequel je ne perçus rien que l’odeur étouffante du foin sec et les craquements provoqués par les pas de Paulin au-dessus de ma tête. Puis, peu à peu, mes yeux s’accoutumèrent à la pénombre. Des stalles grossières m’apparurent, faites de rondins empilés. Elles étaient toutes vides, noires et creuses comme des caveaux attendant leurs occupants. Malgré la chaleur, je frissonnai ; déjà, je tournais les talons pour sortir à l’air libre.
Mais à cet instant, un bruit retentit, qui ne provenait pas de l’étage. Je me figeai. Quelque chose se trouvait là, à quelques pieds devant moi, derrière la dernière stalle au bout de la grange. Je portai la main au sabre dont je ne m’étais encore jamais servi, et j’avançai pas à pas en retenant mon souffle.
Je ne vis d’abord que deux grosses perles noires qui luisaient faiblement dans la pénombre. De longs cils battirent, et je m’aperçus qu’il s’agissait des yeux d’une vachette brune. L’ombre d’un veau se serrait sur son flanc droit, contre les pis gonflés de lait ; à sa gauche, accroupie dans la paille, se tenait une jeune fille aux longues nattes blondes. Ces trois êtres étaient parfaitement immobiles, et tous les trois me regardaient fixement dans le silence le plus total.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
nightsreadingsnightsreadings   16 octobre 2015
« Je me hissai en chancelant sur la chaise la plus haute. Mais son bois mal dégrossi m’égratigna les chairs à travers l’étoffe trop fine de ma robe. Je reposai pieds à terre, et je m’apprêtais à me laisser tomber sur la 2eme chaine. Je me retins au dernier moment : des chaines aux maillons rouillés pendaient lugubrement le long de son dossier.


Je me rabattis sur la 3eme chaise ; sa surface était douce sous mes doigts : avec soulagement, je me rendis compte qu’elle était polie.


Alors seulement, après m’être assise, je m’autorisai à reprendre conscience de mes jambes. Je me souvins de mes chevilles tordues dans mes escarpins aux talons cassés ; des entailles que les ronces avaient creusées dans mes mollets nus ; des bleus dont mes cuisses s’étaient couvertes chutes après chutes. J’étais brisée mais, plus encore, j’étais affamée. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Koneko-ChanKoneko-Chan   10 février 2014
Les âmes les plus généreuses ne sont pas toujours celles que l’on pense, dans un monde où un riche aristocrate est prêt à tous les crimes pour sécuriser son bien, où une vieille dame sans famille ni domicile offre ses économies sans une seconde d’hésitation pour une cause qu’elle estime juste…
Commenter  J’apprécie          110
AnalireAnalire   09 août 2013
Il y a un soulagement à découvrir l'origine de sa différence. Il y a un soulagement à apprendre enfin pourquoi l'on a souffert pendant toute son existence, et surtout que l'on n'en est pas responsable, que l'on doit juste vivre avec.
Commenter  J’apprécie          130
AnalireAnalire   09 août 2013
Les cheveux sont comme un flou qui gomme les défauts des visages imparfaits, mais qui voile aussi la perfection des visages sans défauts.
Commenter  J’apprécie          220
Videos de Victor Dixen (30) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Victor Dixen
Après nous avoir éblouis avec Phobos, Victor Dixen est de retour avec un roman haletant ! ? http://bit.ly/CogitoVD Dans COGITO, explorez avec lui les avancées étourdissantes de l?intelligence artificielle ! Il vous livre ici le genèse de son roman ??
autres livres classés : contesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





.. ..