AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2330039727
Éditeur : Actes Sud (04/02/2015)

Note moyenne : 3.95/5 (sur 28 notes)
Résumé :
C’est presque passé inaperçu. Janvier 2014, en Russie, les hauts fonctionnaires, les gouverneurs des régions, les cadres du parti Russie unie reçoivent un singulier cadeau de Nouvel An de la part de l’administration présidentielle : des ouvrages de philosophie ! Des oeuvres de penseurs russes du xixe et du xxe siècle.
Si Gogol revenait, il décrirait ces imposants personnages, habitués aux restaurants chics et aux belles voitures, en train de peiner sur la lec... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
andras
  22 novembre 2016
A l'heure où Vladimir Poutine prend une place de plus en plus grande sur la scène internationale et qu'on lui prête le pouvoir de peser sur le résultat des élections dans les démocraties occidentales, il n'apparait pas inutile de comprendre à qui l'on a affaire. Ce petit livre écrit par un spécialiste fait un inventaire de toutes les doctrines, idéologies, philosophies dont s'inspire le dirigeant russe et quels penseurs sont aujourd'hui mis (ou remis) à l'honneur sous l'égide du Kremlin. L'annexion récente de la Crimée, la guerre dans la partie orientale de l'Ukraine, le soutien accordé à Bachar El Assad, les menaces plus ou moins voilées adressées aux ex-pays du bloc soviétique sont ainsi remises dans une perspective historique, politique et philosophique.
Commenter  J’apprécie          180
luocine
  25 juin 2015
Un essai que j'avais noté lors d'une de mes émission préférée sur France culture : « L'Esprit Public » animée par Philippe Meyer. J'apprécie cette émission que j'écoute en podcast ( le dimanche à 11h du matin, j'ai souvent autre chose à faire !) car les intervenants savent s'écouter et n'ont pas pour but de démolir les arguments de l'autre. L'émission se termine sur un moment agréable: « la séquence des brèves » , chaque intervenant arrive avec une recommandation de lecture, d'exposition ou de spectacle, et je suis rarement déçue par leurs idées. Un dimanche matin, donc, plusieurs intervenants étaient arrivés avec cet essai de Michel Eltchaninoff et les autres approuvaient ce choix.
J'arrive un peu tard pour en dire tout le bien que je pense de cet essai et vous en recommander chaudement la lecture. Un peu tard car toutes les idées que ce journaliste, professeur et philosophe avait si bien mises en lumière sont aujourd'hui reprises par toute la presse. Par exemple : ce qui constitue un tournant dans les positions de Poutine face à l'Europe occidentale, c'est l' intervention contre la Serbie pour soutenir le Kosovo. Poutine a alors su rassembler le peuple russe en rallumant les vieilles peurs de l'encerclement par des forces ennemies du territoire russe.
Mais même si on sait beaucoup de choses sur la Russie de Poutine et que cet essai a perdu un peu de son actualité, on découvre avec grand intérêt ce qui anime cet homme d'état hors du commun. Et les raisons pour lesquelles il est suivi par une majorité de ses concitoyens. Ce n'est pas un livre difficile à lire, même s'il nous plonge dans les pensées de philosophes du XIXe et du début du XXe siècle que je ne connaissais pas. Comme Poutine est un incroyable opportuniste, il pioche dans tous les modes de pensée qu'il peut trouver pour redonner à son pays le courage de lutter pour retrouver son lustre d'antan. Ce n'est pas très réjouissant, en particulier pour l' Ukraine, car il est prêt à utiliser tous les moyens pour faire revenir cette région dans le giron du grand frère russe. Et quand on voit comment il n'a pas hésité à déclencher la deuxième guerre de Tchétchénie, on peut se dire que rien ne l'arrêtera.
Une petite note d'espoir ? Poutine veut redonner sa force aux idées traditionalistes, il veut retrouver les valeurs de l'homme russe, et pour cela est un violent adversaire d'un ensemble d'idées sans liens apparents entres elles, sauf qu'elles sont des marqueurs de la liberté d'expression. Il est donc violemment homophobe, il veut contrôler les réseaux sociaux et déteste Internet. Je me dis alors, que si sa jeunesse ressemble à la notre, il va avoir bien du mal à la contrôler. À l'extérieur de son pays il mise sur les forces politiques qui sont encore minoritaires, le front national en France et tous les partis qui font du sursaut national leur cheval de bataille.
La tête de Poutine est donc remplie de théories plus ou moins fumeuses mais toutes mises au service du développement économique de la Russie, le plus triste mais est-ce si étonnant, c'est que Poutine en réalité loin des grandes idées ne lutte que pour la suprématie du rouble.
Lien : http://luocine.fr/?p=4198#co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          61
brumaire
  14 mai 2018
Un petit livre paru en 2014.
Pour qui s'intéresse à l'histoire, à la géopolitique, à la Russie, le livre de Michel Eltchaninoff est toujours d'actualité. Comme Trump, comme notre omniprésident Jupiter, Wladimir Poutine construit sa politique sur des idées.
Sauf que ce ne sont pas celles des deux autres. Ce sont même des idées en opposition totale avec celles véhiculées par le libéralisme anglo-saxon mondialisé qui est désormais la doxa "TINA" censées réglementer un monde merveilleux dans la diversité , l'humanisme et Le Progrès. Poutine est vraiment le sale gosse que le Monde Occidental aime autant exécrer que les cinglés de DAesh.
Michel Eltchaninoff , fin connaisseur de la Russie, décrypte le parcours géopolitique de Poutine, qui , ancien officier du KGB, succéda à Eltsine avec une vision pro-occidentale de l'avenir de la Russie , pour ensuite obliquer vers une politique beaucoup plus centrée sur l'Asie , et disons le, beaucoup plus conservatrice, notamment sur le plan des moeurs (l'auteur pointe son obsession pathologique des "homos" qu'il relie aux vices typiquement occidentaux ).
Pour étayer tout cela quoi de mieux que de convoquer quelques philosophes russes oubliés : Nicolas Berdaïev, Ivan Ilyne,Vladimir Soloviev....des philosophes de la fin du 19e et du début du 20e plutôt réactionnaires, souvent émigrés...Car là est le paradoxe : l'héritier d'une idéologie universelle, le successeur du "petit père des peuples" , prône maintenant un conservatisme de bon aloi. de l'URSS communiste il a conservé la puissance omniprésente de l'état , la vision "forteresse assiégée " , l'omnipotence du complexe militaro-industriel, mais l'internationalisme n'est plus de mise, sauf à fédérer les moutons noirs du libéralisme OTAN-compatible sous la houlette du "grand-frère" russe : Iran, Syrie, Corée du Nord,Chine...
L'auteur montre bien que Poutine est loin d'être un inculte comme quelques diplomates ou journalistes occidentaux aimeraient le voir. Influencé , malgré lui ou pas, par des intellectuels conservateurs nostalgiques de la Russie tsariste , ses décisions politiques sont toujours à l'aune de la vision impérialiste et messianique qu'il attribue à la Russie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          42
AlainVera
  05 mars 2016
Dans ce brillant essai,Michel ELTCHANINOFF nous démontre que dans le plus grand pays du Monde existe une très grande Philosophie Russe.
Il nous fait également découvrir le fond de la pensée de Vladimir POUTINE , élevé comme tous les citoyens dans la force du patriotisme qui se manifeste par un ver!table Amour de la Russie et le respect quasi religieux des livres et des grands noms de la culture…
Michel ELTCHANINOFF explique clairement que Vladimir POUTINE veut régénérer l'image de l' âme Russe et vise la construction d'un Empire Eurasiatique dans lequel il voudrait en plus intégrer les millions de Russes qui ne vivent pas en Russie…
Ce livre est extrêmement intéressant.
Commenter  J’apprécie          20
xy12
  08 avril 2015
Livre intéressant mais philosophique, nécessitant donc une bonne connaissance de certains philosophes russes, notamment Ilyine, mais aussi Dostoievsky. J'en ai retiré que Poutine a des idées panslaves, slavophiles et eurasistes.avec des idées expansionnistes.
Commenter  J’apprécie          20

critiques presse (1)
LActualite   02 octobre 2015
Pour compren­dre ce que le président a en tête, l’essai de Michel Eltcha­ni­noff est particulièrement éclairant.
Lire la critique sur le site : LActualite
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
art-bsurdeart-bsurde   15 juin 2017
Poutine, dans les biographies autorisées et dans ses entretiens, a valorisé l'image romantique de l'espion incorruptible et valeureux, et a voulu faire oublier les centaines de milliers de victime de la police politique sous Staline, puis l'impitoyable chasse aux dissidents et autres déviants, à laquelle il a certainement participé. Selon lui, le KGB-FSB est le corps d'élite de la patrie soviétique. Si les leaders politiques communistes sont corrompus, si leur action est entravée par l'idéologie, la police secrète, elle, est au courant du retard du bloc communiste et constitue le fer de lance de la renaissance du pays. Bref, l'idéal est une police politique au pouvoir, libérée de la tutelle du Parti. Il l'affirme clairement dès son arrivée à la tête de l’État : « Le KGB était une organisation idéologique, servant les intérêts d'un parti au pouvoir – le Parti communiste de l'Union soviétique. Maintenant, chez nous, Dieu soit loué, il n'y a plus de parti au pouvoir, plus d'idéologie communiste étatique. » Désormais le FSB peut accomplir sa mission les mains libres : « Défendre les intérêts de l’État. » Poutine vante d'ailleurs les qualités professionnelles que développe le métier d'espion : « Les compétences pour travailler avec les gens : savoir écouter, savoir entendre. » Cette faculté consistant à mettre en confiance son interlocuteur et à s'adapter à lui a souvent été relevée par ceux qui ont rencontrés Poutine. Lui-même ne se définissait-il pas, dans sa jeunesse, comme un « spécialiste en relations humaines » ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
art-bsurdeart-bsurde   05 mai 2017
Poutine n'est pas, au fond de lui, un libéral. Saint-Pétersbourg n'est pas uniquement la capitale européenne de la Russie. C'est aussi la cité du pouvoir impérial et de l'autorité hiérarchique. Kant, pour Poutine, est surtout un mot de passe pour amadouer les dirigeants européens. La philosophie personnelle de l'homme Poutine, outre son attachement à la grandeur soviétique, ne vient ni de Paris ni de Berlin … mais du Japon. L'un des vecteurs de la popularité de Poutine en Russie mais aussi à l'étranger, est sa pratique du judo. Ancien champion de Saint-Pétersbourg, il a largement diffusé ses photos en kimono, où on le voit puissant, concentré, agile. En 2000, Poutine déclare que le judo « n'est pas seulement un sport, mais aussi […] une philosophie ». Il le répète en 2013 : « Le judo unit en soit des techniques de combat uniques et une philosophie originale et profonde » qui « éduque les meilleures qualités humaines ». Lesquelles ? Dans un entretien avec des journalistes japonais, il rappelle que le mot judo signifie « voie de la souplesse. […] C'est une philosophie qui préfère l'évolution à la révolution ».
[…]
Poutine agit ainsi dans les premières années de sa présidence. Il approche tous les partenaires possibles, à l'est comme à l'ouest. Il leur montre son respect et attend de voir leur réaction. La voie de la souplesse consiste donc d'abord à donner confiance à l'autre, à l'observer, à scruter sur quelle force il pourra s'appuyer pour le déséquilibrer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
art-bsurdeart-bsurde   25 mai 2017
D'ailleurs, dans la lutte grandiose entre monde capitaliste et monde communiste, résume un autre de ces Soviétiques moyens interrogés par Svetlana Alexievitch [Cf La fin de l'homme rouge], « Il n'y a pas de frontières entre l'état de paix et l'état de guerre. Nous sommes toujours en guerre. »
Ayant grandi, quelques années après la fin du conflit, dans la « ville-héros » [Saint-Pétersbourg] dont la mémoire demeure intouchable, Vladimir Poutine est l'enfant de ce militarisme du quotidien. Il n'a pourtant pas combattu. Il est né après la Seconde Guerre mondiale, n'a pas participé à l'invasion de l'Afghanistan entre 1979 et 1989. Durant le premier conflit tchétchène (1994-1996), il est déjà un fonctionnaire haut placé. Quant à la seconde guerre de Tchétchénie, en 1999, c'est lui qui la déclenche. Vladimir Poutine est d'autant plus martial qu'il n'a jamais connu la guerre. S'il aime à projeter l'image d'un héros viril, c'est qu'il est hanté par elle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
luocineluocine   25 juin 2015
Mais à la chute de l’Union soviétique, la Russie a dû se résigner à devenir un pays comme un autre, ni pire ni meilleur. Désormais, grâce au pan le plus nationaliste et pseudo scientifique de la philosophie russe, Poutine rend à la Russie sa vocation idéologique internationale… L’URSS n’était pas un pays mais un concept. Avec Poutine, la Russie est à nouveau le nom d’une idée.
Commenter  J’apprécie          40
luocineluocine   25 juin 2015
La politique d’endiguement de la Russie, qui a continué au XVIIe, au XIXe, au XXe siècle, se poursuit aujourd’hui. On essaie toujours de nous repousser dans un coin parce que nus avons une position indépendante, parce que nous la défendons, parce que nous appelons les choses par leur nom et ne jouons pas aux hypocrites. Mais il y a des limites. Et en ce qui concerne l’Ukraine nos partenaires occidentaux ont franchi la ligne jaune. Ils se comportés de manière grossière, irresponsable et non professionnelle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Michel Eltchaninoff (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michel Eltchaninoff
"Le Pen veut désigner un ennemi intérieur", par Michel Eltchaninoff .Interview du philosophe et essayiste Michel Eltchaninoff pour qui Marine le Pen " veut désigner un ennemi intérieur" comme le fait traditionnellement l'extrême droite.
autres livres classés : poutineVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
260 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre