AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Nero & Marlowe : Les chats mènent ... tome 1 sur 2
EAN : 9791033911142
256 pages
Harper Collins (03/11/2021)
3.43/5   122 notes
Résumé :
La première enquête de Nero et Marlowe, un duo au poil !

Josie Waters ne pensait pas que sa nouvelle vie lui causerait autant de soucis : à peine ses premiers clients arrivés dans la maison d’hôtes qu’elle vient de racheter, et déjà la voilà avec un cadavre sur les bras. Et ce n’est pas la police locale, peu habituée aux scènes de crime dans cette petite ville du Maine, au bord de la mer, qui résoudra le mystère. Josie commence donc sa propre enquête... >Voir plus
Que lire après Nero & Marlowe, tome 1 : Un cadavre dans les pattesVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (71) Voir plus Ajouter une critique
3,43

sur 122 notes
5
8 avis
4
39 avis
3
12 avis
2
10 avis
1
0 avis
Un grand merci à Babelio et aux éditions Harper Collins de m'avoir offert ce livre dans le cadre d'une Masse Critique spéciale en octobre 2021.
J'ai déjà lu des "Cosy mystery" qui m'ont bien plu, comme ceux de Julia Chapman, "Les détectives du Yorkshire", mais celui-là ne m'a pas transporté. J'ai eu beaucoup de mal à rentrer dedans. Je l'ai trouvé fouilli au niveau de la narration. Pourtant j'ai apprécié l'originalité d'introduire des chats enquêteurs mais les personnages humains ne me séduisait pas. Je trouvais cela assez plat.
Désolée pour cet avis très mitigé, mais je préfère être honnête. Je vous conte quand même l'histoire...
Josie Waters, recemment divorcée, revient dans sa région natale du Maine aux États-Unis. Elle a repris une maison d'hôtes "Oyster Cove Guesthouse" dont l'ancienne proprietaire n'est autre que l'amie de sa mère. Elle a quelques clients assez atypiques, dont le célèbre critique gastronomique incognito, Charles Prescott, qui se fait assassiné chez elle. Les suspects ne manquent pas...
Heureusement que Nero et Marlowe, deux chats vont joués les détectives et seront plus doués que les humains à trouver le ou la coupable.
Tout de même, ce que j'ai bien aimé, c'est le style British, bien que cela se passe dans le Maine.
Je pense que cela pourra plaire à un grand nombre mais ce livre n'est pour moi.
Commenter  J’apprécie          492
« Amis des chats, du feel good et de la cuisine, ce cosy crime est fait pour vous ! »

Non vous ne rêvez pas, vous êtes bien sur mon compte et je peux comprendre que cette couverture et cette accroche de 4e de couv' soit un peu surprenante par ici. D'autant que je n'aime pas particulièrement les chats. Ni le feel good. Ni les cosy crimes. Quant à la cuisine, on m'a expliqué un jour où elle se trouvait mais j'ai depuis perdu le chemin.

Mais face à toutes ces lacunes, j'ai un autre trait de caractère qui est la cohérence et le respect des engagements. Alors quand je dis oui pour un jury - celui de Harper Collins poche ici en l'occurrence – il n'est pas question de le faire à moitié : je lis tout ce que l'on me propose et jusqu'au bout !

J'ai donc découvert Un cadavre dans les pattes, de Leighann Dobbs traduit par Santiago Artozqui, un peu angoissé au début. 300 pages plus tard, je ne suis pas converti aux chats, au feel good, aux cosy crimes et mon inscription à Masterchef n'est pas pour demain.

Mais…
(Un instant, je revêt ma cape d'objectivité)…
Voilà.

Donc, si je mets de côté le fait que je ne suis clairement pas la cible de ce livre, les adeptes du genre y trouveront largement leur compte : une intrigue bien troussée sans mauvais artifices, des personnages hauts en couleur, un rythme bien mené et des chats-enquêteurs (si, si…) qui en remontreraient à plus d'un shérif du New-Hampshire.

Bref, une version appliquée et j'imagine donc, réussie, de cosy-crime léger et facile à lire. Et puis finalement, avec une auteure américaine, cette lecture a contribué à élargir mes horizons en littérature US.

Allez, Meow comme on dit là-bas…
Commenter  J’apprécie          240
Je remercie tout d'abord les Editions Harper Collins et Babelio pour avoir pu recevoir ce roman lors d'une opération Masse critique.

J'aime les chats et les romans policiers classiques sans tueur sadique et pervers. Et je pensais passer un bon moment avec cette intrigue. Mais en fait je n'ai pas vraiment accroché, certes, l'idée de donner aux chats de la maison d'hôtes un rôle dans le déroulement de l'enquête était originale, certes c'était amusant de les « entendre » parler et se plaindre de ces pauvres humains qui ne comprennent pas grand-chose même quand on leur met une évidence sous les yeux, mais cela n'a pas suffi à apprécier ce roman. J'ai même les trouvé les personnages principaux fades. Pas sûre que je lise une autre enquête de cette auteure.

Challenge Multi-défis 2021


Commenter  J’apprécie          270
Je n'aurais pas de moi-même choisi de lire ce livre mais comme il me fut proposé gentiment dans le cadre d'une Masse Critique, je me suis laissé tenter et je ne le regrette pas du tout, j'ai passé un bon moment !

Josie, divorcée, la quarantaine est revenue s'installer dans son village d'enfance et a racheté la Maison d'Hôtes de l'amie de sa mère. Grande et vieille bâtisse qui nécessite beaucoup de travaux, elle domine le village et le port avec vue sur l'océan et est proche des falaises !

Deux chats font partie du marché, les véritables propriétaires des lieux pour tout dire ! Un des hôtes est découvert mort dans la partie condamnée de la maison par les chats qui ont attiré l'attention de Josie et de Barbara, l'inspectrice en bâtiment de la municipalité, acariâtre l'inspectrice !

Les chats décident d'aider leur humaine, sa mère et l'ancienne propriétaire à enquêter sans prendre trop de risques, aidés par leurs amis du village. Dit comme ça, ça fait un peu simplet mais ça ne l'est pas du tout ! Si on a vécu avec des chats on ne peut s'empêcher de rire dans leurs interactions avec les humains ! Leurs propres dialogues sont savoureux, surtout la condescendance dont fait preuve Nero, l'aîné, envers les hommes qui comprennent lentement et surtout très mal !

Il y a plusieurs intrigues qui se croisent habilement, les vieilles dames sont croustillantes, tous les personnages, même secondaires sont très bien sentis, sans être caricaturaux et les quiproquos inévitables s'enchaînent pour notre plus grand plaisir ! L'écriture est enlevée et fait avancer la lecture facilement.

Si l'occasion se présente je lirais les suivants avec plaisir, il y a un petit côté suranné agréable et un dénouement qu'on ne voit pas facilement arriver. le petit plus, quelques recettes évoquées et rapportées à la fin !

#uncadavredanslespattes #massecritiquebabelio #harpercollinsnoir

Challenge MAUVAIS GENRE 2021
Masse Critique Privilège octobre 2021
Commenter  J’apprécie          190
Comme certains d'entre vous je connaissais Koko et Yom Yom, les chats détectives de Jim Qwilleran sous la plume de Lilian Jackson-Braun ; je connaissais aussi la femme de caractère décidée à recommencer une nouvelle vie comme Agatha Raisin. “Cosy mystery” (je viens de découvrir cet anglicisme) comme“chick lit” ne me rebutant point, j'acceptais la proposition de Babelio et Harper & Collins, que je remercie au passage, de découvrir le premier roman de Leighann Dobbs, qui combinait à priori les deux thèmes précédemment évoqués, ayant pour point commun la résolution d'une enquête...

Josie, récemment divorcée, vient d'acquérir avec ses dernières économies un Bed & Breakfast, dans le Maine, dont elle espère tirer profit avec les quelques chambres qu'elle peut proposer. Mais la découverte fortuite du corps sans vie d'un de ses clients, vient doucher ses espoirs de réussite. D'autant que les visites impromptues d'une inspectrice des conditions sanitaires et de sécurité, l'empêchent de s'organiser pour essayer de résoudre ce qui apparaît comme un meurtre. Si son entourage est d'une aide un peu brouillonne, ce n'est pas non plus la police locale qui semble en mesure de décanter l'affaire. Et si les matous de la maison, Marlowe la minette et Nero le mâle, étaient les plus à même de jouer les détectives professionnels ?

Plein de curiosité à l'entame du livre, j'ai vite été désarçonné par une écriture un peu simpliste et sans envergure des premiers chapitres, « c'est sans doute dû à la traduction » me dis-je... Mais quand au cours d'une même action je ne savais plus qui parlait, les humains ou les chats, j'ai été vraiment paumé, bah oui ! Or donc, piqué par l'intrigue, rien n'allait m'empêcher d'aller au bout, je m'étais engagé avec Babelio tout de même ! Mais je n'ai pu réussir à suivre sans difficultés la résolution de l'enquête. Les personnages manquent singulièrement de consistance, on n'a pas de description complète, physique comme psychologique, difficile dans ce cas de se faire une idée et d'ébaucher des hypothèses. de plus les états d'âmes de Josie (l'héroïne) n'aident pas à la réflexion et comme la narration est un peu décousue il est vraiment difficile de se prendre au jeu.
Je n'aime pas dire du mal d'un livre que je n'aurais sans doute pas été capable d'écrire, cependant, n'est pas Lilian Jackson-Braun ni M.C. Beaton qui veut, et honnêtement le compte n'y est pas. Je n'ai pas réussi à m'accrocher à l'histoire, même si le troisième tiers est sans doute plus réussi que les deux premiers. Et la fin laisse augurer d'une suite grâce aux deux matous. Meilleure sans doute.
Je doute que l'auteur tombe un jour sur mon commentaire, c'est aussi bien comme ça. Je n'aime pas faire de la peine aux gens, encore moins à ceux que je ne connais pas, et c'est pour cela que je ne mettrai que deux étoiles et demie, pas plus, pas moins. Enfin à vous de vous faire une idée...
Commenter  J’apprécie          110

Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
Et la lumière de cette fin d'après-midi me permettait de constater qu'elle se maquillait toujours autant. Un nuage suffocant de parfum dériva vers moi et j'essayai de ne pas m'étouffer.
Commenter  J’apprécie          170
J'ai toujours aimé la sérénité des promenades en forêt avec les écureuils et les oiseaux pour unique compagnie. L'odeur des pins et les taches des rayons de soleil qui filtrent entre les branches sont magiques. Mais pas ce jour-là. Ce jour-là, la forêt ne dégageait qu'une sensation de mauvaise augure, et m'y trouver toute seule n'avait rien de serein.
Commenter  J’apprécie          20
Elle leva les yeux vers le ciel, comme si c'était là qu'elle rangeait ses souvenirs - apparemment, ce n'était pas pour rien qu'on la disait tête en l'air au lycée.

p.95 (Éd. Harper Collins)
Commenter  J’apprécie          30
Nero pensait souvent que les choses seraient plus faciles si seulement les humains étaient plus conscient de ce qui les entoure. Mais leur incapacité à communiquer avec les chats compliquait le travail de ces derniers, parce qu'ils étaient quasiment obligés de leur taper sur la tête avec les indices pour qu'ils finissent par croire qu'ils les avaient trouvés tout seuls.
Commenter  J’apprécie          10
La dernière chose que je souhaitais, c'était sue Mike s'incruste dans les parages. De fait, je commençais à m'habituer à sa présence, et je n'avais vraiment pas envie de ça.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Leighann Dobbs (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Leighann Dobbs
Vous reprendrez bien un peu de cosy mystery ?
autres livres classés : cosy mysteryVoir plus
Les plus populaires : Polar et thriller Voir plus


Lecteurs (320) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2913 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..