AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2811218440
Éditeur : Milady (21/10/2016)

Note moyenne : 3.78/5 (sur 16 notes)
Résumé :
Au cours d’un dîner mondain, Alexandre s’éprend d’Alice. Un problème se pose : Alice n’envisage pas de vivre une relation adultère avec le mari de sa meilleure amie. D’ailleurs, elle le trouve trop vieux, trop brutal dans l’expression de son désir. Mais Alexandre ne se laisse pas désarçonner par ses réponses assassines. Touchée par sa persévérance, sa correspondante finit par lui révéler les arcanes du désir féminin. Mais le désir qui naît alors entre eux n’est-il p... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
verobleue
  27 juin 2018
« Chère Alice » de Cécilia Dutter est un petit roman épistolaire entre Alexandre et l'objet de son désir : Alice. Une correspondance clandestine car ils sont tous les deux mariés.
Chaque lettre comporte en moyenne deux pages ce qui ne pèse pas sur le déroulement de l'histoire et qui a pour effet de la rendre plutôt agréable.
Les lettres d'Alexandre sont agréables, pleines d'intelligence et de sensualité, son style est parfois un peu solennel mais c'est ce qui fait tout son charme. Persévérant, il possède une certaine aisance à aborder Alice et lui soumettre ses envies les plus inavouables.
Alice, par contraste, est franche et directe et a le ton ironique pour remettre Alexandre à sa place.
C'est ce ping-pong épistolaire, entre illusion et vérité, doublé de cette disparité entre les deux personnages qui m'a plu. Une belle découverte !
Commenter  J’apprécie          100
EnjoyBooks
  15 novembre 2016
Chère Alice de Cécilia Dutter.
(Genre : Contemporain, Epistolaire).
Editions : Milady
Prix : 5,90€ (Partenariat)
Date de parution française : 21 octobre 2016
Résumé : Quand Alexandre rencontre Alice, il ne peut s'empêcher de lui écrire le désir qu'elle lui inspire. Mais celle sur laquelle il a jeté son dévolu n'envisage pas de vivre une relation adultère, et encore moins avec le mari de sa meilleure amie. D'ailleurs, pourquoi cette femme parfaitement épanouie dans son couple s'encombrerait-elle de cet homme de vingt ans son aîné ? Alexandre ne se laisse désarçonner ni par les réponses assassines, ni par l'ironie mordante de sa correspondante. Troublée par sa persévérance, Alice va finir par lui révéler les arcanes du désir féminin. Mais le désir qui naît entre eux n'est-il pas condamné à rester inassouvi ?
Mon avis : Je ne lis pas beaucoup de romans épistolaires, pourtant c'est un fait : j'adore ça. Quand j'ai eu l'opportunité de lire « Chère Alice », je n'ai pas hésité une seule seconde. le résumé m'avait tenté tout comme la couverture. Au demeurant simple mais qui attire le regard. Que vous dire à part que j'aurais pu adorer mais que je m'attendais à y trouver autre chose. Une bonne lecture teintée de quelques défauts.
Dès le départ j'étais vraiment à fond dans ces échanges de lettres. La façon qu'a Alexandre d'écrire à Alice m'a retourné, renversé… si j'avais été une femme, j'aurais de suite craqué pour sa plume. C'est ce qui m'a poussé à continuer ma lecture. Surtout avec les lettres sèches d'Alice, qui ne mâche pas ses mots pour rembarrer ce gars un peu trop entreprenant… même de façon épistolaire. Ma curiosité n'a pas résisté à cette envie de lire. Et de savoir comment Alice et Alexandre allaient finalement s'apprécier.
Alexandre est un personnage auquel je me suis attaché. Par sa persévérance, sa facilité d'écriture, son ton parfois un peu pompeux mais qui fait tout son charme. Sa manière d'aborder Alice et de lui soumettre ses envies les plus inavouables. Même malgré son âge, je pense que j'aurais pu apprécier Alexandre en tant qu'ami. Alice m'a plu par son côté franche et directe, par sa façon de remettre en place Alexandre. Peut-être ai-je vu en elle des qualités que je ne possède pas… Même si elle peut paraître froide, c'est ce contraste entre les deux personnages qui m'a plu. Pourtant même si leur relation évolue, je ne pensais pas que ce serait de cette manière. Et je crois que c'est pour ça que j'ai été déçu par la tournure qu'a pris le récit. Peut-être aurait-il fallu un peu plus creuser les personnages. Rien que d'aborder un peu plus leur vie respective et sortir un peu des lettres.
Le rythme est intéressant notamment avec ces lettres alternées entre Alexandre et Alice. Des missives courtes, qui permettent une fluidité indéniable au roman. Les personnages abordent des sujets divers et variés de leurs vies mais aussi des choses plus intimes. On est sans cesse curieux de savoir où ils vont aller et comment ils vont aborder les choses. On se prend à rire parfois, à esquisser un sourire ou à être choqué par tel propos. Et puis le livre est tellement court qu'il se lit en à peine 2 jours.
Les relations épistolaires sont quelque chose que j'apprécie dans les romans. Cela permet parfois de sa cacher derrière sa plume ou alors au contraire de se livrer totalement. C'est le cas avec « Chère Alice ». J'ai apprécié cette relation naissante mais n'ai pas compris la route prise par l'auteure pour son histoire. Je m'attendais à une histoire d'amour, une romance toute mignonne de deux êtres ayant peut-être eu le coup de foudre. A deux personnes qui se redécouvriraient de manière inédite. Dommage pour moi, je n'ai pas été servi de ce côté-là. Pourtant il y avait matière à faire quelque chose d'intense et d'incroyable.
Comme je l'ai dit plus haut, bien que ce soit Alexandre ou Alice qui écrivent les lettres, c'est avant tout Cécilia Dutter qui trouve les bons mots. J'ai adoré sa plume et je n'hésiterai pas à lire un autre livre d'elle à l'avenir. Un talent français à souligner. En ce qui concerne la fin, je l'ai trouvé un peu précipité. Je m'attendais encore une fois à autre chose et tout est un peu retombé comme dans un soufflet au fromage. Bien mais ça aurait pu être mieux. Si vous êtes curieux de découvrir ce livre, n'hésitez pas. Il vous fera passer un bon moment. Personnellement je m'attendais à autre chose, dommage pour moi.
Ma note : 7,5/10
Lien : http://enjoybooksaddict.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
AlexianeTh
  27 septembre 2017
Cécilia Dutter est très loin de son premier livre ; ses tous premiers (romans, essais et nouvelles) ont été édités notamment chez Albin Michel ou, encore, chez Robert Laffont. Après avoir été critique littéraire, elle devient chroniqueuse pour le journal Service littéraire.
Chère Alice est un roman épistolaire sur fond de romance, d'érotisme et, surtout, de sensualité.
Ce roman nous présente l'intimité de lettres échangées entre Alice, une trentenaire à l'approche de la quarantaine, mariée, mère de deux filles, et Alexandre, un sexagénaire, en ménage lui aussi et père de deux garçons. Si la première rencontre avec Alice, l'amie de sa femme, a été le coup de foudre pour Alexandre, ça n'a pas été le cas pour ladite convoitée. S'engage alors une communication de nos jours considérée comme romantique – ou surfaite et vieux-jeu pour les autres - entre rejet farouche et déclaration sensuelle, amoureuse … Vraie et profonde.
Si l'on peut craindre le « bateau » que peut laisser sous-entendre le synopsis, il n'en est rien. Ces échanges sont savoureux, tant par leur sincérité et leur profondeur que par la qualité narrative dont fait preuve Cécilia Dutter en leur donnant, à chacun, leurs propres voix. L'un a son élocution, sa prose, dont l'autre se moque, mais c'est ce qui donne tout son charme et rend reconnaissable chaque missive. La plume d'Alexandre caractérise sans mal son intellect, son caractère posé, mature et une sagesse née de plus d'un demi-siècle de vécu. Celle d'Alice est plus jeune, spontanée, et tranchante. Si l'un joue de poésie, l'autre joue de cynisme.
Ces deux voix permettent une immersion totale dans ce cocon qui se crée entre eux, au point que, parfois, l'on peut se sentir gênés de s'imbriquer dans cette intimité propre aux amants. On se sent voyeurs, pervers presque. Pas à notre place, comme si l'on découvrait – nombre d'années plus tard – cette pile de lettres soigneusement gardée dans un coffret. On se sent coupable et, à la fois, délicieusement curieux.
Ce ne sont pas des lettres gavées de « rentre-dedans » graveleux, du pur érotisme à chaque ligne écrite. Rien n'est vulgaire, tout est pesé, dosé, mené par la main d'Alice qui s'impose et mène la danse. On y trouve un féminisme discret, mais présent ; des fondements masculins ébranlés, mais conciliateurs. On y trouve du voyage ; oui, du voyage. On s'évade avec eux, dans les recoins du monde isolés, loin de la monotonie, de la routine parisienne, là où, librement, peut s'exprimer les élans fantasmagoriques d'un désir attisé par les mots.
Chère Alice, c'est aussi une quête de soi. Après tant d'années vécues, de desseins accomplis, d'objectifs atteints et une vie de famille épanouie, que reste-t-il au-delà de sa propre abnégation ? Où commence enfin son accomplissement, quand peut-on le considérer ? Et s'il a déjà commencé, connait-il réellement une fin ?
Alexandre et Alice écrivent avec leurs coeurs, au service de leurs corps. Ce sont deux âmes qui se laissent apprivoiser, se découvrent, se heurtent, s'embrasent et s'étreignent. C'est de la tendresse et des doutes ; de l'espoir et de la déception. Tout un méli-mélo que nous sommes, TOUS, susceptibles de ressentir un jour.
Aucun chapitre, aucune lettre, ne fait l'apologie de l'adultère. Uniquement les faiblesses humaines et ce qui fait notre servitude : nos émotions imprégnées d'espoir.

Lien : http://surlesailesdunlivre.f..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
ludi33
  19 octobre 2018
Les héros de Chère Alice échangent une correspondance érotique. Rien de bien surprenant à la lecture. Leur relation, platonique, ne se développe qu'à travers les courriers qu'ils échangent, remplis de leur fantasmes. Mais l'histoire reste plutôt banale et assez peu prenante. Heureusement, la fin, surprenante, vient donner de l'épaisseur au roman.
Un livre pas déplaisant, mais assez oubliable.
Commenter  J’apprécie          70
janessane
  06 novembre 2016
Sincèrement sans un final surprenant, j'aurais mis deux étoiles à ce roman épistolaire mais je dois concéder que la fin m'a tellement surprise et touchée qu'il est impossible de reconnaître à l'auteur son intention de faire mouche auprès du lecteur.
L'ensemble de ma lecture ne m'a pas transporté. le style d'Alexandre est désuet, l'évocation de ses fantasmes convenues. En revanche, je me suis sentie plus proche d'Alice que tout cela exaspère et qui au final va s'avérer très demandeuse. L'histoire est audacieuse: une tentative de séduction par lettre qui plonge directement dans l'intime, qui ne s'embarrasse pas de vains préliminaires. Toutefois, cela reste assez convenu. Il y a certes cette explication du désir féminin, ses arcanes secrètes mais le comportement d'Alice devient finalement celui d'une midinette. Je crois que c'est cet aspect qui m'a déplu. Décrite comme une femme forte, sûre d'elle, elle lâche finalement très vite les armes, trop vite peut-être. Il suffit qu'on l'ignore pour qu'elle s'accroche...Bref, pas un grand bouleversement que cette lecture mais, je me répète, la fin est une véritable pépite...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
ludi33ludi33   19 octobre 2018
Continuez à me faire rêver. Mon quotidien n’est pas si gai que je puisse m’en passer. À longueur de jour, je subis les vaines lamentations de mes patients. N’auront-ils jamais fini de faire le tour de leur nombril, tous ces faux malades qui viennent déverser leur bile au sein de mon cabinet ? Si vous saviez comme je m’ennuie à écouter leurs sempiternelles ruminations…
Commenter  J’apprécie          40
LanabookLanabook   16 octobre 2017
Vous n'avez rien à caindre, Alice, de la relation épistolaire clandestine que je vous offre. Elle serait une douce enclave où tout pourrait se dire, un monde à nous, exempt de préjugés et de censure, dont nous serions les monarques.
(Alexandre)
Commenter  J’apprécie          10
Liliz29Liliz29   11 mars 2017
Quel que soit l'endroit où l'on croit se sauver, l'on y trouve jamais que ce que l'on y amène : soi-même en définitive.
Commenter  J’apprécie          00
Liliz29Liliz29   11 mars 2017
"Avant que le corps n'exulte, c'est l'âme qui doit vibrer"
Commenter  J’apprécie          10
Liliz29Liliz29   11 mars 2017
Finalement, une mère de famille en vacances ne fait rien d'autre que de changer d'évier.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Cécilia Dutter (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Cécilia Dutter
Deuxième partie de notre rencontre avec Cécilia Dutter pour la sortie de "Flannery O'Connor, Dieu et les gallinacés" (Editions du Cerf)
autres livres classés : roman épistolaireVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
3059 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre