AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782940431960
180 pages
Éditeur : La Baconniere (11/01/2019)

Note moyenne : 3.17/5 (sur 3 notes)
Résumé :
Récit dur et grotesque qui met en scène un couple d’adolescents dont la fille, enceinte, souhaite garder l’enfant et le garçon, par crainte de sa famille, s’en débarrasser. Présenté comme une pièce de théâtre, ce huis-clos entre trois personnages, la fille, le garçon et le meilleur ami du garçon, est étouffant. Comme toujours chez Florian Eglin, le grotesque et la violence décrite minutieusement recouvrent un discours humaniste. Cette « violence pour rire » se veut ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
NanouAnne25
  26 janvier 2019
Très particulière comme lecture...
Un récit dur et grotesque sous forme théâtrale. 4 personnages : Alexandra, 14 ans, enceinte. Stephen, le futur père qui refuse de garder l'enfant. Kévin et Luc, ses potes. C'est un huis-clos.
Le côté "dur" concerne le thème, une grossesse involontaire ; Alexandra souhaite garder l'enfant, Stephen veut qu'elle avorte. le côté "grotesque" réside dans la mise en scène, avec une voix-off et des didascalies qui sont humanisées, dans la caricature des personnages, dans la tournure prise par les évènements. On est volontairement dans l'absurde, c'est voulu par l'auteur.
Ici, on dénonce la lâcheté, la bêtise, la drogue, la violence des ados entre eux, la difficulté des sentiments amoureux à l'adolescence.
L'auteur a voulu faire passer un message, même plusieurs, mais je suis désolée, je n'ai pas aimé LIRE ce livre. Beaucoup de vulgarité, de grossièreté, de violence, des personnages antipathiques (sauf Alexandra). Même si c'est fait exprès, je n'ai pas réussi à adhérer au contenu et à la forme.
Sauf la fin. C'est d'ailleurs à la fin que j'ai compris que l'auteur, par la cruauté présente dans le livre, tournait en ridicule le comportement des 3 garçons. Et à la lecture des tout derniers mots du livre, on peut se demander si cet écrit ne sert pas d'exutoire à l'auteur… une décision passée aujourd'hui regrettée ?
Notons au passage que l'auteur, en dressant une liste de près de 100 noms de femmes célèbres, pour des actes plus ou moins héroïques, met la femme à l'honneur.
Dans tous les cas, je pense qu'avant de mettre cette lecture entre des mains adolescentes, il est nécessaire d'en fournir une explication sur le principe du second degré, de l'absurde et du grotesque.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Shadowlicious93
  12 février 2019
Tout d'abord je tiens à remercier le service Masse Critique du site Babelio et les éditions Baconnière qui ont décidé de me faire confiance pour cette lecture et cette chronique.
C'est un roman dont l'histoire se déroule en Suisse, en huis clos dans la demeure de Stephen, fils d'avocat qui est en couple avec Alexandra, une jeune fille de 14 ans qui tombe enceinte du jeune homme et qui souhaite poursuivre sa grossesse.
On y découvre également deux autres protagonistes Kevin, fils de médecin c'est un jeune homme ayant conscience de la gravité de la situation mais qui part peur de perdre son ami et par lâcheté décide de fermer les yeux sur ses valeurs et ses pensées. Kevin préfère ne pas contredire Stephen malgré quelques tentatives pour essayer de défendre Alexandra. Puis il y a Luc, fils de banquier qui conseil sans aucun scrupule Stephen sur les décisions et actions qu'il devrait effectuer, Stephen le voit un peu comme la voix de la raison et n'hésite pas à appliquer les conseils clairement à vomir et grotesques de ce dernier.
C'est une curieuse lecture, ceci faisant plusieurs années que je n'avais pas lu de pièce de Théâtre mais je ne me suis sentie à aucun moment perdu dans ma lecture.
Du fait de ce huis clos, tous les sentiments et impressions sont décuplés, c'est une lecture que j'ai dévoré en à peine 1h30, je souhaitais absolument savoir si le couple de l'histoire allait enfin trouver une décision qui leur convenait, qu'elle serait-elle. J'avais beaucoup d'espoir sur la possibilité de trouver la meilleure solution et finalement je n'ai pas vu le dénouement arriver.
C'est une lecture dont j'ai été à la fois horrifiée et curieuse, le comportement de Stephen et de Luc m'a particulièrement écoeuré, comment peut-on imposer ces choix à une femme enceinte, comment arrivent-ils à trouver une solution aussi grotesque pour résoudre ce problème que Stephen n'assume en aucun cas. Et cette pauvre Alexandra, qui demande juste à être écouté et soutenue.
C'est une lecture qui nous pousse à réfléchir sur l'attitude de certain hommes vis-à-vis du choix d'une femme à poursuivre sa grossesse ou non.
Les didascalies dans ce roman sont particulièrement présentes et nous poussent à réflexion, j'ai apprécié les citations d'effigies de femme réelle ou fictive qui sont l'image de femmes forte telles que Lara Croft, Néfertiti, Michelle Obama et pleins d'autres.
C'est un roman éprouvant, bouleversant et bien curieux. Je n'étais pas sûr de pouvoir lire ce roman jusqu'au bout tellement le vécu d'Alexandra est difficile, c'est une histoire que je ne suis pas prête d'oublier.
Si tu aimes les huit clos, les pièces de Théâtre, les sujets difficiles et les situations te poussant à réflexion ce roman est pour toi.
Lien : https://shadowtheworldofgeek..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
LeManegeDePsylook
  07 février 2019
Je remercie avant tout la Masse Critique Babelio et les éditions de la Baconnière pour la confiance qu'il m'ont accordée.
Comme le stipule le résumé, l'histoire est celle d'Alexandra, une adolescente de 14 ans enceinte, qui souhaite garder l'enfant qu'elle garde et Stephen, père du foetus, qui veut qu'elle avorte. C'est un huis-clos sous forme de théâtre.
Le récit est en effet grotesque, une impression renforcée par les jeux des kuroko, vous savez les machinistes vêtus de noirs qui aident sans être vus. Par contre, dire qu'il est dur est limite un euphémisme. Ce fut une lecture éprouvante, évidemment, le thème joue beaucoup mais ce sont surtout les personnages masculins qui l'ont rendue atroce : ils sont à vomir.
Alexandra est jeune et naïve, elle est partagée entre le désir de garder ce bébé et ce que lui dicte sa raison, s'en séparer. Et c'est parfaitement compréhensible.
Mais Stephen est ignoble. Non seulement il impose sa volonté de se débarrasser du foetus à sa petite copine sans l'écouter une seule seconde, mais il refuse de payer pour et pire que tout, rejette la faute sur Alexandra, comme s'il n'avait pas trempé sa nouille et si elle l'avait fait seule cet enfant. Et je passe les détails les plus monstrueux.
Son pote Kevin est super effacé, à la botte de Stephen. Il a bien quelques soubresauts de raison, un vague espoir, mais est trop lâche pour faire quoi que ce soit.
Et la palme va à Luc… Je n'ai pas de mots pour le décrire.
À côté de cela, on a la voix OFF, qui prend clairement le parti de la jeune fille et ça fait du bien, malheureusement ses interventions ne changent rien au cours des événements.
Et les didascalies qui sont davantage des réflexions que des indications de décor ou de jeu d'acteur. Elles sont très nombreuses et très longues pour le coup. Dans ses discours, tout le monde s'en prend plein la tête, personne n'est épargné pas même le spectateur. J'ai particulièrement aimé les fois où il liste les effigies : des femmes imaginaires ou réelles qui ont toutes réalisé quelque chose que ce soit Médée, Calamity Jane ou Sarah Connor.
Jusqu'à la fin, je n'étais pas certaine d'aimer cette lecture. J'étais partagée entre dégoût et fascination. Une seule chose est sûre, je ne suis pas sortie indemne de ce récit qui m'a malmenée : c'était sombre, douloureux. Maintenant que c'est derrière moi, je peux dire que j'ai adoré.
Lien : https://psylook.kimengumi.fr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
NanouAnne25NanouAnne25   26 janvier 2019
Ses sanglots le mettent à mal. C'est que les hommes ne supportent pas le spectacle d'une femme qui pleure. Il est pourtant gratuit. Cette vue-là les renvoie à leur impuissance. Car les hommes sont impuissants. Totalement.
Commenter  J’apprécie          00
NanouAnne25NanouAnne25   26 janvier 2019
Moi, de mon coeur mis en pièces,
de mon coeur enfin devenu celui d'un papa,
je te demande pardon,
Tamara.
Commenter  J’apprécie          10
Shadowlicious93Shadowlicious93   12 février 2019
Ses sanglots le mettent à mal. C’est que les hommes ne supportent pas le spectacle d’une femme qui pleure
Commenter  J’apprécie          00
Shadowlicious93Shadowlicious93   12 février 2019
Pour une première grossesse, ce n'est pas de la tarte.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Florian Eglin (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Florian Eglin
Florian Eglin - Ciao connard .Florian Eglin présente son ouvrage "Ciao connard" aux éditions La grande ourse à l'occasion de Livre Paris 2016. Retrouvez le livre :http://www.mollat.com/livres/eglin-florian-cia-connard-9791091416443.html Notes de musique : Copyright Mollat Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : grossesseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Titres d'oeuvres célèbres à compléter

Ce conte philosophique de Voltaire, paru à Genève en 1759, s'intitule : "Candide ou --------"

L'Ardeur
L'Optimisme

10 questions
698 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature française , roman , culture générale , théâtre , littérature , livresCréer un quiz sur ce livre