AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 9791090137271
Éditeur : (29/05/2017)

Note moyenne : 4.01/5 (sur 46 notes)
Résumé :
Tout le monde a, dans son entourage, un ou plusieurs tueurs en série (serial killers). C'est du dernier chic dans les salons mondains.Mais connaissez-vous les tués en série (serial killed) ? Ah, on fait moins le malin, hein ?Oui, je sais, vous allez me dire : ça n'existe pas. Personne ne peut mourir plusieurs fois.Vraiment ?Laissez-moi vous raconter l'histoire d'un casse-couilles de classe mondiale, un alcoolo de premier ordre, surnommé le vrai con malté.Peut-il, à ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (47) Voir plus Ajouter une critique
AMR
  09 septembre 2017
J'ai rencontré Luc Doyelle sur SimplementPro et il m'a mis L'Ennui du mort-vivant sous les yeux (entre les mains ?) pour lecture et avis et je le remercie pour sa confiance…
Après quelques échanges sur les réseaux sociaux littéraires que nous fréquentons tous les deux, j'ai compris que j'avais affaire à un drôle d'écrivain ou à un étrange personnage (ou aux deux en même temps) et décidé de jouer le jeu, même si je ne suis pas très douée en calembours et calembredaines... Pour info, je n'ai pas vu tout de suite le jeu de mots contenu dans le titre !
Dès les premiers chapitres, points de vue entrecroisés, narration binaire dont une à la première personne plus une voix off en italique, je sais que, quelle que soit l'issue, je ne vais pas m'ennuyer… Même si je risque de perdre un peu le fil car d'une part, c'est ma première (et peut-être dernière ?) immersion dans l'univers de Luc Doyelle et je suis un peu novice et d'autre part, l'humour de von Lucius, les maximes du prophète, les vomissements du vizir, les jeux de mots, les multiples références contournées et détournées, les mots inventés rendent l'écriture à tel point foisonnante et éparpillée que je dois m'accrocher pour ne pas lâcher ma liseuse.
Des filiations littéraires évidentes sautent aux yeux, Frédéric Dard et San Antonio en tête, mais pas que… de toute évidence, Luc Doyelle est tombé dans une marmite palimpseste et a tout absorbé : stylistique, humour, fausse désinvolture qui font passer la noirceur et le côté glauque du polar.
Honnêtement, je reviens souvent en arrière pour me rappeler où j'avais laissé le précédent récit, toujours sur une chute abrupte : manifestement, ma curiosité m'a entrainée très, très loin de ma zone de confort, si tant est que j'en aie une...
Deux choix s'offrent à moi : lire à petites doses ou plonger dedans ? le chapitre quatre fait la jonction entre les deux univers du livre et je me laisse embarquer, comme un petit scarabée (j'ai un faible pour la voix off qui s'adresse au petit scarabée…), riant souvent tout haut ou in petto.
Le style d'écriture de Luc Doyelle est assez inclassable… Certaines trouvailles sémantiques m'ont vraiment plu, d'autres moins et il y en a surement quelques-unes qui m'ont échappé ; l'auteur fait preuve de fantaisie et de logique en même temps en arrangeant à sa sauce les formules consacrées, en maquillant des mots ou des expressions de manière à leur donner un sens nouveau, qui devient évident (ou pas) à la lecture. Luc Doyelle joue avec le langage, manipule l'écriture, donne une marque de fabrique indélébile à son récit ; même ses notes de bas de page sont revisitées. La version numérique de son livre (celle en ma possession) est parfois même interactive et renvoie à des pages Internet. C'est original, drôle, ludique… et fatigant (pas au sens de lassant, mais au sens d'épuisant : la lecture ici devient un véritable sport !).
Pourtant il y a ce regard lucide et critique sur les travers et contradictions de notre société d'il y a à peine quelques mois ou quelques années, lors des démêlés érotico-juridico-etc. de DSK ou du quinquennat de François Hollande, le « président normal ». Sous des dehors loufoques affleurent une satire, une mise en perspective intéressante qui dénotent un regard aiguisé et des opinions fondées et justifiées.
Je déplore cependant quelques longueurs dans le récit et certaines péripéties répétitives qui me paraissent superfétatoires (et je ne parle pas que des tués en série, noeud thématique annoncé du roman). J'ai poursuivi ma lecture pour savoir tout de même le fin mot de cette histoire et le dénouement m'a laissée sur ma faim.
En conclusion, un avis mitigé… L'univers de Luc Doyelle ne me correspond pas vraiment, mais je vous invite à y jeter un oeil curieux et sans préjugés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
sylvaine
  28 décembre 2017
Je vous présente Lucius von Lucius et son pote Jad . Anciens légionnaires ?, rattrapés par l'âge, il leur a fallu arrêter leurs pérégrinations, pas toutes touristiques soit dit en passant, à travers le monde et rentrer au bercail. Les voilà installés à Paris reconvertis le premier dans l'écriture de romans et l'autre dans l'embaumement. Cool la vie sauf quand réapparait Kryptonite alors là les emmer.... commencent pour Lucius et ce n'est là qu'un euphémisme!
Quand vous saurez que tout tourne autour d'un morceau de peau de mouton vous commencerez à comprendre le propos, quand vous réaliserez que cette peau est en fait un parchemin égyptien de toute beauté et surtout de grande valeur vous connaitrez le mobile; le décor Paname, les personnages meurent , les cadavres disparaissent et réapparaissent , les morts sont des morts vivants jusque là rien de plus normal dans l' univers déjanté de Luc Doyelle . Si vous êtes nostalgique du Commissaire San Antonio et de sa gouaille ce roman est fait pour vous ! N'hésitez pas c'est exactement ce qu'il vous faut. Quant à moi je suis satisfaite , j'ai tout compris pas un mot ne m'a échappé, certes parfois les vannes sont un peu lourdes, souvent il faut les lire à haute voix pour comprendre le jeu de mots mais qu'elle importance ...
Je voudrais remercier Luc Doyelle qui m'a donné l'occasion de découvrir ainsi sa plume. Et même si ce genre littéraire ne me convient pas je dois reconnaître le talent de l'auteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          122
marylinestan
  30 mars 2018
Dans « L'ennui du mort vivant », des personnages truculents se télescopent au sein d'une intrigue policière sur laquelle plane l'ombre inquiétante d'un Egyptien échappé d'un autre temps missionné pour une quête mystérieuse. Autour de lui, des individus passent, trépassent, outrepassent les lois de la nature par leurs facultés à ressusciter, tels des morts vivants.
Quant à « L'ennui », il n'est pas de mise : pas question pour le lecteur de musarder au hasard des pages, de se laisser aller à rêver un peu, puis de retrouver le fil de sa lecture. Non, car il ne suffit pas de lire : il faut décoder, être en alerte, programmer ses neurones sur la piste « double lecture », car Luc Doyelle allume tout azimuth : scènes loufoques, désopilantes, jeux de mots, contresens, sens contraire, sens interdit, double-sens, le texte développe sa propre dynamique parallèlement à l'intrigue, s'enroule autour, l'étreint, le plaque au sol, le décolle, le casse, le concasse en fragments cocasses. Difficile parfois de savoir si c'est du lard ou de l'hilare, mais quand Lucius von Lucius fait flèche de tout bois, dans l'ombre de ses Dards, un Bérurier passe.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
kateginger63
  20 novembre 2017
C'est avec une conversation bizarre que j'ai été contactée par l'auteur (M. Doyelle). "Voulez-vous lire un livre étrange?"
Oui, bien sûr, j'aime la notion de l'étrange (on ne sait jamais ce qui peut être mis dans ce mot).
Aussitôt reçu en numérique (merci Simplement pro), aussitôt démarré.
C'est un poîlar (polar + "on se poile"). Un humour déjanté, des jeux de mots (en fait je ne les ai pas tous deviné!, il y en a tellement!), du détournement de phrases, de syntaxes, de langue. Des allusions à la culture musicale française...bref une véritable ode à San Antonio.
Le texte est à deux narrations: le "héros" ainsi qu'une voix off en italique (le vizir en djellabah).
L'histoire se passe à Paris. On fait la connaissance de van Lucius (apprenti embaumeur) accompagné d'une galerie de personnages assez loufoques Attentions accrochez-vous bien à l'intrigue et surtout à sa chronologie, je me suis perdue au fil de ces 48h trépidantes. Mais ce n'est pas grave pour autant car finalement le plus important n'est pas de savoir qui se cache derrière le tueur mais plutôt pouvoir déchiffrer ce qui est marqué sur la fameuse peau de mouton! (égyptologie).
L'humour est au rendez-vous à toutes les réparties et phrases. Impressionnant! Quelle imagination! C'est un roman qui se lit vite, d'accès facile (prend un peu plus de temps pour deviner les jeux de mots).
La fin, par contre, tombe "comme un cheveu sur la soupe". je ne sais pas trop si le vizir est mort ou vivant.....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
coquinnette1974
  27 février 2018
Merci beaucoup à Luc Doyelle de m'avoir envoyé son roman : L'ennui du mort-vivant.
Il me l'a présenté comme un polar humoristique, je ne savais pas trop à quoi m'attendre et je n'ai pas été déçue.
L'ennui du mort-vivant est un roman surprenant, qui met en scène de sacrés personnages: Lucius von Lucius et Jad, d'anciens légionnaires. Lucius est devenu romancier, Jad embaumeur. Un jour la Kryptonite réapparaît, et c'est le début des ennuis... Ajouté à ça un vol d'une peau, un Grand Vizir... et nous avons un roman surprenant, loufoque à souhait, drôle... et déroutant :)
Honnêtement, ce n'est pas vraiment mon style de livre ni mon style d'humour. Mais je trouve que Luc Doyelle écrit bien, et certains passages m'ont fait sourire.
Parfois je me suis demandée où allait l'auteur et comment ça allait finir, mais finalement c'est cohérent. Surprenant mais bien ficelé :)
C'est plus un livre pour mon mari que pour moi, mais j'ai passé une heure et demie agréable avec tout ce petit monde.
Je vais mettre quatre étoiles, pas plus car ce n'est pas un coup de coeur mais c'est sympathique et à découvrir pour les amateurs de polar humoristique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
AMRAMR   09 septembre 2017
C’est un monde nouveau qui s’ouvre à toi, petit scarabée. Une terre où l’inconnu est à toutes les portes. Tu es valeureux, intrépide, véloce. Tu puniras les profanateurs de ta main juste et noble. Je suis derrière toi, je suis devant toi. Je te vois. Je t’accompagne.

[…]

Ils sont fourbes, petit scarabée ! Ils s’éparpillent, te sèment, te baladent, mais subiront la sentence divine quand l’heure sera venue. Une proie après l’autre ! Ne faiblis pas.

[…]

Frotte, petit scarabée, purifie ce corps putride, mais n’oublie pas ta quête. Tu as bien œuvré, et il reste tant de chemin à parcourir. Bientôt, tu connaitras le repos.

[…]

Je sens le doute s’instiller en toi, petit scarabée. Tu courbes l’échine sous le poids de ta tâche. Il reste tant à accomplir. Rappelle-toi : tous ceux qui se dresseront devant toi subiront ta justice. Relève la tête et termine ce que tu as initié.

[…]

Tu t’es assoupi, petit scarabée ? Tu as accompli un pas décisif, mais il reste tant à faire. Tu tiens la relique bien serrée contre toi. Tu es sage. Je te délivre maintenant de ce fardeau bien trop lourd pour tes épaules frêles. Ta mission n’est pas terminée pour autant. Prends des forces et termine ce que tu dois.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
gabrielleviszsgabrielleviszs   03 octobre 2017
Mes pensées s’effilochent doucement, se cotonnent, sombrent et se fixent sur un petit bourdonnement aigu, léger, qui s’amplifie dans la chambre, se rapproche… Putain, il ne manquait plus que ça…
Un moustique en plein mois de février ! Le seul de tout le pays à avoir survécu à l’hiver, ou alors né trop tôt, et il est justement chez moi !
Mais pourquoi tant de haine ?
Les yeux fermés, je trace sa trajectoire mentalement, prêt à l’action au moment que je jugerai opportun. L’animal est fourbe et n’attaquera pas de front, il zigue, il zague, fait semblant d’hésiter, se place en vol stationnaire, repart, revient, s’approche. Son hurlement devient alors insoutenable. Il prend un malin plaisir maintenant à me vriller l’oreille droite.
Paf ! Ouille !
Ça m’a coûté une oreille, mais je vais pouvoir dormir tranquille. Je l’ai eu, ce salopard !
Mon esprit s’embrume à nouveau…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
gabrielleviszsgabrielleviszs   03 octobre 2017
Ni une, ni deux, Jief redevient professionnel et envoie ses hommes dans toutes les directions, puis appelle le central pour réclamer des renforts. Objectif : boucler le quartier et interroger la population. À une heure aussi matinale, il ne faut pas espérer de miracle, mais sait-on jamais ? Un cadavre faisant de la trottinette sur un chariot médical ne devrait pas passer inaperçu, que diable !
Pour ma part, je considère que je n’ai plus rien à foutre sur la scène du crime. Je me promets juste une chose : la prochaine fois que je découvre le corps de Kryptonite (c’est à dire avant la fin de la journée, tel que c’est parti), je le découpe en tranches, le pulvérise, l’atomise, le consume, bref, il disparaitra pour de bon.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
croquelivres2Acroquelivres2A   01 septembre 2018
Tout autour de moi, un troupeau d’excités tente de réduire ma bagnole en compression césaristique. Les motards et scootards essaient d’arracher mes rétroviseurs d’un mouvement sec du coude, en toute discrétion. Les automobilistes, quant à eux, visent différents points de ma carrosserie. Fort heureusement, je suis détenteur d’un permis obtenu en plein centre-ville de Kinshasa, un vendredi soir à dix-huit heures, avec mention « survivor » délivrée par un ex-instructeur du huitième RPIMA. Pour parler simplement, je suis capable de piloter un trente-huit tonnes d’une seule main au milieu d’un champ de Panzers tirant à feu nourri, tout en pointant un lance-roquette par la vitre côté conducteur, sur un air de la Traviata à cent cinq décibels dans les enceintes. Autant dire, donc, que ces guerriers de pacotille périphériques me font doucement marrer, d’autant plus que ma Renault 10 a vu le jour sous Pompidou 1er, et que je n’ose même pas envisager une séparation, l’Argus m’ayant bien précisé que je devrais verser une fortune à l’acheteur dans ce cas précis.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
gabrielleviszsgabrielleviszs   03 octobre 2017
Je sens le doute s’instiller en toi, petit scarabée. Tu courbes l’échine sous le poids de ta tâche. Il reste tant à accomplir.
Rappelle-toi : tous ceux qui se dresseront devant toi subiront ta justice.
Relève la tête et termine ce que tu as initié.
Commenter  J’apprécie          10
Video de Luc Doyelle (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Luc Doyelle
interview de Luc Doyelle par Valérie Bettencourt, au salon Facebouquins
autres livres classés : humourVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
15319 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre